ALTER INFO

Les Américains en maîtres dans les "pays de merde"


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 01:36 Dites adieu aux révolutions populaires !


Et voilà que les Américains tuent leurs propres « alliés ». Enfin, les « bavures » habituelles qui ont fait un peu partout les victimes habituelles. Lire la dépêche plus bas. On tire dans le tas et « Dieu reconnaîtra les siens » lançait l’abbé de Cîteaux en ordonnant l’extermination des Albigeois en 1209. Il sera imité 50 ans plus tard par les hordes de mongoles en Mésopotamie. et aujourd’hui par d’autres béotiens « civilisés ».

Un arabe de plus, un arabe de moins. Un plouc « de merde » par-ci par-là. Qui s’en soucie ?

1.- Les protestations des « autorités » irakiennes seront de pure forme. Quand on a baissé culotte une fois, au point de ne plus en avoir, tout le reste est décoratif... Les politiques irakiens sont aussi vides que leurs pantalons.

2.- Personne ne sera puni. « Il ne manquerait plus ça » rigolent les Yankees entre eux. On a failli fait complètement disparaître les « Indiens », pendant plus de deux siècles. Et Buffalo Bill est toujours notre héros.

3.- Aucune indemnité ou rétribution ne sera accordé à qui que ce soit. Les Irakiens iront enterré les leurs, les mères continueront à pleurer et les soldats irakiens à donner un coup de mains à leurs saigneurs et maîtres.

4.- Le nombre d’Irakiens assassinés depuis janvier 1991 à ce jour dépasse le million (et je suis très « raisonnable »). La pyramide des âges de ce pays sera un jour étudiée dans les écoles (s’il reste encore assez d’Irakiens pour en faire ou pour avoir envie d’en faire) et l’on y verra le gros « trou » que la civilisation occidentale y aura réalisé.

Les Irakiens, depuis la fin du paléolithique, sont familiers des «barbares » qui ont déferlées sur eux. On ne se souvient - seulement à tort - que la destruction de la ville en 1258 par les mongoles dirigée par Houlagou Khan, petit-fils de Gengis Khan. Celle des Clinton et des Bush suivi de celle du plantigrade qui se pavane à Washington. Une de plus. Une de moins...

5.- De nombreux autres Irakiens (d’un bord ou de l’autre, peu importe) seront tués aujourd’hui, demain, la semaine, le mois, l’an prochain... L’avenir est aux pleureuses.

Tant que les « pays frères » demeureront aussi sympathiquement attentionnés, aussi soucieux de leur dignité, aussi intelligents dans l’administration de leurs intérêts, aussi fiers, autonomes et garants de leurs libertés...

Il faut aussi reconnaître que nos peuple, intellectuels, bricoleurs... ont d'autres chats à fouetter.

Un de mes compatriotes, dont par charité je tairait le nom, me disait il y a peu: "Enfin, tu n'as pas l'air de te rendre compte des réalités. Tu n'as pas l'air de mesurer les difficultés quotidiennes que nous vivons. Et tu veux que nous nous soucions de ce qui se passe à des milliers de km de chez nous? Partage un peu de notre 'réalité nationale', au lieu de vivre dans le monde évanescent des idées obsolètes que les gens 'sérieux' ont cessé de colporter depuis longtemps. Il fut un temps où les algériennes solidaires distribuaient leurs bijoux aux quatre vents. Sans compter les détournements indigènes... Qu'est-ce cela nous a rapporté? Réveille-toi coco. Enfin, regarde autour de toi... Réglons d'abord nos propres affaires, en commençant par la famille, nos enfants, nos voisins... On ne peut pas porter toute la misère du monde..."

On croirait entendre papa Le Pen et son ami Rocard qui ont fait tant d'émules chez nos voisins les plus chers.
Les plus chers parce qu'ils nous ont beaucoup coûtés.

Vous voyez le tableau mes amis?

La carrière de croquemort dans nos pays (et de harki fier de l’être) aura plus d’avenir que celle de professeur, d’ingénieur ou de simple et honnête homme ordinaire participant à « une communauté humaine universellement respectueuse d’elle même ».

Tu parles Charles !

Djeha,
Mardi 30 janvier 2018


Djeha
Mercredi 31 Janvier 2018

Les Américains en maîtres dans les "pays de merde"
La coalition frappe "par erreur" des forces irakiennes: huit morts
AFP le S. 27/01/2018 à 12:48

Huit personnes en majorité des policiers ont été tuées samedi en Irak dans un raid mené "par erreur" par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, en raison d'une faille dans la coordination militaire sur le terrain.

Cette frappe survenue lors d'une opération antijihadistes, a provoqué l'ire de leaders chiites irakiens anti-américains, dont l'influent Moqtada Sadr qui a appelé à punir "immédiatement" les auteurs du raid.

Elle a eu lieu dans la localité Al-Baghdadi, située à 250 km à l'ouest de Bagdad, dans la province sunnite d'Al-Anbar, où se trouvaient jusqu'à récemment les derniers bastions du groupe jihadiste Etat islamique (EI) que l'Irak a déclaré défait en décembre.

"Huit personnes, dont un haut gradé du renseignement, cinq policiers et une femme, ont été tuées par une frappe américaine sur le centre d'Al-Baghdadi", a indiqué un responsable provincial.

"Il semble que la frappe ait été menée par erreur", a-t-il dit sous le couvert de l'anonymat.

Le raid a également fait une vingtaine de blessés, dont le chef de la police de la localité, touché grièvement, ainsi que le maire et d'autres responsables locaux, a-t-il poursuivi.

La localité est proche de la base d'Aïn al-Assad, où sont stationnés des avions américains de la coalition internationale qui a aidé les forces irakiennes à chasser l'EI de tous les centres urbains du pays.

- 'Absence de coordination' -

Le Commandement conjoint des opérations (JOC), qui rassemble l'ensemble des forces irakiennes impliquées dans la lutte anti-EI, a publié un communiqué détaillant l'opération de l'aube, sans faire mention de victimes.

Selon lui, les forces irakiennes avaient obtenu des informations sur "une réunion à Al-Baghdadi en présence du commandant terroriste Karim al-Soumarmad". Un raid a été ordonné "avec un appui aérien de la coalition" et le "terroriste" a été arrêté. Les forces irakiennes "ont été ensuite la cible d'une grenade tirée d'une maison voisine".

En prenant la route pour retourner à leur base, ces forces spéciales ont croisé un convoi de voitures se dirigeant vers la maison suspecte. Ignorant qu'il s'agissait de renforts de la police et des supplétifs du Hachd al-Chaabi à bord de pick-up, elles ont alerté la coalition qui a mené un raid aérien. Le texte du JOC dénonce une "absence de coordination".

Des vidéos amateurs montrent des véhicules de la police calcinés, ainsi que des traces de sang au sol.

"Une enquête a été ouverte", a précisé le JOC.

Le porte-parole de la coalition, le colonel Ryan Dillon, a expliqué à l'AFP que "la coalition a été sollicitée pour apporter un soutien aux forces irakiennes, ce qui a été fait".

"Les forces irakiennes ont ouvert une enquête et la coalition enquête également sur toutes les allégations de pertes, en particulier civiles", a-t-il ajouté.

- Colère de chefs antiaméricains -

Des dignitaires irakiens anti-américains et proches de l'Iran, ennemi juré des Etats-Unis, ont dénoncé ce raid.

"Une nouvelle fois l'occupant américain démontre sa tyrannie et son arrogance en violant de façon flagrante l'indépendance et la souveraineté du gouvernement irakien", a écrit sur Twitter Moqtada Sadr, chef de milices ayant combattu la présence américaine en Irak.

Il a demandé à ce que les Etats-Unis rendent des comptes et à ce que les auteurs du raid soient "immédiatement" punis.

De son côté, Qaïs al-Khazali, fondateur et chef de la puissante milice irakienne Assaïb Ahl al-Haq (La ligue des vertueux), soutenue par l'Iran, a estimé que cette frappe "pose des questions importantes et dangereuses", également sur Twitter.

Ces questions portent "sur la présence militaire américaine en Irak et sa justification après que l'EI a été défait militairement", a-t-il poursuivi.

Les autorités irakiennes ont annoncé en décembre la victoire militaire contre l'EI qui a occupé pendant trois ans de vastes pans de territoire en Irak.

Mais elles ont ensuite fait état de "cellules dormantes" jihadistes qu'elles continuent à traquer. Quelque 4.000 militaires et conseillers américains sont toujours basés en Irak.

Selon l'ONG Airwars, fondée à Londres en 2014 et composée de journalistes et de chercheurs, le nombre de civils tués par la coalition en Irak et en Syrie a triplé en 2017 -entre environ 4.000 et 6.000- en raison des assauts lancés contre des centres urbains très peuplés qui étaient tenus par l'EI.


Mercredi 31 Janvier 2018


Commentaires

1.Posté par Vivio le 31/01/2018 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est venu le temps ou les Maîtres du monde n'ont plus besoin de leurs alliés ( Satan na plus besoin de ses disciples )

2.Posté par Adil le 31/01/2018 13:47 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La loi du talion a été inventée pourtant en Irak d'ailleurs tout vient de Baghdad la grande Babylone de Nimrod.

3.Posté par YYY le 31/01/2018 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les diables ont sortis leurs cornes à bilad Cham/Ham fils de Cannaen. Chitan a un temple sous Al-Aqsa. Tout est commandé à partir de la Palestine et les diables ne se cachent plus et s’étalent, Isra-Ël. Quand ils entreront dans la Mosquée comme ils sont entrés la première fois, ce sera terrible et sera la dernière fois. ‘Ad Al-Lah.

4.Posté par Saber le 31/01/2018 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les us-Sion se comportent en maitres c'est par ce que la population mondiale reste assise.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires