ALTER INFO

Les 10 plus gros mensonges sur le sida


Article initialement publié le 22 avril 2007


danyquirion@videotron.ca
Samedi 31 Mars 2012

Les 10 plus gros mensonges sur le sida

Commençons par la fin, le 10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord au sujet de la cause virale du sida

Plusieurs centaines de scientifiques, et non les moindres, ont préféré prendre des risques sur des carrières qui s’annonçaient souvent très prometteuses plutôt que d’accepter les nombreux mensonges et incohérences distillés par les instances officielles. [Vous trouverez des références à la fin de cet article.]

Présentation de cet article

« Les 10 plus gros mensonges sur le sida » Livre écrit par le Dr Étienne De Harven et le journaliste scientifique et technique Jean-Claude Roussez. Publié en 2005 aux éditions Dangles, en France Article de Dany Quirion pour Alter Info Il est important ici de souligner que cet article est uniquement composé d’extraits intégraux tirés du livre. Plusieurs autres informations cruciales ne sont pas abordées ici et elles demeurent à découvrir dans le livre.

Reprenons depuis le début. 1er mensonge : Le sida est une nouvelle maladie.

Aussi bien le grand public que la majorité des professionnels de la santé sont persuadés que le sida est un phénomène épidémique apparu soudainement au début des année 80, causé par l’émergence d’un nouveau virus. Le syndrome d’immunodéficience acquise, ou sida, n’est pas à proprement parler une maladie. Un syndrome n’est qu’un ensemble de signes et de symptômes survenant simultanément chez le patient, qui se caractérise par une forte diminution, voire un effondrement, des défenses immunitaires. Depuis longtemps les deux principales causes d’immunodéficience acquise étaient parfaitement connues et documentées : - la malnutrition; - l’usage de substances dangereuses pour le système immunitaire (drogue, certains médicaments, sang transfusé).

2e mensonge : Il existe un virus du sida : le VIH

Lorsque l’on prend le temps (et il en faut beaucoup) de consulter la littérature scientifique relative au virus proprement dit, on est frappé par le fait qu’aucune de ces investigations n’a jamais réussi à mettre directement en évidence la présence de la moindre particule virale, et en particulier pas la moindre particule rétrovirus, chez un malade du sida. […] C’est une équipe de l’Institut Pasteur dirigée par Luc Montagnier qui a la première annoncée la découverte d’une activité virale, en 1983, à partir de prélèvements effectués sur un malade du sida. L’année suivante, l’équipe de Robert Gallo, aux États-Unis, fit une annonce similaire. On s’apercevra par la suite que Gallo avait quelque peu fraudé en utilisant pour sa « découverte » un échantillon que Luc Montagnier lui avait généreusement offerte quelques mois auparavant. Il arriva la même mésaventure à Robin Weiss, le grand spécialiste britannique du sida, qui fut obligé de reconnaître que sa propre découverte du virus résultait du fait qu’il avait, lui aussi, reçu un échantillon de la culture de Luc Montagnier. On peut ainsi constater que, de part et d’autre de l’Atlantique, les trois équipes les plus en pointe sur le sujet, n’ont réussi à annoncer qu’une très vague présomption à partir de cultures cellulaires issues d’un même patient! Il n’y a d’ailleurs dans toute la littérature médicale pas un seul article dans lequel on pourrait trouver la conclusion selon laquelle un tel rétrovirus a été isolé, et que ce virus est la cause du sida.

3e mensonge : Le VIH est la cause du sida

Revenons au début des années 80. Les premiers cas de sida ont été détectés aux États-Unis au sein de la communauté homosexuelle et chez les toxicomanes par voie intraveineuse. Il est nécessaire de préciser que ce n’est pas le fait d’être homosexuel qui constitue un facteur de risque vis-à-vis du sida. Seul le style de vie de certains homosexuels masculins est de nature à provoquer une immunodéficience. […] Différentes drogues circulaient abondamment (cannabis, cocaïne, amphétamines, LSD, barbituriques, héroïne…), mais les vedettes incontestées étaient les « poppers », petites fioles contenant du nitrite d’amyle, un puissant vasodilatateur possédant des vertus apparemment aphrodisiaques. À l’origine, ce produit était un médicament utilisé comme dilatateur coronarien dans le traitement des crises d’angine de poitrine. La communauté homosexuelle détourna les nitrites de leur usage thérapeutique pour en faire leur stupéfiant le plus prisé, et cela dès les années 60. […] Dès qu’ils sont dans le sang, les nitrites se transforment en oxyde nitrique et endommagent les parois internes des vaisseaux sanguins, ce qui explique leur implication dans un cancer des capillaires : le sarcome de Kaposi. Bien qu’interdits, les poppers ont continué jusqu’à aujourd’hui à être disponible, que ce soit en empruntant des noms innocents comme « nettoyant pour cuir », ou bien en plein jour, par exemple dans les sex-shops. Le phénomène s’est même aggravé par la suite puisqu’ils ont été adoptés par certains hétérosexuels en quête de performances. Malgré l’évidence que l’usage des poppers était associé à la majorité des cas de sida chez les homosexuels, aux États-Unis, certains médias appuyés par les organismes de santé publique diffusèrent dès 1983 auprès de la communauté gay des informations disculpant totalement les nitrites. Cette attitude peut être qualifié de criminelle. Il a fallu attendre 1994 pour que Robert Gallo, « co-découvreur » du « VIH » et (riche) promoteur du premier test de dépistage, admette lors d’une conférence du NIDA (National institute on drug abuse) que le sarcome de Kaposi, maladie typique de la communauté homosexuelle, ne pouvait être causé par un virus mais que les poppers devaient en être la principale cause. Cet aveu tardif n’a absolument rien changé à l’attitude officielle. [Ce chapitre contient d’autres informations sur les toxicomanes, les hémophiles, les mal-nourris, etc.]

4e mensonge : Les médicaments antiviraux sont bénéfiques

En 1987, apparut le premier médicament antiviral prétendument spécifique au sida : l’AZT. L’azidothymidine, ou AZT, fut découverte dès 1964 et proposée en vue d’une utilisation dans les thérapies anticancéreuses. Ses effets dévastateurs (et systématiquement mortels chez les souris de laboratoire!) ont suscité un rejet catégorique de la part des autorités chargées de l’accréditation des nouveaux médicaments anticancéreux. Autres temps autres mœurs : le besoin de fournir aux malades du sida une thérapie […] on accorda de toute urgence l’autorisation surprenante de mettre sur le marché l’AZT, malgré sa très haute toxicité. - Les autres antiviraux : Chacun possède son propre système d’effet génétique mais le principe est tours le même.

5e mensonge : La séropositivité est un signe d’infection par le VIH

Ce mensonge est certainement le plus inique de tous ceux qui sont dénoncés dans cet ouvrage, car il a permis de faire croire à des millions de personnes qu’elles étaient malades et contagieuses. […] Le test de type « Western Blot » est utilisé pour confirmer une séropositivité lorsque celle-ci a été détectée par un ou deux tests de type « Elisa ». C’est donc un test considéré comme plus fiable. Un test Western Blot comprend dix bandes alignées correspondant aux dix protéines que l’on a définies comme étant typiquement et exclusivement relatives au « VIH ». L’harmonisation internationale des diagnostics étant inexistante, on peut être déclaré séropositif dans certains pays lorsque seulement deux bandes ont réagi. Dans certaines contrées, il en faut trois. Dans d’autres, quatre bandes sont nécessaires. On voit donc que selon le pays où l’on réside, le même sérum, analysé dans des conditions identiques, peut fabriquer un séropositif ou un séronégatif, au gré de la législation en vigueur. Mais il y a plus intéressant encore. Puisque les dix protéines utilisées dans les tests sont annoncées comme typiques du « VIH », on peut se poser les deux questions suivantes, totalement à l’opposé l’une de l’autre : - Pourquoi deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors qu’une seule devrait être suffisante pour diagnostiquer la présence du virus? - Pourquoi seulement deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors que la présence du virus devrait impliquer obligatoirement la présence des dix protéines qui lui sont attribuées, donc la réaction de toutes les dix bandes du test? […] Cela dit, il faut signaler que ces tests inspirent si peu confiance qu’aux États-Unis, la FDA (Food and drug administration) n’a apportée sa caution à aucun d’entre eux. […] Il est important de rappeler que, faute de standard internationale, on peut être classé séropositif ou séronégatif selon le pays où l’on réside. Sur les dix bandes de test que compte le Western Blot, il suffit d’en avoir deux qui soient jugées « positives » pour être déclaré infecté en Afrique. Il en faudra trois en Grande-Bretagne et quatre en Australie. Il y a plus grave. Les tests sont si peu spécifiques que les fabricants eux-mêmes annoncent que leurs tests ne peuvent servir à affirmer ou infirmer la présence du « VIH ». Ils signalent également qu’il y a de nombreuses sources possibles de faux-positifs, en tout une soixantaine. […] - La charge virale Le concept de « charge virale » a été introduit aux USA par le docteur David Ho, par ailleurs promoteur des multithérapies, espérant ainsi fournir une explication au fait que personne ne trouvait de « VIH » directement chez aucun patient. Le médiatique personnage (élu « homme de l’année 1996 » par Time Magasine) proposa alors que le virus savait se rendre indétectable mais qu’on pouvait néanmoins le mettre en évidence grâce à la technique PCR (polymerase chain reaction), qui est un procédé de multiplication de l’ADN. En 1997, David Ho et ses collaborateurs traitèrent un groupe de vingt patients avec une bithérapie associant AZT et inhibiteur de protéase. Dès le début du traitement, la fameuse « charge virale » de ces patients était tombée à un niveau indétectable et y est restée. Ce résultat fut présenté comme l’évidence que la bithérapie prescrite était efficace. Selon les scientifiques orthodoxes eux-mêmes, au moins 99,8% des particules mesurées par le test de charge virale ne sont pas infectieuses! D’où viennent-elles? De « VIH » mal assemblés, bons pour le rebut? Le problème, c’est que ces virus boiteux, tout comme ceux qui sont présents comme virulents, n’ont jamais été vus au microscope électronique. Pourtant, avec la quantité importante de particules que l’on prétend trouver, il n’y aurait rien de plus facile. […] Mieux encore : l’inventeur de la technique PCR [PCR le test de la charge virale], Karry Mullis (qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1993 pour cette invention) tient pour frauduleuse l’utilisation de son procédé dans la recherche de la « charge virale ». Ce scientifique authentique et incontestable se heurte pourtant à un mur. On étouffe ses propos contestataires, bien que sa démonstration soit brillante et documentée. Trop d’intérêts et de carrières sont en jeu.

6e mensonge : Le sida est contagieux

Toutes les maladies vénériennes (syphilis, blennorragie, herpès génital ou anal …), dès qu’elles ont été sexuellement transmises, provoquent une infection dont les symptômes sont évidents au bout de quelques jours, et cela sans faire de distinction entre les individus. - Le sida des homosexuels Les cinq premiers cas de sida furent observés et décrits à Los Angeles, en 1981. L’auteur du premier rapport sur ces cinq cas initiaux, Michael Gottlieb, avait clairement indiqué que ces cinq patients étaient homosexuels, et faisaient tous usage de nitrite d’amyle (poppers). En outre, il indiquait que ces cinq malades ne s’étaient jamais rencontrés et n’auraient donc pas pu se contaminer l’un l’autre. Qu’est-ce qui a bien pu faire penser à Michael Gottlieb qu’il venait de découvrir une nouvelle maladie infectieuse? Rien ne permet de répondre à cette question, et le mystère reste entier. Une parabole aidera à mieux saisir l’importance de la question : imaginons qu’un médecin ait pour mission de surveiller la santé d’une centaine d’ouvriers travaillant tous dans une usine de colorants. C’est une vieille usine, mal ventilée, et où l’on manipule une abondance de sels de plomb. Après quelques années, le médecin identifie une dizaine de cas de saturnisme parmi ces ouvriers. Va-t-il en conclure que le saturnisme est une maladie contagieuse parce que les malades travaillaient tous dans la même usine? Ou va-t-il conclure que ses patients ont tous été exposés au même risque toxique et ont par conséquent tous développé la même maladie? La réponse est trop évidente… Comment expliquer que le docteur Gottlieb n’ait pas raisonné de la même façon, et n’ait pas immédiatement compris que ses cinq patients avaient tous été exposés aux mêmes drogues toxiques, et par conséquent avaient tous développé la même pathologie?

7e mensonge : Le VIH est la source de nombreuses maladies

Le virus de la rougeole n’est présent que chez les rougeoleux, celui de la grippe chez les grippés, etc. Avec le « VIH », une nouvelle ère a commencé : celle des virus polyvalents, polymorphes et tout-puissants, capables de causer non seulement une importante variété de maladies infectieuses (dues à l’immunodéficience), mais aussi des pathologies n’ayant rien à voir avec le système immunitaire. En tout, c’est une trentaine de maladies qu’est supposé provoquer ce tueur invisible, plus proche monstrueux et pitoyables aliens des films de science-fiction que d’un micro-organisme. Comment les biologistes et les professionnels de la santé ont-ils pu avaler cette couleuvre qui remettait en cause tout ce qu’ils avaient appris jusque-là? Il faut croire que leur faculté de raisonnement a été anesthésiée par les beaux discours venant des mandarins et des laboratoires pharmaceutiques. Car il faut le souligner, dès que l’on fait partie de l’élite scientifique, on peut se permettre d’émettre l’hypothèse la plus délirante en étant certain d’être suivi par l’ensemble d’une opinion publique informée par des médias en recherche permanente de surenchère et de sensationnel. Apporter la moindre preuve est inutile : seule compte la notoriété. [Docteurs : Dépêchez-vous à mettre votre nez dans ce livre, principalement ce chapitre.]

8e mensonge : Il vaut mieux savoir que l’on est séropositif

Le stress aigu a parfois des conséquences salutaires, car il permet de réagir efficacement en face d’un danger immédiat (fuir ou combattre). En revanche, le stress permanent est une source de déséquilibre entraînant une cascade d’événements préjudiciables. Les perturbations psychologiques provoquées par l’annonce d’une séropositivité et les réactions émotionnelles qui en découlent induisent des réactions physiologiques dommageables pour la santé, en affaiblissant les réactions naturelles de défense de l’organisme. C’est ainsi que la boucle de régulation hormonale mettant en jeu les glandes surrénales et certaines glandes endocrines du cerveau (hypophyse, hypothalamus, épiphyse) se trouve fortement perturbuée en cas de stresse intense, l’une des conséquences étant une surproduction de certains messagers chimiques (neuromédiateurs), comme le cortisol qui est une hormone immunosuppressive. Le stresse affaiblit donc l’activité du système immunitaire, mais provoque aussi de nombreuses autres perturbations, […]

9e mensonge : L’épidémie du sida est dévastatrice

Les organismes de santé publique s’accordent à donner des informations apocalyptiques sur la progression du sida dans le monde. Elles sont relayées avec beaucoup de complaisance (et sans vérification) par l’ensemble des médias et par les organisations dont le sida est la raison d’exister. Cette montée de la terreur s’est faite par étapes successives : 1. Attribuer à un virus l’immunodéficience acquise a été le premier pas. Un pas décisif qui a permis d’imposer l’idée que le sida était une maladie infectieuse, donc transmissible. 2. Mettre au point des tests de séropositivité a servi ensuite à prétendre pouvoir détecter une infection au sein de population en bonne santé (et inventer en même temps le sida hétérosexuel). 3. Dans un troisième temps, le nombre des maladies censées être causées par le « VIH » a progressé par paliers, passant de trois à trente en quelques années. 4. En plus, la définition même du sida a été profondément modifiée à quatre reprises (1982, 1987, 1992 et 1998) par les CDC (Centers for disease control and prevention) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), chaque nouvelle définition entraînant une escalade catastrophique de l’apparente épidémie. 5. Enfin, les statistiques basées sur des extrapolations acrobatiques ont permis d’augmenter chaque année les chiffres de la contamination, surtout dans les pays où les contrôles sont les plus difficiles à opérer. Quelle est la situation actuelle, lorsque l’on s’en teint aux faits? Dans les deux régions du monde où le sida a fait ses premières apparitions, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, la prétendue épidémie a fait long feu. En Océanie, elle n’a même jamais débuté. En revanche, les statistiques officielles annoncent une flambée des infections dans plusieurs zones qui avaient été longtemps épargnées. [Chacune de ces régions sera analysée par la suite dans le chapitre, de même que les statistiques.]

10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord

[Nous l’avons partiellement vu au début de l’article, mais voici quelques noms de dissidents à cette adresse :] http://www.virusmyth.net/aids/group.htm Seul site français entourant la controverse du sida : www.sidasanté.com Et un dernier article intéressant: http://www.planetenonviolence.org/VIH-et-Sida-Voix-dissidentes,-dissensions-volontairement-ignorees-BIZZ-comme-d-Hab_a342.html


Samedi 31 Mars 2012


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par Loran le 19/01/2008 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci à Etienne, Sabrina et Pierre de bien réfléchir avant d'être aussi péremptoires dans leurs propos...
J'étais comme eux auparavant, lorsque j'étais "sain"...
Désormais je ne suis plus "sain" mais croire encore à la théorie VIH=SIDA relève vraiment de l'ignorance de base...
Je leur conseille de se renseigner...et de consulter par exemple le site sidasante.com et notamment le forum (sidasante2.com)...il leur faudra à peu près l'équivalent de 4 semaines de lecture non-stop...mais bien davantage pour lire sérieusement les nombreuses pages de témoignages et d'arguments techniques, chimiques, délographiques et autres...sans compter le choc psychologique qu'une telle lecture risque de leur provoquer.
Evidemment, le propos n'est pas de nier l'existence du SIDA (il s'agit là d'un syndrome bien documenté qui fait réellement des victimes) mais bien de se poser des questions sur la relation entre le VIH et le SIDA,et surtout d'admettre que ce soit-disant virus n'existe pas au sens de la virologie moderne.

18.Posté par Pierre le 12/01/2008 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les auteurs affirment qu'il n'existe pas de virus VIH et que le SIDA n'est pas contagieux. Par conséquent ils ne courrent aucun risque à se laisser transfuser du sang d'un malade du SIDA ou à démontrer gentiment avec une personne séropositive consentante du sexe de leur choix pendant une durée suffisante l'impossibilité de la transmission sexuelle. Bien entendu, l'accquistion éventuelle de la séropositivité devrait être contrôlée par les tests même s'ils ne croient pas aux résultats et ils ne devraient pas se soumettre à la moindre thérapie rétrovirale. Il va sans aucun doute que leurs propos prendraient alors une autre dimension acquérraient une force de persuasion irrésistible. Pour être convaincant, il faut aller au bout de ses convictions.

17.Posté par Sabrina le 02/12/2007 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un lien intéressant, adressé aux dissidents et tous les autres:
http://membres.lycos.fr/intoxsida/


Autre information, 1/3 des noirs africains en Afrique du Sud sont infectés par le VIH. La trop lente réaction des autorités à ce sujet, a participé à l'étendue de la catastrophe qu'est devenue le SIDA en Afrique du Sud aujourd'hui. Le lien ci-dessus en dira plus long...

Bonne journée à tous.

16.Posté par Etienne le 17/11/2007 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il m'est rarement arrivé dans ma vie de lire un tel ramassis de conneries. J'ose espérer que l'auteur de ce livre ne croit pas a ce qu'il à ecrit , car même si cela est malheureux a avouer , le vih est a l'heure actuel toujours mortel ( sauf quelques exceptions ) , et cela à cause des maladies opportunistes que le système immunitaire ne peut plus combattre. Les traitements préscrits aux séropositifs permettent d'augmenter l'esperance de vie de ceux ci , et non le contraire .

Je me demande comment de tels articles peuvent êtres autorisés.


15.Posté par Alice007 le 07/11/2007 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprends que ce genre de bouquin puisse agacer les personnes séropositives.
Je ne le suis pas, du moins aujourd'hui, mais je trouve dommageable d'oser publier un tel ramassis de bêtises.
Tout d'abord, les fautes d'orthographe, de vocabulaire et de syntaxe sont si nombreuses qu'ells rendent la crédibilité de votre livre très alléatoire.
Quant aux sources dont vous vous inspirez, on aurait aimé y trouver quelques références fiables.
J'ai personnellemnt utilisé des Poppers à une période où c'était la mode et je n'ai vu personne que cet usage aurait rendu séropositif. J'ai d'ailleurs essayé toutes les autres substances NON ingérées par VOIE INTRAVEINEUSE, et suis restée séronégative.
Par ailleurs, je remarque que toute la série "Les 10 plus gros mensonges sur.." n'est que pure production de l'esprit et ne s'appuie sur aucune preuve scientifique. (Voir la polémique sur l'Aspartam.)

Je précise que je ne prends pas les sciences officiellement reconnues pour une panacée, mais si l'on ne trouve que ce genre de publication pour les contrer, on reste encore loin d'une évolution positive des progrès scientifiques et humains.

L'Internet étant devenu actuellement un moyen bon marché pour s'informer, je trouve triste et dangereux que certains esprits rendus faibles par la maladie ou les difficultés économiques s'inspirent de vos arguments bidons pour s'enfoncer un peu plus. Les extrêmes sont toujours dangereuses par leur pensée monolithique.

14.Posté par attention la le 19/09/2007 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ton ami prenait til des drogues??? etait til en bonne santer deja cest plusieurs facteurs qui ferait en sorte quil devienne malade....des quil a su quil etait seropositif a til commencer tout de suite les traitements???? si oui cest surment a cause des medicament qui le rende encore plus malde etc......

13.Posté par Voyons-donc! le 08/09/2007 02:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Franchement! Je connais un ami très proche qui est séropositif. Il avait ressenti plusieurs boulversements physiques avant l'annonce fatidique. Il savait qui se passait quelque chose en lui. Réveillez-vous, laissez le "malade imaginaire" dans le placard. Ça existe vraiment et la thérapie est le meilleur moyen pour conserver un état de maladie chronique. Ha oui, j'aimerais tellement que ce soit une immense blague, un canular mais non, mon ami vit avec ça tous les jours et c'est du concret. Ce que je viens de lire ressemble à de faux espoirs de gens porteurs du VIH, à une déculpabilisation ... à un rêve tout simplement. Faites donc attention et profiter tout de même de la vie.

12.Posté par xray le 31/08/2007 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LES MYTHES FONDATEURS DE LA CONNERIE HUMAINE
À propos du SIDA et suite à la fermeture de certains de mes textes par "BLOGGER"

La cuisine diabolique des croyances (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)
lien
Le virus du Sida (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)
lien

Le virus machin (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)
lien

11.Posté par incrédule le 31/08/2007 06:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si la cause est les 'poppers' alors que se passe t'il en Afrique ?

Prétendre que le tout n'est qu'un grand complot, c'est bien beau, mais dans ce cas, comment expliquez vous l'écroulement à terme des défenses immunitaires de plus de 95% des personnes qui testent positif au Western Blot/Eliza alors que ce phénomène n'existe pas pour les autres ?

L'idée de ces théories est que si ce n'est pas viral, il n'y a pas besoin de modifier les pratiques sexuelles, et ils peuvent continuer à baiser avec tout le monde autour d'eux sans trop se culpabiliser, puisque leur théorie dit que ca ne contamine personne. C'est certain que ca fait bien leur affaire...


10.Posté par Dany Quirion le 03/07/2007 03:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je connais aussi personnellement des personnes supposées être séropositives et celles qui se portent le mieux sont celles qui vivent sans médication anti-VIH. Des médecins spécialistes l'affirment haut et fort de même que plusieurs scientifiques. On retrouve aussi plusieurs témoignages de gens supposément séropositifs qui vivent sans médication et qui se protent à merveille simplement parce qu'elles ont changer leurs habitudes de vie (arrêt de drogues récréatives, saine alimentation, etc.)

Il est libre à tous de croire que le sida est une maladie transmissible sexuellement par un virus appelé VIH. Par contre, il faut faire l'effort de lire ce que les dissidents ont à dire.

Tel que le disait Coluche, le sida est une maladie transmissible médiatiquement.

Il faut tout de même que j'avoue que le virus du VIH est une arnaque un million de fois mieux réussi que les attentats du 11 septebre 2001. Nous sommes nombreux à ne plus croire que Ben Laden a commander une telle opération à partir d'une grotte en Afghanistan. Mais pour le virus du sida, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour dévoiler le revers de la médaillle.

9.Posté par Trawina kouaka le 22/06/2007 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas serieux de parler d'une telle catastrophe humanitaire de la sorte. Je suis maintenant certain qu'il y a des gens qui travaillent dans l'ombre contre l'humanité. Cette démarche méthodique aux allures scientifiques ne peut que plonger d'avantage les gens dans les profondeurs de l'obscurentisme. On peut critiquer les attidudes de certains scientifiques ( et ceci ne concerne pas particulièrement le SIDA), mais ayez pitié de la race humaine. Dans mon entourage, beaucoup sont morts de cette maladie. des familles entières en sont décimées par les memes symptomes. Des personnes souffrant de ces symptomes ont recupéré physiquement grace aux soins par ARV (et je ne nie pas les effets secondaires. Mais que quelqu'un nous en propose mieux). Je n'ai pas besoin d'un examen medical pour savoir si cette maladie existe. Elle existe parce-que nous vivons avec des gens qui en souffrent. Elle est contagieuse au moins sexuellement parce que ce sont ceux qui ont ces rapports (lorsque un en est malade) qui le "chope" et non ceux de leur environnement. On peut supputer sur l'origine de la maladie et les differentes exploitations collatérales qui, évidemment ne peuvent manquer, mais, ayez pitié de tous ceux qui souffrent dans leur chair et qui attendent un hypothétique miracle pour sourire pleinement à la vie. Ayez pitié de tous ces etres humains que vous tentez (et à quels desseins) de détruire sous le couvert d'une lutte que l'on sait maintenant fictive contre des "envoyés d'un autre monde". Le besoin fou de s'enrichir ne devrait pas vous emmener aussi loin. Et c'est plutot contre vous que l'humanité devrait se dresser.
Le miracle a voulu que depuis 1960, c'est "seulement" en 1981 donc 20 ans après que l'utilisation des nitrites ou poppers par des homosexuels se transforment en maladie dévastant tant le monde.
Au début chez moi en Afrique lorsque vous parliez de SIDA, on vous riait au nez. Il a fallu malheureusement que chaque famille fasse ma macabre expérience pour que les gens reviennent à la la réalité. Nous au moins, nous étions excusables du fait du contexte éducationnel et culturel dans lequel nous vivons. Maintenant, meme le plus minable d'entre nous sait de quoi il s'agit, après cette phase ou on était persuadé que ce ne pouvait etre que l'oeuvre de sorciers. Moi je vis avec des personnes "séropositives" et d'autres malades de SIDA. Ce ne ni par de litterature et ni par des opérations de video sensationnel que je connais ces personnes.
Ayez pitié de la race humaine si ce n'est vous les illuminatis!

8.Posté par LAPIN NAIN le 20/06/2007 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soyons ouvert et ne prenons pas pour argent comptant tout ce qui dit,écrit et entendu .....le SIDA fait polémique mais il est étrange de constater que l'AZT a été pendant longtemps montré comme le traitement de référence et aujourd'hui ,il est reconnu comme un traitement ayant pour conséquence de détruire entre autre le système immunitaire.A qui tout cela profite?qui tire les ficelles de cet ignoble comédie?Le SIDA est une catastrophe pour le monde et restons prudents car il serait criminel d'inciter les gens à ne plus faire gaffe .

7.Posté par clement le 20/06/2007 02:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je voulais bien sur dire une conscience a la fin :(

6.Posté par clement le 20/06/2007 02:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1er mensonge : Le sida est une nouvelle maladie. ==> qu´est - ce que ca change

Il existe un virus du sida : le VIH ==> il prennent les gens pour des cons car le sida en lui meme n existe pas c est la generalité des consequences du VIH ( porteur saint ou non )

3e mensonge : Le VIH est la cause du sida ==> meme reflexion qu avant

4e mensonge : Les médicaments antiviraux sont bénéfiques ==> si ils parlent de la triterapie ca a réelement un effet

5e mensonge : La séropositivité est un signe d´infection par le VIH ==> charabia incomprehensible pour ne rien dire

6e mensonge : Le sida est contagieux ==> meme pas commentable

7e mensonge : Le VIH est la source de nombreuses maladies ==> encore une prise des gens pour des cons bien sur que le sida n apporte pas de maladie il n est meme pas mortelle mais diminue les defenses immunitaire et on peut crever d un rhume

8e mensonge : Il vaut mieux savoir que l´on est séropositif ==> tout depant du point de vu mais le mieux est de savoir pour se " soigner "

9e mensonge : L´épidémie du sida est dévastatrice ==> meme pas commentable non plus


10e mensonge : Les scientifiques sont tous d´accord ==> qu est ce que ca change


quel ramassis de ******* ce livre honteux de traité ainsi un sujet aussi grave juste pour vendre
je voudrait souhaiter aux auteurs de le chopper pour s appercevoir de leurs immense betise mais ma conscience me l interdit

a quand une confiance pour vous les bogoss ?

cordialement

5.Posté par Dany Quirion le 23/04/2007 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher xray, je répondrai au mons à votre premier commentaire. Vous écrivez: "Bravo! Mais pourquoi avoir attendu si lontemps?"

Simplement parce que je viens d'être personnellement mis en contact avec cette réalité (un proche). Après de longues recherches, j'ai mis la main sur cet ouvrage qui fait un tour de roue complet dans un langage accessible.

Bien qu'il y ait eu des dissidents depuis le début, il demeure que les dissidents sont aujourd'hui fort bien documenté. Et malgré le travail déjà réalisé, beacoup reste encore à faire pour dénoncer cette arnaque.

Alors n'hésitez pas à répéter si nécessaire et aussi à appuyer vos propos par les nouveaux ouvrages de références: livres et autres publications.


4.Posté par xray le 23/04/2007 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le virus machin
Un virus est un mot de cinq lettres qui permet de tout faire comprendre à des gens qui n’ont pas besoin de savoir.

L’objectif est d’inciter les femmes à abandonner l’usage de la contraception au profit du préservatif.
Pour la France, l’abandon de la contraception, c’est 100 000 procréations non désirées chaque année. (Certainement beaucoup plus)
Si un bon nombre de ces procréations se terminent par un avortement, en revanche, un grand nombre aboutit aussi à produire des bons et généreux cas sociaux. Ces généreux cas sociaux qui régalent la Finance fasciste.
La Finance fasciste (la finance des Curés) vit de la misère qu’elle produit. (La misère et les malades sont des éléments incontournables pour accéder à l’argent public et social, mais aussi aux dons et donations privés.)

Pour installer le virus machin imaginaire dans les têtes, l’industrie du médicament (asservie aux curés) n’a pas hésité à empoisonner, à travers le monde, des millions de personnes avec de faux médicaments.
Cela ne s’est pas passé il y a cinquante ans, ni il y a cent ans, ni même il y a dix siècles.
Cela se passe aujourd’hui, à la vue de chacun, dans l’approbation générale.
Ceci dit, quand on croit aux dieux imaginaires, on croit pareil au virus imaginaires. La Finance fasciste ne se trompe pas de cible. Les Mots mythiques

echofrance@hotmail.fr

3.Posté par xray le 23/04/2007 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo ! Mais, pourquoi avoir attendu si longtemps ? Ce que vous venez de dénoncé est connu depuis le premier instant où l'on a parlé du Sida.

À l'époque, le scientifiques (les vrais) ont dénoncé l'imposture. Le Sida ne se transmet que par la bave des journalistes et des professionnels de l'intoxication cérébrale.

Le Sida cible les victimes. Le Dida n'intéresse que des croyants : "Quand on croit à des Dieux imaginaires, on croit à des virus imaginaires".

La cuisine diabolique des croyances
http://www.echofrance119.blogspot.com/

Le virus machin
http://levirusmachin.hautetfort.com/

echofrance@hotmail.fr

2.Posté par fab le 23/04/2007 04:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par ailleurs, ce type de manipulation a certainement un lien avec celles dénoncées par le Dr. Rath dans sa plainte au tribunal de La Haie contres les cartels pharmaceutiques et leur industrie du "commerce avec la maladie".
A quoi bon, commercialement, fabriquer des médicaments qui guérissent les patients?
Cette industrie puissante a besoin de malades pour s'enrichir, pas de gens en bonne santé... .

1.Posté par fab le 23/04/2007 04:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article. Je vous passe également le lien avec www.onnouscachetout.com, qui traîte ce sujet de la même façon. Veuillez prendre connaissance de la déclaration du président sud-africain M'beki à propos du sida.

1 ... « 2 3 4 5
Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires