insolite, humour, conspiration...

Leçon d'économie !


Dans la même rubrique:
< >


danyquirion@videotron.ca
Jeudi 21 Mai 2009

Leçon d'économie !
L'histoire se déroule dans un village qui vit du tourisme. Mais voilà qu'en raison de la crise, il n'y a plus de touristes.   Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre. Plusieurs mois passent, misérables.   Arrive enfin un touriste qui prend une chambre. Il la paie avec un billet de 100 dollars.   Le touriste n'est pas sitôt monté à sa chambre que l'hôtelier court porter le billet chez le boucher, à qui il doit justement 100 dollars. Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l'approvisionne en viande. Le paysan, à son tour, se dépêche d'aller payer sa dette à la pute pour ses bons services.   La pute boucle la boucle en se rendant à l'hôtel pour rembourser l'hôtelier qu'elle ne payait plus lorsqu'elle prenait une chambre à l'heure. Au moment où elle dépose le billet de 100 dollars sur le comptoir, le touriste, qui revenait justement dire à l'hôtelier qu'il n'aimait pas sa chambre et qu'il n'en voulait plus, ramasse son billet et disparaît. Rien n'a été dépensé, ni gagné, ni perdu. N'empêche que plus personne dans le village n'a de dettes.
N'est-ce pas ainsi qu'on tente de résoudre - sans peine - la crise mondiale?
 





Jeudi 21 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par Mzl le 21/05/2009 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent

2.Posté par numer013 le 21/05/2009 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'original :

La Dame de Condé

Nous sommes à Condé-sur-Gartempe. Son hôtel de la Gare est réputé pour ses ortolans et sa discrétion... ! Un vendredi après-midi débarque une jeune femme, d’apparence comvenable, bien qu’un peu trop fardée.
Elle réserve une chambre pour la nuit et, comme elle n’a pas de bagage, elle laisse en acompte un billet de 100 euros, tout neuf. Puis elle s’en va visiter la vieille ville.
Le pâtissier qui a vu la scène dit au patron : «Ca fait six semaines que vous me devez 100 euros pour la pièce montée que j’ai livrée à l’occasion de la communion de votre fille.» Le patron lui donne le billet de bonne grâce.
Comme cette scène a été vue par d’autres, elle se reproduit cinq nouvelles fois, car le pâtissier devait aussi 100 euros au minotier... qui en devait autant au garagiste... lui-même débiteur de cette somme au boucher... qui avait à régler 100 euros au représentant de la maison Erlida... lequel devait à son tour acquitter sa chambre à l’hôtel de la Gare pour 100 euros.
Il redonne donc le billet au patron de l’hôtel.
Notre Dame revient de promenade. Elle annonce, qu’ayant fait une rencontre, elle annule sa réservation. Ce qui arrange bien l’hôtelier qui, entre temps, a eu une demande d’un de ses vieux clients. L’hôtelier lui rend donc son billet qu’elle brûle aussitôt.
« Il était faux », dit-elle en souriant.

http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?s=&act=ST&f=56&t=3612&st=0&#entry38730

3.Posté par Mike le 21/05/2009 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'histoire est très bien, mais les conclusions tirées ne sont jamais les bonnes.

La bonne conclusion c'est : l'argent ça ne sert à rien, on n'en a pas besoin pour échanger. Au contraire, si on pense qu'on en a besoin, et qu'on n'en a pas, ça bloque tout.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires