Le Klioutchevskoï s'est déchaîné. Ce volcan actif le plus grand en Eurasie a projeté une colonne de cendres à une altitude de 10 kilomètres. La traînée de cendres s'étire à 250 kilomètres. Le volcan crache des cendres pour la troisième fois depuis le début d'octobre : il est considéré comme un des plus actifs au monde. Henrich Steinberg, directeur de l'Instutit de volcanologie et de géodynamique de l'Académie des sciences naturelles de Russie, assure La Voix de la Russie que la population ne court aucun risque :

« Le Klioutchevskoï ne présente aucune menace aux localités voisines. La bourgade la plus proche se trouve à 30 kilomètres. Cela n'est pas dangereux. La poussière volcanique peut tomber, mais en petites quantités, quelques millimètres par mètre carré. L'aviation, c'est autre chose. Les avions se dirigeant vers l'Alaska, le Japon et l'Asie du Sud-Est devront contourner les nuages de cendres ».

La situation est suivie par les spécialistes 24 heures sur 24. Les services chargés de la sécurité des vols ont été informés de la menace des cendres pour les moteurs des avions.

Sur ces entrefaites, tous les vols des avions de ligne ont été annulés au Kamtchatka à cause du typhon Wipha qui vient du côté du Japon. Ce typhon violent portant un joli nom de femme thaïlandais a déjà atteint le sud de la péninsule après avoir provoqué d'importants dégâts au Japon. Une alerte de tempête a été déclenchée au Kamtchatka. Le chef du service météorologique local Vladimir Kovbassiouk a raconté à La Voix de la Russie :

« Des rafales de vent de 40 m/s ont été signalées tôt le matin dans le sud-ouest du territoire. Il pleut partout dans le sud. Dans le courant de la journée, les rafales de vent et les pluies se propageront vers le nord ».

La tempête est attendue dans la mer d'Okhotsk et l'océan Pacifique baignant la péninsule. Les vagues y peuvent atteindre une hauteur de 10 à 15 mètres. Les compagnies de navigation ont reçu l'injonction d'assurer la sécurité des équipages en haute mer.

Entre-temps, le Japon évalue les dégâts et établit le nombre de disparus. Les éléments ont causé la mort de 17 personnes dans le centre du pays. A Fukushima, un niveau élevé de radiation a été enregistré dans l'eau d'un tunnel de drainage menant à la mer. Selon Vladimir Kovbassiouk ces eaux ne menacent pas le Kamtchatka.

« Cela n'aura pas de retombées pour le Kamtchatka étant donné les particularités des courants océaniques. Nous avons étudié ce problème il y a quelques ans, à l'époque de l'accident de Fukushima. D'abord les courants porteront ces eaux radioactives vers les côtes de l'Amérique et après seulement, mélangées, elles reviendront vers le littoral russe. A l'heure actuelle nous procédons à des contrôles de radiation et nous n'avons signalé rien d'anormal ».

La plus grande fuite d'eau contaminée à Fukushima (300 tonnes) a eu lieu en août dernier. L'eau s'est infiltrée suite à la corrosion des réservoirs de stockage. Il est dorénavant prévu d'installer de nouveau réservoirs de surface ayant le fond intégralement métallique. Selon les spécialistes cela peut résoudre le problème des fuites d'eau radioactive.