Conspiration

Le tueur Norvégien et le sionisme


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 03:14 La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

Samedi 10 Novembre 2018 - 01:58 Tempora patet occulta veritas



Samedi 17 Décembre 2011

Le tueur Norvégien et le sionisme

Comme vous le savez, la justice norvégienne a conclu qu’ Anders Behring Breivik l’auteur de la tuerie d’Utoeya et de l’attentat perpétré au centre d’Oslo était un déséquilibré mental  et donc non susceptible de répondre de ses actes.

Pourtant, si Anders Behring Breivik était bien l’adepte d’une idéologie folle, il n’est certainement pas plus fou que ne l’étaient par exemple les proches de Hitler qui ont néanmoins été jugés. Le tueur Norvégien est en effet l’adepte d’une idéologie cohérente qui possède une forte armature intellectuelle dont certains éléments doivent beaucoup à un philosophe bien connu dans l’Hexagone.

Il est clair que si les actes qu’il a commis l’avaient été par un Musulman, ainsi que les spécialistes l’avaient immédiatement supposé et argumenté, ce dernier aurait sans douté été considéré comme cruel mais apte à répondre de ses actes. Et toute littérature se référant de près ou de loin à la religion musulmane aurait été brandie comme une preuve du soubassement idéologique de ses actes.

Mais Breivik n’est qu’un fasciste sioniste : il est donc fou à lier et a agi seul.

D’après l’édition suédoise du journal The Local, un chercheur Suédois se serait aventuré à faire un lien entre l’entité sioniste et le tueur d’Oslo. Une hypothèse parmi d’autres pour ce chercheur. Mais seule celle du lien avec l’entité sioniste semble poser problème.

C’est quand même curieux, parce que quand tout le monde s’accordait pour imputer la responsabilité de ces crimes à des terroristes Musulmans, on sentait un bel unanimisme, chacun apportant sa contribution à l’explication du choix de la Norvège comme cible par les islamistes.

Une hypothèse semble-t-il impossible à faire pour l’entité sioniste. En effet, chacun sait que le régime sioniste est un gouvernement pacifique, qui n’utilise la force que pour se défendre. Son armée respecte des règles éthiques incomparables, c’est-à-dire que quand elle tue un gamin qui va à l’école, une enquête est immédiatement diligentée pour situer les responsabilités. Les conclusions? C’est une autre affaire.

L’entité ne commet jamais d’actes violents à l’étranger. C’est pourquoi on ne comprend pas pourquoi le journal suédois nous parle de cet obscur serveur assassiné par erreur par le Mossad. Ce serveur était Ahmed Bouchikhi, le frère de «Chico» Bouchikhi, un des fondateurs des Gipsy Kings.

 Le comte Folke Bernadotte, un Suédois médiateur de l’ONU en Palestine avait été assassiné par des terroristes Juifs ? Oui, cet homme de paix avait été assassiné avec le colonel Français André Sérot par des terroristes Juifs (en uniforme)  du même genre que ceux qui veulent mettre à feu et à sang le Moyen Orient.

 

Pour en savoir plus sur les connexions entre le tueur d’Oslo et le sionisme, vous pouvez commencer par ce qu’en dit ce blog.

 

Un professeur Suédois ‘insinue’ qu’il y a un lien entre Israël et l’attentat commis par Breivik

The Local (Suède) 14 décembre 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un universitaire Suédois est sous le feu de la critique en Norvège après avoir écrit un article suggérant qu’Israël a joué un rôle dans le massacre perpétré le 22 juillet par Anders Behring Breivik qui avait causé la mort de 77 personnes.

Le professeur d’origine suédoise Ola Tunander est un enseignant chercheur au Peace Research Institute Oslo (PRIO), un centre de recherché où il a passé l’essentiel de sa carrière après l’obtention de son doctorat à l’université de Linköping en 1989.
Mais un article récemment écrit par Tunander et dans lequel il tente de découvrir ce qui a pu pousser Breivik à placer une voiture piégée près de bâtiments officiels en Norvège et à tuer par balles 69 personnes dans un camp d’été de jeunes militants du parti travailliste, a incité le directeur du PRIO à prendre ses distances avec son contenu.
Le directeur du PRIO, Kristian Berg Harpviken a déclaré au magazine norvégien Minerva que la lecture de l’article de Tunander lui a laissé un sentiment de «malaise considérable.»
Harpviken a aussi été atterré par ce qu’il a considéré comme de graves erreurs de jugement de la part de Nytt Norsk Tidsskrift, une revue scientifique pluridisciplinaire, pour avoir accepté de publié ce texte litigieux dans sa dernière livraison.
Dans son article, Tunander conclut que des actes terroristes d’une telle ampleur sont absolument impossible sans l’implication de forces étatiques, «et que nous ne pouvons pas exclure que tel fut le cas cette fois aussi ».
Parmi tout un ensemble de théories alternatives, Tunander présente “une simple chronologie” des tensions diplomatiques entre la Norvège et Israël dans les mois qui ont précédé le massacre, Oslo ayant fait savoir sa volonté de reconnaître un Etat palestinien.
Tunander note en deux occasions l’importance de la date des attaques.
Il remonte d’abord en 1973, quand des agents du Mossad israélien avaient été arêtes le 22 juillet après une opération rate dans laquelle ils n’avaient pas assassiné la bonne personne sur le sol norvégien.
Il remet aussi en mémoire l’attentat contre l’hôtel King David à Jérusalem perpétré par l’organisation paramilitaire sioniste Irgoun le 22 juillet 1946.
“Nous avons discuté de la composante d’extrême droite israélienne et judéo-chrétienne du réseau de Breivik, de l’intérêt pour Israël de mettre au pas la Norvège, et la satisfaction en Israël suite aux attaques. A cet égard, les attaques commises par Breivik semblent s’apparenter à un nouvel attentat de l’hôtel King David: 22 juillet,” écrit-il.
Tunander a déclaré à l’agence de presse norvégienne NTB qu’il était injuste de conclure à la lecture de son article, ainsi que l’a fait par exemple l’écrivain Norvégien Øyvind Strømmen, qu’il voulait relier Israël à la pire atrocité vécue par la Norvège en temps de paix.
“Pourquoi il souhaite interpréter l’article de cette façon est une question à laquelle il devrait répondre lui-même,” explique Tunander.
Ecrivant dans Minerva, Strømmen affirme que les intentions de l’universitaire de 63 ans laissent peu de place au doute.
«Est-ce qu’il insinue qu’Israël était derrière le 22 juillet, ou impliquée d’une manière ou d’une autre? La réponse est malheureusement oui, » écrit-il.

 j’ai choisi de publier ce post en dépit du fait que j’ai été devancé par un blog hébergé en Suisse

http://mounadil.wordpress.com/
 



Samedi 17 Décembre 2011


Commentaires

1.Posté par Madame Marie Adélaïde DUGLAN le 17/12/2011 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ÉCLAIRONS LES LUMIÈRES !!!


Cette information est particulièrement importante et ne devrait pas surprendre beaucoup les internautes qui pensent depuis le 22 juillet que derrière cette tuerie de Norvège il y a des choses pas clair du tout !!!

Bien entendu à partir du moment ou cette triste affaire, particulièrement sordide, remue la controverse chez nos amis Norvégiens, elle devient une affaire capitale pour nous et l'ensemble de l'Europe surtout en venant d'un Pays qui n'est pas dans la Communauté Européenne.

Le rappel historique avec l'attentat du KING DAVID est du plus grand intérêt.


Historique,

Suite à différentes attaques de la part de " l'Irgoun "qui combat la présence anglaise, les autorités britanniques lancent le 29 juin 1946, l’opération Agatha avec pour but le démantèlement des différentes cellules de l'organisation juive.

Des documents contenant des informations importantes sur les organisations telles que la Haganah sont saisis à l'Agence juive, des caches d'armes découvertes et plusieurs milliers de personnes arrêtées.

L'attentat de l'hôtel King David a été perpétré le 22 juillet 1946.
Cette attaque à la bombe a été préparée et menée par l'organisation extrémiste juive de l'Irgoun et visait les autorités britanniques dont les bureaux étaient situés au sein de l'hôtel King David à Jérusalem, alors en Palestine mandataire.
Cet attentat a fait 91 victimes et 46 blessés.


Présentation des lieux,

L’hôtel King David, un des hôtels les plus prestigieux de l'époque, abrite alors au sein de son aile sud, le secrétariat du gouvernement britannique de Palestine, le commandement militaire et une branche de la division d'investigation criminelle.
C'est cette dernière qui détient les documents importants sur les groupes armés sionistes récupérés lors de l'opération Agatha.
L'Irgoun a donc tout intérêt à faire disparaitre ces documents avant leur utilisation par le gouvernement britannique. Les bureaux des différents services britanniques sont répartis sur cinq niveaux de l'aile sud et deux niveaux de la partie centrale.

La sécurité,

Les autorités britanniques ont sécurisé l'accès à l'aile sud du bâtiment avec des barbelés ainsi que plusieurs points de contrôle. Il faut donc montrer patte blanche pour accéder à cette partie de l'hôtel. Une mitrailleuse avec un puissant projecteur pour éclairer la zone la nuit a même été placé sur le toit d'un bâtiment annexe. Seul le sous-sol n'est pas sécurisé et c'est cette faille que vont exploiter les terroristes.

L'attaque,

Le 22 juillet, vers 12h, une camionnette de livraison se présente à l'entrée de service de l'hôtel.
A l'intérieur plusieurs membres de l'Irgoun habillés en arabes.
Descendus de leur véhicule ils pénètrent dans le bâtiment se faisant passer pour des livreurs de lait transportant avec eux plusieurs bidons.
Puis, pendant que certains d'entre eux tiennent en respect le personnel de cuisine, d'autres se dirigent par le tunnel du sous-sol jusque sous l'aile sud du bâtiment, où ils placent leurs charges explosives.
Au même moment une détonation est entendue émanant d'une rue voisine de l'hôtel, suite à l'explosion d'une grenade lancée sous un camion-citerne, et ce dans le but de détourner l'attention de l'action en cours à l'hôtel.
Dans le même temps, un officier anglais blessé par balle lors d'une rencontre fortuite avec les terroristes quelques minutes avant dans un des couloirs de l'hôtel, arrive à remonter au rez-de-chaussée et donne l'alerte.
Les terroristes prennent alors la fuite dans une auto garée à l'extérieur de l'enceinte de l'hôtel.
Au moins deux d'entre eux sont blessés par balle lors de leur fuite.
A 12h37, une explosion secoue le bâtiment et une partie de l'aile sud s'effondre ensevelissant plusieurs dizaines de personnes.
Néanmoins d'autres bombes non explosées seront découvertes par la suite dans le sous-sol du bâtiment prouvant que l'explosion aurait pu réduire en cendre une partie plus importante de l'hôtel, mais que dans la précipitation, les terroristes n'ont pu exécuter leur mission jusqu'au bout.
D'ailleurs le consulat général de France situé à une centaine de mètres de l'hôtel reçoit, une dizaine de minutes après l'explosion, un coup de fil anonyme le prévenant d'une explosion imminente à l'hôtel.
Ce qui permet de penser qu'effectivement les terroristes ont déclenché leur explosion trop tôt et de façon incomplète.

Les victimes,

Six survivants seront extraits des décombres par les équipes de recherches alors qu'au total 91 morts sont dénombrés dont 28 Britanniques, 41 Arabes, 17 Juifs Palestiniens, 2 Arméniens, un Russe, un Grec et un Égyptien. 46 personnes sont plus ou moins grièvement blessées.
Côté Irgoun, un des terroristes sera retrouvé mort et un de ses complice blessé au cœur de la vieille ville de Jérusalem par la police.

Conséquences,

L'attentat est condamné de toute part que ce soit par les Arabes, les Juifs, le gouvernement britannique ou les autres états.
Le commandement britannique est mis à mal car, selon l'Irgoun, un appel anonyme lui aurait été passé avant l'explosion, conseillant l'évacuation du bâtiment.
Cet appel n'aurait pas été pris en compte et aurait donc augmenté le nombre de victimes de l'attentat.
Les britanniques n'ont jamais reconnu avoir reçu un tel coup de fil.
Cet attentat va conforter le gouvernement britannique dans sa politique pro-arabe mais va aussi l'amener petit à petit à un retrait progressif de sa présence en Palestine, jusqu'à son départ total à l'heure de la création d'Israël en mai 1948.

PS: (pour la petite histoire)

La plaque commémorative de l'Hôtel King David fait état de 92 morts car les autorités israéliennes ont souhaité ajouter au décompte des victimes, le terroriste décédé.
Au grand dam des britanniques qui n'ont guère apprécié ce mélange des victimes de la bombe avec leur auteur
.


2.Posté par Druide le 18/12/2011 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plus de sources ici:

La tragédie d'Oslo éclaire les liens entre les nationalistes européens et les sionistes extrémistes anti-Islam
http://pascasher.blogspot.com/2011/07/une-tragedie-comme-celle-qui-est.html

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires