Reflexion

Le tragique de la connaissance 2 La science historique à l'heure des déclins


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 11:56 De la grandeur d'un athéisme pensant

Mercredi 23 Mai 2018 - 22:18 L'Europe s'initie au jeu de Go



Manuel de Diguez
Vendredi 20 Juin 2014

Le tragique de la connaissance 2  La science historique à l'heure des déclins
1 - La balance de Karl Marx
2 - De l'industrie de luxe à la charpie
3 - Le déplacement de la mythologie
4 - Entre un marché illusoire et un marché de luxe
5 - A la recherche d'un rétroviseur
6 - L'enclume de notre cervelle
1 - La balance de Karl Marx

Au premier abord, la taille et la nature de l'infirmité neuronale dont souffre la logique des fuyards actuels de la zoologie paraîtra surréelle à tout observateur assermenté des ténèbres dans lesquelles le malade se trouve plongé; et pourtant la pathologie native qui affecte la cervelle de cet animal s'est manifestée une fois de plus et avec un grand éclat tout au long des trois derniers quarts de siècle. Par conséquent cette folie entrecoupée de quelques lueurs de raison ne saurait encore se trouver définitivement réfutée, puisque le monde entier s'imagine avoir d'ores et déjà invalidé le diagnostic d'un certain Karl Marx sous le prétexte que la pharmacopée de ce médecin contenait des remèdes censés guérir le choléra.

Or, les calculs de Karl Marx étaient aussi irréfutables dans l'ordre de l'économie de son temps que ceux de Ptolémée dans l'ordre de l'astronomie alexandrine - simplement, les symptômes de la maladie observée renvoyaient à un autre système de référence, à une autre signalétique, à un autre code du signifiant. Du coup, le cerveau simiohumain de type ptolémaïque du XIXe siècle s'est contenté d'observer la nosologie de l'économie mondiale de l'époque; et cet Hippocrate avait si clairement décelé la maladie que son diagnostic est demeuré irréfutable. Si vous vendez à un prix exorbitant des produits destinés à une consommation massive, disait-il - et à seule fin d'empocher la plus abondante plus-value possible sur des biens de première nécessité - par quel prodige les acheteurs disposeraient-ils de la masse d'écus sonnants et trébuchants qui leur permettrait de rompre leur jeûne forcé et d'acheter, au gré de leurs goûts et selon leurs besoins, une marchandise que vous déverserez aussi massivement que vainement sur un marché préalablement asséché par votre passion du gain?

On voit que la psychobiologie des miracles, tant religieux qu'économiques, se situe au fondement des révolutions épistémologiques, parce que ce ne sont pas les faits dûment constatés qu'il faut réfuter - ils sont bien observés et ressortissent au plus simple bon sens - mais les problématiques qui sous-tendent les échiquiers de la connaissance, donc la logique et la dialectique qui leur servent de champ de manœuvre.

Je le redis, le célèbre Dr Karl Marx avait tiré à bon escient le scalpel et le bistouri les plus tranchants de sa trousse; et c'était son disciple le plus fidèle, donc le plus obéissant, un certain Lénine, qui avait coupé la tête des capitalistes ptolémaïques, afin, pensait-il, de tuer le "capitalisme de Ptolémée" en son essence et quintessence - et pour des motifs évidemment censés pastoraux et évangéliques à souhait. Naturellement, cette chirurgie expéditive avait guillotiné l'industrie et le commerce de tous les pays qui s'étaient avisés de l'appliquer à leur économie, parce que la fainéantise des peuples bien nourris, jointe à la voracité insatiable de leurs élites politiques et industrielles a nécessairement reconduit notre astéroïde au culte de la gangrène la plus vieille du monde, celle dont la guérison par l'exécution des coupables était réputée avoir assuré l'élimination: la gangrène de la pauvreté et de la richesse, dont la pathologie remonte au paléolithique. Mais alors, il ne suffit plus de colloquer Copernic derrière Ptolémée, puis Einstein derrière Copernic: il faut se demander ce qu'il en est de la nature inconsciemment zoologique de toute notre astronomie "objective" et "expérimentale".

Tentons donc de comprendre dans son universalité le phénomène mental qu'on appelle la déraison; et pour cela, demandons-nous non seulement sur quelle balance métazoologique nous pèserons le cerveau du simianthrope, mais également comment nous en rendrons fiables les plateaux et le fléau. Pour cela, nous remarquerons que la balance de Karl Marx ne pouvait peser la conque sommitale de l'animal semi pensant et que l'atelier de ce peseur ne disposait pas des outils requis pour une pesée métazoologique de l'humanité: car seule une balance prospectrice nous permettra de déposer la moitié animale de la boîte osseuse de la bête sur l'un des plateaux de la balance et l'autre sur le second.

2 - De l'industrie de luxe à la charpie

Si nous suivons ce chemin de la collaboration de la dialectique avec la logique, une première analyse des métamorphoses internes que le capitalisme a connues ou subies depuis Karl Marx nous conduira à l'examen de la problématique transanimale qui commandera la simianthropologie et la méta-zoologie de demain.

Au XVIIe siècle, Louis XIV s'était rendu à Venise pour y admirer, mais également pour s'y faire expliquer l'art de la miroiterie qui avait rendu la cité des Doges célèbre dans toute l'Europe. Ce premier exploit de l'espionnage industriel avait fait comprendre au roi que les technologies d'avant-garde étaient la clé de la future production industrielle et que les Etats dominants prendraient dorénavant sur le reste du monde le même type d'avantage que l'âge du bronze sur celui de la pierre taillée. Les tapisseries d'Aubusson et des Gobelins, la porcelaine de Sèvres et de Limoges en appelaient à une alliance nouvelle de la production économique avec le capitalisme de marché. Mais, au XVIIIe siècle, Diderot et surtout Grimm (1723-1807), dans ses lettres à Frédéric II, citaient sans cesse l'exemple de l'Angleterre qui, la première, avait conduit le capitalisme au machinisme et le machinisme à la production de marchandises de grande vente et de consommation courante.

Casanova s'était acheté une manufacture avec les sommes considérables qu'il avait extorquées à la Duchesse d'Urfé, une folle qui voulait se donner le sexe d'en face, ce qui, à l'époque, était demeuré un exploit hors de la portée des chirurgiens. Le bistouri du grand Vénitien n'était encore qu'un rayon de lune réfléchi par une baignoire dans laquelle trempait la nudité de la duchesse. Mais les manufactures de l'époque ignoraient encore le travail manuel morcelé en fractions infimes, dont l'ultime surréalité inspirera le film Les temps modernes de Charlie Chaplin en 1936.

Le premier, Frédéric-Guillaume, le père de Frédéric II, avait imaginé d'automatiser les mousquetaires et les grenadiers sur les champs de bataille, ce qui augmentait fort efficacement la rapidité du chargement des armes à feu. Le capitalisme du XIXe siècle s'est inspiré de ce progrès des armes à poudre pour réduire l'ouvrier à un automate mécanisé sur le modèle du guerrier prussien. Mais, dès la fin du XIXe siècle, Hippolyte Taine décrivait une forme nouvelle et non moins efficace de la dynamique industrielle automatisée: à Chicago, toute la masse du bœuf entrait vivante à un bout de la chaîne et sortait hachée menu et mise en conserves à l'autre bout. Cette fois, un capitalisme servi par des mangeoires d'acier conduisait le monde entier au même concassage de la viande que les machines à tisser du XVIIIe siècle, qui avaient affamé des milliers d'ouvriers tisserands.

3 - Le déplacement de la mythologie

Au XXe siècle, les armes mêmes de la répétition mécanique ont commencé de réconcilier - à leur manière et indirectement - le capitalisme moderne avec l'industrie de luxe, à cette différence près que la marchandise fabriquée sortait maintenant des mains de savantes phalanges de techniciens issus des grandes écoles. Le capitalisme a donc constamment changé de plateforme opérationnelle et de problématique, donc de logique interne. Aujourd'hui Airbus, Boeing ou les trains à grande vitesse investissent des sommes immenses à concevoir et à construire des prototypes hors de prix: un colbertisme de l'invention permanente et institutionnalisée se place de décennie en décennie à l'avant-garde d'un progrès ininterrompu et inachevable du machinisme somptuaire. Les pièces d'orfèvrerie de la modernité ne sont plus à l'usage des propriétaires terriens du XVIIe siècle - ce sont les nouveaux signes de la richesse collective. Ces joyaux à la fois rentables et coûteux se répandent au profit d'une société héritière de la bourgeoisie rentée du siècle de Voltaire. Du coup, la classe ouvrière de Karl Marx a subi une érosion tellement drastique de sa masse qu'elle a quasiment quitté la scène.

Dès lors, le cerveau du simianthrope n'entre en service qu'à l'heure où il se trouve en mesure de ravir leur territoire aux machines, lesquelles ne cessent de ronger les arpents que les neurones traqués de la bête défendent pied à pied ; et la frontière entre les emplois conquis par la mécanique et ceux des encéphales de plus en plus triés sur le volet enfantent un chômage et des crises économiques propres à une autre espèce d'évadés de la zoologie que celle du XIXe siècle: d'un côté, le champ des boîtes osseuses utilisables se ratatine, de l'autre, une joaillerie de pièces rarissimes s'expose à l'étalage des bijouteries de pointe. Les cerveaux sommitaux sont devenus une richesse dont le modèle était connu au XVIe siècle. Les nouveaux rois du monde se trouvent à Pékin, à San Francisco, à Tokyo; et la France publie la liste de ses cerveaux en fuite. Que faire des millions de têtes devenues inutilisables et de celles qui se vendent ou s'achètent à la bourse? On voit que l'humanité change de crâne à chaque siècle.

4 - Entre un marché illusoire et un marché de luxe

Il faut donc se demander, en métazoologue prospectif, avec quelles apories nouvelles de la psycho-biologie le monde moderne a pris rendez-vous. La décérébration de la main-d'œuvre automatisée de Charlie Chaplin a bien pu faire place pour quelques instants à un capitalisme relativement démassifié, la crise de 1929 n'en a pas moins marqué de son sceau l'échec d'un capitalisme qui était censé remplacer celui de la haute et de la moyenne bourgeoisie du siècle de Karl Marx. Ford avait cru enfanter un marché parallèle et durable. Pour vendre ses automobiles à ses ouvriers, il suffisait à ces derniers d'économiser héroïquement chaque mois quelques sous sur leur salaire de famine.

Mais ce type de débouché s'est révélé illusoire. Un surendettement strangulatoire des consommateurs artificiels a bien vite conduit le monde entier à des crises abusivement qualifiées de "surproduction". L'économiste français Firmin Oulès (1904-1992), fondateur de la "Nouvelle école de Lausanne" avait dénoncé ce capitalisme des ventres creux. Que faire d'une économie dont les paramètres renvoient à une problématique des subterfuges inconnue jusqu'alors de l'histoire du cerveau humain? Seule une problématique englobante, celle de la métazoologie, peut conquérir un regard de l'extérieur sur la bête empêtrée dans son outillage et dont l'évolution cérébrale prend de plus en plus de retard sur son outillage.

Car la logique interne qui pilote une civilisation modélisée, mais au sein de laquelle l'investissement dans l'invention technologique, tant macroscopique que microscopique, précède quelquefois de plusieurs années la production et la consommation des biens, une telle civilisation, dis-je, renvoie à la postérité véritable de Darwin et de Freud. Quand Siemens relie par le train Pékin à Canton en cent soixante dix-huit minutes, soit à la vitesse de trois cent soixante kilomètres à l'heure, les constructeurs du bolide d'en face font rouler cinq wagons vides à cinq cents kilomètres à l'heure, mais seulement sur une courte distance. Ce doublement de la vitesse des derniers avions à hélice de 1950 suffit à démontrer à la concurrence et sous le regard des télévisions du monde entier en extase, que le progrès ferroviaire est un potentiel international dont l'assise cérébrale a besoin de se nourrir d'un monde parareligieux, celui que sécrète l'univers semi mythologique d'une technologie béante sur la fiction.

5 - A la recherche d'un rétroviseur

On voit que, depuis le milieu du XIXe siècle, quinze décennies ont suffi pour que le capitalisme changeât plusieurs fois de problématique, donc de logique interne et d'échiquier mental. Ces évènements ne pouvaient se trouver esquissés, même partiellement, dans Le Capital de Karl Marx, tellement le concept de progrès passe désormais rapidement d'un machinisme obsolète à un machinisme provisoirement d'avant-garde. Mais cela signifie également que la science historique s'en trouvera rendue mouvante jusque dans ses anciens fondements, tellement l'expansion et le déclin précipités des grands Etats divise maintenant la politique mondiale entre les anciens mythologies religieuses, tantôt déclinantes et tantôt renaissantes et l'ascension d'un génie mécanique en extension continue au sein d'une espèce politiquement dépassée par ses propres conquêtes: la sève nouvelle de l'inventivité des évadés de la zoologie passe désormais par leurs machines. La bête à l'œil rivé sur ses rouages et ses engrenages ne sélectionne pas encore ses cerveaux politiques.

C'est dire que la pensée scientifique s'est délocalisée dans sa propre cécité: Karl Marx n'avait prévu ni que l'utopie de guillotiner purement et simplement le capitalisme se nourrirait nécessairement d'une résurgence planétaire du vieil évangélisme chrétien et de la haine des stoïciens pour la propriété privée, ni que la classe dirigeante issue d'un prolétariat messianisé à nouveaux frais et sur toute la terre habitée se trouverait fatalement dirigée par un clergé au service d'un déguisement du mythe retrouvé du salut, ni que cette ecclésiocratie s'auto-catéchiserait aussi inévitablement que la précédente et fournirait aux "masses laborieuses" sanctifiées une eschatologie étroitement calquée sur la sotériologie d'autrefois, ni que l'ère mythologisée par l'utopie de l'économie mondiale s'épuiserait immanquablement et subitement sur toute la mappemonde. La chute du mur de Berlin en 1989 a tué cette mystique en quelques jours seulement, alors qu'elle avait converti la quasi-totalité de l'intelligentsia mondiale. Et depuis lors, l'économie s'est lancée dans un expansionnisme ultime et non moins aveugle que celui de Lénine, celui du salut et de la délivrance du globe terrestre par la conquête du Graal de la "Liberté".

Comment ne pas placer l'histoire du cerveau de la bête au cœur de l'histoire du monde si l'utopie est le vrai roi de l'espèce semi cérébralisée ? La rêverie marxiste n'aurait jamais été réfutée davantage que le prodige eucharistique s'il n'avait pas eu l'imprudence de se soumettre aux verdicts d'un tribunal terrestre, celui du mur de Berlin.

6 - L'enclume de notre cervelle

Et voici que la démocratie onirique véhicule des songes de moins en moins crédibles. Où les auréoles verbales que contenait la boîte de Pandore de 1789 sont-elles passées? Les Etats-Unis d'Amérique suent sang et eau à présenter à la pointe du glaive et sur les cinq continents le concept apostolique de Liberté . Mais ce levain de l'empire se révèle de moins en moins salvifique, tandis que l'autre moitié du monde conduit le pragmatisme capitaliste au terme de la logique interne de ses carnages, celle du triomphe de la platitude d'un monde privé de surréalité.

Décidément, la question posée est devenue méta-zoologique: quelle est la distanciation cérébrale dont disposera demain la bête singulière qu'une bizarrerie de la nature a rendue locutrice? La dichotomie dont souffre cette espèce ne la scinde plus seulement entre le sacré et le temporel, mais entre une technologie d'avant-garde et un retard scientifique plus infranchissable qu'entre l'âge de bronze et l'âge de fer. De plus, cette scission de l'encéphale simiohumain n'est pas nouvelle: elle retrouve la chute classique des civilisations d'autrefois que leurs progrès avaient privées de mondes oniriques. Alors, le naufrage de la crédibilité de son éthique collective menace la bête soudainement vocalisée dans le vide.

L'un des paradoxes du progrès matériel est de faire resurgir le même néant que celui dans lequel était tombée la Perse décrite par Quinte-Curce dans sa Vie d'Alexandre: d'un côté les religions tentent de se décharger de la cargaison des superstitions moisies qu'elles charriaient depuis la nuit des temps, mais de l'autre, l'érosion de leur sorcellerie accélère un pourrissement universel des sociétés privées d'oracles, de fétiches et de totems.

On voit que, cent cinquante et un ans seulement après la parution de Le Capital de Karl Marx (1867), la réflexion de la méta-zoologie sur l' outillage de l'animal spéculaire en appelle à un approfondissement sans exemple de la connaissance de ses miroirs. Quel interlocuteur que notre tête! Marx fut le premier observateur qui ait placé la constellation du machinisme au cœur de l'histoire universelle. Depuis lors, notre astéroïde s'inscrit dans la postérité d'un visionnaire froid, mais qui, dans son mausolée, tourne depuis plusieurs générations sur le gril de l'utopie. Car, d'un côté, un infini asséché rend microscopique un animal largué dans le silence éternel de l'immensité, de l'autre, les exploits de cet insecte passionné de mécanique laissent pantois.

Peut-être le tragique est-il le trésor cérébral de la bête épouvantée par les exploits de sa boîte osseuse. Œdipe ou Prométhée, Icare ou Antigone, Ulysse ou Hamlet, que d'effigies d'un tragique dépassé! On attend d'autres aigles du tragique. Mais la vraie postérité de Karl Marx nous contraint de reforger toute notre science politique sur l'enclume de notre cervelle.



Vendredi 20 Juin 2014


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires