MONDE

Le terroriste solitaire n'est pas si solitaire que cela



http://french.ruvr.ru
Mardi 26 Juillet 2011

Le terroriste solitaire n'est pas si solitaire que cela

Les fonctionnaires bruxellois avaient de quoi être fiers : le nombre d'attentats en Europe était en baisse, seulement sept personnes avaient été mortes dans 249 attentats perpétrés sur le territoire européen en 2010. Et là, un Norvégien jusqu'à alors ignoré de tous surgit de nulle part. Anders Behring Breivik que personne ne suspectait de rien de criminel. Un solitaire. Mais est-ce qu'il est aussi seul que cela dans ses opinions ? La parole à notre commentateur Sergueï Gouk et à ses invités : le docteur en histoire Valentin Faline et l'écrivain allemande Daniele Dahn, membre de la commission  internationale pour les droits de l'homme fondamentaux et la globalisation.

L'objectif affiché par le tueur norvégien est de tirer l'Europe de son sommeil. Faute de quoi elle risque de se dissoudre dans la masse de races, coutumes et traditions étrangères. Le moyen choisi est universel : la violence. Et il faut commencer par les siens, les social-démocrates. La logique est simple : toute révolution s'opérant par la violence il suffit d'utiliser la violence pour provoquer une révolution.

Le terroriste norvégien est une création du culte de la violence, estime le docteur en histoire Valentine Faline :

« Le droit des Etats tout comme des individus de faire l'usage de violence est devenu une sorte de philosophie, une façon de penser chez la majorité de la population. Si la télé montre dans toute leur diversité des explosions, des assassinats, des attentats, etc., si la violence n'est pas neutralisée à l'école, il y a des chances de voir ce genre de personnages apparaître, seuls ou en groupes. Si le président roumain justifie publiquement l'agression de l'Allemagne nazie de l'Union soviétique et déclare qu'il aurait été content de s'y joindre en 2011, cela montre que le mal se propage non seulement dans les bas mais aussi dans les hauts ».

L'écrivaine allemande Daniele Dahn, membre de « Pen Club », doute que le manifeste de 1 500 pages mis en ligne par le Norvégien avant la tuerie, ait été lu avec toute l'application nécessaire. Mais on peut déjà en tirer quelques conclusions :

« Selon certaines informations, il était probablement lié à des néonazis allemands. C'est que son manifeste mentionne quelques cibles en Allemagne. On ne peut pas être sûr de l'absence d'un lien avec les milieux néonazis. Il est intéressant de noter que la première réaction instinctive en Europe était de dire : c'est le fondamentalisme islamiste. Mais là, on a affaire au fondamentalisme chrétien et à ses motifs nationalistes. D'où la question : est-ce qu'on avait raison de créer d'abord l'UE et l'union monétaire au lieu de créer une union politique, culturelle, sociale enfin, qui partagerait les mêmes valeurs ? »

La chronique de la terreur moderne se limite à des actes isolés dont le but est de semer la panique chez les populations. Les autorités des grandes villes européennes sont sur le qui-vive. Ces mêmes populations se dépêchent à crier aux islamistes les médias aidant. Mais regardons les statistiques : 99,6% d'attentats en Europe sont organisés par les non-musulmans. C'est-à-dire qu'ont tort les islamophobes qui disent : « Tous les musulmans ne sont pas terroristes mais presque tous les terroristes sont musulmans ».



Mardi 26 Juillet 2011


Autres articles
Nouveau commentaire :