Conflits et guerres actuelles

Le temps est bien Mossad sur la Planète…



JBL1960
Lundi 26 Février 2018

Le temps est bien Mossad sur la Planète…

En France, tout d'abord ;


Nouvelle ingérence israélienne dans la politique française…



On aimerait voir les merdias franchouillards en parler. Que l’oligarchie se rassure, ça n’arrivera pas, car la pressetituée française est 100% sous contrôle… Alléluia !!!
~ Résistance 71 ~


Le journal libanais Al Akhbar publie la photo de l’agente du Mossad qui recrutait de hauts dirigeants français


Al Manar avec Al Akbar (Liban) | 23 février 2018 | Source de l'article en français ► https://french.almanar.com.lb/790645


Le quotidien libanais AlAkhbar a publié la photo de l’espionne du Mossad, qui selon Le Canard enchaîné, est entré en contact avec de hauts fonctionnaires du ministère de la Défense. Depuis deux ans, selon l’hebdomadaire, l’employée des renseignements extérieurs israéliens aurait en effet aurait même réussi à lier des contacts avec des hauts fonctionnaires.

Le ministère de la Défense a-t-il été infiltré par une espionne du Mossad ?

La quadragénaire franco-israélienne, appelé Laurence Bendenir (la transcription du nom pas certaine), a réussi à sympathiser avec un haut gradé du ministère de la Défense, auprès de qui elle se faisait passer pour une consultante dans les réseaux djihadistes (takfiristes). Mais l’espionne aurait réussi à tisser sa toile au-delà de la Défense, en se rapprochant de trois hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay, de Matignon et du ministère de l’Intérieur.

Il aura fallu l’intervention des services de renseignement français pour démasquer l’espionne. La DGSI et la DGSE ont en effet mis sous surveillance la quadragénaire. Une affaire sérieuse puisque, toujours selon Le Canard enchaîné, les personnalités qu’elle aurait approchées ont depuis changé de fonctions. Malgré la gravité des faits, la justice française n’aurait pas donné son aval à des poursuites.

En 2010 déjà, la France avait découvert une tentative du Mossad de recruter des agents français présent en Syrie, lors de l’opération Ratafia lancée par l’entité sioniste et l’Hexagone. En mars dernier, plusieurs agents de la DCRI avaient été mutés après avoir été suspectés de fournir des renseignements au Mossad et deux membres de l’ambassade d’Israël avaient dû quitter la France. Enfin, en 2011 et 2012, le Mossad avait essayé de faire acheter au renseignement intérieur français et à la direction de la police des moyens techniques piégés.

►◄


Nous savons, ici pour l'avoir dénoncer depuis le début, de qui Macron de Rothschild est le N.O.M.



Et bien qu'il tente de gagner du temps ;


Interpellé à l'Assemblée nationale sur la question palestinienne, Jean-Yves le Drian a affirmé que la France comptait reconnaître l'État palestinien – au moment qui sera jugé «opportun» par Emmanuel Macron.


La reconnaissance d'un État Palestinien était au programme des questions de la séance publique de l'Assemblée nationale le 22 février. Interpellé à ce sujet par le député communiste Jean-Paul Lecoq, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, a assuré que la France «prépar[ait] concrètement les conditions d’un futur État palestinien»... sans préciser de date.


Jean-Paul Lecoq a estimé que la «reconnaissance de l'État palestinien par Paris donnerait du poids à [la] diplomatie |française] dans la résolution du conflit». L'élu communiste a rappelé à ce propos que l'Assemblée avait voté en décembre 2014 la résolution proposée par le Parti socialiste et les écologistes qui invitait le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine et que le président François Hollande n'avait pas accepté de suivre. Enjoignant l'actuel président de la République à rejoindre la centaine de pays qui ont déjà franchi ce cap, afin de réaliser «un geste diplomatique d’envergure», le député a demandé au chef de la diplomatie comment la France mettrait en œuvre cette résolution et quel était «le calendrier». Source Russia Today France via Alter Info

EN TOUT & POUR TOUT !


►◄



Mais même en Israël !


Et ce malgré que, Donnie joue de la Trumpette de Jéricho !


Selon des responsables de l'administration Trump cités par Reuters et AFP, Washington compte ouvrir son ambassade à Jérusalem en mai prochain pour coïncider avec le 70e anniversaire de la fondation d'Israël.

Le président américain Donald Trump joint le geste à la parole. Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre dernier, des responsables de son administration ont fait savoir le 23 février que les États-Unis allaient ouvrir leur ambassade dans la ville sainte dès le mois de mai prochain, selon les agences de presse Reuters et AFP.

C'est une surprise car le calendrier donné par le vice-président Mike Pence en janvier était bien plus étendu, l'ouverture devant, selon lui, avoir lieu fin 2019. Or, selon le responsable cité anonymement par Reuters, l'administration Trump souhaite faire coïncider cette ouverture hautement symbolique avec le 70e anniversaire de la fondation d'Israël. L'indépendance de l'État hébreu avait été proclamée le 14 mai 1948, à l'expiration du mandat que détenait le gouvernement britannique sur la Palestine depuis 1920.

Cette révélation a été accueillie avec un plaisir non dissimulé par les responsables Israéliens. Le ministre du renseignement Israel Katz a chaleureusement félicité sur Twitter le président Donald Trump : «Il n'y a pas de plus beau cadeau que ça ! La décision la plus juste et la plus correcte. Merci l'ami !»

La décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël a engendré une vague de contestation dans les mondes arabe et musulman. Des mouvements de protestations se sont tenus en Égypte, en Turquie, en Jordanie ou encore au Liban. Dans les territoires palestiniens et sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem, de violents heurts avaient éclaté entre manifestants et policiers. Sur la scène internationale, 14 des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies avaient voté une résolution condamnant la décision du président américain, obligeant les États-Unis à y opposer leur veto. Source Russia Today France Via Alter Info

►◄



Alors, on a beau lui avoir expliqué que ;


Non, M. Trump, Jérusalem n'est pas la capitale biblique d'Israël, ne l'a jamais été et donc ne peut être reconnue comme telle...


On apprend, très opportunément, que des archéologues pensent avoir retrouvé le sceau du prophète Isaïe…

Une découverte qui pourrait être l’une des plus marquantes de l’histoire des études bibliques a été faite en Israël. Les archéologues pensent avoir retrouvé le sceau du prophète Isaïe…

Un tout petit morceau d'argile mesurant seulement 1 cm pourrait constituer l'une des découvertes majeures de l'histoire des études bibliques. Il recelait en effet un sceau cacheté qui aurait pu être créé par la légendaire figure biblique Isaïe, ainsi que le relate le Live Science.

L'artefact avait été trouvé lors de fouilles en 2009 à Jérusalem-Est, peu après la découverte d'une impression de sceau du roi Ézéchias, qui fut le roi de Juda vers la fin du VIII siècle av. J.-C., donc approximativement à l'époque où vivait le prophète.

Dans un rapport de recherche publié mardi, le Dr Eilat Mazar, chef de l'équipe d'archéologues, précise que le nom d'Isaïe peut être vu sur l'empreinte du sceau même si les archéologues ne savent pas si cela se réfère au prophète biblique Isaïe ou à quelqu'un d'autre portant ce nom qui vivait aussi il y a 2.700 ans. Mais si le sceau appartenait bien au prophète Isaïe, ce «serait la première référence archéologique extrabiblique au prophète Isaïe jamais découverte, et la plus ancienne», a déclaré Robert Cargill, archéologue et professeur de lettres classiques et d'études religieuses à l'université de l'Iowa, cité par le site.

Le nom Isaïe signifie «YHWH sauve» ou «Yahu sauve», mais il y a d'autres individus dans la Bible hébraïque qui ont un nom avec une partie identique. Malheureusement, l'empreinte du sceau est endommagée, ce qui rend difficile de déterminer si le nom Isaïe est celui du prophète ou non. Source Sputnik News Via Alter Info

►◄


Mais ce qui laisse perplexe, est que durant à la fois le temps d’Abraham (19ème siècle AEC) jusqu’au temps de la conquête de la ville par David (10ème siècle AEC), Jérusalem n’a pas existé comme une entité territoriale sur la carte de l’ancien Proche Orient et spécifiquement du Levant. Simplement la ville n’y existait pas encore.

Il n’y a pas eu de Jérusalem pouvant accommoder l’histoire d’Abraham datant du 19ème siècle AEC ni de David et de son fils Salomon aux 10ème – 9ème siècles avant notre ère.


Quant à l’endroit de la Jérusalem biblique, d’autres universitaires de l’antiquité nous donnent certaines indications sur là où nous devrions regarder pour la trouver : sur la carte ancienne/antique de l’Arabie et du Yémen. La ville de Jérusalem d’après la Torah est située sur une montagne, c’est pour cela que le site le plus saint du judaïsme est nommé “Le Mont du Temple”. Mais lorsque nous regardons la carte de la Jérusalem actuelle, nous sommes surpris de découvrir qu’elle n’est pas située sur une montagne mais plutôt entre deux collines. N’est-ce pas un peu étrange ?



Aussi, je vous invite à lire les travaux de recherche du Dr. Ashraf Ezzat, en français, dans ce PDF N° 3 de 64 pages ► Traduction de la Bible & Escroquerie historique. Le Dr. A. Ezzat ne dit jamais dans son livre, ni aucune de ses publications ou vidéos que l'histoire de la Bible est une invention. Il ne fait que dire qu'il est maintenant prouvé que la location géographique de cette histoire n'est pas à chercher en Égypte, ni en Palestine, pour des traces de l'Exode ou du Palais de Salomon, mais dans le Sud de l'Arabie Saoudite et au Yémen.

◄►



Alors même qu'en Égypte aussi le temps est Mossad !


Guerre du gaz au MO : gaz sioniste en Arabie Saoudite ?


L’Égypte se transformera bientôt en un portail permettant l’exportation du gaz israélien vers les pays arabes, dont l’Arabie saoudite.

Le gaz israélien en Arabie Saoudite ?


Al Manar | 22 février 2018 | Source : http://french.almanar.com.lb/789505


Le quotidien Rai al-Youm a évoqué le récent accord gazier scellé entre l’Égypte et ‘Israël’, ajoutant que cet accord permettrait à l’entité sioniste d’exporter le gaz vers les pays arabes, notamment l’Arabie saoudite.

Et d’ajouter : « Quand le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié de “journée historique” le jour où Israël et l’Égypte ont scellé un accord gazier, cela voulait dire que la normalisation des relations économiques entre Israël et les pays arabes venait de prendre une nouvelle dimension. L’Égypte se transformera-t-elle en un portail permettant les exportations gazières d’Israël vers l’Arabie saoudite ? Lire l'intégralité de l'article sur Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2018/02/24/guerre-du-gaz-au-mo-gaz-sioniste-en-arabie-saoudite/

►◄


Et là encore, nous savons que tout ce fait au N.O.M. du Gaz, du Pétrole, et des Hydrocarbures...


L'empire anglo-américano-cristo-sioniste persiste et signe et n'oublions pas que sa cible, depuis le début, c'est l'Iran !


Alors que nous pouvons le stopper net ; En retirant notre consentement !


NON n'a jamais voulu dire OUI !


JBL1960


L'illustration est issue de ce billet de Benji qui est parti rejoindre les étoiles sur Les Moutons Enragés du mardi 20 mars 2012 ► Le Mossad et la CIA sont d'accord : l'Iran ne cherche pas à fabriquer des armes nucléaires...



Lundi 26 Février 2018


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires