International

Le sénat russe prône la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud en cas d'adhésion de la Géorgie à l'OTAN



Vendredi 14 Mars 2008

Le sénat russe prône la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud en cas d'adhésion de la Géorgie à l'OTAN
Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) se prononcera pour la reconnaissance de l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud par rapport à la Géorgie en cas d'adhésion géorgienne à l'OTAN, a déclaré vendredi Vadim Goustov, président du comité de la chambre haute pour les affaires de la Communauté des États Indépendants (CEI).

"Si la Géorgie adhère maintenant à l'Alliance de l'Atlantique Nord (OTAN), l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud se retrouveront aussi au sein de l'Alliance. Les avions de l'OTAN survoleront l'ensemble du territoire géorgien, y compris l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) se prononcera alors pour la reconnaissance de l'indépendance de ces territoires", a dit M.Goustov.

Pour le moment, le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) n'a pas reçu de demandes appropriées des républiques autoproclamées, selon lui.

Les républiques autoproclamées - l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie en Géorgie et la Transnistrie en Moldavie - ont considéré la reconnaissance de l'indépendance proclamée par la province serbe du Kosovo le 17 février dernier comme un précédent. Début mars, les parlements des trois républiques ont appelé le parlement russe, l'ONU et d'autres organisations internationales à reconnaître leur souveraineté.

La Douma (chambre basse du parlement russe) examinera la demande des trois républiques au cours d'une séance plénière programmée pour la semaine prochaine, a annoncé plus tôt le président de la Douma Boris Gryzlov.

Lundi, les participants aux auditions parlementaires russes consacrées à cette question ont proposé au gouvernement russe d'ouvrir des missions russes en Abkhazie, en Ossétie du Sud et en Transnistrie et d'oeuvrer pour l'adhésion des trois républiques aux organisations internationales qui examinent les dossiers concernant ces républiques autoproclamées.

Les anciennes républiques autonomes d'Abkhazie (nord-ouest) et d'Ossétie du Sud (nord) ont proclamé leur indépendance après la chute de l'URSS. Les affrontements meurtriers qui ont opposé Abkhazes et Sud-Ossètes à la Géorgie à partir de 1992 n'ont cessé qu'après l'intervention d'une force internationale de maintien de la paix, alors que des milliers de Géorgiens de souche ont dû quitter les républiques autoproclamées. Élu en 2004, le président Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur les régions séparatistes.

Au moment de l'effondrement de l'Union Soviétique, la République moldave de Transnistrie a unilatéralement proclamé son indépendance que personne n'a reconnue. Son conflit avec la République de Moldavie qui cherche à rétablir son intégrité territoriale a dégénéré en 1992 en une confrontation sanglante de plusieurs mois, qui a fait des milliers de victimes. En juillet 1992, les présidents moldave et russe ont signé un accord sur les principes de règlement politique du conflit. Depuis, Chisinau et Tiraspol (capitale de la Transnistrie) mènent des négociations de paix avec la médiation de la Russie, de l'Ukraine et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L'Union européenne (UE) et les États-Unis se sont par la suite joints à ces négociations à titre d'observateurs.


Vendredi 14 Mars 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires