Proche et Moyen-Orient

Le pilote jordanien a été tué par l'EI il y a un mois


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie



Mercredi 4 Février 2015

Le pilote jordanien a été tué par l'EI il y a un mois
Dans un bandeau, la télévision a fait état du «martyre du pilote Kassasbeh le 3 janvier».
Ces derniers jours, Amman a plusieurs fois réclamé, en vain, des preuves de vie de son pilote, avant d'envisager de libérer la djihadiste irakienne détenue en Jordanie que l'EI réclamait.
Une photo du pilote, barrée d'un bandeau noir, était placée dans un coin de l'écran et la chaîne diffusait des chants patriotiques.
L'EI occupe de larges portions de territoire en Irak et en Syrie, où ses djihadistes ont commis de nombreuses exactions, dont des décapitations d'otages, notamment occidentaux.
L'ONU accuse l'organisation ultra-radicale sunnite de crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité.
Le président des États-Unis Barack Obama a estimé mardi que si l'authenticité de la vidéo du pilote jordanien brûlé vif dans une cage était avérée, elle serait une nouvelle preuve de la «barbarie» de l'organisation de l'État islamique.
«Si cette vidéo est authentique, il s'agit d'une nouvelle indication de la cruauté et de la barbarie de cette organisation», a déclaré M. Obama, appelant à redoubler de «vigilance et de détermination» pour lutter contre cette dernière.
Maaz al-Kassasbeh menait un raid sur des positions de l'EI dans le cadre de la coalition internationale anti-djihadistes lorsqu'il a été capturé.
Sur les images insoutenables de cette vidéo de 22 minutes, on voit un homme portant une tenue orange enfermé dans une cage en fer et les flammes qui consument ses vêtements jusqu'à ce qu'il devienne une boule de feu.
La Jordanie avait affirmé dimanche sa détermination «à tout faire» pour sauver la vie de son pilote prisonnier et avait également «vivement» condamné l'exécution, la veille par l'EI, d'un second otage japonais, capturé en Syrie.
Depuis plusieurs jours, Amman exigeait une preuve que son pilote était vivant avant d'envisager de libérer, comme l'exigeait l'EI, une prisonnière irakienne condamnée à mort pour son implication dans des attentats meurtriers en Jordanie en 2005.
L'EI occupe de larges portions de territoire en Irak et en Syrie, où ses jihadistes ont commis de nombreuses exactions, dont des décapitations d'otages, notamment occidentaux.
L'ONU accuse l'organisation ultra-radicale sunnite de crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité.

La Presse

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-17543.html


Mercredi 4 Février 2015


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires