MONDE

Le peuple devrait s'approprier le processus électoral le 28 novembre 2011, "le deadline."


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 31 Octobre 2018 - 02:26 Le discours enflammé de Kadhafi (Vidéo 08.02.1988)



Benjamin Stanis KALOMBO
Samedi 26 Novembre 2011

Le peuple devrait s'approprier le processus électoral le 28 novembre 2011, "le deadline."

Grâce à un monitoring très serré du processus électoral en cours en République Démocratique du Congo, l’APRODEC asbl a pu mettre à jour l’existence des préparatifs de fraude massive en faveur du Président sortant et sa majorité parlementaire. 
Dans le présent document, nous allons décrire le mécanisme par lequel le pouvoir organisateur des élections en République Démocratique du Congo et le Président sortant comptent s’y prendre pour réaliser un deuxième hold up électoral.

En effet, nous avons apporté des preuves irréfutables relatives aux préparatifs de fraude électorale, notamment :

  • les diverses violations par la CENI de la Constitution et des Lois de la République Démocratique du Congo;
  • la commande par la Commission électorale (l'ex-CEI, en suite la CENI), la division électorale de la MONUSCO et le PNUD d’un nombre pléthorique de cartes d’électeur, soit 49.100.000 unités ;
  • la publication aléatoire des résultats de l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs ;
  • l’enrôlement des enfants, des militaires et la déportation des électeurs d'une circonscription vers une autre ;
  • l’augmentation anormale du corps électoral en 5 ans dans la majorité des circonscriptions électorales ;
  • l’existence de centres fictifs d’inscription des électeurs ;
  • l’existence de bureaux de vote  fictifs ;
  • l’existence avérée des électeurs fictifs ;
  • la fixation du nombre d’électeurs enrôlés à 32.024.640, alors que l’opération de dédoublonnage du fichier électoral n’est pas encore terminée ;
  • l’organisation des élections en un seul jour nonobstant l’impossibilité matérielle …

        (Cf. http://aprodec.blog4ever.com/blog/index-467504.html  )

Par ailleurs, nous avons dénoncé le contrat d’acquisition de 2.000 kits biométriques supplémentaires et d’un logiciel de compilation conclu au mois d’octobre 2011 pour un montant de 15 millions de dollars USD entre la firme Sud-africaine Waymark Infotech d’une part et d’autre part, le Gouvernement congolais et la Commission électorale nationale indépendante (CENI).  Ceci malgré le fait que la CENI possède déjà 18.000 kits biométriques + 1.250 kits prêtés par le Gouvernement de la République du Togo. (Cf. http://www.cheikfitanews.net/article-communication-face-a-face-ceni-aprodec-a-propos-du-fichier-electoral-89514995.html  ).

Après enquêtes, nous avons conclu que les kits biométriques fournis par Waymark Infotech lesquels sont pourvus d’un module de transmission des données par satellite seront utilisés par les experts nommés par la majorité présidentielle aux fins de réaliser une compilation parallèle des faux résultats. Ceci en faveur de Joseph Kabila.

Or, l’opposition s’est aussi équipée en matériel informatique et de transmission des données par satellite afin de pouvoir compiler parallèlement et publier prioritairement les résultats de l’élection présidentielle lesquels donneraient Etienne Tshisekedi gagnant (voir infra). Ceci, quelques heures après la fermeture du dernier bureau de vote.

Dès lors, nous allons assister à une guerre des chiffres entre le pouvoir (et la CENI) d’une part et d’autre part, l’opposition. Face à cette situation chaotique, la Cour suprême de justice pourrait proclamer directement Joseph Kabila gagnant sur base des procès-verbaux falsifiés.  Le cas échéant, la Cour pourrait ordonner un recomptage des voix.  Dans ce dernier cas, le piège va se refermer sur l’opposition car, le Ministère de l’intérieur -qui a la charge d’assurer la sécurité de centres qui serviront de dépôt pour les urnes et les sacs contenant les bulletins de vote- pourrait tranquillement effectuer l’opération de substitution des bulletins de vote d’origine par des faux bulletins pré-remplis

(Cf.  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=4SP0gVAjUW0 ; voir aussi,  http://mg.co.za/article/2011-11-25-drc-ballots-doing-rounds-in-johannesburg/ ).   

 

De ce qui précède

Les nombreuses irrégularités susmentionnées, ainsi que le maintient par la CENI de la date du 28 novembre 2011 pour organiser des élections - qui ne respectent pas les standards internationaux - pourraient être interprété comme étant une fuite en avant dont la finalité serait la réélection au forceps du Président sortant.

Dès lors, l’APRODEC asbl recommande aux candidats ainsi qu’aux partis politiques notamment :

  • d’exiger des clarifications - avant les scrutins- concernant la problématique de vote sur les listes spéciales, les votes par dérogation (ou par procuration), ainsi que le vote sur les listes des électeurs omis (Cf. Recours du MLC du 18 novembre 2006, Arrêt CSJ 27 novembre 2006 :   http://www.blog4ever.com/blog/fichier-291933-297213-467504.html  ,) c’est-à-dire la CENI devrait publier avant le vote les listes des personnes inscrites sur lesdites listes d’une part et d’autre part, déterminer préalablement toutes les restrictions y afférentes ;
  • de noter par catégorie le nombre de personnes présentes dans les bureaux de vote lesquelles sont autorisées d'y voter;
  • d’exiger la certification par la division électorale de la MONUSCO et le PNUD notamment la cartographie des bureaux de vote et leur nombre  (Cf.http://aprodec.blog4ever.com/blog/lire-article-467504-2798910-plaidoyer_pour_la_certification_du_nombre_de_burea.html  );
  • de déléguer des témoins dans tous les bureaux de vote surtout dans les circonscriptions  électorales dans lesquelles le taux d’accroissement moyen de corps électoral (TAMCE) est anormalement supérieur à 15% en 5 ans de législature (Cf. http://aprodec.blog4ever.com/blog/lire-article-467504-3352781-les_bureaux_de_vote_a_mettre_sous_surveillance_ren.html  );
  • d’évaluer les taux de participation au vote dans chaque circonscription électorale ;
  • de participer à la surveillance des urnes et sacs contenant les bulletins de vote, et ce, jusqu’à la résolution de tous les contentieux électoraux;
  • Varia (confidentiel)…

Finalement, l’APRODEC asbl estime que statistiquement Joseph Kabila n’a aucune chance de remporter l’élection présidentielle face à Etienne Tshisekedi, et ce, suite à la dissidence de certains de ses alliés de 2006 notamment Vital Kamerhe, Busa Nyamuisi et Nzanga Mobutu d'une part et d’autre part, l’impact de la mauvaise situation soco-économique de la population ainsi que l'impunité et les multiples violations des droits de l’homme à charge de Joseph Kabila.  

Par contre, Etienne Tshisekedi bénéficiera, quant à lui, des voix non seulement de son électorat naturel et de celui de Jean-Pierre Bemba, mais aussi du report des voix de la dissidence du pouvoir. Toutefois, dans l’hypothèse selon laquelle Vital Kamerhe (l'homme qui a fait élire Joseph Kabila dans le Grand Kivu en 2006) ne se désisterait pas en dernière minute en faveur d’Etienne Tshisekedi, cela n’aura aucune incidence négative sur le score de celui-ci, mais impact négatif sur le score de Joseph Kabila lequel n’a plus que la Province du Maniema et du Katanga comme fiefs hypothétiques (Cf. Estimation des résultants de l’élection présidentielle 2011 datant du 21 avril 2011: http://aprodec.blog4ever.com/blog/lire-article-467504-2263375-extrait_du_rapport_preliminaire_de_l_aprodec_asbl_.html ).
 

En d’autres termes, l’hypothèse statistiquement invraisemblable selon laquelle Joseph Kabila serait proclamé vainqueur par la CENI confirmerait "ipso facto" l’existence d’une fraude massive en sa faveur. En clair, Joseph Kabila ne pourrait gagner l'élection présidentielle du 28 novembre courant que grâce à la tricherie massive (Cf. Supra, les preuves irréfutables).     

Dans tous les cas de figure, l’aventure du Pasteur Ngoy Mulunde, de Joseph Kabila et consorts devrait s’arrêter dans la soirée du 28 novembre 2011, « le deadline ».  Ceci, conformément à l’article 64 de la constitution de la République Démocratique du Congo, lequel article stipule que:

 

"Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le

pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution..."

 

 
Fait à Bruxelles, le 26 novembre 2011.
 
 

Pour l'APRODEC asbl,
 
Benjamin Stanis KALOMBO
Président et Administrateur-délégué


Samedi 26 Novembre 2011


Commentaires

1.Posté par viva la révolution le 26/11/2011 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

faut-il défendre l´algerie? (la mére patrie) bien sur par tous les moyens!. contre les vendus,les traitres, les amis de B-H L, des franco-sionistes et de l´impérialisme, comme a l´époque du président houari boumediene (rahimah allah) les traitres vécurent sous la surveillance déterminante des services spéciaux que si abdelhafid boussouf dit si mabrouk avait a l´origine initiés dans la wilaya 5, historique les opposants, les indésirables, les déviants, voire les symple renâcleurs, furent traqués et mis au pas par les boussouf boys les éléments de la toute-puissance sécurité militaire. vive l´algerie.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires