Proche et Moyen-Orient

Le passé « sombre et violent » de Nouri al-Maliki


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie



Dimanche 20 Juillet 2014

Le passé « sombre et violent » de Nouri al-Maliki
Par Gilles Munier
Dans le Washington Post du 3 juillet dernier, Ali Khediry - fils d’un émigré irakien aux Etats-Unis - ancien assistant spécial de cinq ambassadeurs américains s’étant succédés à Bagdad, principal conseillé de l’US Central Command, raconte comment il a découvert Nouri al-Maliki – Abou Isra -, « obscur membre du Parlement » au passé « sombre et violent », comment et pourquoi il en a fait le Premier ministre de l’Irak en mai 2006*. Aujourd’hui, il s’en mord les doigts !
J’ai publié en mars 2010 dans le magazine Afrique Asie un article titré « Nouri al-Maliki, côté pile » (1), où je rapportais à peu près les mêmes informations sur son passé « violent», à savoir sur son implication dans des attentats commis en Irak et contre les occidentaux lors de la guerre Iran-Irak.
J’appris plus tard que l’article lui avait déplu et qu’il avait demandé à l’ambassadeur irakien à Paris de déposer une plainte en diffamation contre moi ! Ce dernier lui avait répondu qu’un procès de cette nature n’était pas gagné d’avance, qu’il ne valait mieux ne pas réagir car cela ferait de la publicité au magazine et à l’auteur de l’article dont Maître Jacques Vergès était l’avocat.
Ali Khediry, évidemment mieux informé que moi sur le « passé violent » de Nouri al-Maliki, rappelle les mêmes faits. Sachant qu’il a eu accès à une biographie documentée par la CIA et la DIA, le Premier ministre irakien ne l’attaquera pas en diffamation. Or, que lit-on dans le Washington Post :
1. Que Maliki a organisé des opérations secrètes contre le régime de Saddam Hussein avant de devenir représentant du parti chiite irakien clandestin Al-Dawa à Damas.
2. Qu’en 1981, suite à des ordres venus d’Iran, Al-Dawa a fait sauter l’ambassade d’Irak à Beyrouth, un des premiers attentats-suicides de l’islam radical (81 morts, dont l’ambassadeur).
3. Qu’au Koweït en 1983, Al-Dawa a attaqué les ambassades américaine (5 morts parmi le personnel non-américain) et française (des blessés) et perpétré des dizaines d’attentats contre les dirigeants irakiens de l’époque, y compris contre Saddam Hussein.
4. qu’Abu Mahdi al-Muhandis, cerveau de l'attentat contre l'ambassade des Etats-Unis au Koweït, est aujourd’hui un des conseillers de Maliki et son voisin dans la Zone verte.
Pas étonnant avec ce pédigrée que l’intéressé ait été « surpris » du choix de George W.Bush de l’introniser Premier ministre de l’Irak ! On imagine la réaction de l’opinion publique américaine si les médias avaient révélé son passé anti-occidental.
Depuis 2010, Ali Khediry estime qu’il faut virer Maliki, les intérêts vitaux américains étant en jeu. Mais, ce n’était pas l’avis de Joe Biden, vice-Président des Etats-Unis, qui affirme ne pas avoir d’autre « option », une position partagée – cela se comprend mieux - par le général Qassim Soleimani, chef de la Force Al-Qods, émanation des Gardiens de la Révolution islamique iranienne pour ses interventions à l’étranger. Seulement voilà, depuis la libération de Mossoul le sort de Nouri al-Maliki ne se joue plus seulement à Washington et Téhéran, et rien ne dit qu’un autre cheval consensuel ferait l’affaire. Les révolutionnaires irakiens menacent Bagdad et le pays est au bord de l’implosion. A qui la faute ?
Photo: le jeune Nouri al-Maliki
*Why we stuck with Maliki — and lost Iraq (Washington Post – 3/7/14)
(1) Sur le même sujet lire aussi :
La Face cachée de Nouri al-Maliki

http://www.france-irak-actualite.com/2014/07/le-passe-sombre-et-violent-de-nouri-al-maliki.html

 


Dimanche 20 Juillet 2014


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires