ALTER INFO

Le pape… il est catholique ?


Dans la même rubrique:
< >


Henry Makow
Mercredi 5 Juillet 2017

Le pape… il est catholique ?

Pape de l’Église inversée tenant la croix tordue
 

    Nous nous sommes assigné le devoir de perpétuer dans le public la conscience de la conspiration judéo-maçonnique qui a submergé l'humanité et l’a détourné de sa voie.
 

    Nombre d’ouvrages classiques, comme The Broken Cross [La croix tordue] de Piers Compton, ont été oubliés.
 

    La conspiration s’est déroulée sous nos yeux :

    Quand sera enfin venu le moment de détruire la cour papale... sous le prétexte d’être ses défenseurs, nous apparaîtrons... (des Jésuites ?) Grâce à cette diversion, nous nous incrusterons dans ses entrailles et serons sûrs de n’en jamais sortir, jusqu’à ce que nous ayons rongé toute la force de ce lieu.
– Protocoles des anciens machins de Sion

 

    Le Jour de l’An 2004, l'ancien pape Jean-Paul II exigea l’instauration d’un « nouvel ordre mondial... répondant aux desseins des Nations Unies. »
 

    Quand un leader mondial sert pareil verbiage, cela ne peut signifier qu'une seule chose : Il est complice du complot luciférien qui vise à créer un gouvernement mondial totalitaire.
 

    Selon Piers Compton, la papauté fut en réalité détournée par les Illuminati en 1958, à l’époque où Jean XXIII devint pape. Ce fut l'aboutissement de 200 ans de campagne visant à infiltrer et détruire l'Église catholique de l’intérieur.
 


 

    Piers Compton (1903-1986) fut pendant 14 ans rédacteur littéraire de l’hebdomadaire catholique The Universe. Il fournit les preuves de ses affirmations dans The Broken Cross, un livre de 1981 presque impossible à trouver, car il disparut mystérieusement quelques semaines après sa sortie. L'édition cartonnée est proposée par Amazon pour 500 dollars. L’ouvrage est disponible en ligne ici.
 

    D’après Compton, la période moderne de la conspiration luciferienne remonte à Adam Weishaupt, qui instaura l’ordre Illuminati le 1er mai 1776.
 

    « Comme la plupart, si ce n’est tous les leaders anarchistes, Weishaupt fut aidé financièrement par un groupe de banquiers de la Maison Rothschild. Ce fut sous leurs prérogatives que furent élaborés les projets Illuminati de grande portée sur le plan mondial. »
 

    En 1783, les Illuminati prirent le contrôle d'une grande partie de la Franc-maçonnerie, qui se mit à coordonner secrètement le mouvement révolutionnaire (libéralisme, socialisme, communisme). David Bay écrit : « comme c’est la seule façon de passer le relais de génération en génération, des sociétés secrètes, genre ‘Skull and Bones’, ont toujours fait fonction d'église de Satan. »
 

    Considérant que l'Église catholique était leur principal ennemi, les Illuminati signèrent sa ruine. En 1818, leur loge italienne publia un jeu de directives permanentes, dont l’une disait : « Il nous faut un pape à nous... pour aller plus sûrement à l'assaut de l'église... »
 

    Le but était « l’abolition complète du catholicisme et même du christianisme à la fin. Si le christianisme devait renaître, même des ruines de Rome, il se pourrait qu’il revienne et vive un peu plus tard. »
 

Le pape Léon XIII

 

    Dans l’Encyclique du 8 décembre 1892, le Pape Léon XIII reconnaît l’existence de deux royaumes. « L’un est le royaume de Dieu sur terre, à savoir la vraie Église de Jésus-Christ, et ceux qui désirent dans leur cœur en faire partie... L'autre est le royaume de Satan... ceux qui refusent d'obéir à la loi divine éternelle, et dont nombre de desseins outragent Dieu et s’opposent aussi à Lui. »
 

    Tout au long de l'Histoire, ces deux royaumes ont été en conflit.
 

    « Or, à notre époque, les adeptes du mal semblent s’associer et lutter unis avec fougue, encouragés ou assistés par l’association bien organisée et largement présente, appelée Franc-maçonnerie. Ne faisant plus secret de leurs buts, ils se dressent avec audace contre Dieu lui-même.
 

    Ironiquement, à la mort de Léon XIII, en 1903, un franc-maçon, le cardinal Mariano Rampolla, faillit être élu pape. Au dernier moment, l'empereur Franz Joseph d'Autriche opposa son veto à son investiture.
 

    Les Illuminati durent attendre encore 55 ans avant de prendre le contrôle de la papauté. À la mort du pape Pie XII, en 1958, le cardinal franc-maçon Angello Roncalli devint le pape Jean XXIII.
 

    Comme l’on pouvait s’y attendre, ce qu’il fit en premier fut de commencer à supprimer l’Apocalypse de Saint Jean dans l'enseignement catholique et d’adopter les idées du naturalisme, du matérialisme et du communisme. Cela fut entériné par le Conseil œcuménique de 1962 et Vatican deux, en 1965.
 

    En raison de cela, Malachi Martin, ancien jésuite, prédit que l'Église catholique romaine ne serait plus reconnaissable en l'an 2000. « Il n'y aura plus de contrôle centralisé, ni d'uniformité dans l'enseignement, ni d'universalité dans la pratique du culte, la prière, le sacrifice et la prêtrise. »
 

Le pape Paul VI

 

    Le cardinal Giovanni Montini, qui succéda à Jean XXIII en 1963 sous le nom de pape Paul VI, était lui aussi franc-maçon et socialiste. (En 1944, pour avoir dirigé des négociations secrètes avec les communistes, il fut renvoyé du Secrétariat de l’État du Vatican par le pape Pie XII.)
 

    Paul VI révéla sa vraie nature en 1965, lors d’un discours aux Nations Unies : « Il est dans les attributs de votre organisation de proclamer les droits et les devoirs fondamentaux de l'Homme. Vous êtes les interprètes de tout ce qui est permanent dans la sagesse humaine ; de son caractère sacré, pourrions-nous presque dire. »
 

    Le rejet de l'autorité spirituelle de l'église fut symbolisé par le cadeau de son anneau papal et de sa croix pectorale, que fit Paul VI à U Thant, secrétaire général de l’ONU. Ce dernier les vendit aux enchères.
 

    Devanture de la dictature luciferienne de l'hellite [élite de l’enfer, NdT], les Nations Unies furent édifiées sur des terres données par les Rockefeller. Sa Charte s’appuyait sur la Constitution de la Russie soviétique, et ses dirigeants étaient communistes. Son temple, dédié au paganisme, est géré par la secte Lucis Trust (l’ancienne Lucifer Trust) qui s’occupe également de toutes les publications.
 

La croix tordue

 

    Paul VI adopta aussi un sinistre symbole des satanistes du sixième siècle, qui fut repris par Vatican deux.
 

    Il s’agit d’une croix tordue (ci-dessus) portant une forme répugnante et déformée du Christ. Au Moyen Âge, magiciens noirs et sorciers s’en servaient à des fins occultes. Cette croix représentait la « Marque de la Bête ».
 

    Compton écrit : « Or, non seulement Paul VI, mais aussi les deux Jean Paul qui lui succédèrent, trimballèrent cet objet et le brandirent à la vénération des foules, qui ne savaient absolument pas qu’il symbolisait l'Antéchrist. »
 

    Paul VI abolit le serment contre le modernisme [sur l’immuabilité doctrinale, NdT], l'Index des livres interdits et révisa les lois canoniques. L'Histoire et les textes écrits dans l’esprit catholique, furent réécrits. Il encouragea les théologiens « humanistes », comme Edward Schillebeeck, qui enseignait que « l'homme le plus honnête et le plus naturel est celui qui ne croit en rien. »
 

    En 1976, la revue Borghese imprima une liste de 125 hauts ecclésiastiques qui, en violation des principes de l'Église, étaient francs-maçons. Leurs dates d'initiation et noms de codes secrets, pris dans Registre italien des sociétés secrètes, étaient cités. Compton imprima la liste, qui énumérait les directeurs de la radio et de la presse du Vatican, de l'éducation catholique ainsi que de nombreux hauts fonctionnaires, cardinaux et archevêques.
 

    Paul VI étant pape, rien ne sortit dans le public. Comme il se doit dans les manières du franc-maçon qu’il était, voici ce que dit Paul VI en 1969 : « Nous sommes sur le point d'être témoins d’une plus grande liberté dans la vie de l'Église... moins d'obligations et moins d'interdictions internes. Les solennités seront réduites... toute forme d'intolérance sera abolie. »
 

    Cette attitude est expliquée par des rapports disant que, de 1936 à 1950, le futur Paul VI faisait partie d'un réseau d'espionnage communiste, était en partie propriétaire d'une chaîne de maisons closes, et finançait des films érotiques.
 

Les deux papes Jean-Paul

 

    Le 26 août 1978, Albino Luciano, cardinal de Venise, devint le pape Jean-Paul 1er. Lui aussi était un « homme de gauche engagé », sauf qu’il a peut-être eu des déboires avec les manigances financières du Vatican, car il était mort un mois plus tard. Il n'y a pas eu d'autopsie.
 

    Le pape Jean-Paul II, Karol Wojtyla, lui succéda. Seul pape venu de derrière le Rideau de Fer, ce fut le premier pape non-italien depuis 1522. Compton écrit que, bien que l'autre cardinal polonais Wyszynski « ne céda jamais d’un pouce » aux communistes, Wojtyla rejetait cette attitude et collaborait. L'abbé Georges de Nantes s'exclama : « Nous avons un pape communiste. »
 


 

    Lors du Conclave où il fut élu, Wojtyla lut un livre de principes marxistes. Dans sa première Encyclique, il loua Paul VI pour avoir « révélé le vrai visage de l'Église » et l’avoir remise « au goût de l’époque ». Il alla jusqu'à dire que les adversaires de Vatican deux « ne peuvent pas être considérés comme des fidèles. »
 

    Dans une lettre du 1er septembre 1981, il écrit : « La tradition chrétienne n'a jamais défendu l’intangibilité et le caractère absolu de la propriété privée. » Cela contredit de nombreuses Encycliques qui affirment que la propriété privée est « un stimulant nécessaire à l'entreprise humaine », en harmonie avec la sagesse divine et les lois de la nature.
 

    Selon le pape Pie XII, « Seule l'entreprise privée peut fournir au chef de famille la liberté salutaire dont il a besoin pour s'acquitter des tâches qui lui sont assignées par le Créateur, pour le bien-être physique, spirituel et religieux de la famille. »
 

    Le communisme (étatisation des biens) est un trompe-l’œil grâce auquel banquiers et capitalistes monopolistes s’accapareront tout.
 

    Le 27 novembre 1983, le pape Jean-Paul II publia la bulle papale autorisant les Catholiques romains à être membre de société secrète.
 

    Compton laisse entendre que, bien qu’ostensiblement prêtre célibataire, par son comportement, Woytyla ressemblait à un artiste de Bohème. Impliqué dans le théâtre en Pologne, il écrivit une pièce sur la prostitution. Compton montre dans son livre des images de lui à l’époque où il était évêque ou cardinal. Il apparaît avec une femme et un enfant sur une plage. L'enfant grimpe sur lui. Ils ressemblent beaucoup à une famille.
 

    En 1960, il publia « Amour et responsabilité », un livre qui exaltait les rapports sexuels et décrivait la physiologie et la psychologie du sexe. Il déclara à un public de la jeunesse française : « L'union corporelle a toujours été le langage le plus fort que deux personnes peuvent avoir l'une pour l'autre. »
 

Conclusion

 

    Écrivant depuis son avantageuse position de 1981, Compton prédit que les positions traditionnelles de l'Église continueront de s’édulcorer.
 

    Aux environs de la même époque, Malachi Martin avertit : « L'église chrétienne tombe en décadence, n'a plus rien à dire et est en voie de disparition. » Ajoutant que les autres grandes religions subissent la même destinée, il prédit : « Une religion mondiale, avec une structure et des institutions, » gérée par « une grande bureaucratie. Et sortant d’elle apparaîtra la catastrophe finale. »
 

    Je présente cet article car il est cohérent dans le contexte du complot satanique organisé pour pervertir l'humanité.
 

    C’est uniquement sous cet angle que nous pouvons reconnaître les pièges du monde moderne : matérialisme, imposture des rapports sexuels et de l'ingénierie sociale associée au féminisme, au sionisme, aux droits des homosexuels, à la tolérance, à la diversité – dans le cadre d'une diabolique manœuvre d’asservissement spirituel, mental et physique.
 

    La société « moderne » occidentale semble être le fruit de cette conspiration contre Dieu. Nos dirigeants culturels et politiques sont pour la plupart des comédiens ou des complices involontaires.
 

    Tôt ou tard, nous apprendrons que la vraie liberté consiste à obéir à Dieu. L'alternative est de devenir esclave de Lucifer. La barbarie du siècle passé n'était pas un moment de folie, mais un signe avant-coureur du futur.
 

Henry Makow, 27 juin 2017

Original : www.henrymakow.com/000338.html
Traduction Petrus Lombard



Mercredi 5 Juillet 2017


Commentaires

1.Posté par algiers le 05/07/2017 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsque on est né dans une religion comme la religion islamique... ton grand-père et arrière arrière grand-père musulmans, vous êtes forcément musulman sur trois principe
1 ton prénom
2 ta physionomie et ton apparence
3 du pays
Voilà comment sont pris les critères pour définir un MOU SLIM,
Les européens de même sont considérés comme chrétiens selon presque les mêmes critères......

Alors la croyance c'est quoi? et la foi c'est quoi?
Qui a raison ou qui a tord ?????

Les chrétiens en veulent Juifs d'avoir tué Le Fils et de bidouiller la thorah
les Mouslims rejettent l'idée du fils et d'avoir bidouillé le livre évangile et rejettent le judaïsme comme étant abrogé.

Les chrétiens leurs pratiques sont simples, très simple en matière de devoir......
Les juifs leurs pratiques sont presque un rite ..............
L'islam est une religion qui demande trop de sacrifice sur soi......

En grosso modo le christianisme est une religion qui change avec l'époque et avec les idées voulues par les êtres.....contrairement à L'Islam qui reste figé sur les ordonnances.....
Les chrétiens ainsi que les juifs savent qu'ils ont commis l'irréparable et tentent de faire tomber les mouslims dans leurs orientations.

Les chrétiens se sont égarés les Juifs ont la colère de Dieu, les musulmans sont dans un tourbillon

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires