MONDE

Le nouveau projet de résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 31 Octobre 2018 - 02:26 Le discours enflammé de Kadhafi (Vidéo 08.02.1988)



IRIB
Samedi 4 Février 2012

Le nouveau projet de  résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie
Quatre heures de discussions serrées des membres du Conseil de sécurité, au sujet de la Syrie, n’ont débouché sur aucun résultat tangible, qu’attendaient les  Occidentaux. Lors de  la réunion du vendredi 3 février de l’instance, à laquelle étaient, aussi, présents les chefs de la diplomatie russe et américaine, le projet de résolution modifié de la Ligue arabe a été discuté. Avant la modification, le projet de résolution arabe insistait sur la nécessité du départ du Président syrien, de Bachar al-Assad, mais la Russie tout en jouissant du soutien de la Chine, avait, auparavant, souligné qu’il apposerait son veto à toute résolution qui exigeait le changement du gouvernement ou le départ du chef de l’État.  Selon le premier projet de résolution arabe, Bachar al-Assad devait remettre le pouvoir à son adjoint, et ce dernier devait entamer des négociations avec les opposants et former un gouvernement d’Union nationale, au maximum, dans deux mois. C’est pour rendre plus flexible les positions  de Moscou et de Pékin que les pays occidentaux et la Ligue arabe ont modifié ce projet de résolution. Le nouveau projet de résolution n’évoque pas le départ de Bachar al-Assad, mais soutient la facilitation du processus du transfert du pouvoir. Pourtant, ces changements n’ont pas réussi à aboutir à un consensus, au Conseil de sécurité, contre  le gouvernement syrien.Tout en prévoyant une telle situation, la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, avait  appelé l’ONU, depuis des jours, à la confrontation avec le gouvernement du Président Assad. Elle a déclaré, à la réunion de vendredi du Conseil de sécurité, que si l’ONU n’agit pas contre la Syrie, sa crédibilité sera mise en cause. Les Russes avaient, auparavant, annoncé que ledit projet de résolution aplanirait le terrain à une guerre civile, en Syrie. Autres concessions à Moscou, dans le texte: il n’y a pas de référence aux sanctions économiques imposées par la Ligue à la Syrie, en novembre dernier, ni d’inquiétude exprimée, sur les ventes d’armes à Damas, que la Russie souhaite poursuivre. Enfin, le texte précise que le Conseil veut  «résoudre la crise politique actuelle, en Syrie, de manière pacifique», afin de dissiper toute analogie avec l’affaire libyenne. Comme les précédentes versions, le nouveau texte «condamne toute violence, d’où qu’elle émane, et exige que toutes les parties, en Syrie, dont les groupes armés d’opposition, cessent, immédiatement, toute violence ou représailles». Par ailleurs, les Russes ont proposé un projet de résolution, qui rejette toute intervention militaire de l’OTAN, en Syrie. Les pays Occidentaux ont tenté, d’abord, de faire aligner le conseil de sécurité, sur leur politique anti-syrienne. Puis, avec le veto russe, ils ont activé la Ligue arabe, dont le projet de résolution peut, encore, être amendé, par les gouvernements, et le vote, au Conseil, pourrait intervenir, dans les tout prochains jours, vraisemblablement, lundi, selon des diplomates. Ils soulignent que des consultations, sur la Syrie, pourraient avoir lieu entre Occidentaux et Russes, à l’occasion de la Conférence sur la sécurité de Munich, ce week-end.


Samedi 4 Février 2012


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires