Lobbying et conséquences

Le jeu dangereux de Chabad Loubavitch


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 06:15 Impunité « made in Europe »



Samedi 6 Décembre 2008

Le jeu dangereux de Chabad Loubavitch
Joachim Martillo se définit comme ethniquement Ashkénaze. S'il précise qu'il est ethniquement Ashkénaze c'est pour faire comprendre qu'il tient son origine d'un peuple mais qu'il n'adhère pas à la foi communément associée à ce peuple ni au sionisme politique, idéologie née historiquement chez les Ashkénazes..

De fait, J. Martillo est farouchement antisioniste et ses écrits sont irrigués par une connaissance intime de la culture ashkénaze et de la religion à laquelle adhèrent ces derniers.

Le texte que je vous propose est en lien direct avec de précédents posts où je m'interrogeais sur le rôle de la Chabad House (Nariman House) dans les récentes attaques perpétrées à Mumabai en Inde.

L'analyse de Martillo est intéressante, en ce sens qu'elle met en avant le rôle des Chabad Houses, à l'insu généralement de leur base traditionnelle, comme relais dans le monde des entreprises sionistes de contrôle des communautés juives et d'interventions éventuellement de nature terroriste.

Le jeu dangereux de Chabad Loubavitch par Joachim Martillo, 1er décembre 2008

La sionisation du hassidisme

L'attaque sur Mumbai met en lumière la communauté ultra-orthodoxe (haredi) de Chabad-Lubavitch et ses réseaux étendus à l'international. Quand l'extension de ce réseau hassidique (keruv) a commencé dans les années 1950, il semblait plutôt intellectuellement malhonnête parce que l'organisation se servait de la nostalgie d'un passé juif imaginaire comme point d'accroche pour amener des juifs non religieux ou sécularisés à la pratique ultra-orthodoxe (haredi) comme bitshuvah de hozrim (retournés à la foi, parfois improprement appelés tshuvah de baalei), mais dans l'ensemble son activité était la plupart du temps inoffensive contrairement aux activités actuelles de Chabad, qui ont depuis longtemps franchi la ligne qui mène à un terrain dangereux.

Comme l'organisation Loubavitch est devenue plus grande et plus riche – en partie parce que la mobilisation pour le keruv a drainé d'importantes contributions, des membres ont montré une propension à la corruption (voir BREAKING! FEDS PREPARE FOR AGRIPROCESSORS TAX EVASION, FRAUD CHARGES – ALSO MOVE TO SEIZE RUBASHKIN LIFE INSURANCE POLICIES.)

Il s'agit du scandale d'un grand abattoir casher aux USA dont les dirigeants sont poursuivis entre autres pour fraude fiscale aux Etats-Unis(NdT)

Parce que l'expansion de ce réseau a amené dans la communauté Loubavitch de nombreuses personnes revenues à la foi éduquées ou endoctrinées dans les systèmes soviétique ou sioniste, qui sont similaires et tous deux génocidaires, le mouvement loubavitch est lui-même devenu plus conservateur et plus enclin à soutenir la violence ou à la promouvoir. (dans la Russie tsariste les Loubavitchs avaient la réputation d'être une des organisations hassidiques les plus dures et ils ont réussi à survivre et à prospérer dans Crown Heights au moment où ce quartier de Brooklyn déclinait et vivait de fortes tensions ethniques).

Jusqu'à présent les Loubavitchs ne sont pas autant impliqués dans la vie politique étatsunienne qu'Aish ha Torah et son alter ego The Clarion Fund qui a ouvertement tenté d'injecter de l'islamophobie dans la récente élection présidentielle.

(See Followup: Obsession, Aish, Clarion Fund and Aish and Clarion Fund History.)

Il est question d'un DVD de propagande islamophobe distribué gratuitement à des millions d'exemplaires en supplément à des journaux.

Pourtant les Loubavitchs ont collaboré étroitement avec des racistes Juifs comme Lawrence Summers et Alan Dershowitz dans les tentatives actuelles visant à contrôler le discours sur les campus étatsuniens. (See Fighting Hegemonic Blocking on Campus -- Ousting Summers at Harvard and Harvard: Jews Better Than Muslims

Par exemple la campagne qui a réussi à empêcher la nomination de Norman Finklestein à un poste de professeur.

Même si les Loubavitchs sont restés nominalement antisionistes, l'anti goyisme (hostilité aux Gentils) les a conduits à faire alliance avec les partis et organisations sionistes les plus racistes et violents de l'Etat d'Israël.

Lev Leviev, le richissime Loubavitch Russe revenu à la foi, soutient ouvertement le terrorisme sioniste et la construction de colonies dans les territoires palestiniens occupés. (See Settlers on Israel's eastern frontier)

Chabad Loubavitch, peut-être à cause de Leviev, s'est ouvertement impliqué dans le combat de Poutine contre les oligarques Juifs. (See Chabad (Lubavitch), Putin, Russian Oligarchs.)

En elles mêmes, les activités susmentionnées ont suffi à de nombreuses organisations, des mafiosi Russes aux habitants de Postville [la ville d'implantation d'Agriprocessors] en passant par des Arabes en colère pour s'en prendre aux Loubavitchs.

Pourtant, l'organisation Loubavitch possède un aspect encore plus sinistre.

Parce que les missions Loubavitch sont situées dans les plus importantes métropoles économiques, politiques et culturelles à travers le monde, les Loubavitchs ont mis en place un réseau incomparable pour l'espionnage économique et politique ainsi que pour l'échange secret d'informations. Parce que les Chabad Houses sont potentiellement aptes à fonctionner comme des lieux sûrs, ne gardant aucune trace des personnes de passage, le réseau des missions Loubavitch est bien supérieur à celui d'Aish Ha Torah pour les actions clandestines.

La plupart des gens ne prennent pas les Loubavitchs au sérieux, mais j'ai visité des Chabad Houses où j'ai rencontré des haut responsables du gouvernement israélien ou des officiers de l'armée (et certainement des agents secrets). On peut facilement imaginer l'intelligentsia néoconservatrice essayer de développer des relations avec celle d'Hindutya [nationalistes Huidouistes] ou que des politiciens se soient servi de Chabad Nariman House comme lieu de réunion.

Car les Loubavitchs font un bon accueil inconditionnel à tous les Juifs dans l'espoir de les rapprocher du style de vie Loubavitch, ils se sont avérés vulnérables à une potentielle action subversive des services de renseignements israéliens. Le Mossad et le Shin Bet ont pu assez aisément pénétrer la communauté haredi [ultra orthodoxe] lors de l'affaire Yossele. (Israeli reunites with NY woman who helped in his abduction).

La vie politique juive a souvent mis en œuvre l'infiltration et la subversion d'une organisation politique par une autre. C'était la procédure standard des communistes Juifs dans leurs tentatives de prendre le contrôle des syndicats en Europe de l'Est comme aux Etats-Unis. (le livre Red Star in Hollywood décrit cette pratique à Hollywood). L'organisation David Project Israel Advocacy s'est servi de ses programmes éducatifs comme moyen pour infiltrer des sionistes de la ligne Jabotinsky et des islamophobes extrémistes dans les organisations communautaires juives ordinaires.

Pour sioniser les organisations ultra orthodoxes qui activent avec des services de proximité ou des missions, le gouvernement israélien a seulement à encourager de jeunes gens parlant l'hébreu et endoctrinés dans le sionisme à fréquenter ces structures et, en quelques années la communauté ultra orthodoxe ciblée est complètement imprégnée de pensée sioniste tandis que les services de renseignements israéliens acquièrent un nouveau vivier de saya`nim sur place prêts à servir dans les actions sionistes secrètes.

Les shluchim Moubavitchs (émissaires à l'extérieur, missionnaires) Gavriel Noach et Rivkah Holtzberg correspondent parfaitement au profil du saya'an – particulièrement Rivkah. (voir LA Chabad mourns couple slain in Mumbai.)

Si le gouvernement israélien veut placer quelqu'un dans une position d'influence plus directe sur la direction des Loubavitchs ou d'une autre organisation ultra orthodoxe, c'est simplement un problème d'entraînement de ses agents à l'acquisition des modes de pensée permettant de se faire passer pour des gens revenus à la religion. En quelques décennies, les services secrets israéliens ont pu contrôler une importante communauté ultra orthodoxe organisée à l'insu des la base des adeptes ultra orthodoxes.

Un service de renseignement qui aurait lancé ce programme vers la fin de l'affaire Yossele (1960) aurait donc eu près de cinquante années pour perfectionner sa capacité à utiliser des organisations juives ultra orthodoxes pour des opérations secrètes aux Etats-Unis.

Nul ne saurait être surpris de constater que des programmes TV comme Sleeper Cell et 24 ne s'intéressent pas aux bonnes organisations religieuses dans leur développement de scenarii sur des activités clandestines menaçantes à l'intérieur des Etats-Unis. L'Etat d'Israël a placé des agents à Hollywood dans les années 1950 et n'a pas cessé depuis de manipuler l'industrie cinématographique étatsunienne.

Qui est derrière les attaques ?

La litanie habituelle qui consiste à accuser le Pakistan et le « terrorisme islamique » a déjà commencé. Voyez Al-Qaeda 'hijack' led to Mumbai attack et Mumbai attacks 'were a ploy to wreck Obama plan to isolate al-Qaeda'.

Du fait que le Pakistan a désespérément besoin d'aide étrangère, le gouvernement de ce pays n'est probablement pas impliqué dans les attaques de Mumbai qui peuvent avoir un effet d'accroître la déstabilisation du Pakistan.

A l'opposé, les néoconservateurs sionistes du Pentagone défendent une politique anti pakistanaise depuis 2001 et le gouvernement israélien pourrait avoir des raisons encore plus importantes d'attaquer l'économie indienne et le système économique globalisé en général.
Les avoirs des fonds souverains arabes devraient croître jusqu'à 12 trillards de dollars à court terme et pourraient donner aux pays arabes plus d'influence internationale que le pétrole ne l'a jamais fait.

Empêcher le développement d'une telle influence est un aspect du Mur d'Acier de Jabotinsky qui est rarement mentionné dans les analyses anglophones sur les thématiques de la politique étrangère sioniste. Les intellectuels sionistes révisionnistes les plus connus comme Jabotinsky et Achimeir préféraient le libre marché capitaliste dans un Etat ethno-national, mais ils posaient la prospérité ethno nationale en tant que caractéristique devant définir les relations économiques internationales. Une tentative sioniste pour mettre en ruines l'ordre économique mondial et de créer de la suspicion autour des investissements musulmans est le corollaire immédiat de l'idéologie sioniste néoconservatrice.


Comme l'Inde a suscité une énorme hostilité chez les Musulmans en raison des politiques nationalistes hindouistes [Hindutva], l'oppression du cachemire et le rapprochement avec l'Etat d'Israël, il existe de nombreuses organisations de Musulmans mécontents sensibles aux efforts d'agents provocateurs Etatsuniens ou sionistes, et les USA comme les sionistes ont une longue expérience dans l'instigation d'incidents par ces moyens.

L'excitation des peurs vis-à-vis des Arabes et de Musulmans de même que l'incitation des Musulmans à la réaction soit par des provocations ouvertes dans les territoires palestiniens occupés ou pad des actions clandestines sont des procédures d'action standard chez les sionistes aussi bien au Pentagone que du gouvernement israélien.

Au moment où le mandat de Bush arrive à son terme, on peut sans difficulté envisager que l'intelligentsia néocon et sionste jabotinskienne est en train de faire un ultime effort pour bâtir le « mur d'acier économique » aussi haut que possible avant la prise de fonctions du président Obama.

Israël a-t-il pu sacrifier les Holtzberg ?

Les sionistes ont toujours utilisé la mort de Juifs pour susciter de la sympathie pour les objectifs sioniste et comme couverture pour les crimes sionistes contre l'humanité.

Ben Gourion avait dit explicitement qu'il sacrifierait les enfants Juifs Allemands pour le bien du sionisme et les dirigeants sionistes ont certainement appris du bénéfice obtenu en sacrifiant des agents sionistes lors du pogrom de Kielce en 1946. Au cours de cet événement, des Soviétiques (Juifs) et des agents sionistes avaient probablement collaboré pour s'assurer que les survivants Juifs polonais choisiraient, comme le souhaitaient à l'époque aussi bien la direction sioniste que l'Union Soviétique, d'émigrer en Palestine plutôt que de rentrer en Pologne

Du fait que les recruteurs sionistes de Kielce avaient été tués lors du pogrom (soit par des pogromistes, soit par des agents Soviétiques Juifs), des informations essentielles sur la période critique qui a conduit au pogrom ont été rendues à jamais inaccessibles.

Certains articles sur les attaques de Mumbai indiquent que les Holtzberg avaient ces derniers mois loué des locaux aux organisateurs des attaques et ont donc contribué à une plus grande efficacité des assaillants.

La possibilité d'interroger les Holtzberg aurait énormément aidé les enquêteurs.


A propos (encore) de l’entrée sionisme d’une encyclopédie sur le racisme

Je vous avais parlé antérieurement de la protestation des sionistes contre un article sur le sionisme paru dans une encyclopédie sur le racisme publiée par une maison d’édition universitaire.

Apparemment l’Anti Defamation League (ADL, équivalent de la LICRA aux USA) a du mal à convaincre des non sionistes de la pertinence de ses remarques critiques et de ses demandes de révision (ou de censure) de son contenu.
L’ADL n’arrête cependant pas sa campagne contre cette entrée de l’encyclopédie ainsi qu’en témoigne l’article ci-dessous. Comme toujours, on y trouvera l’habituelle insistance pour confondre antisionisme et antisémitisme. Il est effectivement clair pour l’ADL qu’il est rigoureusement impossible d’être antisioniste sans être antisémite. Pourtant nous savons bien qu’il est possible d’être antisémite tout en étant pro sioniste. Il y a comme qui dirait un problème de logique.
Ou alors c’est une question de point de vue et, du point de vue sioniste, un Palestinien qui voit ses oliviers arrachés ou sa maison détruite par les hordes sionistes et qui ne dit pas merci ne peut être qu’un antisémite.

Le problème de l’ADL ou d’autres organisations sionistes est maintenant non pas d’empêcher que les non Juifs lisent cet article sur le sionisme mais bel et bien d’éviter que des Juifs (sionistes ou pas) ne le lisent avant d’avoir préalablement été alertés sur son contenu.
En effet, l’ADL comme le bibliothécaire à qui la parole est donnée, reprochent à l’entrée sionisme de l’encyclopédie ses erreurs factuelles. Erreurs que le bibliothécaire aurait énumérées dans un courrier et dont on se garde bien cependant de nous fournir la liste.
Et pour cause, l’article ne comporte pas d’erreurs, ce qui, quand la vérité gêne, est un grand tort quand on parle de sionisme. Le bibliothécaire qui a constitué cette liste « d’erreurs » nous fait cependant un petit cadeau en mettant en ligne [lien en fin de page] l’article controversé (Ah oui, « controversé » le mot fétiche des sionistes et des journalistes qui craignent de se faire taxer d’antisémites : je deviens sioniste ma parole !)

A part ça, Bernstein, le bibliothécaire, n’est pas favorable à la censure. Et puis, je le plains de travailler dans la bibliothèque d’une université qui est un foyer de l’antisémitisme.


Atteinte à Israël : un bibliothécaire découvre l’entrée antisioniste de l’encyclopédie
par Cindy MindellThe Jewish Ledger (USA) mercredi 3 décembre 2008 traduit de l’anglais par Djazaïri

En septembre, une nouvelle publication, « L’encyclopédie de la race et du racisme » s’est retrouvée sur le bureau de Steven Bernstein. Bernstein est conservateur de bibliothèque à la Central Connecticut State University (CCSU) et il crée les index pour les ouvrages de référence du catalogue de la bibliothèque.« Sachant qu’il recelait une erreur grossière en identifiant le sionisme à du racisme, j’étais curieux, » déclare-t-il. « Je suis allé à la lettre Z puis Io et voilà, il avait bien un tel article. En le lisant, j’ai été étonné de voir que l’article était basé sur des informations fabriquées et qu’il comportait plusieurs inexactitudes factuelles. »
Le livre est édité par Macmillan Reference USA, une division de Gale, Cengage Learning, qui vante les mérites de cet ouvrage comme étant le premier à examiner « les théories scientifiques, économiques, sociologiques et historiques de la race et du racisme de l’ère moderne. »
L’entrée sur le sionisme a été rédigée par Noel Ignatiev, co fondateur de "Race Traitor: Journal of the New Abolitionism," une publication en ligne qui a accueilli des auteurs antisionistes et antisémites qui diabolisent Israël et le mouvement sioniste.Gale publie également l’Encyclopaedia Judaica.Pour alerter les autres bibliothécaires avant que leurs institutions fassent l’achat inconsidéré de l’encyclopédie, Bernstein a envoyé un courriel à Ha-safran, la liste de diffusion de l’Association of Jewish Libraries (AJL) dans lequel il énumère certaines des inexactitudes de l’article. Non seulement il a reçu de nombreuses réponses, mais le courriel a été retransmis à des organisations juives dont l’American Jewish Committee et l’Anti-Defamation League (ADL).
L’AJL a écrit une lettre à Gale et un bibliothécaire de l’ADL à New York a demandé à Bernstein une copie de l’article que ce dernier a alors inclus dans son espace internet personnel de la Central Connecticut State University.
L’American Jewish Committee et l’ADL ont envoyé des lettres à Gale, demandant à la maison d’édition de retirer l’article.
« Ce n’est pas du tout un quelconque appel à la censure, » explique Bernstein. « Il y a une grande différence entre censurer des idées et appeler des gens qui disent des mensonges à ne plus dire de mensonges. Les bibliothécaires ne croient pas en la censure mais en une obligation éthique de mettre en avant les informations factuelles. » Bernstein affirme être d’autant plus sensible au problème que la CCSU est connue comme foyer du discours antisémite masqué derrière une rhétorique antisioniste.« On pourrait dire que ce n’est qu’un mauvais article ou un mauvais fruit, mais Gale défend complètement l’article et ignore le fait qu’il est factuellement inexact, » poursuit Bernstein. Ils publient également ‘Encyclopaedia Judaica’, alors ils disent que "il ne peut d’aucune façon être antisémite." Mais publier un article inexact met en question l’exactitude des autres articles. La réponse de Gale a été on ne peut mois satisfaisante.»
En réponse à la requête de l’ADL, l’éditeur a proposé d’insérer des points de vue alternatifs à l’article dans la version électronique de l’encyclopédie, mais ne prévoit pas de modifier l’édition imprimée.
L’encyclopédie reste dans la bibliothèque de la CCSU au grand chagrin de Bernstein. « la main droite ignore ce que fait la main gauche, » dit-il en pensant au fait que Gale a plusieurs équipes rédactionnelles en charge d’Encyclopaedia Judaica et de The Encyclopaedia Judaica. » Ce n’est pas parce qu’ils publient quelque chose de bien que l’autre n’est pas mauvais, » affirme-t-il.
pour lire l’article sur le sionisme: www.ccsu.edu/library/Bernstein/Zionism.pdf.


Dimanche 7 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par Sefyudu83 le 06/12/2008 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent article
il a tout comprit

2.Posté par rolland le 09/07/2009 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article me dégoute, il me donne envie de vomir, justifier des atentats dteroristes par tous les moyens, vous êtes répugnants, vous êtes en dessous des animaux.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires