Tribune libre

Le diable est dans les détails …


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 18 Octobre 2019 - 00:40 A vos démarcations citoyens !


Comme le sang dans les veines transporte les nutriments qui font la santé d’un organisme, les mots transportent le sens qui nourrit le cerveau. De même, si la pédagogie consiste à stimuler l'intérêt et l'envie d'apprendre1, les mots et gestes de trop brisent l'élan quand il existe ; ou empêchent tout élan.


saidab
Vendredi 6 Septembre 2019

Parle juste s’il te plaît - Parle pour la paix

Quelques mots au début d’un exposé dédié à la science et aux technosciences (lien ci-dessous), qui consacrent le jugement de valeur convenue de l’excellence, ont convoqué dans mon esprit son antithèse tout aussi convenu : l’échec, notamment scolaire. « Convenu » parce que l’excellence est un concept non opérationnel que les excellents s’attribuent entre eux. Le concept d’échec n’étant pas plus opérationnel qui sert aux excellents à se distinguer de pas bons convenus : les bénéficiaires de leurs services. Le rapport entre tout ça ? C’est le sujet de ma réflexion.
Je précise que, bien que s’inspirant de l’exposé, le contenu de l’exposé n’est en rien concerné. C’est le statut privilégié du contributeur qui me sert d’hameçon pour y accrocher une réflexion sur les implications d’un langage convenu non opérationnel.

« ... j'ai pu visiter (...) ce qu'il y a de mieux dans la capitale du Québec ,... » extrait de l’article « L’Amérique temple de la science ... » http://m.alterinfo.net/L-Amerique-temple-de-la-science-la-diaspora-scientifique-en-attente_a149280.html

A moins de me trouver à mille lieues à la ronde des évolutions de la langue française, et que les nouvelles normes m’échapperaient, le contenu de ces deux expressions est plus apologétique que scientifique. Ça gêne mes neurones en flétrissement irréversible. L’auteur s’adresse-t-il à un public ciblé, au fait des choses, qui lit en diagonale ? Les mots n’ont alors pas d’incidence sur eux. Il en va autrement pour le non connaisseur qui suit les mots comme on traverse une rivière à gué ! Qu’il manque une pierre ou qu’une pierre soit plus petite ou décalée, il perd l’équilibre. J’ai perdu l’équilibre pour tomber à côté du sujet : j’ai décroché !! Ces deux expressions, anodines en apparence, ont produit un déboîtement de mon attention.

Décrochage ... L’École bien sûr ! Un phénomène bien connu et si mal compris. Si mal traité. Plutôt que de questionner les failles du système scolaire et de l’aménager afin que de moins en moins de jeunes y perdent pied, et le cœur avec, les pédagogues référents experts spécialistes jugent et sanctionnent (il est question du système, pas de ses agents sur le terrain qui, hélas, ne peuvent être que des bras droits pour le système). Une ineptie absolue puisque fondées sur leur ignorance du processus de l’échec, et sur une interprétation de la « valeur » des enfants et adolescents à partir de leurs propres critères. Et adultes avec le temps (école de la 2ème chance !). Sur leur présomption à être bons juges. Juste ce qu'il faut pour produire encore plus de dispersion de l'attention, de blocages, d’angoisser. Et désintéresser les jeunes de l'apprentissage, de la matière ou de la personne dispensatrice des « savoirs ». Quand ça ne les dresse pas contre le monde entier …


On ne transmet ni n’apprend la valeur des choses en usant d’une liberté de langage déconnectée du strict nécessaire à une communication qui tisse des liens. La liberté consiste à être capable de circonscrire sa liberté à un périmètre qui laisse les autres libres dans leur périmètre. La liberté avec le langage est le privilège de ceux qui manipulent les symboles selon des protocoles internes à chaque ensemble : poètes, philosophes, scientifiques, pêcheurs, ... Et de nos jours pétrifiants, politiques et médias. Ne parlons pas de la Pub et de la propagande, firmament de la tromperie érigée en liberté. Pour chacun de ces ensembles, le sens commun est une vulgarité ; un concept archaïque. Leur réalité est dans la verbiase2. Raison pour laquelle le courant ne passe ni entre les différentes castes ni entre elles et le reste de la population. Ceux du bas qui parviennent à grimper d’un quart de cran dans les différentes hiérarchies conventionnelles, alors qu’ils sont méprisés en tant qu’arrivistes par leurs prédécesseurs parvenus, oublient d’où ils sont venus, oublient leur langage d’origine, et regardent de haut leur classe inférieur de souche.

Les transmetteurs de savoirs ne peuvent pas transmettre de savoir-être (communiquer est un savoir être) car dans leur liberté sans garde-fous ils confondent causes et effets, informer et manipuler, transmettre et conditionner, ... Au point que les catégories qui maintenaient la colonne vertébrale des sociétés dites « traditionnelles » disparaissent comme les plantes et les animaux : père et mère, homme et femme, juste et faux, réel et virtuel, publique et privé, mérite et influence … Effacé. Arasé par des transformateurs de paradigmes qui exercent le pouvoir comme ils font la cuisine chez eux, au gré de leurs envies. La société n’est plus gouvernée mais tenue sous contrôle.

Une volonté politique qui veut libérer les potentialités commencerait par pratiquer et transmettre le respect de la personne en général ; du rythme de l’enfant en particulier. Respect : attitudes et contenus qui apprennent aux jeunes à apprendre, pas à reproduire ! Les systèmes fondés sur une reproduction à l’identique, notent et évaluent ce qui n’est pas acquis, érodant les fonctions cérébrales au moment où le cerveau est ouvert à toutes les perspectives. Un système libérateur ferait évaluer les méthodes de transmission générales et individuelles à partir de ce qui ne passe pas vers les apprenants (je ne parle pas de « performances ») par établissement, zone, spécialités ... Un tel système transmettrait des savoirs et des attitudes équivalents en qualité, indépendamment des contenus, du seul fait que les transmetteurs auraient eux-mêmes acquis des codes moraux de transmission équivalents ; je n’ai pas dit « identiques » ! Les futurs adultes et administrateurs apprendraient ainsi à s’exprimer dans un langage national inclusif (oups !), qui n’exclut pas les particularités pour autant, et les frontières symboliques infranchissables entre castes et classes socio-économiques se dessécheraient sur pied ...

Pour l’instant, c'est le perdant désigné qui en paie la facture. Les transmetteurs, contraints de « réussir » selon les critères des systèmes en vigueur, ne sont pas libres et ne peuvent ni comprendre ni accepter une quelconque forme de liberté autre que la leur. Et ils trouvent ça « intelligent » ...

Quant au « temple de la science » … Outre la référence à la spiritualité, qui n'a rien à faire avec la science (surtout appliquée), un temple est un lieu d'envoûtement, de conditionnement. De manipulation. Rien qui corresponde à ce que l’on attend d’un esprit scientifique. Oui, « c’est juste une façon de dire » ; c’est une façon inappropriée. « Ce sont des mots banales auxquels peu de monde accorde la moindre attention ». C'est pour cette raison que je les relève ; ils sont « banales » mais font impression ! Ils impressionnent parce que ce sont des personnes impressionnantes par leur statut (convenu) qui les emploient. Les transmetteurs de savoirs techniques transmettent des techniques. Les transmetteurs de codes doivent transmettre des codes. Un code doit pouvoir être utilisé par quiconque en est détenteur. La langue française a ses codes. Malheureusement, même les transmetteurs français de souche ne transmettent pas les bons codes aux jeunes Français3. Les mots et gestes communément « mal placés » dans le discours référent accoutument les enfants au mésusage, à l'imprécision, à l'amalgame. Autant de chiures de mouches dans la perception des nuances et des réalités, dans la compréhension et l’application de codes de base dans une société organisée comme consigne, règle, obligations, droits, information, démocratie, hygiène, ...

Je ferais la même remarque pour la « Mecque de la révolution », même si elle dit du bien (trop ?) de l’Algérie : http://www.alterinfo.net/notes/La-Mecque-des-revolutions-l-ambassadeur-francais-a-Alger-fait-l-eloge-de-la-revolution-populaire-en-Algerie_b35621884.html


Je ferai la même remarque au journaliste qui a écrit dans l’article alléchant « Exclusif. Grave différend entre Bensalah et Gaid Salah : … » : «  ... les manifestants pacifiques interpellés par les services de sécurité en marge des marches populaires du vendredi du hirak algérien, et incarcérés par la suite par une justice aux ordres."
https://algeriepart.com/2019/08/31/exclusif-grave-differend-entre-bensalah-et-gaid-salah-le-premier-a-voulu-liberer-les-detenus-dopinion-le-deuxieme-a-dit-non/

Avec les termes « pacifiques » et « aux ordres » (parlant de justice !), le journaliste se fait partisan et dérive sur l’information et la manipulation de l’opinion, il. L’information, ça pourrait être ceci : «  ... les manifestants interpellés par les services de sécurité en marge des marches populaires du vendredi du hirak algérien, et incarcérés par la suite ... ». Pour une presse qui se déclare indépendante, ça pose un problème. Des manifestants « pacifiques » ne provoquent pas l'autorité militaire en Algérie à un moment où l’armée est sur les dents ! Où la situation est explosive. Les manifestants « pacifiques » désignés savent pertinemment à quoi ils peuvent s'attendre. Ils savent pertinemment que le drapeau kabyle est un symbole berbériste ; c'est-à-dire de dissidence. Ce drapeau n’a rien à faire dans des manifestations nationales, pacifiques elles. Ils font donc de la provocation. L’organe de presse « indépendant » le sait aussi. Le sachant, il verse de l'huile sur le feu. C'est l'armée qui est chargée d'assurer la sécurité du pays et ce genre de discours est un appel à la désobéissance civile. C’est de la manipulation. Que veulent-ils ? Les pacifiques attendraient que des instances nationales légitimées par le vote soient installées pour reprendre leur guerre socialiste contre le pouvoir. Une guerre de toute façon imbécile parce que ne correspondant ni à l’intérêt ni à la mentalité de la société algérienne, mais prenant sa source dans des emprunts idéologiques extra nationaux. Altermondialistes. D’un libéralisme vasoconstricteur …
Appeler à la confrontation avec deux petits mots, c’est tellement facile, Grands Hommes.


Je conclus avec cette version légèrement modifiée d’une profession de foi publiée sur un autre média4
Élément isolé de la diaspora algérienne, je me permets d'intervenir pour alerter les différents intervenants sur les risques d'une surenchère d’agressivité, qui ne peut que consolider des blocages déjà bien ancrés. J'illustre mon propos avec un commentaire de quelques extraits de la tribune :"Diaspora : création de « la convergence pour le changement démocratique en Algérie » pour soutenir le Hirak"
« ... le peuple algérien est vigilant devant les manœuvres du pouvoir à faire représenter le mouvement populaire par sa clientèle traditionnelle dans un simulacre de dialogue qui n’a d’autres desseins que d’imposer sa feuille de route. »
"manœuvres", "sa clientèle traditionnelle", "n’a d’autres desseins que d’imposer" sont des procès d’intention, pas des arguments politiques. Pensez-vous que vous favorisez un climat d'apaisement avec les autorités en place en les accusation de mauvaise foi ? Est-ce raisonnable ? Est-ce conséquent ? Est-ce utile ? Vous ne donnerez pas envie de vous écouter, de partager avec vous ; mais le contraire : vous mettre en accusation de votre côté et vous faire taire comme ils peuvent. En attaquant, vous assumez la responsabilité d'une contre attaque. Vous donnez à vos « ennemis » déclarés des raisons de vous accuser d'opportunisme, de menace et de chantage ; et d'appeler à la méfiance à votre encontre. Vous n'aiderez pas le « hirak » de cette façon (le hirak ne pouvant être aidé, n'étant pas une personne !).

« Le processus du dialogue doit d’abord s’amorcer entre tous les différents acteurs de la société civile avant d’envisager une quelconque négociation avec les tenants du pouvoir, ... ». Ceci est sage et conséquent. Je vous invite à l’être pour le reste ; à être vigilant à ne pas verser de l'huile sur le feu. Ce que vous ne souhaitez sans doute pas. Ça ne peut que confirmer dans l'esprit de vos adversaires(!) la réalité d'une «intrusion étrangère ».
« La chute de ce système, pour le salut de la nation, est non négociable. Le peuple ne lâchera pas prise avant de recouvrer tous ses pouvoirs pour la construction d’une vraie République démocratique. Système dégage! » Vous déclarez la guerre de là où vous êtes : loin de la fournaise ? C’est facile. Attention à ne pas prendre la main sur les hommes et femmes sur le terrain. Vous risquez d’y perdre votre crédibilité et de vous attribuer une volonté (affirmée!) d’immixtion ...

Concernant le "système", est-il nécessaire de rappeler à tous que ça n'est pas une personne, ni une personnalité, mais un fonctionnement ! Un fonctionnement ne se fait pas dégager ; cette expression va pour la rue mais pas pour des intellectuels. Si quelque chose doit être dégagé, ce sont les appels à la désobéissance civile. Je regrette de trouver dans votre plateforme des formules qui semblent y encourager, quand les Algériens ont besoin de s'apaiser pour pouvoir se parler, TOUS.

Pour la devise, j'entendrais bien UNITÉ (territoriale) - ÉGALITÉ (en droits ET devoirs devant TOUS les services et institutions) – SOUVERAINETÉ (politique (économique, alimentaire, culturelle)).
POUR UNE ALGÉRIE DES POSSIBLES
PAIX A CEUX QUI ONT DONNE LEUR VIE POUR L’INDEPENDANCE DE L’ALGERIE !
Il est temps de se mettre à jour et de se libérer de symboles que personne ne respecte de toute façon pas. Il faut maintenant honorer les sacrifices des hommes, femmes et enfants de cette période en prenant résolument le relais, et en les laissant tranquilles.
Cordialement


NOTES
1- «  ...l'expression « Faire preuve de pédagogie » signifie l'aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d'individus — de tous âges et de toutes conditions — un savoir ou une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée. » Wikipedia
2- « La verbiase est d’origine historique : « Ces habitudes [depuis l’an VIII de la révolution française) ont entraîné une singulière évolution de la langue : autrefois, net et dru, le français devient flasque, oblique, imprécis, tout en reculs, détours et lâches antiphrases18. » , http://www.alterinfo.net/L-eternel-retour-d-une-haine-sans-objet-4-FIN_a148508.html
3- « La France 34ème sur 50 pays en 2017, bauf ... » ; http://www.alterinfo.net/Lis-au-nom-de-ton-droit-a-Etre_a135274.html
4- https://algeriepart.com/2019/09/04/diaspora-creation-de-la-convergence-pour-le-changement-democratique-en-algerie-pour-soutenir-le-hirak/ailleurs



Jeudi 5 Septembre 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires