International

Le Sommet du G8 à L'Aquila



Jeudi 9 Juillet 2009

Le Sommet du G8 à L'Aquila
Les dirigeants du G8 ont ouvert leur sommet de trois jours, mercredi, à L'Aquila, dans le centre de l'Italie, pour discuter, notamment, de la relance de l'économie mondiale, de la promotion du développement et du renforcement de la lutte contre le changement climatique. Le G8 regroupe l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, le Japon et la Russie. Les travaux du sommet ont commencé, mercredi, et doivent se concentrer, pendant la première journée, sur la crise financière et économique.

Prendront part, également, au G8, l'Afrique du Sud, le Brésil, l'Inde, le Mexique, l'Australie, l'Indonésie et la Corée du Sud, pour discuter de la lutte contre le réchauffement climatique. La crise économique mondiale est au centre du Sommet des huit pays les plus industrialisés du monde. Toutefois, sur le dossier économique, l'ombre de la divergence plane sur L'Aquila. Les Etats-Unis et la Grande Bretagne prônent l'injection de plusieurs milliards de dollars, pour empêcher le dépôt de bilan, dans les secteurs, industriel et bancaire. Or, d'autres membres du Groupe, l'Allemagne, en tête, souhaitent une réduction des dépenses de l'Etat et baisser les impôts, tout en réduisant les déficits publics. Le sommet se tient, aussi, sous de mauvais auspices pour le climat, après le renoncement d'une quinzaine des principales économies mondiales à diviser par deux, d'ici 2050, leurs émissions de gaz à effet de serre.

Là, aussi, les opinions divergent. Pour les Européens, l'enjeu est maintenant d'obtenir un objectif de réduction de 2°C du réchauffement climatique, leur but étant de convaincre les Etats-Unis d'y adhérer, alors que Barack Obama a, récemment, présenté un plan climat, misant sur une réduction de 17% des gaz à effet de serre, en 2020, par rapport au niveau de 2005. Les Européens et les pays émergeants craignent, cependant, que le Président américain ne s'engage pas, au niveau international, sur des objectifs chiffrés.

A eux seuls, les 8 pays industrialisés produisent 40% des gaz à effet de serre qui menacent l'environnement. Pour les pays en voie de développement, les pays riches sont responsables de cette situation et de ses conséquences sur le climat. Ils appellent, instamment, les pays riches à assumer leur responsabilité et à y trouver une solution. Les dirigeants du G8 seront, aussi, appelés à confirmer leurs engagements d'aide aux plus pauvres. En dépit de leurs promesses, ces derniers n'ont pas vraiment respecté leurs engagements, d'autant plus que les décisions du G8 n'ont pas beaucoup contribué au développement, ni au renforcement de la sécurité dans le monde. Les protestations, en marge du sommet, contre la politique des pays les plus industrialisés, s'inscrivent, d'ailleurs, dans ce cadre.


Jeudi 9 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires