Lobbying et conséquences

Le Sionime, une idéologie raciste : Le vilain petit secret d'Israel


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante


Le racisme du Sionisme a, bien sûr, été fondamental en Israel depuis son établissement en 1948. Le gouvernement israélien poursuit une politique contre sa propre minorité de Bédouins très similaire à ses actions dans les territoires occupés.
La population bédouine a été relocalisée de force et entassée dans de petits secteurs du Negev, avec encore l'intention de la forcer à l'exode, et la moitié des 140.000 Bédouins du Negev vivent dans des villages que le gouvernement israélien ne reconnaît pas et il ne leur fournit pas de services.


Par Kathleen et Bill Christison


Kathleen et Bill Christison
Dimanche 9 Septembre 2007

Israel a rasé 418 villages palestiniens lors de sa création en 1948 et a depuis démoli plus de 11.000 maisons palestiniennes
Israel a rasé 418 villages palestiniens lors de sa création en 1948 et a depuis démoli plus de 11.000 maisons palestiniennes
Lors d'une présentation sur la situation Palestino-Israélienne en 2001, l'une de nos connaissances américano-israélienne a commencé par une attaque typique contre les Palestiniens.

En prenant la phrase surutilisée : "Les Palestiniens ne ratent jamais une occasion de rater une occasion," elle a affirmé insidieusement que, si seulement les Palestiniens avaient eu un peu de décence et qu'ils n'avaient pas été aussi super intéressés à jeter les juifs à la mer en 1948, ils auraient accepté le Partage de la Palestine des Nations Unies.

Ces Palestiniens qui sont devenus maintenant des réfugiés seraient restés tranquillement dans leurs maisons, et l'Etat de la Palestine aurait pu célébrer en 2001 le 53ème anniversaire de son indépendance.

Tout pourrait être douceur et lumière mais maintenant les Palestiniens vivaient, depuis un an, dans un Intifada mortel, toujours sans Etat, toujours hostiles et ils tentaient toujours, a-t'elle affirmé, de jeter les juifs à la mer.

C'était une réplique habituelle mais avec une nouvelle et intrigante torsion : que si les Palestiniens avaient accepté le partage, ils auraient en fait vécu en paix dans un Etat depuis 1948 ?

C'était suffisant pour inciter le public à s'arrêter et à penser. Mais plus tard dans le débat, l'intervenante a fait une gaffe en affirmant, sur un ton profondémment alarmant, que l'insistance des Palestiniens pour le droit au retour des réfugiés palestiniens était déplacée parce que quand Israel a été créé, cela aurait signifié la destruction d'Israel en tant qu'Etat juif.

Elle n'a pas réalisé la contradiction inhérente à ses deux affirmations (jusqu'à ce que nous lui signalions plus tard, avec peu de plaisir).

Vous ne pouvez pas dire les deux choses, lui avons-nous expliqué : vous ne pouvez pas affirmer que, si les Palestiniens n'avaient pas quitté les secteurs qui sont devenus Israel en 1948, ils vivraient maintenant en paix, certains à l'intérieur et d'autres à côté dans un Etat à majorité juive, et puis affirmer également que, s'ils rentraient maintenant, Israel perdrait sa majorité juive et son identité fondamentale en tant qu'Etat Juif.*

Cet échange, et les énormes efforts de propagande par et au nom d'Israel pour montrer la menace que pose au caractère juif d'Israel le droit au retour des Palestiniens, révèlent en réalité le vilain petit secret du Sionisme.

Dans sa campagne pour établir et maintenir un Etat dans lequel les juifs auraient toujours la majorité, le Sionisme a absolument exigé que les Palestiniens, en tant que non-juifs, soient incités à partir en 1948 et à ce qu'ils ne soient ne jamais autorisés à revenir.

Le vilain petit secret, c'est que de toute évidence, il s'agit de racisme.

Mais n'en avions-nous pas terminé avec cette vieille question "le Sionisme c'est du racisme" il y a plus d'une décennie, quand, en 1991, l'ONU a abrogé la résolution 1975 de l'Assemblée générale qui définissait le Sionisme comme étant "une forme de racisme ou de discrimination raciale" ?

Les Américains n'avaient-il pas rejeté cette résolution comme étant un anti-sémitisme odieux , et est-ce que nous, sous l'égide de la première administration Bush, ne l'avions-nous pas finalement emporté sur le reste de la communauté internationale en déclarant que c'était non seulement inexact mais franchement mal de qualifier le Sionisme de raciste ?

Pourquoi y revenir encore, maintenant ?

L'Assemblée générale des Nations Unies avait basé sa résolution anti-Sioniste de 1975 sur sa propre définition de la discrimination raciale des Nations Unies, adoptée en 1965.

Selon la Convention Internationale sur l'Elimination de toutes les formes de discrimination raciale, la discrimination raciale est "toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l'ascendance ou l'origine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique."

En tant que définition du racisme et de la discrimination raciale, cette déclaration est inattaquable et, si l'on est honnête au sujet de ce qu'est le Sionisme et de ce qu'il signifie, la déclaration est une définition précise du Sionisme.
Mais en 1975, dans l'atmosphère politique qui régnait alors, avancer une telle définition était tout à fait contraire au but recherché.

Aussi cela pourrait être une résolution officielle dans l'atmosphère politique d'aujourd'hui. Mais suffisamment de choses ont changé depuis la dernière décennie ou plus que parler du Sionisme en tant que système qui est soit par nature raciste ou au moins encourage le racisme est de plus en plus possible et de plus en plus nécessaire.

En dépit de l'opposition automatiquement véhémente à un tel débat aux Etats-Unis, des universitaires sérieux israéliens et d'ailleurs ont commencé de plus en plus à regarder le Sionisme d'une façon critique, et il y a une réceptivité bien plus grande à la notion qu'aucune véritable paix ne sera forgée en Palestine-Israel si les bases du Sionisme ne sont pas examinées et modifiées d'une manière quelconque.

C'est pour cette raison que qualifier le Sionisme de philosophie politique raciste est tellement nécessaire : à moins que le monde, et en particulier le soutien d'aveugle des Etats-Unis à Israel en tant qu'Etat exclusivement Juif soit ébranlé, à moins que l'acceptation aveugle du Sionisme en tant qu'idéologie noble soit ébranlée, et à moins que l'on reconnaisse que le besoin d'Israel à maintenir sa domination sur les territoires palestiniens occupés est motivé par un idéologie raciste et exclusive, personne n'aura jamais la force politique ou la volonté politique nécessaire pour forcer Israel à abandonner le territoire et à permettre l'établissement d'un état palestinien véritablement souverain et indépendant sur une partie de la Palestine



Reconnaitre le Racisme du Sionisme

Une idéologie raciste n'a pas toujours besoin de se manifester en tant que telle, et, si les circonstances sont bonnes, elle n'a pas toujours besoin réellement de pratiquer le racisme pour se maintenir.

Pendant des décennies après sa création, les circonstances ont été bonnes pour Israel.
Si l'on oublie, comme l'ont fait la plupart des gens, le fait que 750.000 Palestiniens (non-juifs) ont quitté leur patrie sous la contrainte, faisant ainsi de la place pour un Etat à majorité juive, tout le monde pourrait accepter Israel en tant que véritable démocratie, même, dans une certaine mesure, pour cette petite minorité de Palestiniens qui est restée après 1948

Cette minorité n'était pas assez importante pour menacer la majorité juive d'Israel ; elle subit une discrimination considérable, mais comme les Arabes israéliens peuvent voter, cette discrimination n'est pas vue comme un racisme institutionnalisé imposé par l'Etat mais comme une sorte de discrimination, déplorable mais pas institutionalisée, comme l'ont subi les Noirs aux Etats-Unis.

L'occupation de la Cisjordanie, de Gaza, et de Jérusalem-Est, avec leurs deux millions (bientôt plus de trois millions) d'habitants palestiniens, est vue comme provisoire, sa fin attendant seulement l'empressement des Arabes à accepter l'existence d'Israel

Dans ces "bonnes" circonstances, la question du racisme a rarement surgi, et la qualification par l'ONU de l'idéologie fondamentale d'Israel comme raciste a donné une impression désobligeante et vindicative aux Américains et à la plupart des occidentaux.

En dehors du tiers monde, Israel est considéré comme l'innocent perpétuel, non agressif, certainement pas raciste, et désireux plus que tout d'un accord de paix qui lui permettrait de s'occuper de ses propres affaires à l'intérieur de ses frontières dans un Etat démocratique


Avant l'annulation de la résolution "Le Sionisme c'est du racisme" en 1991, même l'OLP avait officiellement reconnu le droit à Israel d'exister en paix à l'intérieur de ses frontières de 1967, avec sa majorité juive incontestée.

En fait, cette acceptation même d'Israel par son adversaire principal n'a joué aucun rôle pour faciliter les efforts des États-Unis à recueillir un soutien pour casser la résolution. (Le fait de la domination globale des États-Unis à la suite de la première guerre du Golfe et de l'effondrement de l'Union Soviétique au début de l'année 1991, et l'atmosphère d'optimisme au sujet des perspectives de paix créées par la conférence de Paix de Madrid en octobre ont également joué un rôle significatif dans l'obtention d'une majorité à l'ONU quand la résolution sur le Sionisme a été portée au vote de l'Assemblée générale en décembre.)

La réalité est aujourd'hui très différente, et une reconnaissance des bases racistes du Sionisme, tout comme un compréhension de la politique raciste qui a lieu à l'extérieur des territoires occupés sont essentielles afin d'arriver à une résolution pacifique, juste, et stable dans le conflit palestino-israélien.

L'oeuf de la Palestine a été brouillé de manière permanente, et c'est maintenant de plus en plus le cas, alors que le Sionisme est reconnu comme force motrice dans les territoires occupés ainsi qu'à l'intérieur d'Israel, et qu'Israel d'avant 1967 ne peut plus être considéré comme isolé.

Il ne peut plus être, tout simplement, autorisé à faire à sa guise en tant qu'Etat à majorité juive, un Etat dans lequel les circonstances sont "bonnes" pour ignorer le racisme fondamental du Sionisme

Alors qu'Israel s'enfonce de plus en plus dans les territoires occupés, et alors que les colons israéliens, les colonies israéliennes, et les routes à usage exclusif des Israéliens prolifèrent et qu'une infrastructure d'état bénéfiçiant seulement aux juifs prend de plus en plus de territoires, il n'est plus possible d'ignorer les bases racistes de l'idéologie sioniste qui dirige cette entreprise.

Il n'est plus possible aujourd'hui de fermer les yeux sur la permanence de la poussée du Sionisme au delà des frontières d'Israel d'avant 1967.

Il est maintenant clair que le contrôle des territoires occupés par Israel est et a toujours eu pour but d'être une offensive adin d'affirmer le contrôle exclusif des Juifs, en obligeant les Palestiniens à se soumettre et à les entasser dans des parcelles de terre toujours plus petites et de moins en moins reliées entre elles ou, si cela échoue, en les forçant à quitter la Palestine.

Il est totalement évident pour toute personne qui passe du temps sur le terrain en Palestine-Israel que la force animant les politiques de tous les gouvernements israéliens précédents et actuel en Israel et en Cisjordanie occupée, à Gaza et à Jérusalem-Est a toujours été la détermination pour assurer la prédominance des juifs sur les Palestiniens.

Ces politiques ne peuvent être décrites qu'en tant que racistes et nous devrions cesser d'essayer plus longtemps d'éviter le mot.

Quand vous êtes sur le terrain en Palestine, vous pouvez voir le Sionisme physiquement imprimé sur le paysage.

Non seulement, vous pouvez voir qu'il y a des colonies construites sur la terre confisquée aux Palestiniens, dans lesquelles les Palestiniens peuvent ne pas vivre.

Non seulement vous pouvez voir des routes dans les territoires occupés, des routes encore construites sur la terre prise aux Palestiniens, sur lesquelles les Palestiniens peuvent ne pas circuler.

Non seulement pouvez vous constater que l'eau dans les territoires occupés est attribuée par les autorités gouvernementales israéliennes de façon tellement injuste que les colons israéliens reçoivent cinq fois plus de quantité d'eau par habitant que les Palestiniens et, en période de sécheresse, des Palestiniens font la queue pour avoir de l'eau potable tandis que les colonies israéliens jouissent de jardins luxuriants et de piscines.

Non seulement vous pouvez regarder les bulldozers israéliens raser les oliveraies palestiniennes et toute autre terre agricole, détruire les puits palestiniens, et démolir les maisons palestiniennes pour tracer le chemin du mur de séparation qu'Israel construit dans toute la Cisjordanie.

Le mur sépare les Palestiniens des Israéliens, pour fournir soi-disant une plus grande sécurité aux Israéliens mais en réalité, c'est pour mettre les Palestiniens en cage, pour définir une frontière israélienne qui exclura un maximum de Palestiniens.

Mais, si cela n'est pas suffisant pour démontrer le racisme inhérent à l'occupation israélienne, vous pouvez également circuler dans les villes palestiniennes et les quartiers palestiniens dans et autour de Jérusalem et voir ce qu'est peut-être la politique la plus cruellement raciste dans l'arsenal du Sionisme : les démolitions de maisons, le principal symbole de l'offensive du Sionisme pour maintenir une prédominance juive

Pratiquement chaque rue a une maison ou des maisons réduites à l'état de gravats, un étage effondré sur un autre ou simplement une pile de béton rasée au bulldozer en un tas incohérent.

Jeff Halper, le fondateur et chef de l'organisation non-gouvernementale, le Comité Israélien Contre les Démolitions de Maisons (ICAHD), un anthropologue et un spécialiste de l'occupation, a remarqué que les responsables sionistes et israéliens depuis 80 ans avaient tous véhiculé ce qu'il appelle "Le Message" aux Palestiniens.

Le Message, dit Halper, c'est "Soumettez-vous. Seulement quand vous abandonnerez vos rêves d'Etat indépendant, et que vous accepterez que la Palestine soit devenue la Terre d'Israel, nous nous radoucirons (c.-à-d., arrêter d'attaquer les Palestiniens)."

La signification plus profonde du Message, comme porté par les bulldozers si omniprésents dans les quartiers palestiniens visés aujourd'hui, est : "Vous (les Palestiniens) n'êtes pas à votre place ici. Nous vous avons déraciné de vos maisons en 1948 et maintenant nous vous déracinerons de l'ensemble de la Terre d'Israel."

En fin de compte, dit Halper, la progression du Sionisme a été un processus de déplacement, et les démolitions de maison ont été "au centre de la lutte israélienne contre les Palestiniens" depuis 1948.

Halper énumère une histoire constante de destruction : au cours des six premières années de l'existence d'Israel, il a rasé de façon systématique 418 villages palestiniens à l'intérieur d'Israel, soit 85% des villages existant avant 1948 ; depuis que l'occupation a commencé en 1967, Israel a démoli 11.000 maisons palestiniennes. Encore plus de maisons sont démolies maintenant pour le tracé du "mur de séparation" d'Israel.

On estime que plus de 4.000 maisons ont été détruites ces deux dernières années seulement.

La grande majorité de ces démolitions de maison, 95%, n'ont rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, mais elles sont conçues spécifiquement pour déplacer les non-juifs et garantir la progression du Sionisme.

À Jérusalem, depuis le début de l'occupation de la partie orientale de la ville en 1967, les autorités israéliennes ont conçu des plans de découpage en zones spécifiquement pour empêcher la croissance de la population palestinienne.

Le maintien "du caractère juif" de la ville au niveau existant en 1967 (71% de Juifs et 29% de Palestiniens) a nécéssité qu'Israel dessine des limites de zones pour empêcher l'expansion des Palestiniens au delà des secteurs existants, exproprie les terres appartenant aux Palestiniens, confisque les autorisations de résidence à Jérusalem à chaque Palestinien qui ne pouvait pas prouver que Jérusalem était son "centre de vie", limite les services de la ville aux secteurs palestiniens, limite le développement dans les quartiers palestiniens, refuse de délivrer des permis de construire pour des résidences aux Palestiniens, et démolisse les maisons palestiniennes qui étient construites sans permis de constuire.

Aucune de ces restrictions n'est imposée aux juifs. Selon l'ICAHD, le manque de logement dans les quartiers palestiniens à Jérusalem est d'environ 25.000 logements et 2.000 ordres de démolition sont en suspens.

Halper a écrit que la souffrance humaine impliquée dans la destruction d'une maison familiale est incalculable.
Une maison "est le centre symbolique de la famille, le lieu de la vie personnelle la plus intime de la famille et une expression de son statut. C'est un refuge, c'est la représentation physique de la famille qui maintient la continuité sur sa terre ancestrale."
L'expropriation de terre est "une attaque contre chaque être humain et son identité."

Les gouvernements sionistes, passés et actuel, ont bien compris cela, bien que sans la compassion ou l'empathie avec lesquelles l'évoque Halper, et cette attaque contre "l'être humain et l'identité" des non-juifs a été précisément la force motrice du Sionisme.

Le racisme du Sionisme a, bien sûr, été fondamental en Israel depuis son établissement en 1948.

Le gouvernement israélien poursuit une politique contre sa propre minorité de Bédouins très similaire à ses actions dans les territoires occupés.

La population bédouine a été relocalisée de force et entassée dans de petits secteurs du Negev, avec encore l'intention de la forcer à l'exode, et la moitié des 140.000 Bédouins du Negev vivent dans des villages que le gouvernement israélien ne reconnaît pas et il ne leur fournit pas de services.

Chaque maison de Bédouins dans un village non reconnu doit être démolie ; toutes les maisons, et la présence même des Bédouins dans ces villages est officiellement illégale.

Le problème des villages non reconnus des Bédouins est seulement la preuve partielle d'une politique raciste qui régne depuis la création d'Israel.

Après que les chefs Sionistes/israéliens se soient assurés que les non-juifs (c.-à-d., les Palestiniens) composant la majorité de la population de la Palestine (une majorité de deux-tiers à l'époque) aient quitté les lieux en 1948, le gouvernement israélien a institutionalisé un favoritisme envers les juifs par des lois.

En tant qu'Etat sioniste, Israel s'est toujours identifié comme l'Etat des juifs : pas en tant qu'Etat de ses citoyens juifs et palestiniens, mais de l'ensemble des juifs du monde entier.

Les institutions de l'Etat garantissent les droits et procurent des avantages aux Juifs. La loi du retour donne une citoyenneté automatique aux juifs du monde entier, mais à personne d'autre.

Environ 92% de la terre d'Israel sont des Terres d'Etat, administrées par le Fonds National Juif pour les Juifs ; Les Palestiniens ne peuvent pas acheter cette terre, quoique sa majeure partie ait été une terre palestinienne avant 1948, et dans la plupart des exemples, ils ne peuvent même pas louer la terre.

Le Fonds National Juif, qui s'occupe de l'acquisition et du développement des terres, et l'Agence Juive, qui s'occupe principalement de l'immigration des Juifs et de l'absorption des immigrés, existaient avant l'établissement de l'Etat et accomplissent maintenant leurs tâches spécifiquement pour les Juifs sous un mandat officiel du gouvernement israélien.



Créer des ennemis

Bien que peu de personnes osent donner à la réalité des démolitions de maison et des institutions officielles qui favorisent les Juifs l'étiquette du racisme, le phénomène que cette réalité décrit est indéniablement du racisme.

Il n'y a aucun autre terme pour un processus par lequel un peuple peut atteindre l'essence de sa philosophie politique seulement en supprimant un autre peuple, un processus par lequel un peuple garantit sa perpétuelle supériorité numérique et sa prédominance écrasante sur un autre peuple par un processus délibéré de répression et de dépossession.

Depuis le début, le Sionisme est basé sur la suprématie des Juifs, que cette prédominance soit exercée dans un véritable Etat ou sous une autre forme d'entité politique, et le Sionisme n'aurait jamais pu survivre ou certainement prospérer en Palestine sans débarrasser cette terre de la majeure partie de sa population autochtone.

Les premiers Sionistes eux-mêmes savaient cela (de même que les Palestiniens), même si les naifs américains ne l'ont jamais su.

Theodore Herzl, le père du Sionisme, parlait dès le début de "conduire discrètement" les Palestiniens autochtones de l'autre côté la frontière ; le débat sur le "transfert" était courant parmi les responsables Sionistes en Palestine dans les années 30 ; les discussions sur le transfert sont courantes aujourd'hui.

Il y a eu une progression logique dans le développement du Sionisme, menant inévitablement à l'acceptation générale du sentiment que, parce que les besoins des Juifs étaient primordiaux, les Juifs eux-mêmes étaient primordiaux.

Le Sionisme s'est développé avec le sentiment que les juifs avaient besoin d'un refuge pour se protéger de la persécution, ce qui a mené à la croyance que le refuge ne pourrait vraiment être assuré que si les juifs garantissaient leur propre sécurité, ce qui signifiait que le refuge devait être exclusivement ou au moins principalement juif, ce qui signifiait alors que les juifs et leurs demandes étaient primordiales, devenant la priorité sur tous les autres intérêts à l'intérieur de ce refuge.

La façon de voir les choses dans le discours public aux États-Unis qui tend à considérer le conflit Palestino-Israélien d'une perspective presque exclusivement concentrée sur Israel provient de cette progression de la pensée sioniste.

De par la nature même de cette façon de voir les choses, pratiquement personne n'examine les hypothèses sur lesquelles la mentalité sioniste est basée, et peu reconnaissent la base raciste sur laquelle elle est fondée.

Pendant des décennies, les gouvernements israéliens n'ont jamais été si innocents. Beaucoup de responsables dans le gouvernement de droite sont,d'une manière évidente, racistes.

Le Ministre israélien de l'Education au franc-parler, Limor Livnat, a défini la défense de l'Extrème-Droite du Sionisme il y a un an, quand le gouvernement a proposé de légaliser le droit des communautés juives en Israel à exclure les non-juifs. Livnat a justifié le racisme d'Israel comme une affaire d'instinct de conservation juif.

"Nous sommes impliqués ici", a-t'elle déclaré lors d'une interview à la radio, "dans une lutte pour l'existence de l'Etat d'Israel en tant qu'Etat des Juifs, par opposition à ceux qui veulent nous forcer à être un Etat de tous ses citoyens."

Israel n'est pas "seulement un autre Etat comme tous les autres Etats," a-t'elle protesté. "Nous ne sommes pas simplement l'Etat de tous ses citoyens.."

Livnat a averti qu'Israel devait être très attentif de peur qu'il se retrouve dans quelques autres années avec la Galilée et le Negev, deux secteurs à l'intérieur d'Israel avec de fortes populations arabes, "pleines de communautés arabes."

Pour insister sur ce point, elle a réitéré que "la particularité d'Israel est notre caractère en tant qu'Etat juif, notre désir de préserver une communauté juive et une majorité juive ici pour qu'il ne devienne pas un Etat de tous ses citoyens."

Livnat parlait de l'instinct de conservation juif non pas pour sauver les juifs ou Israel d'une menace territoriale d'une invasion militaire par un Etat voisin en maraude, mais pour préserver les Juifs de la seule existence d'un autre peuple vivant juste à côté.

La plupart des Sionistes un peu plus modéré pourraient frissonner à l'explicité du message de Livnat et nier que le Sionisme est vraiment comme cela. Mais en fait cela définit correctement le racisme qui est nécessairement à la base du Sionisme.

La plupart des Sionistes centristes et de Gauche nient la réalité du racisme du Sionisme en tentant de dépeindre le Sionisme comme un système démocratique et en se fabriquant des ennemis afin de pouvoir entretenir la contradiction inhérente et cacher ou excuser le racisme derrière la campagne du Sionisme pour sa domination.

En effet, l'aspect le plus pernicieux d'une philosophie politique telle que le Sionisme qui se fait passer pour une démocratie, c'est qu'il a besoin d'un ennemi pour survivre et, quand l'ennemi n'existe pas déjà, il a besoin d'en créer un.

Afin de justifier la répression raciste et la dépossession, en particulier dans un système se prétendant démocratique, ceux qui sont réprimés et déplacés doivent être dépeints comme des meurtriers et des prédateurs.

Et afin de maintenir sa propre population en conformité, et empêcher des humanistes de s'opposer à la politique répressive de leur propre gouvernement, il a besoin d'inculquer la peur à sa population : la peur "de l'autre", la peur du terroriste, la peur de l'ennemi des Juifs.

Les juifs d'Israel doivent toujours être incités à croire qu'ils vont être attaqués. Cela justifie d'avoir forcé ces ennemis à partir, cela justifie leur discrimination par rapport à ceux qui sont restés, cela justifie le refus des droits démocratiques à ceux qui plus tard se sont retrouvés sous le contrôle d'Israel dans les Territoires Occupés.

Le besoin d'un ennemi a signifié que le Sionisme a eu besoin, dès le début, de créer des mythes au sujet des Palestiniens, de dépeindre les Palestiniens et tous les Arabes comme immuablement hostiles et intransigeants.

D'où le mythe qui dit qu'en 1948 les Palestiniens ont quitté la Palestine pour que les armées arabes puissent jeter les juifs à la mer ; et le mythe continu en disant que les Palestiniens restent déterminés à détruire Israel.

Le besoin d'un ennemi signifie que le Sionisme, comme l'a dit récemment un ancien pacifiste israélien, a enlevé les Palestiniens de l'histoire.
D'où les mythes que les Palestiniens n'existent pas, ou que les Palestiniens ont tout immigré à l'époque moderne d'autres pays arabes, ou que la Jordanie est la Palestine et que les Palestiniens devraient trouver leur Etat là-bas.

Le besoin d'un ennemi signifie que le Sionisme a dû transformer son partenaire dans les négociations en un terroriste. Cela signifie que, pour sa propre conservation, le Sionisme a dû concevoir le besoin d'ignorer son partenaire/ennemi ou de l'expulser ou de l'assassiner.

Cela signifie que le Sionisme a dû rejeter tout effort conciliant de la part des Palestiniens et de les décrire comme "ne ratant jamais une occasion de rater une occasion" de faire la paix.

Cela inclut en particulier le rejet de la plupart des gestes conciliants : la décision de l'OLP en 1988 de reconnaître l'existence d'Israel, l'abandon des revendication palestiniennes sur les trois quarts de la Palestine à l'intérieur des frontières d'Israel d'avant 1967, et même la reconnaissance du "droit" à exister d'Israel.

Le besoin d'un ennemi signifie, enfin, que le Sionisme a dû créer le mythe "de l'offre généreuse" au sommet de Camp David en juillet 2000.

C'est le racisme sioniste qui a qualifié les Palestiniens de désespérément intransigeants pour refuser la soi-disant offre généreuse d'Israel, en réalité une offre impossible qui aurait maintenu la mainmise du Sionisme sur les territoires occupés et aurait laissé les Palestiniens avec un Etat non relié, indéfendable, non viable.

Puis, quand l'Intifada a éclaté (après que les manifestants palestiniens aient jeté des pierres sur la police israélienne et que la police ait répondu en tirant, tuant plusieurs manifestants), c'est le racisme sioniste qui parlait quand Israel a déclaré qu'il était assiégé et qu'il se battait pour sa propre survie avec les Palestiniens qui avaient l'intention de le détruire.

Quand quelques mois plus tard, la question des réfugiés palestiniens et de leur "droit au retour" a surgi publiquement, c'est le racisme Sioniste qui parlait quand Israel et ses partisans, ignorant les multiples manières dont les négociateurs palestiniens ont montré leur volonté d'aboutir à un compromis sur cette demande, ont propagé l'idée que cela avait aussi pour but de détruire Israel, en l'inondant de non-juifs et en détruisant son caractère juif.

lire la suite : "Le Sionime, une idéologie raciste (suite) : Le dilemne Sioniste"

NOTE :

* En supposant, selon le scénario mis en avant par notre amie Israélo-Américaine, que les Palestiniens aient accepté l'établissement d'un Etat juif mandaté par l'ONU en 1948, qu'aucune guerre n'ait eu lieu ensuite, et qu'aucun Palestinien n'ait quitté la Palestine, Israel n'engloberait aujourd'hui que les 55% de la Palestine assignés par la résolution de Partage de l'ONU, et non les 78% qu'il s'est approprié après avoir gagné la Guerre de 1948.
Il n'aurait aucune souveraineté sur Jérusalem, qui avait été désignée par l'ONU comme une entité internationale séparée sous la souveraineté d'aucune nation.
Ses 5.4 millions de juifs (en supposant une même importance de l'immigration juive et de l'augmentation naturelle) partageraient leur Etat avec à peu près cinq millions de Palestiniens (en supposant le même taux de croissance chez les 560.000 Palestiniens qui habitaient dans le secteur désigné pour l'Etat juif comme cela s'est produit dans la population palestinienne qui est restée réellement en Israel en 1948)
Inutile de dire, que ce petit Etat binationale, gravement surpeuplé ne serait pas la petite démocratie juive confortable que notre amie semble avoir envisagée


Source : http://www.counterpunch.org/
Traduction : MG pour ISM


Dimanche 9 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par céran-jérusalemi axel le 19/05/2008 04:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore heureux que les Juifs n'aient pas tué tous les arabes qui habitaient en Judée Samarie et à Gaza, parce que l'inverse n'aurait pas été le même si les arabes avaient gagné leurs guerres. De toute manière ils seront tous exterminés au jour du retour du goël d'Israel, Elohim.

2.Posté par redk le 19/05/2008 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est beau de rêvé le sioniste, mais ta bande de nazi de sion vas se fair taillé en pièces, même vos gardiens de la cité vous prédisent votre fin imminente, vos protecteurs rikins assassins vont bientôt se ramassé, il ne sufiras juste que des valeureux resistant du hamas et du hezbollah pour vous pulveriser, et se jours la il ne resteras que les juifs antisionistes pour partager cette terre en paix avec leurs frères palestiniens chrétiens et musulmans!!! THAYA EL FALESTINE !!!!!!!!!!!!!

3.Posté par veve le 19/05/2008 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et on fait quoi des 750000 refugies juifs qui ont du fuir les pays arabes et qui etaient au moyentorient bien avant l avenement de l islam?On les oublie?.Eux ont refuse d etre des refugies a vie, de pere en fils.Ils ont courageusement retrousse leurs manches et sont parti refaire leurs vie ailleurs sans poser de bombes .A bon entendeur salut!!

4.Posté par hélène le 19/05/2008 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je termine:"les juifs n'ont pas posé de bombes"...............
le terrorisme par bombes est une spécialité juive, en palestine, (avant la "création," après ils les lancent par avion et tanks)en égypte, au liban, en syrie, en irak, partout le sionisme c'est distingué par ses attaque à la bombe contre les populations!et plus souvent encore sous fausse bannière;
il faut avoir une sacré dose de shutzpah pour le nier ou est particulièrment ramollit du bulbe pour prétendre l'ignorer!!mais qui peut s'en étonner,

5.Posté par hélène le 19/05/2008 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je me demande pourquoi le propagandisme hasbariste se croit toujours obligé de balancer un "à bon entendeur salut" avec son déchargement d'insanité!!
ç'est dans le manuel du parfait petit détenteur de vérité hasbariste,,??
c'est d'un grotesque!

6.Posté par david le 19/05/2008 19:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le sionisme n'est absolument pas une ideologie raciste arretons de suite ces elucubrations sans fondement ni base de debat solide. Il s'agit d'une idiome au anti-juifs pour faire passer leur haine de maniére moins cru mais il faut le souligner sournoise. Quel stupidité de la part de celui qui a ecrit cette article. Israel est la terre des juifs pour l'eternité la non reconnaissance de cette réalité en fait pleurer plus d'un. c'est sur ceux qui reve de detruire l'état hebreux pour leur interet raciste et antisemite mais surtout parsque il n'accepte pas de voir ce peuple qui a tant souffert de vivre sur SA TERRE PROMISE. Vive ISRAËL la souveraineté de ces terres n'est pas du ressort de l'onu ou des islamiste c'est la terres des hebreux depuis toujourd alors laissons les en paix et puis qu'il gere de la maniere qu'il le souhaite le terrorisme pour chaque sang de juifs innocent verser par ses fanatique islamiste l'etat hebreux est en droit de repondre et de defendre sa souverenaité et son peuple!!

7.Posté par NAILI le 19/05/2008 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La « Nakba » (la catastrophe)

C’est ainsi que l’on parle de la création d’Israël. C’est notre histoire, la vraie, celle qui raconte des faits, basés sur archives des nations Unies, de la Grande Bretagne et d’Israël.

La « nakba » dure depuis 1948, depuis 60 ans. Et voici quelques éléments qui rappellent l’ampleur de cette catastrophe.

Avant 1948, la Palestine comptait 1500 000 habitants dont 30% de juifs localisés essentiellement dans 3 villes : Haïfa, Jaffa et Al Qods (Jérusalem). Il faut rappeler que les juifs ne représentaient que 9% de la population au moment de la déclaration de Balfour en 1917. L’exode massif des juifs essentiellement d’Europe dans l’entre deux-guerres et surtout durant la 2ème Guerre Mondiale avait porté le nombre de juifs à environ 500 000 en 1948. La Palestine comptait aussi à côté des grandes villes :

- 1330 villages, peuplés en quasi-totalité par les arabes palestiniens
- 500 kibboutz (colonie juive), la population d’un kibboutz variant de 50 à 300 individus.

S’agissant de la propriété de la terre, malgré l’encouragement des Anglais et du mouvement sioniste mondial à l’acquisition des terres par les juifs, seule une petite proportion, estimée à 5,5% du total de la propriété foncière appartenait aux juifs. Par ailleurs, l’essentiel de cette proportion (5%) appartenait à des juifs résidant en dehors de la Palestine, de sorte que les juifs ne détenaient que 0,5% de la propriété foncière en 1948.

C’est à partir de cette date et sur une période qui va durer une quinzaine d’années, que va commencer le plus grand nettoyage ethnique de l’Histoire. Des villages entiers vont être détruits, il y eut 70 massacres pour pousser les gens à partir avec la non-possibilité de retour. Il ne s’agissait pas d’un départ momentané suite à un conflit ou à un état de guerre « normal ». Les organisations terroristes juives telles que la Haganah rentraient dans les villages, alignaient les gens, les fusillaient ou les égorgeaient et disaient aux survivants de partir et de ne plus jamais revenir.


Dans le schéma ci-dessous, on voit comment les juifs ont procédé : ils entrent dans un village, commencent le massacre mais laissent une voie de sortie permettant aux palestiniens de sortir dans la direction voulue par les juifs. Les flèches montrent comment les choses se sont déroulées ; ainsi en Galilée (au Nord de la Palestine), ils ont poussé la population à partir vers le Liban et la Syrie, au Sud vers la Jordanie ou vers la bande de Gaza.




























C’est ainsi que 774 villages ont été rayés de la carte. La population palestinienne s’est installée dans 600 points ou camps de réfugiés au sud Liban, en Syrie, en Jordanie et à Gaza.

Mais les réfugiés ne se sont pas trop éloignés de leur foyer et de leurs terres. Ils ont reconstitué dans les camps leur communauté villageoise. On dispose d’une banque de données très précise sur les 6 millions de palestiniens réfugiés, leur localisation, leur village ou ville d’origine, leur famille, leurs propriétés. On estime que 90% des réfugiés se trouvent dans un rayon de 100 kms de leur point d’origine, 54% se trouvent à 50 kms de chez eux. Certains ne se sont pas trop éloignés de sorte qu’ils continuent à voir leur maison tous les jours et ce, depuis 60 ans ! Le retour des réfugiés pourrait même se faire en moins d’une heure de voiture.

Les reportages que nous voyons quotidiennement sur les TV arabes sont très révélateurs de la situation des réfugiés palestiniens et de leur attachement à la terre, terre dont ils ont été spoliés et qui n’est même pas occupée par les Israéliens. Elle n’est pas valorisée car les juifs n’ont jamais été des agriculteurs et n’ont jamais travaillé la terre, nulle part au monde tout au long de leur histoire et en Palestine en particulier. Les colons juifs, les kibboutz travaillant la terre et mettant en valeur le désert est un simple montage mensonger véhiculé par la propagande sioniste. Les sionistes (essentiellement des juifs sépharades d’Europe) ont installé des juifs irakiens et marocains sur les terres spoliées, leur ont appris ce qu’est une faucille et une bêche mais ceux-ci n’ont jamais été agriculteurs dans leur pays d’origine et ne se sont jamais intéressés à l’activité agricole. De sorte que seule la politique sioniste d’Israël empêche les palestiniens de revenir sur leurs terres dont ils ne se sont jamais éloignés depuis leur départ.

Les palestiniens affirment leur droit au retour. La question pourrait donner lieu à une deuxième « nakba » si le projet de Bush de création d’un Etat juif et d’un Etat palestinien aboutissait. L’Etat juif, où n’est citoyen que le juif, entraînera un nouvel exode des palestiniens qui sont restés dans les frontières de 1948 (et qu’on appelle les Palestiniens de 48) et la « nationalisation » dans les pays hôtes des autres réfugiés.




ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires