Conspiration

Le Mossad derrière la mort du député Allemand Uwe Barschel?


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 17 Novembre 2018 - 03:04 Le diable ne se niche plus dans les détails

Mardi 13 Novembre 2018 - 03:14 La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019



Lundi 22 Novembre 2010

Le Mossad derrière la mort du député Allemand Uwe Barschel?
Franchement, je ne vois ce qui pourrait amener la presse française à parler de certains sujets susceptibles d’être embarrassants embarrassants pour l’entité sioniste.
Pourtant ces sujets sont abordés en français, mais en Suisse par exemple. Nous  apprenons ainsi par Romandie News et d’autres organes de presse helvètes que le député Allemand, ministre-président chrétien-démocrate du Schlewig-Holstein,  Uwe BARSCHEL, retrouvé mort dans un hôtel à Genève a peut-être bien été assassiné par le Mossad, le service secret sioniste que nous admirons tant en Europe.
Cette thèse avait été formulée en 1994 par Victor Ostrovsky, un ancien du Mossad. et semble être confirmée par les données analysées.

Affaire Barschel: la piste du Mossad refait surface 23 ans après

Vingt-trois ans après le mystérieux décès du dirigeant conservateur allemand Uwe Barschel à Genève, un journal laisse entendre dimanche que les services secrets israéliens seraient responsables de son assassinat. Le « Welt am Sonntag » cite de nouvelles analyses toxicologiques réalisées en Suisse.
Selon le journal, ces analyses confortent les affirmations d’un ancien agent du Mossad, Victor Ostrovsky, qui a détaillé dans un livre publié en 1994 comment M. Barschel aurait été tué. Cet ancien ministre-président chrétien-démocrate du Schlewig-Holstein (nord) avait été retrouvé mort dans un hôtel de Genève le 11 octobre 1987, tout habillé dans une baignoire remplie d’eau.
Les enquêtes officielles n’ont jamais permis de savoir si Uwe Barschel, qui avait ingéré des barbituriques, s’était suicidé ou avait été assassiné. Selon Welt am Sonntag, qui mentionne les recherches du professeur de toxicologie suisse Hans Brandenberger, « le scénario décrit par Ostrovsky correspond de façon étonnante à l’analyse des données ».
« Les expertises chimiques laissent penser à un meurtre (…) et du fait de la complexité du mode d’assassinat on ne peut que penser qu’il a été commis par une équipe de professionnels et non pas par une personne seule », selon M. Brandenberger.
Uwe Barschel, âgé à l’époque de 43 ans, avait été contraint d’abandonner quelques semaines avant sa mort son poste de ministre-président après avoir été accusé d’avoir fait espionner son adversaire social-démocrate aux élections dans l’espoir de le salir. Il avait alors menacé de faire des révélations.
L’affaire d’espionnage politique est passée aujourd’hui au second plan, mais la presse a souvent évoqué l’hypothèse d’un contrat non honoré de vente de sous-marins à l’Afrique du Sud.
L’affaire, dans laquelle Israël aurait joué un rôle d’intermédiaire, aurait permis à des partis politiques allemands de toucher des commissions occultes.
(Romandie News ats / 21 novembre 2010)



http://mounadil.wordpress.com/

EST-CE QUE CE SONT LES ISRAÉLIENS QUI ONT ASSASSINÉ LE MINISTRE ALLEMAND ?

[Focus Online - 08/10/2007 - Trad. Grégoire Seither] Il y a 20 ans, un journaliste découvrait le cadavre du Premier Ministre du Schleswig-Holstein dans la baignoire d’un hôtel à Genève. Uwe Barschel – étoile montante de la droite allemande – venait de démissionner, empêtré dans un « Watergate » allemand et des accusations de corruption. Pour la police tout était simple : suicide par empoisonnement.
20 ans après l’affaire rebondit avec la publication par l’hebdomadaire DER SPIEGEL d’un dossier en « Une » : »la mort improbable de Uwe Barschel ». Le journaliste Wolfram Baentsch enquête depuis des années sur l’affaire. Il est persuadé que Barschel a été assassiné par le Mossad pour l’empêcher de révéler le trafic d’armes entre Israël et l’Iran.
FOCUS Online: Y a t’il des nouveaux faits qui nécessiteraient une réouverture du dossier, 20 ans plus tard ?
Baentsch: Non, je n’ai pas connaissance de nouvelle preuves. Mais bon nombre de faits connus depuis un certain temps laissent penser qu’il s’agirait plutôt d’un meurtre. Ceux qui ont abordé cette enquête au plus près, rejettent tous la théorie du suicide. Le procureur de Genève, Bernard Bertossa, chargé du dossier à l’époque, n’a jamais cru au suicide. Et le procureur général de Lübeck, Heinrich Wille continue à affirmer à ce jour que Barschel n’est pas mort de sa propre main.
FOCUS Online: Pourquoi la justice a t’elle clos le dossier à l’époque ?
Baentsch: Parce que dès le départ la justice allemande a suivi les consignes d’étouffement de l’affaire. Ce n’est pas un hasard si les principaux témoins interrogés par le procureur de Lübeck ont tous reçu la visite préalable d’agents des services secrets et de la police fédérale. On a utilisé des méthodes de désinformation ciblée et les services secrets ont systématiquement semé de fauses pistes pour détourner l’attention des enquêteurs. Tout cela sur fond de trafics d’armes clandestins qui passaient par l’Allemagne et ne devaient pas se savoir.
FOCUS Online: Barschel aurait payé de sa vie son implication dans ses trafics d’armes clandestins ?

Baentsch:
Non, ça c’est encore une fausse piste. Barschel ne s’est jamais occupé de trafics d’armes, il a tout au plus servi de couverture à l’une ou l’autre opération clandestine. Barschel devait disparaître parce qu’il avait annoncé qu’il ne tolèrerait plus que l’Allemange serve d’intermédiaire à un trafic massif d’armes entre Israël et l’Iran. Le trafic était chapeauté par les USA et passait par le gouvernement du Schleswig-Holstein afin de masquer l’origine véritable de ces armes.
Jusqu’à présent l’Allemagne avait été un bon toutou et s’était plié aux volontés US. Mais Barschel, ayant découvert l’affaire lors de sa prise de pouvoir, avait annoncé que non seulement il ne voulait plus continuer à couvrir ce trafic mais qu’il allait le révéler si on tentait de lui mettre la pression.
Barschel était devenu un risque, alors les services secrets israéliens l’ont attiré à Genève – dans un hôtel dont le directeur est un ancien officier de Tsahal – et l’ont éliminé.
FOCUS Online: Sur quels éléments vous fondez vous pour affirmer cela ?

Baentsch:
L’ancien agent du Mossad, Victor Ostroswky décrit toute l’opération dans son livre. Sur la base des informations que j’ai collectées tout au long de ces années, je peux vous certifier que ses affirmations sont crédibles. Ostrowsky avait contacté les services secrets allemands pour témoigner de ce qu’il savait. Mais il n’a jamais reçu de réponse. Et la justice allemande ne l’a jamais interrogé. Le procureur de Lübeck avait bien tenté de rouvrir l’affaire afin de pouvoir l’entendre officiellement et faire verser son témoignage au dossier. Mais ils ont reçu des pressions de la part du gouvernement et ont abandonné le projet.
Source : http://www.focus.de/politik/deutschland/tid-7633/fall-barschel_aid_135467.html


Lundi 22 Novembre 2010


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires