Reflexion

Le CRIF en France - Un nouveau ministère de la République


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 11:56 De la grandeur d'un athéisme pensant

Mercredi 23 Mai 2018 - 22:18 L'Europe s'initie au jeu de Go


«Je suis juif parce que le sort a voulu que je naisse juif. Je n’en rougis pas et je ne m’en glorifie pas. Être juif pour moi, c’est une question d’"identité", une "identité" à laquelle, je dois le préciser, je n’ai pas l’intention de renoncer.»
Primo Levi (survivant d’Auschwitz)


Chems Eddine Chitour
Jeudi 11 Février 2010

Le CRIF en France - Un nouveau ministère de la République
Traditionnellement, le Conseil représentatif des institutions juives de France mis en place sous Laurent Fabius en 1985 invitait à un dîner toute la classe politique et les autorités religieuses. C’était à l’époque de Théo Klein, un espace de discussion loin de toute emprise idéologique. Depuis Roger Cuckermann, fidèle zélé d’Israël, le Crif «convoque» la classe politique française et lui trace les lignes directives. En 2008 et pour la première fois nonobstant, le président de la République y assiste. En 2010, le président de la République, Nicolas Sarkozy a, comme l’année dernière, effectué un bref passage le mercredi soir 3 février à Paris. (...) Le chef du gouvernement, qui était l’invité d’honneur de ce dîner, est largement revenu sur la situation au Moyen-Orient, s’en prenant au régime iranien qui menace régulièrement l’Etat hébreu de destruction. «La sécurité d’Israël est pour la France une priorité absolue», a dit François Fillon pour expliquer que Paris «partage pleinement la préoccupation d’Israël quant au développement du programme nucléaire iranien».«Alors que nous n’avons pas ménagé nos efforts (...), le régime iranien n’a pas voulu saisir nos offres de dialogue. Il a au contraire poursuivi sa fuite en avant. Le moment est donc venu d’agir.» Selon François Fillon, «il n’est pas trop tard pour empêcher par la voie politique, l’Iran d’acquérir une capacité nucléaire militaire. Mais le temps presse».(1)
 
 Un rendez-vous très couru
 
      «Le rendez-vous annuel du dîner, écrit Hicham Hamza du Crif, est devenu, pour sa 25e édition, un moment incontournable de la vie publique. Le 3 février au soir, ils étaient environ 800 invités, triés sur le volet, à vouloir en être et y paraître. Acteurs politiques, décideurs économiques, personnalités religieuses et sociétaires du spectacle se sont rendus à cette cérémonie d’un genre particulier: (...) Avec un tel pouvoir reconnu par les plus hautes autorités de l’Etat, dont Nicolas Sarkozy, de passage "quelques instants", et François Fillon en "invité d’honneur", le président Prasquier peut, dès lors, énoncer, durant un discours-programme, ses exigences pour la nouvelle année: une meilleure "surveillance" d’Internet pour pénaliser davantage toute forme de "racisme ordinaire", le rejet par la France d’un rapport onusien dénonçant des crimes de guerre commis par Israël, la reconnaissance tacite de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu et la recrudescence d’efforts pour libérer le soldat Gilad Shalit.
Ainsi, par exemple, pour convaincre l’auditoire de la nécessité de renforcer le contrôle sur la Toile, le président du Crif contesta l’authenticité de la révélation journalistique, largement reprise sur Internet depuis l‘été dernier, faisant état d’un trafic d’organes en Israël à partir de corps de Palestiniens décédés. Contre-vérité ou grossière erreur de la part de Richard Prasquier puisque l’armée israélienne vient elle-même de confirmer la réalité d’une telle allégation. Quant à la sempiternelle menace iranienne, le propos belliciste a largement été amplifié par le Premier ministre, François Fillon, qui avait curieusement attendu le dîner du Crif pour annoncer, sur un ton martial, l’initiative de la France pour réclamer d’éventuelles sanctions plus fortes au travers d’une nouvelle résolution de l’Onu».(2)
 
 «(...) De même que le souhait d’un appel par le ministère de la Justice -pour condamner plus lourdement les complices de Youssouf Fofana- avait été exaucé par Michèle Alliot-Marie, garde des Sceaux, cet amendement à la loi est réclamé, depuis le début de la procédure judiciaire, par les avocats de la famille Halimi, en partenariat singulier avec le Crif. (...) L’homme, qui se dit "immensément satisfait" d’avoir accédé à ses nouvelles fonctions en même temps que le président de la République, ne nie pas son attachement sentimental à Israël, même s’il prétend demeurer "légitimiste" à l‘égard de la France.(...) Des intellectuels vont même jusqu’à dénoncer cette crispation idéologique: ainsi, le journaliste Jean Daniel n’hésite plus à comparer les responsables actuels du Crif à des "représentants français du Likoud" tandis que Rony Brauman et Elizabeth Lévy, pour une fois d’accord, qualifient cette institution de "seconde ambassade d’Israël".
Même le philosophe Alain Finkielkraut, surnommé jadis "le porte-flingue d’Ariel Sharon", semble pourtant, lui aussi, excédé quand il en vient à juger comme étant "légèrement grotesque" le rendez-vous annuel du Crif, ce "tribunal dînatoire" qui s’apparente à une "convocation du
gouvernement"[...].»(2)  
 
 «Très souvent, par le passé, déclare le président Sarkozy, je suis venu au dîner du Crif. Je connais cette tradition. (..)En invitant chaque année les plus hautes autorités de la Nation à partager votre dîner, en invitant en particulier le Premier ministre, et cette année, pour la première fois, le président de la République, vous entendez renouveler votre attachement indéfectible à la République et à la France. (....) Il est sain que vos invités rassemblés dans cette salle, dont certains exercent d’éminentes responsabilités, fassent mémoire de ces moments douloureux qui précipitèrent tant de familles dans l’abomination, et notre pays dans la honte. [...] (3)»
 
      On remarquera que le président fait preuve d’une repentance à géométrie variable. Il admet que la France puisse avoir honte de la façon dont elle a traité les Juifs en laissant le pouvoir hitlérien les déporter, mais il n’a pas à avoir honte de la colonisation directe de la France qui, pendant plus d’un siècle, a pillé volé, incendié, violé et déstructuré la société algérienne qui en porte encore les stigmates.  
 
     Pour pouvoir juger du réel pouvoir du Crif, qu’il nous suffise de rapporter un article du Canard enchaîné du mercredi 16 mai 2007, où nous apprenons que le président sortant du Crif, le très sioniste Roger Cukierman est intervenu personnellement pour s’opposer à la nomination de Hubert Védrine au poste de ministre des Affaires étrangères: «Dès que les dirigeants du Crif ont appris ce projet du nouveau chef de l’Etat, Roger Cukierman, président sortant du Crif, a appelé au téléphone Claude Guéant pour une violente mise en garde.» «On a eu une réunion au Crif, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine aux affaires étrangères a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay.» (...) Un peu plus tard, Cukierman a joint directement Sarkozy et lui a dit que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un «casus
belli.»(4)  
 
    Les responsables du Crif qui prétendent représenter les intérêts des juifs en France viennent de démontrer une nouvelle fois qu’ils sont avant tout les représentants en France des intérêts d’Israël. L’intervention de Roger a, semble-t-il, porté ses fruits, et même au-delà, puisque Védrine sera remplacé par Bernard Kouchner le va-t-en guerre dont l’affection pour les Musulmans est connue.  
 
 Déjà en 2009, écrit Dominique Vidal, le dîner 2009 du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait battu tous les records (...) Le président Richard Prasquier et, à sa suite, le chef du gouvernement, auront, hélas, battu un autre record: celui de la manipulation politique et idéologique. (...) Là où la légitimité s’arrête, c’est quand M.Prasquier - malheureusement suivi par le Premier ministre - dénonce comme antisémites les participants aux défilés de solidarité avec
Ghaza,(...) Quand, à l’issue d’un cortège du Crif, le 7 avril 2002, les nervis du Betar et de la Ligue de défense juive (LDJ) s’en prirent aux passants d’origine arabe, accusa-t-on M.Roger Cukierman, alors président du Crif, d’avoir conduit une «ratonnade»? Question toujours d’actualité: qui protège la LDJ, interdite aux Etats-Unis et en Israël, mais autorisée en France malgré ses violences récurrentes? (...) Dernière preuve en date: dans le climat du dîner, M.Fillon s’est cru obligé de menacer de boycotter la seconde conférence des Nations unies sur le racisme à Durban, si Israël y était «stigmatisé»!(5)
 
 Au-dessus de tous
 
   Lors d’un dîner du Crif, le 27 janvier 2003, Roger Cukierman a dénoncé une «alliance brun-vert-rouge» antisémite, Dans le quotidien israélien Haaretz du 23 avril 2002, le président du Crif, Cukierman, s’était réjoui du succès de Le Pen au premier tour de la présidentielle, en y voyant, selon ses termes, un motif d’espérer que les musulmans de France se tiendraient tranquilles. Le 13 décembre 2009, Brice Hortefeux se posait en pourfendeur du racisme. Le ministre de l’Intérieur recevait ce jour-là le «Prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme» de la part de...l’Union des patrons et des professionnels juifs de France (Upjf). Cette distinction suscitait immédiatement la polémique. (...) Voilà que l’Upjf remet le couvert. Cinq jours seulement après avoir honoré le ministre de l’Intérieur, un «billet» était publié sur l’Upjf.org, le site de l’organisation. Intitulé «Sur Mars comme sur la terre: photos exceptionnelles de la planète!», ce «billet» est une succession de clichés de la planète rouge. La dernière image vaut le détour: on y voit un groupe de Martiens manifester sous une banderole «Musulmans, restez chez vous», une pancarte à leurs pieds: «Mars for Martians!»(6) La France leur appartient!
 
     Pourtant, il s’est trouvé des Français de confession juive qui sont scandalisés par le comportement du Crif. parmi eux, Maurice Szafran qui fit un éditorial à ce propos dans le journal Marianne n°642. «Quelle que soit la qualité de certains qui en font partie et qui se déclarent à regret minoritaires, il faut bien constater que les dérapages communautaristes du Crif deviennent de plus en plus nombreux et alimentent un antisémitisme à la fois insidieux et secret. Pour le moment, personne n’ose dire que le roi est nu et que dans certaines affaires qui relèvent soit de la solidarité inconditionnelle et aveugle avec l’extrême droite de l’Etat d’Israël, soit d’un judéo-centrisme obsessionnel et névrotique, les juifs ne peuvent plus se sentir en sécurité intellectuelle.» «Soulignons que le Crif n’a pas toujours été ce qu’il est devenu. Sous l’impulsion de personnalités de droite ou de gauche, d’Adolphe Steg à Théo Klein, il s’est évertué à maintenir un équilibre subtil entre la multitude des sensibilités juives et les courants contradictoires qui travaillent le pays. Le Crif était alors respecté, écouté et envié par d’autres communautés. Depuis quelques années, spécialement sous le règne de M.Prasquier, on ne le reconnaît plus.
Il ne sait plus que mordre et griffer à tort et à travers. Qui conteste que Fofana ait perpétré un crime antisémite? Mais est-ce vraiment dans la vocation d’un corps politique d’intervenir rageusement dans une procédure judiciaire, comme l’a fait le Crif à la manière d’un lobby de caricature?
Les avocats, la famille étaient dans leur rôle, pas M.Prasquier, qui a offert une image accablante de ceux qu’il est censé représenter. (..)La vérité est platement politique. Le Crif, comme d’autres institutions juives, est tombé entre les mains de courants alignés sur la droite israélienne la plus intransigeante. Insensibles aux tourments palestiniens, réfractaires aux concessions réciproques qui conditionnent la paix, ils ont inventé la recette pour ne se faire entendre ni des juifs de France, ni du pays dans son entier. Il est grand temps que le Crif retrouve le chemin de la raison et de
l’apaisement.»(7)  
 
   «J’aurais pu écrire votre article, s’indigne Jean Daniel. Je le signe et le contresigne. Cela fait désormais trop longtemps que le Crif s’autoproclame une représentation, qui est infondée et souvent nocive.
Quelle que soit la qualité de certains qui en font partie et qui se déclarent à regret minoritaires, il faut bien constater que les dérapages communautaristes du Crif deviennent de plus en plus nombreux et alimentent un antisémitisme à la fois insidieux et secret. Pour le moment, personne n’ose dire que le roi est nu et que dans certaines affaires qui relèvent soit de la solidarité inconditionnelle et aveugle avec l’extrême droite de l’Etat d’Israël, soit d’un judéo-centrisme obsessionnel et névrotique, les juifs ne peuvent plus se sentir en sécurité intellectuelle. Je vous laisse libre de faire de cette lettre l’usage qui vous conviendra.»(8)  
 
     En définitive, une dépêche courageuse de l’AFP passée inaperçue et pour cause, eu égard au maillage serré des médias à l’époque, s’interrogeait sur la place du Crif. Le Conseil représentatif des institutions juives (Crif), s’est interrogée l’Agence, est-il devenu un nouveau département ministériel, au même titre que celui de l’Intérieur, de l’Agriculture ou encore de la Défense? On est en droit de se poser la question, qui fait état d’une «Réunion interministérielle contre l’antisémitisme», en présence de représentants du Crif. La dépêche de l’AFP était intitulée ainsi: «Une réunion interministérielle pour lutter contre les actes antisémites à l’école, s’est tenue jeudi au ministère de l’Intérieur, a indiqué le ministère dans un communiqué. Cette réunion était destinée à "identifier des outils pratiques et efficaces permettant de mieux prévenir, signaler et réprimer les actes antisémites commis dans le cadre scolaire", selon ce communiqué. Cette réunion regroupait des représentants du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), des ministères de l’Intérieur, de la Justice et de l’Education nationale, du corps préfectoral, ainsi que des policiers et des
parquetiers.»(9)  
 
      La République qui dit lutter contre les communautarismes et se doit d’être équidistante des religions, continuera-t-elle longtemps à exacerber les tensions en obéissant à une communauté qui clame haut et fort sa fidélité première à un autre pays? La question est posée.
 
 1.Nicolas Sarkozy au dîner du Crif. La-Croix.com 4 février 2010 (avec AFP)
 
 2.Hicham Hamza-La tranquille impudence du Crif Oumma.com 5 février 2010
 
 3.Discours de M. le Président de la République lors du dîner annuel du CRIF le 13-02-08
 
 4.L’ennemi d’Israël - Le Canard enchaîné 16 mai 2007  
 
 5.Dominique Vidal: Dérapages du Crif, relaxe pour Siné Le Monde Diplomatique
7 mars 2009
 
 6.Gérald Andrieu: L’Union des patrons juifs de France remet le couvert Marianne 24 12 2009
 
 7.http://www.bakchich.info/Jean-Daniel-flingue-le-CRIF,09970.html
 
 8.Jean Daniel - Une lettre de Jean Daniel à Maurice Szafran Samedi 15 août
2009
 
 9.Le Crif nouveau ministère de la République? AFP 18 décembre 2003
 
 Pr Chems Eddine Chitour
   Ecole Polytechnique, enp-edu.dz



Jeudi 11 Février 2010


Commentaires

1.Posté par Larguet le 11/02/2010 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous avez bien fait de parler de cette photo parue sur le site de UPJF.

Voilà des gens qui se plaignent de l’antisémitisme, et distribuent de l’autre coté du racisme au quatre vents.

Ils alimentent l’antisémitisme qui leur de s’exprimer et d’exister dans la société, comme un asticot qui ne peut exister sans la charogne.

Qui veut avoir cette photo me contacter.

Le CRIF est à la France ce que l’AIPAC est au Etats-Unis.

Et tous nous savons ou l’AIPAC et lobby, ont menés les USA.

Des guerres meurtrières à travers le monde ou ce sont des américains d’autres confessions qui se font tuer pour eux.

Pendant que certains se font trucider au combat, d’autres dans les oligarchies financières et industrielles se remplissaient les poches, avec l’argent des citoyens, parfois avec l’argent de ces mêmes malheureux qui sont en train de se faire zigouiller au front.

D’autres comme ce voleur Madoff, arrêté avec une grosse somme d’argent qu’il s’apprêtait a envoyer à l’étranger, et voilà ce que dit de lui son compatriote Larry Gellman.

« Larry Gellman n'y va pas avec le dos de la cuillere et dénonce carrément l'esprit tribal juif qui aurait permis à Madoff de réussir à faire disparaître l'argent de bon nombre de personnalités et d'institution juives qui lui avaient fait confiance en dépit de nombreux signaux d'alerte.

Le résultat, des millions d’américains au chômage, les comptes bancaires et d’épargnes, vidés.
Et pour une autre partie, expulsée de leurs appartements.

Le CRIF en France, qui se substitue petit à petit au pouvoir public, et donner des instructions aux ministres, et même à certains imams aveugles, ne va pas tarder à s’intéresser à vos comptes. Seuls l’oseille et la chair à canon que constitue le peuple français l’intéressent.

Voici quelques extraits du livre « A nous la France « de ISAAC BLÜMCHEN :

Quelle bassesse de faire croire aux Français que nous sommes de leur peuple, c'est-à-dire du peuple asservi, tandis que nous sommes le peuple maître! (page 14)

Nous pouvons mettre sous les armes quatre millions de Français pour soutenir nos spéculations internationales, pour recouvrer nos grandes créances, pour délivrer nos frères opprimés, pour réaliser notre politique nationale. (Page 15)

Nous aimons les indigènes de France comme nous aimons la France ; ils sont le cheptel de notre ferme.
Le tout était de les mater. C'est fait, et bien fait.
Non seulement dans les assemblées, dans les cafés, dans les lieux publics, mais dans les salles de rédaction, chez eux, à leur propre table, 'les indigènes baissent la voix quand ils parlent de nous : comme faisaient les Italiens à Milan, sous la terreur autrichienne. (Page 16)

Nous avons imposé le silence absolu sur notre domination, sur tout incident qui pourrait rappeler aux indigènes le fait de notre domination. (Page 17)


Celui qui prétend rester debout devant Israël, et qui rêve de nous reprendre la France, nous le calomnions, nous le salissons, nous l'affamons, nous l'assassinons...

Je veux dire que nous le faisons calomnier, salir, assassiner par nos valets français: nous en trouvons toujours. (Page 18)

Tous les indigènes de France tremblent devant le maître juif comme les indigènes de l'Inde tremblent devant le maître anglais. (Page 19)

J'ai vu les chefs nationalistes se vendre aux hommes d'affaires exotiques, à notre gouvernement d'Israël, à nos banquiers... (Page 33)

Nous vous avons appris et, dans vos écoles, nous enseignons à vos enfants tous les mensonges et tous les sophismes qui nous servent. Mais nous nous en préservons nous-mêmes. (Page 42)

Le livre est sous format pdf.





2.Posté par Hijack le 11/02/2010 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Larguet,

Normal qu'ils alimentent l'antisémitisme ... c'est leur carburant, même si cette évidence n'est jamais avouée !
Théodore Hertzl n'avait t-il pas dit : " Tous les antisémites sont nos amis et pays antisémites nos alliés " ...

En quelque sorte, pour eux, vaut mieux un faux antisémitisme afin de pouvoir encore pleurer, se plaindre, dénoncer ... que pas du tout d'antisémitisme où ils seraient considérés comme tout un chacun !

Un truc important, à mon avis, pour progresser et ne pas se laisser embobiner, il faut s'en foutre qu'on nous traite d'antisémites ... bcp se sont battus en vain afin de justifier leur non antisémitisme ... En effet, on ne peut se battre contre quelqu'un qui accuse d'antisémitisme ...tout en sachant que sont accusation est plus que fausse ... conclusion : lors d'une taxation d'antisémitisme ... il faut en rigoler !

3.Posté par Larguet le 11/02/2010 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ Hijack

Ils sont en train de geindre, de chialer à travers le monde, alors que c’est eux qui sont entrain de mettre ce monde à feu et à sang.

4.Posté par said le 11/02/2010 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Larguet comment fait on pour trouver ce livre ?dont tu parles donne svp les references
merci cordialement

5.Posté par said le 11/02/2010 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à mon avis la loi qu'a fait voter le ministre communiste glavani aura ete un hol-dup (ou gayssot)escroquerie monumentale car avant de voter il fallait un debat raisonable et sans tabou et des historiens cales impartiaux afin de pouvoir debattre honnetement
mais comme c'est les sionistes qui sont au pouvoir la cause est entendue

6.Posté par larguet le 11/02/2010 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Said commentaire 4

laisse ton adresse sur ce site, je me ferai un plaisir de te l'envoyer.

Salut

7.Posté par PALESTRO le 11/02/2010 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Le dîner annuel du Crif est un événement parce qu’il nous offre une occasion de partage amical et républicain. Il coïncide, cette année, avec le 65e anniversaire de la libération des camps et le 25e anniversaire du Crif. Cette double commémoration manifeste, à mes yeux, notre exigence commune de mémoire et de vigilance. Je voudrais rendre hommage aux déportés encore vivants et à leurs familles : ils ont un rôle essentiel dans notre société, un rôle de transmission et de rappel. Le Gouvernement doit tout faire pour les aider à faire vivre cette mémoire. Je tiens à adresser à toute la communauté juive de France un message d’amitié et de solidarité à la suite de la profanation des tombes du cimetière de Cronenbourg. Encore une fois, la bêtise et la haine ont insulté les morts, bouleversé les vivants. Au-delà de la communauté juive, c’est notre Nation tout entière qui se sent blessée, humiliée, atteinte au plus profond d’elle-même. Avec le ministre de l’intérieur et le garde des sceaux, je ferai tout pour que les responsables de ces actes soient retrouvés et sévèrement condamnés. Je crois à notre République. On peut être passionnément républicain, passionnément français sans renoncer à ce qui est au plus profond de soi. L’histoire des juifs de France est inséparable de l’histoire de la République et de l’amour de la France. Qu’aujourd’hui encore, cet attachement puisse être nié par certains, refusé, foulé aux pieds, nous ne pouvons pas le tolérer. Chaque fois que l’antisémitisme progresse, c’est la République qui recule, c’est la démocratie qui dépérit. La violence à caractère antisémite est profondément révoltante, insupportable. Nous avons décidé d’accroître la spécialisation des magistrats : ceux qui composent les pôles anti-discrimination traitent désormais, en plus des affaires de discrimination, des infractions dont l’antisémitisme est une circonstance aggravante.

Vous avez évoqué, Monsieur Prasquier, le procès des bourreaux de Ilan Halimi. Cette affaire fut un coup de tonnerre : en 2006, un Juif est mort en France parce qu’il était juif. Nous avons pris en compte ces réactions légitimes. Ce matin même, la commission des lois de l’Assemblée nationale a adopté une disposition qui modifie la procédure du huis clos devant la cour d’assises des mineurs, en rendant désormais publics les débats, dans le respect de la protection des droits des victimes et des mineurs.

Vous l’avez dit, Monsieur le Président, "la France n’est pas antisémite". Mais, vous l’avez aussi rappelé, "les démocraties oublient parfois qu’elles ont des ennemis". Ce sont les ennemis de ce que Karl Popper appelait la "Société ouverte". Ce sont ceux qui haïssent profondément la liberté individuelle, la laïcité, le pluralisme. On ne trouve pas parmi eux que des voyous, des délinquants et des violents. Certains d’entre eux sont aussi, depuis toujours, des intellectuels et des penseurs. Leurs armes sont la désinformation, la perversion de l’histoire, le règne de la rumeur, le relativisme moral. Ils ont trouvé, avec l’Internet, espace de liberté par excellence, de nouveaux moyens d’action contre la liberté.

Nous devons accorder une attention très sévère au développement du racisme et de l’antisémitisme sur Internet. Le rapport que j’avais demandé à Madame Isabelle Falque-Pierrotin sur ce sujet m’a été remis il y a quelques jours. Je veux que la France soit à la pointe de cette dimension nouvelle de la lutte contre l’antisémitisme. Nous devons rester lucides sur l’incroyable facilité avec laquelle se développent et s’expriment les amalgames les plus odieux. Je pense ainsi à ces scandaleux mouvements de boycott de produits cashers ou israéliens. Je m’étonne du silence, voire de la connivence de certains responsables politiques vis-à-vis de ces démarches révoltantes. Tous ceux qui tiennent des propos antisémites doivent être traités avec la plus extrême sévérité. Quelles que soient nos opinions, nous devons lutter, et vous savez que vous pourrez toujours compter sur moi pour cela. Pour cela, Brice Hortefeux a nommé un préfet coordonnateur de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Michel Morin, ancien préfet de l’Isère.

Plus que jamais, nous devons préserver les lieux physiques de la mémoire. Il existe des inquiétudes au sujet du financement de la Fondation Auschwitz-Birkenau. Je veux vous dire que la France ne laissera pas l’indifférence effacer le lieu symbole de la pire horreur qu’ait généré l’humanité. La France est prête à en prendre toute sa part du financement nécessaire à sa préservation. Il s’agit d’un enjeu pour tout le continent européen : Auschwitz est un lieu de mémoire essentiel pour l’Europe. Il symbolise notre volonté commune de ne plus jamais revoir l’intolérable, le règne de la barbarie absolue en Europe.

J’ai confié à Simone Veil une mission, qu’elle a bien voulu accepter, pour me faire des propositions sur la meilleure façon de répondre à la demande polonaise.

Je voudrais citer le remarquable travail du réseau d’ONG Aladin, qui a notamment assuré la traduction en arabe et en persan d’œuvres majeures comme celles de Primo Levi ou d’Anne Frank.

Eduquer, sensibiliser, transmettre, tel est le sens de la proposition, formulée devant vous il y a deux ans par le Président de la République, sur l’enseignement de la Shoah en classe de CM2.

Une base de données sur 11 400 enfants juifs déportés, accessibles aux enseignants, a été développée par le Mémorial de la Shoah. Ces nouvelles ressources ont permis de relancer et renouveler l’enseignement de la Shoah à l’école et d’en rappeler la dimension universelle.

La France a reconnu sa responsabilité dans la déportation des juifs et l’a assumée à travers notamment la création en 2000 de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, en réparation des préjudices causés, et grâce à l’entière restitution des sommes spoliées qui étaient restées sans ayant-droits. En moins de dix ans, la Fondation a joué pleinement son rôle.

150 millions d’euros ont été affectés pour soutenir le Mémorial de la Shoah ainsi que pour aider plus de 1 700 projets dans les domaines de la solidarité envers les survivants, de l’histoire, de la mémoire, de l’enseignement de la Shoah, de la culture juive. Depuis 10 ans, la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS) a restitué plus de 450 millions d’euros à des dizaines de milliers de requérants. Je salue le travail de cette remarquable institution.

Enfin, j’ai décidé en août dernier de revaloriser la rente aux orphelins de parents déportés, fusillés ou abattus en tant que juifs créée en 2000. Elle le sera chaque année jusqu’en 2012.

La France est fière de compter parmi les meilleurs amis d’Israël. C’est de la volonté de renforcer les liens entre toutes les composantes des sociétés française et israélienne, qu’est née la fondation France-Israël. Engagée dans le renouveau de cette fondation, sa présidente Nicole Guedj travaille actuellement au lancement d’une initiative Europe-Israël très prometteuse qui, je l’espère, débouchera sur des initiatives concrètes au cours des prochains mois.

Monsieur le Président, vous avez évoqué Durban II. La lutte contre l’antisémitisme doit être une priorité des Nations Unies. L’année 2009 a malheureusement été, pour le Processus de paix au Proche-Orient, une année perdue, marquée par le conflit de Gaza.

Sur le rapport Goldstone, je sais l’intensité du débat en Israël.

Car la sécurité d’Israël est pour la France une priorité absolue. Elle n’est pas dissociable de la reconnaissance de sa légitimité. Voilà pourquoi nous partageons pleinement la préoccupation d’Israël quant au développement du programme nucléaire iranien. L’Iran n’a malheureusement pas saisi la main qui lui était tendue par le président Obama. Les deux objectifs de la France n’ont pas varié depuis le début de la crise : prévenir l’acquisition par l’Iran de l’arme nucléaire - perspective inacceptable - et rechercher un règlement diplomatique, car un conflit aurait des conséquences désastreuses dans la région et au-delà.

Enfin, comme vous, j’ai une pensée à la fois émue et pleine d’espérance pour notre compatriote Gilad Shalit et pour sa famille avec laquelle nous sommes en contact permanent. La France agit sans relâche dans le cadre des efforts menés pour favoriser sa libération. Il faut qu’elle intervienne maintenant.

Ces quatre valeurs cardinales n’ont de sens que si elles s’articulent au service de la nation. Que serait la liberté, sans la Fraternité ? Que serait l’égalité, sans la liberté ? Et quelle égalité sans laïcité ? Ces biens précieux, nous devons les protéger. Nous sommes Français parce que nous voulons vivre ensemble. En nous respectant. En nous comprenant. Nous devons défendre ces valeurs contre ceux qui cachent, derrière le paravent d’une soi-disant liberté, un militantisme extrêmiste. Le communauté refuse l’Egalité et se moque de la Fraternité ".



8.Posté par PALESTRO le 11/02/2010 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le précédent commentaire est de Francois Fillon au diner du Crif

9.Posté par said le 11/02/2010 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Larguet voilà mon imail said.yessaad3@aliceadsl.fr

merci

10.Posté par said le 11/02/2010 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gilad Shalit est francais mais pas Salah Ammouri car lui n est pas sionistes le reste c est
de la politique nous on sent la fin du sionisme et tous ceux qui de loin ou de pres les ont servis se retrouveront avilis ici bas et dans l àudelà ils seront les grands perdants il suffirait que certains magistrat soit vraiment independants et laisse qui nous taxe d antisemites nous dirons ce qu on a dire ou ils veulent et quand ils le veulent nous n avons pas de compromis avec ces criminels et fossoyeurs de veritees surtout depuis
le proces du createur d alterinfo il nous a encourages c est des hommes comme ça qu ils nous faut etre independant de ces gens là aucun lien commercial ni soçiale c est ce qui s est passe avec les chefs d etats arabes ils sont tous coinses par les sionistes
car ils font du biz-nes avec eux mais nous graçe a dieu loin de nous cet avillisement
qui nous emprisonneraient

11.Posté par pistache le 12/02/2010 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la france n'est pas antisémite , ni raciste ;mais les français n'aiment pas les étrangers qui foutent la merde dans le pays , ils n'apprécient pas non plus de voir des individus s'insérer dans la politique et l'économie de notre pays , surtout quand c'est pour s'en mettre plein les fouilles et avec l'aval du chef d'état ; il y a de plus en plus d'actes antisémite en france , ily a surement des raisons à cela ; personnelement j'en ai raz le bol de voir ces sionistes chougner pour un oui ou pou r un non et faire leur loi dans le pays ; les juifs ont souffert , c'est un fait mais combien y a t'il de peuple dans le monde à ce jour qui souffrent , qui meurrent, sans qu'on en parle ?isrêl serait il le seul peuple gouverné par des gens qui n'ont rien à se reprocher ? ils ne font souffrir personne eux ? ils ont les mains propres eux ?allons donc , à d'autres !

12.Posté par cielétoilé le 12/02/2010 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Palestro , quand on regarde l'Histoire du monde , comme je l'ai écrit pour l'article sur les croisades , on remarque que le monde est pris dans l'engrenage des persécutions, des peurs et des réactions . En 700, ce fut le monde chrétien qui prit peur des musulmans et qui réagit par les croisades . Après la guerre, ce fut les juifs qui avaient subi des horreurs par les nazis et leurs complices qui prirent peur et réagirent par la création d'un Etat d'Israël , en essayant de le rendre le plus fort possible . Maintenant , ce sont des peuples et des pays musulmans qui font les frais terribles des peurs des autres et de leur volonté d'être sur le devant de la scène du pouvoir . Je parie que cela aura de lourdes conséquences .Qui a dit que l'émotion (la peur par exemple) ne gérait pas le monde ? Nous n'en sortons pas .L'humanité n'a pas encore inventé la sécurité sans la course au pouvoir et à l'arrogance du pouvoir .


13.Posté par christian le 21/04/2010 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Fillon (les deux "l" sont de trop !), pour cet exellent exemple de double-langage orwellien, à moins que ce ne soit un manque de capacité d'abstraction (ce qui est valable pour un enfant juif déporté en 1940 ne le serait pas pour un enfant africain déporté en 2010 ? Et Fion a besoin de deux heures trouver combien font 2 pommes et 2 pommes, il lui faut ensuite deux heures de plus lors qu'il se rend compte qu'il s'est trompé, et qu'il s'agissait en fait de poires...Vu le niveau intellectuel des médiocres gouvernementaux (voire Darcos,qui ne sait même pas résoudre une règle de trois!) ) et qui parle d'enfants juifs déportés, alors que son gouvernement, sous l'ignoble Hortefeux «Hortefiente» puis Besson «La fouine» fait déporter des enfants quasi quotidiennement. Sarkozy a même fixé le chiffre je crois de 20000 déportations souhaitées par année !
La France, sous le gouvernement d'extrème-droite plurielle de Sarkozy, est profondemment raciste, tout comme la plupart des pays de l'UE, qui, tout comme la France, ont des coalitions d'extrème-droite plurielle au pouvoir. Non seulement la population blanche est majoritairement raciste (au moins de façon inconsciente et latente. Je suis blanc, et convaincu que le racisme à une couleur: le blanc !), et l'expression de ce racisme latent est volontairement exacerbé par nos «dirigeants».

14.Posté par Agnès le 21/04/2010 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce mercredi matin 21 avril, les trois plaques apposées par la Mairie de
Paris, en l'honneur du criminel de guerre Ben Gourion... avaient disparu
de l'esplanade du Quai Branly !


[http://www.youtube.com/watch?v=Xmj0fNa6dh0://

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires