MONDE

La vocation dévoyée du Conseil de Sécurité de l'ONU


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 18 Août 2018 - 21:00 Le Complot se dessine !



Dmitri Kossyrev
Dimanche 12 Juin 2011

La vocation dévoyée du Conseil de Sécurité de l'ONU
Le Conseil de sécurité n’adoptera aucune résolution - atténuée ou nouvelle - sur la Syrie. Car Moscou (et la Russie est loin d’être la seule) votera contre. La raison est la suivante: d’aucuns ont eu tort de chercher à réaliser leurs rêves de longue date visant à léser l’Iran, et à transformer parallèlement le Conseil de sécurité des Nations Unies en une arène de règlement de comptes idéologiques. Ce n’est pas la raison d’être du Conseil de sécurité.
Londres et Paris insistent sur une résolution
L’histoire de la résolution syrienne est aussi tumultueuse que l’histoire de pratiquement toute résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies. En fait, le Conseil de sécurité est une véritable source d’adrénaline. Les convictions, les cultures, les intérêts et bien d’autres choses s’y affrontent. Et maintenant, c'est le tour de la Syrie.
Le vote sur la résolution syrienne proposée par la France et la Grande-Bretagne aura lieu avant la fin de la semaine, en dépit de l'intention affirmée par le président russe Dmitri Medvedev à Deauville pendant la réunion du G8 d’utiliser le droit de veto. Le 9 juin, cette position a été confirmée par le ministère russe des Affaires étrangères. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réitéré cette attitude au cours des derniers jours. Tout semblait clair.
En fait, il est rare d’assister à l’utilisation du droit de veto au sein du Conseil de sécurité. Si l'un des pays disposant de ce droit annonce à l’avance, officiellement ou en privé, qu’il n’est pas d’accord, on n’essaye même pas de soumettre la résolution à la discussion, car cela devient inutile.
Mais alors pour quelle raison le premier ministre britannique David Cameron déclare: "Si quelqu’un vote contre cette résolution ou utilise le droit de veto, cela pèsera sur sa conscience"? Pourquoi précisément dans la situation actuelle, les coauteurs de la résolution (et les Etats-Unis) ont-ils décidé de faire monter les enchères sur la question syrienne et littéralement d’obliger la Russie et la Chine à utiliser le moyen suprême, le veto?
Tout cela parce qu’il ne s’agit pas de la Syrie, pas plus que de savoir qui est son ami, son partenaire économique ou son allié. Il est question d’une chose bien plus importante. Le problème est celui de la lutte permanente et de longue date pour le Conseil de sécurité.
Le Conseil de sécurité, un outil de lutte contre un agresseur
L’ONU est un mécanisme complexe, mais particulièrement efficace et utile. Et le Conseil de sécurité est le seul de ses organismes habité à punir tout un Etat: adopter des sanctions contraignantes contre lui.
Ce mécanisme était au départ créé contre Adolf Hitler, déjà mort et enterré à cette époque. L’agression d’un Etat par un autre doit être absolument et obligatoirement punie: c’est le cœur de l’idée même de l’ONU. La sanction est imposée par le Conseil de sécurité, et personne d’autre. Aussi étrange que cela puisse paraître, la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, autrement dit de pratiquement tous les 192 Etats du monde, peut être ignorée. Mais ce n’est pas le cas d’une résolution du Conseil de sécurité.
Mais cela ne signifie pas que le Conseil de sécurité à la liberté de choisir le thème. Conformément à son appellation, il est chargé de la sécurité: de l’agression ou de la menace exercée contre un pays par un autre pays. La Syrie ne menace personne. Le problème local concerne exclusivement les méthodes utilisées dans la guerre civile. La guerre d’une partie de la population contre l’autre.
La Syrie n’est pas le premier cas où l'on tente d’utiliser le Conseil de sécurité à des fins inappropriées. Il existe une multitude d'exemples. Notamment, la Birmanie (Myanmar). Le Congrès américain approuve constamment la résolution qui stipule que la Birmanie (ce nain politique) "menace la politique étrangère des Etats-Unis." Puis, tantôt les Etats-Unis, tantôt la Grande-Bretagne soulèvent la question de la Birmanie et de son régime militaire (actuellement semi-militaire) au Conseil de sécurité des Nations Unies. Et la Russie rappelle qu’ils ne frappent pas à la bonne porte. La Birmanie ne présente une menace pour personne.
Mais il existe des résolutions peu sévères qui ne mentionnent aucune sanction. Et cette fois Paris et Londres ont précisément proposé une telle résolution en espérant que Moscou s’abstiendrait au moins lors du vote. En quoi ces documents sont-ils donc néfastes?
Ils n’ont rien de néfaste, sans compter qu’ils servent de justification morale pour certaines sanctions nationales ou de toute l’Union européenne. Mais en utilisant avec habileté le mécanisme de l’ONU et en insérant dans la résolution un paragraphe passé inaperçu concernant le réexamen de la question (ou quelque chose de ce genre), l’affaire peut aller très loin.

Ce qui est bien et ce qui est mal
Ainsi, s’il n’y a pas d’imprévu, la question syrienne ira là où est sa place. En d’autres termes, ailleurs qu’au Conseil de sécurité. Et on sera alors en droit de se demander pourquoi cette question s’est-elle posée du tout. Bien sûr, abstraction faite de la considération qu’en punissant la Syrie, alliée de Téhéran, on affaiblit du même coup l’Iran.
Et il s’avère alors que tout se réduit à un seul mot: l’idéologie. Il existe un ensemble relativement standard de notions de ce qui est bien et de ce qui est mal. L’idéologie est pratiquement une religion. Il existe plusieurs blocs de notions de ce type dans le monde, semblables en apparence, mais divergents sur beaucoup de points.
Par exemple, est-il possible d’organiser non pas des manifestations armées contre le pouvoir, mais des actions pacifiques entravant le fonctionnement des autorités? Non, selon la législation de tous les pays. Le gouvernement peut-il utiliser la force contre de tels manifestants qui violent carrément la loi? Aux Etats-Unis, où selon certaines informations les émeutes arabes avaient été annoncées à l'avance, on réfléchit beaucoup à cette question depuis le mois de septembre. Et les Américains ont décidé que les gouvernements au Moyen-Orient avaient toujours tort, et que le peuple révolté avait toujours raison. Il ne reste plus qu’à convaincre le reste du monde qu’il s’agit d’un verdict juste. Mais de la même manière que la société européenne croit en la nature sacrée des résolutions, la Russie a une attitude complètement différente.
Il est regrettable de le reconnaître, mais la convergence idéologique de l’Occident et de l’Orient ne se réalisera pas à court terme. Il ne s’agit pas des gouvernements, mais des sociétés au sein des quelles les échelles des valeurs demeurent différentes. L’Orient et l’Occident existent toujours, alors que le communisme n’existe plus depuis longtemps.
Il ne s’agit pas du fait que l’Occident, qui à l’époque de l’URSS s’accrochait de toutes ses forces à l’idée de la loi et de l’ordre, est soudainement devenu un fervent adepte et idéologue des révolutions en l’absence de l’URSS "révolutionnaire." Mais le fait est que le monde contemporain soulève de nombreuses questions réellement complexes.
Par exemple, si un "peuple révolté" s’empare d'armes à feu et de matériel blindé, comme en Libye, a-t-il encore raison? Et les autorités qui réagissent avec des raids aériens contre cette foule, ont-elles raison à leur tour? Il est possible et nécessaire de discuter de telles questions. Pendant des conférences scientifiques et dans les médias, mais pas au Conseil de sécurité des Nations Unies.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction


Dimanche 12 Juin 2011


Commentaires

1.Posté par Candan le 12/06/2011 14:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut arrêter l ONU y en a marre vous savez tous q il est hautement corrompu, et comment il fonctionne en vrai non pour la paix mais pour les intérêts desconnards d' occidentaux adorateurs de métaux précieux ! Alors travaillons donc pour que cet ONU cesses d' exister ! Et arrêtez d' en être les esclaves, africains,arabes. Et autres...

2.Posté par pc chicot le 12/06/2011 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Candan C pas l'ONU qui doit etre bani..... Ce sont les privilège du conseil de Sécurité de l'ONU ...Tout les état doivent etre logé a la meme enseigne !!! Arme nucleaire ou pas !!!

3.Posté par Saber le 12/06/2011 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'ONU doit disparaître , c'est un laboratoire pour diviser et désintégrer les nations en focalisant l'intérêt du droit de l'homme sur l'individu sans solidarité avec ses concitoyens ce qui est la chose plus absurde et la manière la plus diabolique pour dépouiller les peuples au profit des loges financières.

4.Posté par dik le 12/06/2011 19:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des questions tellement pertinentes et auxquelles les réponses fâchent une fois côté peuple, une fois côté autorités : Par exemple, si un "peuple révolté" s’empare d'armes à feu et de matériel blindé, comme en Libye, a-t-il encore raison? Et les autorités qui réagissent avec des raids aériens contre cette foule, ont-elles raison à leur tour? Il est possible et nécessaire de discuter de telles questions. Pendant des conférences scientifiques et dans les médias, mais pas au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Quand au Conseil dit de Sécurité, il faut dire que c'est désormais le pire ennemi des peuples qui refusent le diktat des USionnistes. Ceux-là se fichent du véto qui n'est pas le leur (Cas de l'invasion de l'Irak).

Parfois, je me demande si les USionistes ne vont pas jusqu'à forcer les dirigeants arabes à mépriser leurs peuples, précisément pour ouvrir la voie à leur conquête le moment venu?

Moralité qu'on ne répètera jamais assez : L'union fait la force et la démocratie le reste!

5.Posté par Saber le 12/06/2011 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'O N U est devenu l'usine officiel pour fabriquer du Conseil National de Trahison.

6.Posté par Patrice le 12/06/2011 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tout cas partout ou ils mettent l;e nez, la zizanie finit par prendre le dessus...

7.Posté par Samir Hadad le 12/06/2011 23:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsque G.W.Busch avait rendu visite à Poutine en Russie....Il a dit à Poutine , que les USA souhaitaient davantage de démocratie pour le peuple Russe....Poutine lui avait alors répondu....je ne suis pas sûre que le peuple Russe soit prèt pour une démocratie à l'IRAKIENNE....

8.Posté par kemenani le 13/06/2011 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu es coté de la plaque mon cher, la raison principale de la Russie , de la Chine et des autres qui ne veulent entendre d'une résolution contre la Syrie c'est tout simplement ils se sont fait rouler rouler dans la farine par la France , la Grande Bretagne et les usa dans la résolution qui à été voté contre la Libye dans la mesure où cette résolution qui a été voté dans l'objectif de protéger la population civil libyenne à pervertie par ces pays (France, Grande Bretagne et usa) pour régler ses comptes au colonel kadhafi au détriment de la protection de cette dernière . renseignez-vous

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires