Lobbying et conséquences

La sémantique du texte de la "Lettre ouverte à Messieurs François Hollande et Abdelaziz Bouteflika"


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante



Abdelkader Dehbi
Vendredi 4 Janvier 2013

La sémantique du texte de la "Lettre ouverte à Messieurs François Hollande et Abdelaziz Bouteflika"
La sémantique du texte de la "Lettre ouverte" ci-dessous reproduite, constitue un véritable modèle du genre où l'on peut admirer l'harmonie des contraires, la synthèse entre les prétentions et les non-dits, l'arrogance feutrée et les menaces à peines voilées…etc.
…………………………………………………………………………………….

Lettre ouverte à Messieurs François Hollande et Abdelaziz Bouteflika.
Par Le Président de MORIAL.
(Mémoire et traditions des juifs d’Algérie) et repris par le CRIF



A vous monsieur François Hollande, président de la République française et à vous monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République algérienne, permettez-moi, au nom de l’association MORIAL, Mémoire et traditions des Juifs d’Algérie, que j’ai l’honneur de présider, de vous souhaiter une bonne année 2013. Nous espérons qu’elle apportera une pierre précieuse à l’édifice du progrès et qu’elle permettra de faire un pas en direction de la paix et de la compréhension pour toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, si différents soient-ils, si culturellement opposés soient-ils, sans distinction de religion ou d’idéologie.

Puisque vous attachez, monsieur le président Hollande, une grande importance au devoir de mémoire, quelques utiles précisions s’imposent pour que vous ayez une vue parfaitement éclairée concernant certains de vos concitoyens, à savoir nous les Juifs originaires d’Algérie. Sachez que les nôtres ont été présents sur la terre d’Afrique depuis l’époque des Phéniciens. Si bon nombre de nos ancêtres, lors de l’arrivée des Arabes au VIIème siècle, après de difficiles combats, se convertirent à l’Islam, d’autres restèrent ce qu’ils sont encore aujourd’hui, des Juifs.

Ils eurent alors le statut de « dhimmis » qui, en terre d’Islam, protège les non musulmans mais avec des droits limités, ayant entraîné, malheureusement bien souvent, mépris et humiliations, allant parfois jusqu’au massacre de certaines communautés. Lorsque la France, en 1870, nous accorda, par le décret Crémieux, la nationalité française, nous sortîmes enfin définitivement de l’état de soumission intolérable dans lequel les nôtres se trouvaient.

Vous avez, Monsieur le président de la République française, à juste titre, condamné les massacres subis par la population musulmane en 1945 à Sétif. MORIAL aurait souhaité que vous condamniez de la même façon, entre autre, le pogrom de Constantine qui eut lieu le 5 août 1934 et qui coûta la vie à 28 de nos coreligionnaires ou les horribles massacres que subirent les Juifs de Mascara en 1835 lorsque les troupes d’Abd El Kader, contre la volonté de leur chef, tuèrent de nombreux Juifs alors que le Général Clauzel prenait possession de la ville. Un millier de rescapés, apeurés, suppliants se mirent sous la protection des soldats français qui repartaient sur Oran. Malheureusement sur cette route montagneuse et escarpée, en raison des conditions climatiques très éprouvantes, la plupart périrent en chemin.

Monsieur le président François Hollande, vous avez fustigé les méfaits de la colonisation française durant ces 132 années de présence française, je voudrais vous rappeler qu’elle nous a permis, à nous Juifs, de devenir des hommes libres et d’avoir la nationalité française, ce dont nous sommes fiers.

Lorsqu’au début des années 60, l’indépendance de l’Algérie était un fait qui semblait inéluctable, un certain nombre de nos coreligionnaires se posèrent la question de savoir s’il fallait rester dans ce pays qui avait été la terre d’accueil de nos ancêtres ou s’il fallait suivre le chemin de la France. Le pillage, la profanation de la grande synagogue d’Alger le 11 décembre 1960 et le massacre des Juifs qui se trouvèrent dans les alentours levèrent les doutes de ceux qui hésitaient.

Ces précisions étaient nécessaires pour que le devoir de mémoire puisse s’exercer dans le respect des traditions, avec pour chacun sa propre vérité et son propre ressenti.

Nous avons, vous et nous, Monsieur Bouteflika, nos propres martyrs et ils ont droit au même respect. Dans le passé, nous nous sommes souvent recueillis, ensemble, sur les tombes de nos sages. Ils étaient souvent les mêmes et régulièrement des cohortes de Juifs et d’Arabes se pressaient, pratiquement main dans la main devant ces sépultures sacrées. Il serait bon, monsieur le président de la République algérienne, que nous puissions revenir sur la terre de nos ancêtres pour nous recueillir sur les tombes de nos aïeux selon nos rites, en toute sécurité, non seulement à titre individuel, comme cela est plutôt possible, mais aussi et surtout collectivement, comme peuvent le faire nos amis chrétiens. Le temps passe, les pages se tournent, même si la mémoire ne doit pas oublier, quelle belle image pour le futur si les cousins éloignés que nous sommes étaient capables de se sourire, de se tendre la main et d’avoir des projets communs.

               Didier NEBOT, Président de MORIAL,


 ……………………….

Commentaire :  - par Abdelkader Dehbi.
 
Si riche soit-elle, la langue française ne dispose cependant d'aucun terme ou expression susceptibles de pouvoir qualifier ce genre de lettre machiavélique ;  en revanche, pour la langue parlée – ou dialectale – du peuple maghrébin profond, ce genre de lettre a un nom : cela s'appelle : "ta'yhoudit".
Je ne connais pas encore la réaction du grand champion antisioniste toutes catégories, M. Belkhadem, l'actuel dirigeant du FLN, qui nous avait joué en son temps, une véritable épilepsie à la seule vue de la longue et touchante étreinte entre Bouteflika et Macias, le chanteur patenté du sionisme, sous les lambris de l'Elysée, aggravée par l'invitation d'icelui en Algérie par le Chef de l'Etat lui-même !
En revanche, on peut craindre que ce genre de lettre n'annonce la mise en route d'une nouvelle "carambouille politico-financière", destinée à racketter le Trésor Algérien, au nom d'on-ne-sait-quelle martyrologie juive de l'Histoire d'Algérie et qui semble sortie tout droit, comme par un tour de prestidigitation, de la kippa d'un descendant de Crémieux, du chapeau d'un franc-maçon en attente d'un Prix Nobel de la paix, ou des bottes de tel ou tel soudard tortionnaire traqué par la Justice Internationale et cherchant désespérément à en réchapper…grâce à la complicité agissante des lobbies judéo-sionistes d'Europe et d'ailleurs, payée rubis sur l'ongle par un régime aux abois, prêt à saigner le peuple et à ruiner le pays, pour conserver un pouvoir politique sans partage et disposer des ressources de toute une  nation, de la manière la plus régalienne et immorale qui soit, dans l'impunité la plus totale.
Du moins jusqu'à ce jour.


Vendredi 4 Janvier 2013


Commentaires

1.Posté par Id... le 05/01/2013 04:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Belles remarques M. Dehbi, mais franchement, ça changerait quoi avec la situation du pays aujourd'hui ? Oui, on peut rétorquer à l'algérienne "si c'est toujours l'âne on préfère celui qui connait l’alcôve" (pardon pour cette traduction hasardeuse). Cela dit, votre remarque je l'appliquerais volontiers à notre mafia nationale. C'est là ou règne sans partage le "ta'yhoudisme" le plus gras, le plus crasseux de la planète...Commençons déjà par noyer celui là avant de nous occuper de celui qui gangrène le monde.

2.Posté par Saber le 05/01/2013 06:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"ta'yhoudit".? Veut dire "enjuivisme" , je crois que c'est un oubli de la part de l'académie française.

3.Posté par Maicha le 06/01/2013 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ta'yhoudit=hypocrisie ou action de ce qui se fait par derrière ,derrière le dos,pas franc en somme;qui dissimule de sombres desseins

4.Posté par Mayday le 10/01/2013 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore et toujours les pleurnicheries des juifs anciennement d'algerie. Mais que veulent -ils au juste ces "intéressés " de toujours , ces usuriers, ces voleurs de terre (palestine) que veulent -ils ? qu'on leur offre l'algerie sur un plateau d'argent ? il prentendent parler de mémoire mais leurs desseins est tout autre ça commence toujours par la victimisation et les plaintes de leurs part n'oublions jamais cela et s'il faut refaire une autre grande révolte nous la ferons mais jamais d'entente avec ces gens-là qui trahissent pour l'argent. Maintenant ils se plaignent d'être les "oubliés de la mémoire "algérienne et puis quoi encore. nos gouvernants à alger s'ils croient pouvoir offrir l'algerie à ces juifs anciennement algeriens ils auront l'une des plus grandes révolte et s'en est fini avec la mafia politico-financière du pouvoir d'alger.
A ces juifs pleurnicheurs je dirais ceci: jouissez de votre mainmise sur l'economie mondiale et fichez nous la paix car on vous connait bien quand vous vous mettez une idée en tête , vous commencez toujours par pleurer, juste avant le coup de poignard ! on vous connait va ,fichez la paix à vos ancêtres d'algerie et laissez nous en paix car nous algeriens on a rien à vous donner. Aya assab.( fichez le camp ).

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires