Economie et pouvoir financier

La question de la monnaie : « l’étalon or » comme remède à la crise économique globale.


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 1 Septembre 2018 - 01:06 ‘Science économique’ – Imposture diabolique

Dimanche 12 Août 2018 - 08:00 Dette mondiale : où en est-on ?



CHRIET Hamid
Samedi 5 Juillet 2014

La question de la monnaie :  « l’étalon or » comme remède à la crise économique globale.
« l’étalon or » comme remède à la crise économique globale.

En effet, selon moi, la monnaie réelle est la valeur travail car, elle est la base de la création de la richesse. Et C'est ce travail qui doit être libéré du capitalisme et de l'impérialisme.
L’oligarchie mondiale est en train de ramasser tout l’or et l'argent qu’elle peut accumuler sous les 1.600$, Il se dit que ceux qui ramassent vont revendre aux états à 2.000$ à très court terme et à 3.500$ à moyen terme. De plus, ce sera toujours la suprématie du dollar qui reignera tant que les Etats-Unis resterons maître du jeu. La solution est celle de mettre en place un nouveau marché et briser le monopole.De plus Il ne peut y avoir économie réelle tant que l'impérialisme et ses vassaux pratiquent l'échange inégal et la confiscation des ressources. Dans le monde, la véritable monnaie est pour l'instant le pétro dollar. Selon moi, il faut nationaliser les hydrocarbures et donner aux peuples l'exercice libre et souverain de la politique et de l'économique.
Les civilisations incas et aztèques avaient de l'or mais leur monnaie n'était pas l'or car ils avaient très peu besoin de monnaie du fait de l'économie solidaire.
Cet or fut pourtant la cause de leur anéantissement par les Conquistadors espagnols et portugais.
L'avantage de "l'etalon d'or"’est que c'est un système monétaire dans lequel l’unité de compte ou étalon monétaire correspond à un poids fixe d’or. Dans ce système, toute émission de monnaie se fait avec une contrepartie et une garantie d’échange en or. Les parités de deux monnaies différentes sont donc fixées par rapport à l’or, et les taux de change sont stables entre pays participants. L’or constitue une monnaie internationale, qui sert au règlement des échanges et comme instrument de réserve pour les banques centrales des pays ayant adopté le système.

De plus Les Etats-Unis et le Japon, notamment, font marcher « la planche à billets » comme jamais dans l’histoire pour sauver leurs économies.

Le problème d’une monnaie qui n’est pas étalonnée sur l’or n’est pas ce que certains nommes vaguement « mondialisation », mais plutôt le fait que la valeur de cette monnaie par rapport aux biens réels (nourriture, matières premières etc.) est aux mains des hommes et non de Dieu.Un groupe de banquiers de la BCE ou de la réserve fédérale américainecontrôle les taux directeurs qui permettent l’émission d’intérêts et l’inflation (hausse généralisée des prix)dûe à l’augmentation de la quantité de masse monétaire. (Rappel pour les novices en éco :Un crédit consiste en la création de monnaie ex-nihilo, à partir de rien, par une banque). Le problème c’est que « les permis de créer le riba "usure") » sont donnés aux banques privéesqui tirent partie de cela, s’accaparent les richesses fictives crées à la suite d’émission de masse monétaire et donc fabriquent de l’argent haram"interdite"aux yeux de Dieu, et qu’ils utilisent en suite pour asseoir leur pouvoir sur l’économie réelle, et qui plus est , contribue à l'accroissement de la pauvreté de ceux qui refusent de participer au circuit du riba " usure".Une monnaie étalonnée sur l’or empêche cela : pour créer de la monnaie, il faut créer de l’or, c’est à dire le miner, ce qui constitue une barrière naturelle au capitalisme financier.Les USA des années 60 n’avaient pas dans leur caisse la quantité d’or correspondant à la masse totale de dollar, c’est pour cela que c’est un mauvais exemple.
La meilleur solution, plutôt que l’étalon, ce sont les pièces d’or et d'argent avec lesquelles on paye directement le travailleur comme le préconise l'Islam.

Nous puvons aussi remarquer que la convergence réelle entre les conceptions économiques en terre d’islam et en Occident sont identique car Non , L'islam comme le Christianisme interdit le prêt à intérêt comparé au judaïsme et au protestantisme , de plus, on peut remarquer que les deux places financières sont wall street et la City londre. Et non fruit du hasard, ceux sont les deux plus grandes places financières mondiales.
Échanger des reconnaissances de dette (en l’occurrence, le billet argent papier) pour des transactions commerciales n’est pas autorisé en islam.
Car n’ayant pas de valeur intrinsèque et la reconnaissance de dette étant strictement entre le dépositaire et son garant, en d’autres termes,
ce billet n’est pas échangeable avec une personne extérieure à l’acte du dépôt. L’argent est donc de la dette.Aujourd’hui la situation a empiré. L’argent émis par les autorités monétaires n’est en rien couvert par un dépôt aurifère ou de l’argent métal. Notre argent est purement du papier imprimé ; il n’a de sa valeur que le pouvoir d’achat fluctuant à l’instant.En conclusion, pour qu’une finance soit un minimum islamique (ou en ait l’air) il est impératif que les transactions se fassent avec le dinar d’or et le dirham d’argent comme monnaie. Concernant le Christianisme et l’Islam, la différence du système judaisme et Protestantisme, c'est qu'il y'a différence entre capital productif et capital usurier (spéculatif et prédateur) ; car le capital est ontologiquement un concept neutre.
Le caractère spéculatif ou productif du capital est fonction de sa volatilité. Un capital productif est un capital implanté (cad enraciné donc peu volatile).
Au contraire plus un capital est volatile plus il devient spéculatif. Il serait intéressant de trouver un modèle mathématique qui montre cela. De plus, toute la logique néolibérale-libertaire a pour but de faciliter la mobilité du capital, cad sa volatilité et son caractère prédateur.
Or si on se penche sur l'histoire de France On y découvre (entre autre) les vrais leviers de la Réforme protestante en France :
" Le premier théologien (chrétien) a avoir accepté le prêt à intérêt fût Jean Calvin. La pratique du prêt à intérêt se propagea dès lors rapidement à partir des réseaux de banques dont les sièges étaient établis à l’étranger..."Au XVIIIe siècle, dans la plupart des grandes villes de commerce, on trouve d’une part des banques dont la liste officielle est publiée chaque année dans l’Almanach royal et dont l’activité est de remise et d’escompte de billets ou d’effets de commerce, et d’autre part, des banques de crédit, presque toutes d’origine protestante..."On y découvre aussi les vrais leviers de la Révolution française :"Avec la Révolution française, l’activité bancaire et le prêt à intérêt deviennent complètement libres, et de nouvelles banques sont créées dans presque toutes les villes, avec des fonds considérables provenant presque toujours de la spéculation sur les biens nationaux et la fourniture aux armées.On peut citer pour les Français les banques Gabriel-Julien Ouvrard, Récamier, et pour les étrangers l’installation à Paris en 1811 de Jacob Rothschild.Nous nous trouvons ici en face d’un système bancaire finalement plus proche de la doctrine sociale de l’Église qui fût jadis inspiré le Générale de Gaule, que le système judéo-protestant.
Ce n’est pas tout à fait ce que les profs d’histoire enseignent .

Hamid CHRIET
Editorialiste- Géopolitologue


Mardi 8 Juillet 2014


Commentaires

1.Posté par Ghaza le 13/07/2014 18:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo pour cette analyse.. il faut tout simplement remplacee la monnaie papier par le dinard d'or et le dirham d'argent

2.Posté par Issa le 30/07/2014 01:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En effet, c''est un principe fondamental de l''économie actuelle de la Fiat monnaie, qui est ici expliqué.

Mais est ce vraiment le fond du problème ou alors qu''une résultante.

L''utilisation de métal ne garanti nullement une économie morale.

3.Posté par Saber le 30/07/2014 05:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Seulement dans l'islam qu'on peut trouver la solution à ce qui est fongible et ce qui ne l'est pas, que ça soit au niveau de la microéconomie ou dans celui de la macroéconomie.
Concernant l'usure et la spéculation, le fait même d'essayer de rendre la chose acceptable par différentes étapes de négociations ça équivaut à accorder le bénéfice du doute à Satan, dès lors qu'il est l'ennemi déclaré de l'humanité toute entière.
Payer la valeur travail en équivalent or ou argent métal est d'une telle stupidité qu'au bout d'un certain temps ceux qui sont aux sommets des circuits de la consommation auront aspiré tous les biens des travailleurs consommateurs en thésaurisant à leurs seuls profits et ainsi donc, un manque de liquidité s'installera dans les sociétés au point que le travailleur libre deviendra un esclave qui ne mangera même pas à sa faim et pour les pauvres n'en parlons même pas car au bout du compte on aura pour résultat une société de dégénérés et de criminels.

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires