RELIGIONS ET CROYANCES

La pensée du juste milieu


Dans la même rubrique:
< >


Lundi 26 Mai 2014

La pensée du juste milieu

Parmi les jalons de la pensée à laquelle nous aspirons, c’est qu’il s’agit d’une pensée qui tend vers le juste milieu ; une pensée qui reflète la vision équilibrée et globale des gens et de la vie ; la pensée qui représente la voie du juste milieu qui caractérise la communauté du juste milieu, loin de l’excès et de la négligence.

Il s’agit du juste milieu entre ceux qui appellent à une conformité stricte aux écoles juridiques et ceux qui appellent d’une manière exagérée à la non-conformité aux écoles.

Un juste milieu entre les adeptes du soufisme même s’il est dévient et hérétique, et les anti-soufismes même si celui-ci s’inscrit dans la conformité.

Un juste milieu entre ceux qui appellent à une ouverture sans normes sur le monde, et ceux qui appellent au repli sur soi sans raison.

Un juste milieu entre ceux qui se réfèrent à la raison même si celle-ci contredit le texte catégorique, et ceux qui font une abstraction totale de la raison y compris dans la compréhension du texte.

Un juste milieu entre ceux qui vénèrent le patrimoine, même s’il y apparait un manquement humain, et ceux qui excluent totalement le patrimoine même s’il reflète les merveilles de la guidance.

Un juste milieu entre ceux qui s’adonnent à la politique au détriment de l’éducation, et ceux qui néglige complètement la politique sous prétexte de l’éducation.

Un juste milieu entre ceux qui cueillent le fruit hâtivement avant son heure, et les inattentifs au fruit jusqu’à ce que ce dernier tombe entre les mains d’autres après sa maturité.

Un juste milieu entre les absorbés par le présent qui ne se soucient pas de l’avenir, et ceux qui sont dans la prédiction outrancière de l’avenir comme s’il s’agissait d’un livre qu’ils lisaient.

Un juste milieu entre ceux qui vénèrent les structures comme s’il s’agissait d’idoles qu’on adore, et ceux qui se défont de toute action organisée à l’instar des perles d’un collier brisé.

Un juste milieu entre l’excès de l’individu dans l’obéissance au cheikh ou au dirigeant, à l’instar d’un mort entre les mains de son laveur, et l’excès de libération comme s’il n’était pas un membre du groupe.

Un juste milieu entre ceux qui appellent à la mondialité sans tenir compte des spécificités locales, et ceux qui appellent à une mouvance locale étroite sans aucun lien avec la mouvance mondiale.

Un juste milieu entre ceux qui sont dans l’excès d’optimisme faisant abstraction des obstacles et des dangers, et ceux qui sont dans l’excès de pessimisme ne voyant que l’obscurité et n’attendant pas d’aube après l’obscurité.

Un juste milieu entre l’excès d’interdiction comme si le licite n’existait pas dans le monde, et l’excès de permission comme si l’illicite n’existait pas dans le monde.

C’est ce juste milieu qu’adopte cette pensée, même si le trait dominant dans nos sociétés aujourd’hui est le fait de tomber dans l’une des deux extrêmes : l’excès ou le laxisme, sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé miséricorde, cependant, ils sont biens rares.
 

Extrait du livre « awlawiyyat al-haraka al-islamiyya » (les priorités de la mouvance islamique) de cheikh Youssef al-Qaradawi,
traduit par Havre De Savoir.



Lundi 26 Mai 2014


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires