Lobbying et conséquences

La magistrature genevoise et le lobby juif


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante


Tout au long de la procédure judiciaire qui m’oppose au lobby juif -c’est-à-dire au régime israélien-, par l’intermédiaire de la Coordination intercommunautaire contre le racisme et l’antisémitisme (CICAD), les magistrats genevois successivement saisis du dossier ont rivalisé de servilité à l’égard de mes adversaires et de partialité à mon encontre. Les droits les plus élémentaires de la défense ont été systématiquement bafoués.


Frank BRUNNER
Samedi 30 Novembre 2013

La magistrature genevoise et le lobby juif
Rappelons que cette affaire a débuté fin janvier 2009, à l’époque de la guerre de Gaza. Le but de la CICAD est d’interdire la publication de tout article critique à l’égard d’Israël, du lobby juif ou des juifs d’une manière générale –n’importe quelle critique étant qualifiée d’« incitation à la haine »-, et même d’obtenir la fermeture pure et simple du site interet-general.info. Mes écrits sont systématiquement présentés comme étant mensongers, voire calomnieux. La CICAD n’hésite pas à nier l’existence du lobby juif, affirmant qu’il s’agit d’une « théorie du complot », alors même que les activités du lobby juif sont continuellement rapportées par la presse internationale...

Il faut savoir que l’actuel procureur général genevois, Olivier Jornot, n’a pas craint de se faire photographier dans les locaux de la CICAD, en compagnie de ses dirigeants -des agents israéliens-, ce qui permet de se faire une idée de sa capacité de discernement et de son impartialité dans cette affaire. Il est vrai que son prédécesseur ne valait pas mieux. Bien que le Code de procédure pénale suisse stipule que l’instruction doit être menée avec un soin égal à décharge et à charge, l’instruction s’est faite exclusivement à charge, les allégations de mes adversaires étant systématiquement reprises sous forme de copier-coller par le Ministère public et présentées comme le résultat d’une enquête impartiale. Ainsi, par exemple, sur la base des allégations de la CICAD, on m’inculpe de calomnie, sans exiger de mes adversaires la moindre preuve de calomnie. Je demande alors que l’instruction établisse la véracité du contenu de chacun des textes litigieux. Rien de plus facile, puisque les preuves abondent : rapports de l’ONU ou d’ONG, documentaires, reportages parus dans la presse internationale, etc... Mais cela m’est refusé. Tout ce qui contredit la thèse de l’accusation est systématiquement occulté. Le but de l’instruction n’est pas d’établir la vérité, mais de me discréditer en tant que journaliste et de m’intimider afin que je renonce à exprimer des critiques même parfaitement fondées.

Mais le Ministère public ne s’est pas contenté d’être partial et déloyal à mon encontre. Il n’a pas hésité à me calomnier à propos d’incidents d’audience. Ainsi, par exemple, dans son jugement du 31 juillet 2013, à la page 7, B.f., le président du Tribunal de police évoque un incident d’audience survenu au siège du Ministère public en date du 25 août 2011. A ce propos, il mentionne deux notes, l’une de la procureure Laurence Schmid-Piquerez datée du 25 août 2011, et l’autre de sa greffière datée du 31 août 2011 : […] « alors que Laurence Piquerez, procureur en charge de l’audience du 25 août 2011, l’interrogeait, Frank Bruner s’est énervé, lui a coupé la parole, a crié, est devenu menaçant et s’est avancé vers le bureau de la magistrate instructrice, de sorte que celle-ci a dû faire appel à la sécurité puis suspendre l’audience. Placé en état d’arrestation provisoire, Frank Brunner a été conduit en cellule pour qu’il se calme. A la reprise de l’audience une trentaine de minutes plus tard, Frank Brunner est entré dans la salle et a craché sur Laurence Piquerez. Cette dernière a requis que le prévenu soit emmené. […] »

Les deux notes apparemment résumées par le président du Tribunal de police ci-dessus ne m’ont jamais été communiquées et je n’ai découvert leur existence qu’en lisant le jugement du Tribunal de police. De ce fait, j’ai été arbitrairement empêché d’en réfuter le contenu et de dénoncer son caractère manifestement calomnieux. Mon avocat, Me Pascal Junod, m’assure qu’il n’y a aucune trace de ces notes dans sa copie du dossier.

Seul le procès-verbal d’audience du 25 août 2011 m’a été transmis à l’époque. Or, dans ce procès-verbal, si Laurence Schmid-Piquerez prétend déjà que je serais devenu menaçant au cours de l’audience, elle ne mentionne ni geste, ni propos menaçant de ma part. A lire ce procès-verbal, on ignore sur quoi, concrètement, repose cette allégation selon laquelle je serais devenu « menaçant ».

Pour ma part, j’ai toujours contesté avoir été menaçant, expliquant avoir simplement haussé le ton sous le coup d’une indignation légitime due à la partialité manifeste de Laurence Schmid-Piquerez à mon encontre.

Contrairement à ce qui est prétendu dans le résumé des notes évoquées par le président du Tribunal de Police, je n’ai pas « crié », ni ne me suis « avancé vers le bureau de la magistrate instructrice ». En réalité, j’étais toujours assis quand les policiers sont entrés dans la pièce. Cette scène s’est déroulée devant une demi-douzaine de personnes : les représentants des parties civiles, la stagiaire de Me Junod, la magistrate, sa greffière, moi-même, puis les policiers appelés par Laurence Schmid-Piquerez. Or, aucun de ces témoins n’a été auditionné, malgré mes demandes réitérées en ce sens… C’est-à-dire qu’en l’absence de toute enquête impartiale, la version calomnieuse de Laurence Schmid-Piquerez et de sa subordonnée a été arbitrairement imposée comme la version officielle.

Cet épisode n’est pas le premier où Laurence Schmid-Piquerez m’a calomnié. Dans un précédent procès-verbal daté du 21 juin 2011, elle a mensongèrement affirmé que j’aurais quitté son bureau en claquant la porte : « M. Brunner quitte les lieux en déclarant qu’aucun de ses textes n’est illicite. Il claque la porte ». Or, il suffit de se rendre sur place pour constater que les portes des bureaux, au siège du Ministère public, sont beaucoup trop lourdes pour pouvoir être claquées… Il s’agit probablement de portes blindées. On a donc là un cas avéré de calomnie de la part d’une magistrate dans l’exercice de ses fonctions au préjudice d’un prévenu, et cette calomnie vise à faire passer le prévenu pour un individu au comportement violent.

D’autre part, précédemment, à l’occasion d’une perquisition à mon domicile, Laurence Schmid-Piquerez avait saisi un couteau de survie que je possédais depuis 1981 -je l’avais acheté à l’occasion d’un voyage au Sahara- et dont elle voulait manifestement faire une « pièce à conviction » dans une procédure où il n’avait rien à voir. Là encore, on devine une intention de fabriquer artificieusement un Frank Brunner violent et dangereux.

On relèvera que le résumé du président du Tribunal de police cité plus haut passe complètement sous silence la fouille à nu totalement injustifiée que m’a imposée Laurence Schmid-Piquerez après m’avoir fait emmener par les policiers dans un cachot. Comme je refusais de me soumettre à cette fouille, le chef des policiers est allé demander un ordre explicite à Laurence Schmid-Piquerez et il est revenu en m’assurant l’avoir reçu. Quand on m’a ramené au bureau de Laurence Schmid-Piquerez, je lui ai craché au visage, pour lui faire bien sentir le mépris que m’inspiraient ses méthodes.

Par la suite, j’ai déposé une plainte pénale contre Laurence Schmid-Piquerez, en raison de la fouille à nu que j’avais subie, et j’ai demandé à ce que les policiers soient auditionnés. Ma plainte a été classée pour le motif que Laurence Schmid-Piquerez a nié avoir ordonné aux policiers de me fouiller à nu et les policiers qui auraient pu témoigner du contraire n’ont jamais été auditionnés…

Frank BRUNNER

http://www.interet-general.info/


Samedi 30 Novembre 2013


Commentaires

1.Posté par j-j le 30/11/2013 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le site de Frank BRUNNER présente des informations très intéressantes ...................et dérangeantes pour certains

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires