insolite, humour, conspiration...

La littérature populaire


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip

Mardi 4 Décembre 2018 - 11:28 Gilets jaune - Reveillez vous, On ne lache rien !



BENALLAL MOHAMED
Jeudi 14 Janvier 2016

La  littérature populaire

Il y était une fois, un Roi qui possédait un unique et sacré éléphant.
Cet éléphant trop gâté et choyé par son maitre, élégant et libre de tous ses actes et gestes,
Au milieu d’un contexte géographique, social et économique impérieux.
Cette grosse créature acquiesçait de susciter bestialement des ennuis et des désagréments aux habitants de la cité,
Car il écrasait, démolissait et annihilait quotidiennement tout sur son passage, sa trompe et ses pattes balayaient et déblayaient tout sur son parcours.
Les habitants de la cité, lésés par ce massacre gratuit
De leurs biens acquit à coup de sueur,
Se sont mis en colère intérieurement.
Face à cette fâcheuse et insupportable situation ravageuse.
Une coryphée genre citoyen ou bien association d’aujourd’hui, faisant partie de la société civile, garante des droits et des obligations selon les règles de la république d’aujourd’hui et ceux de Platon.
Ceci dit un prétendant responsable voulant réparer en chœur cette tragédie quotidienne, rassemble clandestinement l’ensemble des habitants de la cité pour, leurs expliquer gentiment, légitiment, pertinemment et justement leurs droits pour une meilleurs préservation de leurs biens mais aussi les obligations pour la protection et la sauvegarde de leurs patrimoines.
Devant cette fâcheuse situation, le message débité.
Était bien expliqué et déchiffré par l’orateur justicier.
Et mieux intercepté par la masse laborieuse.
Ce qui lui avait permis d’avoir de facto l’aval, l’accréditation et le consentement collégial pour le recouvrement en masse de leurs sacrés droits.
A cet effet, il leurs proposait parmi tant d’éventualités de recouvrement de droit.
Une forme efficace de quérulence, cette forme avait été acquise par suffrage pour avoir la force de la règle engagée, c’est une forme de « manifestation populaire » qui devrait se faire le jour « J » devant le château du Roi, pour dénoncer les nuisances des caprices de l’éléphant (symbole d’El Hogra=injustice) et exposer au roi en même temps leurs problèmes de cité (démocratie participative et de proximité).
Voilà venu ce fameux jour « J », le regroupement s’était opérait dans les conditions prescrites.
L’ensemble de la population ou habitants de la cité avaient répondu à l’appel de ce jour « J »,
La manifestation commença énergiquement et résolument et ils se dirigeaient vers le château du Roi (pouvoir).
Mais au fur et à mesure que les manifestants s’approchaient du château, les principes individuels de chacun de ces contestataires se mettaient en jeu.
La peur, la phobie et l’appréhension s’emparaient des béni-oui-oui, des arrivistes, des archaïstes, des arriérâtes, des corrompus, des ripoux, des sans principes, des faibles d’esprits, des profiteurs des « shab chitas », des « shab chkara » et « Drabkia »…..
Se retiraient l’un derrière l’autre tout le long du chemin menant au château du Roi sans que le meneur ne s’en apercevait, toujours à l’avant point de reculade, ni de voir par derrière, le vrai leader ne se contente point de donner des ordres il donne l’exemple.
Arrivés devant le château du roi.
Le leader pour ne pas dire le chef ou le virtuose.
Se sentant prégnant.
Le Roi, alerté par ses sentinelles, dépositaires, cerbères et prétoriens se présente devant l’énorme portail du château.
Et s’adresse à ce prétendu chef ou leader altruiste plein de bon sens et de courage (révolutionnaire) pour sa vision utopique du changement pacifique d’un système autocrate et despotique.
Le Roi lui dit avec un air d’autorité royale extrême : Que se passe-t-il ?
Le chef, leader, révolutionnaire, meneur, dynaste, justicier…..
Avec un air de véritable progressiste, d’authentique républicain et de sacré démocrate se retourne vers les manifestants (citoyens) afin d’accumuler une certaine énergie et force citoyenne lui permettant de mieux surmonter sa valeur.
Et faire face à cette force impériale, pour insinuer que la force sociale et citoyenne est bien de son coté, ne voyant malheureusement personne derrière lui(les citoyens protestataires se sont dissipés et diffractés pour devenir de simple sujets « Ghachi= plebe »),
Il s’est trouvé tout seul, et il perd devant cet état de fait, forces, puissance, vitalité, résistance, fermeté, et énergie.
Le chef ou appelez-le comme bon vous le concevez ! Suffoqué et éberlué: perd sa langue, la force royale l’ensuque, l’épate et panique ;
Ne trouvant à peine une seule parole représentant l’image de l’éléphant, pour lui signifie l’éléphant ! Sa majesté, l’éléphant ! L’éléphant !
Le Roi ne comprenant absolument que dalle !
Réagit avec célérité:
Qu’est ce qu’il a mon éléphant, et afin de mieux lui exprimer la bonté Royale pour son peuple,
Le Roi réplique autrement mais intelligemment et impérialement tout en insinuant qu’il prendrait en compte les considérations, les doléances de son « peuple » sujet. Que vous a-t-il fait mon éléphant ?
Mais l’intelligence du meneur ou du chef,
Lui permet quand même de dégoiser :
Nous pensons (moi et les habitants de la cité, ce peuple, plèbe ou Al-Ghachi) sa majesté !
Qu’il sera souhaitable pour ton éléphant de lui trouver une éléphante, majesté !
Conséquence : La force des démocrates (composée de sujets+leur égocentrisme) se diffracte facilement devant un régime et un pouvoir autoritariste, caporaliste ou autre autiste et dictatorial.
Elle ne peut braver, ni causer, ni inciter à un changement de système de gouvernance, ni même à de petites réformettes sinon solliciter une éléphante pour mieux éterniser le consentement des divers sujets d’un pays qui s’enivrent d’une rente paradisiaque.
Telle est la nouvelle fable du robinet de la fontaine qui ne cesse de détruire toute moralité.

BENALLAL MOHAMED BENISAF LE 14/01/2016


 


Jeudi 14 Janvier 2016


Commentaires

1.Posté par Karim le 14/01/2016 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le peuple qui accepte la soumission devient un peuple pervers, vicieux et hypocrite.

2.Posté par Saber le 14/01/2016 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un peuple ignorant est difficilement défendable.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires