MONDE

La catastrophe de Smolensk trois ans après


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 1 Octobre 2018 - 02:10 SE DÉFROQUER, BERGOGLIO !



Anna Khroustaleva
Jeudi 11 Avril 2013

La catastrophe de Smolensk trois ans après

Les Polonais et les Russes rendent aujourd’hui hommage aux victimes de la catastrophe près de Smolensk. Trois ans se sont écoulés depuis. Or, malgré les conclusions officielles des Commissions d’experts de part et d’autre, les débats sur les causes et les circonstances de la tragédie continuent en Pologne. Une bombe à bord de l’avion du président polonais, le brouillard artificiel – des détails toujours nouveaux, parfois fantastiques, apparaissent. Deux manifestations ayant des intérêts politiques divergeants participent aux défilés de deuil à Varsovie.

On voit à nouveau à l’aérodrome Severny près de Smolensk des gerbes de fleur, des bougies allumées et des photos des victimes de la catastrophe : du président de Pologne et de ceux qui l’accompagnaient. Les prêtres russes et polonais ont célébré ensemble l’office rendant hommage aux victimes à l’endroit exacte où s'est crashé il y a trois ans l’avion de la présidence polonaise. Les délégations officielles des deux pays ont assisté à la cérémonie de deuil. Les Polonais habitant à Smolensk s’y sont rendus également, raconte Rostislav Tyman, chef de l’association Dom Polski.

« Nous nous rendons cent fois par an à l’endroit de la catastrophe et à Katyn. Les Polonais, les Russes, les Biélorusses y arrivent souvent ».

« Deux cérémonies de deuil : une suivie par le président polonais Bronislaw Komorowski et l’autre organisée par l’opposition avec à sa tête Jaroslaw Kaczynski se déroulent simultanément en Pologne. Le frère du président décédé entend engager une manifestation devant la chancellerie du Premier ministre. Le parti de Kaczynski insiste sur sa version : une explosion à bord bien que l’expertise réitérée ne le confirme pas », a dit l’expert polonais Michael Cetlak.

Il y a encore une pierre d’achoppement dans cette affaire, ce sont les fragments de l’avion conservés à l’aérodrome à Smolensk. La Pologne recherche leur extradition au plus vite mais la partie russe refuse de les lui remettre. Siegfried Nidekle, président de l’Académie aéronautique d’Allemagne s'exprime sur ce sujet :

« Les experts polonais ont participé à toutes les expertises. Si la Pologne insiste sur l’extradition des fragments de l’avion pour engager son enquête, c’est à l’administration russe de prendre une décision. La partie russe n’est pas obligée de rendre les fragments de l’avion présidentiel ».
La catastrophe de l’avion près de Smolensk ayant fait 96 victimes est considérée comme une tragédie nationale en Pologne. Les expertises engagées durant trois ans portent à croire qu’elle s’est produite à cause d’une « erreur de l’équipage », du « manque de professionnalisme » et du « refus d’utiliser un autre aérodrome ». Cependant, ces conclusions n’arrangent pas tout le monde en Pologne. L’enquête sur la mort du chef de l’Etat est toujours largement débattue dans les médias et utilisée comme un instrument dans les manoeuvres politiques.

http://french.ruvr.ru



Jeudi 11 Avril 2013


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires