Néolibéralisme et conséquences

La Grèce est d'abord trahie par les siens


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 9 Septembre 2018 - 03:10 La frivolité de la Valeur, ce cochon de Picasso



Djeha
Mercredi 13 Juin 2012

La Grèce est d'abord trahie par les siens
Les écornifleurs quittent le navire (cf. article plus bas).
Voilà les causes profondes des malheurs de ce pays et de beaucoup de pays dans une situation similaire.
Le notre par exemple.
Chacun se souvient des centaines de milliers de victimes des « ouvertures démocratiques » de Chadli, ruinant les efforts considérables consenties. Le contre-choc pétrolier de 1986 a achevé de creuser les fosses que les barbares allaient remplir des cadavres de nos illusions.
Nous n’avons rien retenu de cette histoire mortifère.
Aujourd’hui, outre les lois « libérales » anti-algériennes qui permettent des fuites « légales » de capitaux par le jeu des importations qui détruisent l'industrie et l'économie nationale, demandons-nous ce qui arriverait si le marché de change était largement ouvert à l’achat et à l’exportation de devises. Tous ceux qui ont accumulé (sans que la loi n’exige de savoir comment) par milliards des fortunes douteuses, feraient la queue devant les distributeurs de visas pour partir loin de nos frontières défendre très patriotiquement et aussi très religieusement leur pays…
Quand donc nous déciderons-nous à mettre de l’ordre dans ce foutoir tenu à perfusion par une forfaiture qui se perpétue à l’ombre des derricks sur lesquels flotte le drapeau de l'incompétence et de la médiocrité. Une injure aux sacrifices du passé commémorés en ce 50ème anniversaire de l'indépendance.
Une dératisation s'impose !!

Djeha,
Mercredi


 
Grèce/Banques- Accélération des sorties d'argent avant le scrutin
Reuters, mercredi 13 juin 2012, 12h09
ATHENES, 13 juin (Reuters) - Les banques grecques ont enregistré une forte hausse des sorties d'argent à l'approche des élections législatives de dimanche prochain, de nombreux Grecs craignant que le résultat du scrutin ne pousse leur pays hors de la zone euro, ont rapporté mercredi des banquiers.
Ces derniers jours, les retraits cumulés des principales banques grecques ont atteint 500 à 800 millions d'euros par jour, le rythme s'accélérant à l'approche du vote, en particulier mardi, ont dit deux banquiers.
Les sorties d'argent dans les petites et moyennes banques ont oscillé de leur côté entre 10 et 30 millions d'euros, ont-ils ajouté.
"Cela inclut les retraits de liquidités, les transferts bancaires et les investissements dans les fonds du marché monétaire comme les Bunds allemands, les emprunts du Trésor américain et les obligations de la BEI" (Banque européenne d'investissement), a précisé un banquier sous couvert de l'anonymat.
(George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas, Tangi Salaün pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)


Mercredi 13 Juin 2012


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires