FRANCE

La France confie la vidéo-surveillance de la Tour Eiffel à une société israélienne, LES AEROPORTS DU 11 SEPETEMBRE 2001 ETAIENT AUSSI SURVEILLES PAR UNE COMPAGNIE ISRAEL


Sans doute pour remercier Israël de sa récente invasion du liban, des énormes destructions et des massacres de civils au Liban comme en Palestine, le gouvernement français vient de choisir une société israélienne pour assurer la vidéo surveillance d’un monument symbolique, la Tour Eiffel.


Mardi 24 Octobre 2006

La France confie la vidéo-surveillance de la Tour Eiffel à une société israélienne, LES AEROPORTS DU 11 SEPETEMBRE 2001 ETAIENT AUSSI SURVEILLES PAR UNE COMPAGNIE ISRAEL
« Tour Eiffel : l’un des 1ers sites touristiques mondiaux sera sécurisé par la firme israélienne Nice", se vante la société basée à Raanana, en Israël, qui précise qu’elle "vient de recevoir un contrat afin de mettre en place ses solutions visuelles de sécurisation en temps-réel du site de la belle dame de fer et de ses 6 millions de touristes annuels".

“Nous sommes honorés de faire partie de ce projet et de contribuer à la protection du principal monument national de la France et de ses visiteurs", a déclaré Israel Livnat, président de Nice Group.

Ainsi, non contents d’avoir passé contrat avec Israël pour la construction du tramway qui va relier Jérusalem à des colonies de Cisjordanie (le gouvernement français est actionnaire d’Alsthom, qui va se charger de ce marché avec Connex), nos dirigeants donnent de nouveaux encouragements à un Etat qui pratique le terrorisme à grande échelle, qui étrangle un peuple et qui pousse au bain de sang dans tout le Moyen-Orient.

Ceci est véritablement indécent, et l’on s’étonne qu’aucun parti dit d’opposition n’ait protesté à ce sujet, pas plus d’ailleurs qu’en ce qui concerne tous les autres gages de collaboration, militaire, économique, culturelle ou autre, donnés par la France à cet occupant qui bafoue chaque jour le droit international.


Source geostrategie.com

Quelle compagnie a donné cette vidéo au FBI ?
Quelle compagnie a donné cette vidéo au FBI ?

LES AEROPORTS DU 11 SEPETEMBRE 2001 ETAIENT SURVEILLES PAR UNE COMPAGNIE ISRAEL

TOUS LES AEROPORTS D'OU SONT PARTIS LES AVIONS DU 11 SEPTEMBRE 2001 ETAIENT SURVEILLES PAR UNE COMPAGNIE DE SECURITE ISRAELIENNE!!!

Une société de sécurité privée, appelée ICTS, aux mains d'un israélien, Ezra Harel, enregistrée aux Pays Bas, est employée à l'aéroport Charles de Gaulle (Roissy) pour controler les passagers montant dans les avions allant vers les Etats-Unis. La plupart du personnel de ICTS sont des anciers officiers du Shin Bet. La compagnie couvre également la sécurité de l'aéroport de Logan à Boston, où Richard Reid, the shoe 'bomber' a été interpellé dans un vol de American Airlines qui se dirigeait vers Miami. Richard Reid avait alors fourni un passeport, dont nombres de pages avaient été déchirées, et pour cause, sur l'une de ces pages figuraient des tampons de visas israeliens, Reid venait juste de passer dix jours dans l'antre du terrorisme mondial, Yisrael.

C'est cette compagnie de sécurité qui a fourni les videos de surveillance de Mohammed Atta prenant "officiellement" l'avion ce jour du 11 septembre 2001, or les enquetes qui ont suivies ont démontré que ces cassettes ont été falsifiées et que Mohammed Atta a été assassiné par le Mossad bien avant le 11 septembre 2001, il n'a jamais mis les pieds dans aucun des avions. De plus, la liste des pirates de l'air a été remise aux autorités américaines par le Mossad, courant juillet 2001, selon les services allemands. Dix des 'pirates de l'air' sur 19 ont été soit retrouvés en vie, soit sont morts dans des accidents bien avant le jour du 11 septembre 2001. Cette société ICTS était chargée de sécuriser les vols Air France Concorde vers New York, l'un de ces vols a failli tuer Jacques Chirac le 25 juillet 2000 sur la piste d'envol de Roissy.

(Voir archives stcom, janvier 2004, et le site suivant pour plus d'informations sur toutes les opérations terroristes israeliennes aux USA, passées sous silence par les medias de la haine: http://afrocubaweb.com/news/israelispying.htm).

Le point troublant, dans l'arrestation de Richard Reid est que la compagnie israelienne ICTS savait que Reid était "dangereux", mais les agents de cette compagnie, ont permis son embarquement dans le vol de Tel Aviv vers Paris, puis vers Miami.

L'idée qu'un israélien possede la compagnie ICTS, que les agents de cette compagnie de sécurité avaient l'acces à l'aéroport de Logan, aux avions et l'ont utilisé pour lancer des attaques terroristes contre l'Amerique est la plus plausible. De plus si vous rapprochez cela aux messages étranges de la société israelienne ODIGO qui prevenaient de l'imminence d'une attaque sur le WTC le jour du 11 septembre 2001, deux heures avant les attaques et bien avant que les avions soient détournés, vous vous poserez alors bien des questions sur le role d'Israel dans les attaques du 11 septembre 2001.


Une autre histoire est apparue brièvement, elle a été rapporté par le Worldnetdaily (www.worldnetdaily.com/news/article.asp?ARTICLE_ID=26626). L'histoire décrit comment au moins un terroriste avait introduit clandestinement un FUSIL, oui vous avez bien lu, à bord d'un des avions détournés. Même avant le 11 septembre 2001, il était quasi-imposible de monter un fusil à bord d'un avion civil commercial de passagers, ceci représente une tres serieuse défaillance de sécurité, quand vous savez que ICTS controlait les passagers, vous comprenez pourquoi un fusil est passé dans les mains d'un élément des unités secretes kamikazes de l'armée israelienne, le capitaine Daniel C Lewin (voir archive stcom decembre 2003). Il faut également vous demander pourquoi cette histoire de fusil était dissimulée derrière le discours des cutters et les tournevis appartenant aux "pirates de l'air".

Sur le site de ICTS (http://www.icts-int.com/), il vous est confirmé que ICTS est en fait dirigée par un israélien, qu'il vend des services à chaque aéroport américains (mais aussi Paris et Amsterdam) d'ou sont partis les avions détournés le 11 septembre 2001, les services de ICTS concernent la sécurité, parfois les contrats sont sous traités par des filiales entièrement possédées par la société Huntleigh USA Corporation.

Il a été suggéré que l'exploit incroyable de détournement de quatre avions sans une seule detection ou prise aux portails de securité d'embarquement exige les ressources d'un état et non d'une organisation ultra surveillée depuis plus de dix ans, trop de parametres sont à maitriser pour "mener à bien" une opération du type de celle du 11 septembre 2001 ou de celle du 11 mars 2004 à Madrid. Ceci est encore plus vrai avec la révélation qu'au moins un fusil avait été introduit à bord d'un avion détourné. Une compagnie avait automatiquement accès à tous les aéroports d'ou sont partis les avions le 11 septembre 2001, cette compagnie avait acces aux aéroports utilisés par Richard Reid (Paris, Boston) également, sans que cela n'eveille les soupcons des "enqueteurs" du FBI, difficile de croire à ce mensonge d'Etat.

Des agents du Mossad, en plus de ceux du Shin Bet pourraient trouver facilement un emploi dans cette compagnie sans que la direction de ICTS ne sache quels étaient les véritables but de certains de ces employés.

Mais une chose est claire. En vertu de l'avertissement émis à la société israelienne Odigo, quelqu'un savait déjà assez de choses sur les attaques planifiées pour pouvoir avertir Odigo avant même que les avions ne soient partis des aeroports, pourtant il(s) n'ont pas appelé la compagnie de sécurité israelienne ICTS aux aéroports qui auraient pu arrêter les vols avant leur décollage. Sachant que ces messages d'avertissements provenaient du centre israelien de "lutte contre le terrorisme" à Herzliya (Tel Aviv). Pourquoi avertir l'un et pas l'autre? A votre avis?


Source stcom.net

La France confie la vidéo-surveillance de la Tour Eiffel à une société israélienne, LES AEROPORTS DU 11 SEPETEMBRE 2001 ETAIENT AUSSI SURVEILLES PAR UNE COMPAGNIE ISRAEL

Une technologie israelienne pour identifier les personnes malveillantes dans un aeroport

Information diffusée par l’ADIT.


L’entreprise israelienne Suspect Detection System (SDS) a mis au point un outil filtrant automatise pour identifier les personnes malveillantes entrant dans un aeroport. Le dispositif, nomme SDS-VR-1000, est base sur le principe que la peur se mesure en parametres psychophysiologiques. Le passager place son passeport sur un scanner et sa main libre sur un capteur. Il doit alors repondre a une serie de questions pendant qu’un detecteur mesure les reponses physiologiques. Les donnees du passeport sont collectees, analysees puis comparees aux donnees subjectives collectees pendant que le passager est soumis aux differentes questions (reflet de la pensee, des sentiments, de la perception). Ce test a l’avantage de ne durer que trois minutes, contre vingt actuellement, voire 90 sur les compagnies americaines.

Sources : Israel21c, 08/05/2005

Une portion du mur entre les Etats-Unis et le Mexique
Une portion du mur entre les Etats-Unis et le Mexique

Les Israéliens décrochent d'autres contrats

DEUX ÉTATS QUI SONT LA HONTE DE L'HUMANITÉ

Les Israéliens décrochent le contrat pour sécuriser les frontières US


L'équipe de Boeing, qui mettra en application le programme appelé Initiative de Sécurisation des Frontières le long des frontières nord et sud des Etats-Unis, comprend une entreprise en technologie de surveillance appelé Kollsman Inc., une filiale appartenant à l'entreprise Elbit Systems de Haïfa, Israel.


Le 21 septembre 2006, Michael Chertoff, le Secrétaire du Département de la Sécurité de la Patrie (CSAD), a annoncé qu'un consortium dirigé par l'entreprise Boeing basée à Chicago avait gagné un contrat de milliards de dollars pour installer des détecteurs et un radar le long de la frontière des États-Unis. Une portion du mur entre les Etats-Unis et le Mexique

Le marché, première partie d'un projet gouvernemental de plusieurs milliards de dollars conçu pour réduire l'entrée illégale le long des frontières canadiennes et mexicaines comprend des caméras, des détecteurs et même des avions sans pilotes.

Quand on a demandé à Chertoff pourquoi le CSAD avait choisi le groupe dirigé par Boeing, il a refusé de commenter.

Pourtant, la raison du silence de Chertoff est parlante : l'équipe de Boeing inclut un sous-traitant de l'armée israélienne qui jouera un rôle principal "dans la sécurité" de la frontière américaine.

Ce qui est intéressant, c'est que la mère israélienne de Chertoff a joué un rôle important dans la création de ce pays dans son enfance.

L'équipe de Boeing, qui mettra en application le programme de CSAD appelé Initiative de sécurisation des Frontières (SBI) le long des frontières nord et sud des Etats-Unis, comprend un Merrimack, une entreprise en technologie de surveillance appelé Kollsman Inc., une filiale appartenant à l'entreprise Elbit Systems de Haïfa, Israel. Elbit Systems Ltd. of Haifa, Israel.

L'équipe Israélo-Américaine comprend Unisys Corp., DRS Technologies Inc., L-3 Communications Holdings Inc., Lucent Technologies Inc., Perot Systems Corp. et Kollsman appartenant aux Israéliens, qui fabrique des caméras infrarouges à images thermiques utilisées pour surveiller les frontières d'Israel.

Alors que Chertoff annonçait l'attribution du contrat, d'une valeur estimée à environ 2.5 milliards de dollars, il accordait un contrat très lucratif et sensible à une entreprise israélienne liée très étroitement à l'armée israélienne. Le contrat n'aurait pas une valeur globale. Des paiements seront annoncés en tant que parties du système commandé.

Le travail sera effectué en plusieurs phases, avec une première partie de 45 km de long près de Tucson, en Arizona, selon Chertoff. Cette première phase coûtera 67 millions de dollars.

La proposition de Boeing inclut environ 1.800 tours d'observations le long des frontières avec des caméras développées par l'entreprise israélienne, Elbit Systems Ltd, qui peuvent repèrer des personnes jusqu'à 15 km.

"Elbit Systems a développé et intégré des solutions multicouches incorporant la biométrie tranchante, des technologies d'identifications optiques et de RFID [identification par radiofréquence]. Nos solutions de sécurité de périmètre ont été également adaptées pour des infrastructures d'énergie et des installations en mer", indique le site Internet de l'entreprise.

"Nous recherchons une technologie avancée qui peut sélectionner un visage dans la foule", déclare Wayne Esser, le chef d'équipe de l'équipe Boeing, à Washington Technology.

Elbit fournit à l'armée israélienne un système de surveillance de sécurité des frontières avec des détecteurs intégrés, des radars, "une barrière intelligente" et des caméras.

Liens avec les services de renseignements israéliens :

Kollsman n'est pas le seul intervenant dans l'équipe de Boeing à avoir des liens avec les services de renseignements israéliens. Comme l'avait précédemment indiqué l'AFP, Unisys Corp., présidé par Lawrence A. Weinbach, a intégré le logiciel de sécurité israélien dans les produits informatiques qu'il vend au gouvernement américain et à d'autres clients.

Le logiciel de Check Point Software Technologies de Ramat Gan, Israel, par exemple, est intégré dans les produits d'Unisys.

Elbit Systems est dirigé par un conseil qui est composé d'anciens généraux israéliens, de colonels, d'ambassadeurs, et d'anciens responsables des plus grandes banques et des entreprises israéliennes.

Le seul directeur non-israélien du comité de direction de l'entreprise composé de 18 membres est Timothy Taylor, président d'origine britannique et président d'Elbit Systems aux Etats-Unis. Taylor parle aux médias américains pour l'entreprise appartenant aux Israéliens tandis que les anciens pilotes de combat et les généraux israéliens dirigent l'entreprise à Haïfa.

SBI est une initiative de Chertoff qui est censée être "un plan global pour contrôler nos frontières et pour refouler le flux d'immigration illégale". "Ce que nous cherchons à faire, c'est construire une barrière virtuelle", dit Chertoff. « Nous voulons savoir quand quelqu'un ou quelque chose franchit la frontière."

Alors que la presse israélienne était rapide à signaler qu'une entreprise israélienne faisait partie du programme de sécurité des frontières de SBI, Chertoff ne l'a pas mentionné. "La filiale d'Elbit Systems, Kollsman, a annoncé qu'elle assurerait la technologie pour identifier les menaces, décourager et empêcher les passages et appréhenderait les intrus le long des frontières américaines", révélait le quotidien israélien Ha'aretz.

Huntleigh - Etats-Unis, une autre société appartenant aux Israéliens, fournissait le système de détection des passagers à l'aéroport Logan de Boston au matin du 11 septembre 2001.

Huntleigh, qui appartient en totalité à l'entreprise israélienne, International Consultants on Targeted Security (ICTS) n'avait pas apparemment arrêté les terroristes arabes qui ont détourné les deux avions qui ont heurté le World Trade Center, selon la version du gouvernement.

Maintenant, la même administration qui n'a pas arrêté les attaques terroristes du 11 -septembre embauche une entreprise appartenant aux Israéliens pour aider à protéger l'ensemble de la frontière terrestre des États-Unis.

De peur que nous oubliions : Les entreprises israéliennes avaient obtenu les contrats pour la sécurité aux aéroports où les soi-disant "terroristes arabes" ont été autorisés à bord des vols du 11 septembre. http://www.france-palestine.org/article4773.html

Le Mossad et les événements du 11 septembre 2001


Un Web site américain a essayé, dans son analyse, de dégager le rôle du Mossad, dans les événements du 11 septembre, événements qui ont fait basculer, il y a cinq ans, les relations internationales, dans le sillage de l'effondrement des tours jumelles du World Trade Center de New York.


Le Mossad et les événements du 11 septembre 2001



Le Web site américain « What Really Happened », qui analyse les événements internationaux, a consacré tout un article aux événements du 11 septembre 2001 et l'attaque attribuée à la nébuleuse d'Al-Qaïda des tours jumelles du « World Trade Center » de New York. Il a mis sur la planche la théorie de l'implication du Mossad dans ces événements. « En réponse à la question qui lui demandait son avis sur ces attentats, Benjamin Netanyahu, l'ancien Premier ministre israélien, a, immédiatement, déclaré : « Ces événements étaient très bons…très très bons. Ils pourront pourtant susciter la compassion d'Israël. », relate l'article, avant d'ajouter plus loin qu'en ce jour-là, cinq agents du Mossad, qui suivaient, allégrement, ces événements, ont été arrêtés. Ces espions du Mossad étaient en train de filmer les événements. Ils avaient planté une caméra, sur l'autre rive du Hudson, et une autre, sur les tours jumelles du « World Trade Center » de New York. »



La police new-yorkaise avait reçu des plaintes, de la part des habitants de ce quartier, dénonçant des gens qu'ils avaient vus en train de danser de joie, lorsque le premier avion avait percuté les tours. Ces individus se sont, ensuite, rendus près des décombres, pour les filmer.

L'auteur évoque, plus loin, dans son article, les tentatives de ces individus de lier ces attentats aux Palestiniens. « En même temps, un inconnu a appelé la police, alléguant que des Palestiniens roulaient, dans une camionnette bourrée d'explosifs, vers le tunnel Lincoln. » continue l'article. Cette information a été, aussi, divulguée, par NBC, ce qui est, selon l'auteur, dans le sens des mêmes démarches, pour imputer ces attentats aux Palestiniens. La conversation de cet inconnu avec la police est digne d'intérêt. « Ce sont des Palestiniens, ils portent des vêtements arabes. »



On peut, donc, se demander comment cette personne a-t-elle su que ces individus déguisés en arabes pourraient être des Palestiniens, alors que tout le monde sait que les Palestiniens ne portent pas de vêtements arabes. Après cet appel, la police new-yorkaise a lancé des recherches, pour trouver cette camionnette blanche. Or, l'affaire est devenue intéressante, lorsque le véhicule a été arrêté, et que l'on a constaté que les passagers à son bord étaient des Israéliens.



Dès qu'ils ont été arrêtés, explique le rapport de la police, ces individus ont crié « Nous sommes des Israéliens, nous ne sommes pas votre problème, ce sont les Palestiniens qui sont votre problème. » Selon un reportage de la chaîne ABC, la police avait trouvé dans les affaires de ces individus, 4.700 dollars, des passeports étrangers, et des cartes de New York, sur lesquels les points importants de la ville, notamment, le « World Trade Center », avaient été marqués. Des chiens de la police avaient détecté, dans leur véhicule, des traces d'explosifs.



Un rapport du journal israélien Jesuralem Post et de la radio de l'armée du régime sioniste font état d'une camionnette bourrée d'explosifs, arrêtée, près du pont George Washington, sans dire que les passagers étaient des Israéliens. Alors que la chaîne ABC, le New York Post et New Gersey Bergen Record ont, tous, signalé, sans ambiguïté et avec précision, que les passagers de cette camionnette avaient l'intention de faire exploser le tunnel Lincoln. Tous les New-yorkais savent que ces points-là sont éloignés les uns et des autres.



Ce qui suscite davantage la suspicion, c'est que les Israéliens arrêtés travaillaient pour une société de transport urbain, dont la majorité du personnel est israélienne. Un employé américain de la société indiquait, dans un entretien avec New Gersey Record, que tous les employés israéliens ne cachaient pas leur joie devant ces événements et disaient : « A présent, les Américains comprennent ce que nous endurons. »



Toujours, selon la même source, quelques jours plus tard, il a été établi que ces personnes arrêtées étaient, toutes, des agents du Mossad, et que le propriétaire de la société s'était enfui des Etats-Unis, pour se rendre en Israël. Ces agents du Mossad ont été incarcérés pendant 71 jours. Quelque temps plus tard, les agents du FBI et de la justice américaine ont exclu les agents locaux de l'affaire et ont, discrètement, mis en liberté les agents du Mossad.



On a, donc, tout fait, pour éclipser le rôle de ces agents dans les événements du 11 septembre. Par contre, les médias se sont évertués à les lier à Oussama Ben Laden. L'auteur de l'article évoque, à titre d'exemple, la réaction du Directeur de la CIA. « Dès que le premier avion a percuté les tours du « World Trade Center », George Tenet, à l'époque, Directeur de la CIA, a déclaré, sans vouloir se rappeler que Ben Laden n'avait pas à son actif une opération d'une telle dimension, que, partout, dans cet événement, on pouvait détecter la signature de Ben Laden. ».


source:
L'Agence Fars


Dimanche 23 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par moncef le 25/10/2006 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela veut dire au clair qu 'israel pourra organiser facilement des actions terroristes et alors,
faire basculer l'opinion francaise d'un façon radical vers l'islamophobie .Dans ce cas là ,je
prefere devancer les evenements , moi je vote LE PEN

2.Posté par Laïd DOUANE le 27/10/2006 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces Français qui ont confié la vidéo-surveillance de la Tour Eiffel à une société israélienne, ne sont pas aussi bête qu'on les croit.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires