Conspiration

La CIA et la DEA trafiquent la drogue au Chili pour lever des fonds pour financer le renversement du président équatorien Rafael Correa…


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 03:14 La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

Samedi 10 Novembre 2018 - 01:58 Tempora patet occulta veritas


Impressionnant.. Il faudrait en faire un film: « Du riffifi au Chili contre l’Équateur ». Regardez la vidéo de Rafael Correa dans l’article original (en espagnol): pas besoin de comprendre l’espagnol pour voir et apprécier la tête des gens dans l’assistance…

– Résistance 71 –


Matías Rojas
Vendredi 9 Novembre 2012

La CIA et la DEA trafiquent la drogue au Chili pour lever des fonds pour financer le renversement du président équatorien Rafael Correa…

La CIA utilise de l’argent de la drogue pour renverser le président équatorien Rafael Correa

La CIA utilise de l’argent de la drogue pour financer l’opposition de Rafael Correa dans les prochaines élections présidentielles de 2013 en Equateur, ont révélé des sources du renseignement au média indépendant chilien. Ces accusations ne sont pas isolées. En Octobre dernier, l’ancien diplomate britannique Craig Murray a dit que la CIA avait triplé son budget pour déstabiliser le gouvernement équatorien. Ces accusations ont été rendues publiques par le président Correa lui-même le 3 Novembre à la télévision nationale équatorienne, quelques jours après sa visite officielle au Chili où il a rencontré le président Sebastian Pinera.
Correa a réaffirmé l’information qui est parue dans un article écrit par une office médiatique indépendante chilienne Panaramas News, révélant que les antennes de la CIA et de la DEA (Drug Enforcement Agency) américaines au Chili opéraient des réseaux de trafic de drogue dans ce pays avec la parfaite connaissance des autorités et de la police chiliennes.
Une des sources citée par le média chilien, un ancien officier de police de la Policia de Investigaciones (PDI), du nom de Fernando Ulloa, a dit que 300kg de cocaïne entraient au Chili tous les mois sous escorte de membres de sa propre institution, los Carabineros et de l’armée chilienne. En Mai 2011, Fernando Ulloa a rencontré le ministre chilien de l’intérieur Rodrigo Hinzpeter à la Moneda, pour l’informer de ce réseau de trafic de drogue, Après plus d’un an, le gouvernement Pineras n’a absolument rien fait pour enquêter sur ces faits.
Le scandale a refait surface après que 10 policiers chiliens aient été détenus concernant des liens avec un cercle clandestin d’importation de drogue, non connecté avec le cas exposé par Ulloa. Bien que la télévision chilienne fut plus ouverte quant à parler de la corruption policière, Ulloa ne fut interviewé que par deux chaînes de télé, où il accusa le ministre Rodrigo Hinzpeter de couvrir le large réseau de trafic de drogue sur lequel il enquêtait avant d’être viré de son travail d’inspecteur de la PDI.
Les liens avec les services du renseignement américain ont émergé après qu’une source anonyme de l’Agencia Nacional de Intelligencia (ANI) ait dit à Panoramas News que la contrebande de 300kg de cocaïne était en fait une opération très sensible de la CIA/DEA qui aiderait à lever des fonds pour renverser le gouvernement équatorien. L’opération est similaire à celle perpétrée par la CIA en Amérique Centrale durant le scandale Iran-Contra dans les années 1980, a dit la source.
Le directeur de Panoramas News, le journaliste Patricio Mery Bell, avait prévu de donner l’information à Rafael Correa lorsque le président équatorien était en visite au Chili, mais il fut étrangement accusé d’avoir battu une femme après qu’elle eut volée son téléphone portable. La mémoire du téléphone contenait une vidéo du témoignage de la source du renseignement de Mery destinée à être passée à Correa, mais l’enregistrement finit entre les mains de la police après le mystérieux incident.
Une fois de retour en Equateur, le président Correa connecta les points entr’eux et décida de rendre l’information publique. Il cita Murray et son avertissement à propos de la CIA et de son intention de “financer, de corrompre ou de faire chanter les médias et les officiels”, originellement écrit dans le propre blog de l’ancien diplomate, ajoutant que la CIA trafiquait la drogue tout comme Oliver North l’avait fait dans son effort de soutien des Contras (NdT: contre le gouvernement démocratiquement élu sandiniste).
Dans une interview avec NTN24, le journaliste Patricio Mery ajouta plus de détails à l’affaire, liant le maquillage de l’opération de trafic de drogue de la CIA avec la mort de deux personnes ces sept dernières années: l’ancien militaire Fabian Vega qui fut retrouvé pendu dans la ville nordiste de Calama en 2007 et le jeune citoyen Nestor Juantok, retrouvé mort de deux balles dans le port de Valparaiso en 2006. Ces deux décès ont tous deux été déterminés comme étant des “suicides”.
Mery donna aussi le nom du contact de la CIA avec la marine chilienne, l’ancien capitaine Jesus Saez Luna, qui est maintenant détenu dans un pénitencier après qu’il ait mystérieusement échappé au contrôle de la marine. Saez Luna a été décrit lors de son arrestation comme étant le plus gros trafiquant de drogue de la ville portuaire de Vina del Mar, avec des réseaux jusqu’à Santiago du Chili et la région méridionale de Bio-Bio. Connu sous l’alias “El Marino”, l’ancien capitaine a utilisé des tactiques “de renseignement militaire” pour éviter d’être détecté par la police, d’après le journal chilien La Segunda.
L’affaire est dores et déjà étiquettée comme l’affaire des “contras-chiliens”, en référence au trafic de drogue de la CIA au Nicaragua. Ceci est juste un autre exemple de la façon dont l’argent du trafic de drogue est utilisé pour des opérations secrètes, comme celles que nous avons vues en Syrie, avec des armées complètes de guerilla et de forces d’opposition financées pour renverser des gouvernements qui ne font pas partie de l’establishment anglo-américain et qui ne courbent pas l’échine devant les intérêts des entreprises américaines.
 
Matías Rojas
 
Le 8 Novembre 2012
 
url de l’article original (avec vidéo):
http://www.infowars.com/cia-allegedly-using-drug-money-to-overthrow-ecuador-president-rafael-correa/
 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
 


Vendredi 9 Novembre 2012


Commentaires

1.Posté par oscar fortin le 10/11/2012 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut que cette information circule pour que le monde sache que les soi-disant apôtres de la démocratie s'en foutent carrément et que ces brigades de lutte contre la drogue sont les premières à l'utiliser pour se faire des fonds secrets à utiliser clandestinement pour corrompre et déstabiliser des gouvernements. Il faut que le monde connaisse leurs noms en tant que premiers responsables de ces actions. De grâce faites circuler cet article et les vidéos qui accompagnent le texte anglais. Même s'ils sont pour l'instant en espagnol plusieurs peuvent en comprendre l'essentiel.

Un exemple bien concret et suffisamment documenté pour sonner l'alarme sur ceux qui nous manipulent et nous trompent.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires