Histoire et repères

La Bataille pour Auschwitz


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 9 Février 2020 - 00:40 Israël, une fin à la Carthage. (Fin)


Le vendredi 17 janvier 2020, trois mille salves ont ébranlé le sol de la capitale russe; le ciel sur Moscou s'était emblasonné de glorieux feux d'artifice. C'était une répétition de la célébration mémorable, soixante quinze ans plus tôt, soulignée, le 17 janvier 1947, par 24 salves de 324 canons lourds pour la libération de Varsovie par l'Armée rouge. Varsovie en ruines venait d'être sauvée de la disparition totale.


Israël Adam Shamir
Jeudi 23 Janvier 2020

La Bataille pour Auschwitz
Cela pourrait être une excellente occasion pour un déploiement de l'amitié entre les deux nations slaves. Les Polonais pourraient se souvenir que 200 000 Russes, soldats et officiers furent tués en action à Varsovie et ils pourraient dire: ils sont morts pour nous permettre de vivre. Ils pourraient remercier la Russie pour les terres généreuses et les grandes villes arrachées à l'Allemagne vaincue,pour se les avoir vue offertes à la Pologne: Dantzig devint Gdansk, Tettin devint Szczecin, Breslau Wroclaw, et Posent Poznan. Ils pourraient remercier la Russie même pour avoir passé à l'Ukraine les terres peuplées d'Ukrainiens qui étaient sous commandement polonais avant les guerres, commandement qui se termina par un grand massacre des Polonais qui y résidaient par les nationalistes ukrainiens.

La gratitude n'est pas un trait marquant du caractère national polonais: le gouvernement polonais a ignoré l'évènement. Bien au contraire, les Polonais ont détruit les mémoriaux et tombes des soldats russes. C'était terrible, mais bien moins important que la décision de Varsovie d'établir le système US de radars, et d'un bouclier de missiles sur son sol, le système qui fait d'une soudaine attaque nucléaire US une possibilité fort tangible. L'effort de la Pologne pour saboter l'oléoduc qui relie la Russie à l'Allemagne; l'invitation de la Pologne aux blindés US à prendre place sur sa frontière orientale, l'hostilité inextinguible de la Pologne envers la Russie au parlement européen ont fait que les Russes voient cet ancien membre fondateur du Pacte de Varsovie comme leur ennemi n° 1 sur le continent européen.

Vous ne serez pas surpris que les Russes aient vu là une bonne occasion de leur rendre la pareille. C'est l'offensive juive contre la Pologne qui leur a offert cette occasion. Les juifs ont attaqué ce rempart anticommuniste de l'Occident à l'Est de deux côtés à la fois à la fois: la communauté juive organisée des US et le puissant Etat juif. Ou presque en même temps. Les juifs américains ont lancé l'opération en faisant passer au Congrès obséquieux le décret S774. Ce décret enjoignait à la Pologne de cracher $300 milliards aux organisations juives américaines. Selon cette loi américaine, toute propriété ayant jadis appartenu à une personne d'ascendance juive en Pologne doit être transférée aux organisations juives américaines. Un tiers de Varsovie, la moitié de Krakow, une bonne partie de la propriété résidentielle en Pologne appartenait à des juifs avant la guerre, et tout cela "revenait" maintenant à la Juiverie américaine. La loi avait créé une situation unique: ce qui avait appartenu à un juif resterait à jamais entre des mains juives. Et aucun procès ne saurait être intenté contre ces "mains juives". Sauf dans le cas, bien sûr, où un citoyen juif de Pologne mourrait en laissant des dettes, ces dettes disparaîtraient. Mais s'il mourait intestat, alors sa maison reviendrait aux organisations juives américaines. Elles peuvent chasser les Polonais qui y résident, ou leur faire payer un loyer pour ce dont ils pensaient être les propriétaires.

Le décret S774 est une idée brillante. Cela ressuscite la Juiverie médiévale polonaise, un Etat dans l'Etat. Dans la Pologne d'avant-guerre, il n'en allait pas ainsi; les juifs polonais étaient des citoyens polonais, et si un juif polonais mourait sans laisser d'héritier, sa propriété était confisquée par la république de Pologne, comme les propriétés semblables de catholiques ou d'orthodoxes intestats à leur mort. Les juifs américains ont décidé de faire de l'Holocauste l'occasion de la plus grande rafle de propriétés du XXI° siècle, en revenant aux idées du XVI° siècle. Ils vont se saisir de toute propriété ayant appartenu aux citoyens polonais relevant de la loi mosaïque avant la guerre. Cette idée assez particulière ne s'appliquait pas aux US ni au Royaume Uni. Si un juif américain ou britannique meurt sans avoir désigné d'héritier, sa propriété sera transférée à l'Etat. Mais pour la Pologne, ils ont conçu une restitution intégrale. Si cela marche avec les Polonais, cela pourra marcher ailleurs; les juifs ne seront plus des citoyens ordinaires de leur pays, mais plutôt des membres d'une Juiverie supranationale. Leurs dettes resteront dans le domaine de leurs affaires privées, mais les biens appartiendront à la communauté juive organisée. Très brillante idée, on en conviendra.

Mais les Polonais n'ont pas apprécié le S447. Il y a des manifestations contre cette loi, des appels à expulser l'ambassadeur américain, qui a ajouté l'insulte à la blessure en congratulant les juifs polonais pour Hanouka tout en oubliant d'envoyer ses vœux de Noël aux Polonais catholiques, la grande majorité du pays. A ce moment, Israël est venu soutenir les juifs US. Ils ont demandé à la Pologne de se repentir d'avoir été méchante avec les juifs, d'accepter une responsabilité partielle pour l'Holocauste et de payer. Israël a pompé plusieurs milliards en Allemagne, mais ces milliards ont déjà été engloutis, alors que la Pologne n'avait rien payé à Israël. Les Bolcheviks qui gouvernaient la Pologne après guerre ne pensaient pas que les sionistes dussent être payés: ils considéraient la Pologne comme victime des nazis, et nullement bénéficiaires. Maintenant que vous n'êtes plus communistes, veuillez payer s'il vous plaît, ont dit les juifs.

Les juifs d'Israël et l'Amérique maintiennent la pression. Ils qualifient Auschwitz de "camp de concentration polonais" ce qui est une grave offense pour les Polonais. Ils disent que bien des Polonais ont aidé les nazis à mettre en œuvre la "solution finale à la question juive". Les Polonais ont fait une loi interdisant de dire une chose pareille; les juifs ont décidé de le crier à tue-tête dans la rue.

Le conflit est désormais étalé sur la place publique, avec le 75° anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz (par l'Armée rouge, soit dit en passant: l'oncle du président Obama n'a pas combattu en Pologne, malgré cette prétention niaise du précédent président américain). Cela sera fêté en deux endroits: Jérusalem et Auschwitz, tous les dignitaires importants vont se retrouver à Jérusalem: le président français, le vice-président US, la chancelière allemande, le président russe Poutine. Le président polonais Andrezj Duda était également invité, mais pas pour prendre la parole, seulement comme un invité parmi d'autres. Il a préféré décliner l'invitation et se rendre sur le site du camp d'Auschwitz pour une modeste célébration.

Le président Poutine est conscient de la controverse polonaise, et il a décidé de montrer aux Polonais que leur hostilité sans relâche envers la Russie ne payait pas. Quelques semaines plus tôt, le 24 décembre, lors de la rencontre du ministre russe de la Défense, Poutine a présenté certains documents de l'époque de la Deuxième Guerre mondiale, attestant l'attitude anti-juive rabique de la classe dirigeante polonaise d'avant-guerre. Par exemple Jozef Lipsky, l'ambassadeur polonais en Allemagne nazie jusqu'en 1939, disait aux Allemands que les Polonais érigeraient un monument au Reichskanzler Adolf Hitler à Varsovie, s'il venait à débarrasser la Pologne de ses juifs. "Ah le cochon d'antisémite" s'est écrié Poutine indigné.


Les Polonais ont fait une piteuse tentative pour réinterpréter ces termes fâcheux, en disant que l'ambassadeur polonais faisait allusion au sauvetage des juifs en les envoyant en lieu sûr, en Afrique, par exemple, à Madagascar, retrouver les lémuriens inoffensifs, en coopération avec les sionistes, donc que c'était à la rigueur un porc sioniste. Cela n'a pas très bien marché...

Mais Poutine avait plus de papiers et de preuves dans sa manche. Il a produit un rapport datant de fin 1944 début 45, lorsque les militants polonais favorables à Londres de l'Armia Krajova ("l'armée de l'intérieur"), avaient fait une tentative pour reprendre Varsovie aux Allemands avant l'arrivée de l'Armée rouge. Le rapport disait que les combattants de l'AK avaient tué systématiquement tous les juifs qui avaient survécu à la liquidation du soulèvement du ghetto de Varsovie en 1943. Cela pourrait expliquer pourquoi l'armée russe n'avait pas pensé de son devoir le plus sacré d'aider les militants de l'AK.

Les Russes ont toujours été plutôt bons et tolérants avec les juifs. Il n'y a pas eu de pogromes en Russie, seulement en Pologne, en Ukraine et en Moldavie, ces Etats indépendants qui avaient fait partie de l'Empire russe. Les Russes ont sauvé des millions de juifs, y compris des millions de juifs polonais qui ont été autorisés à s'installer en Russie. Aucun autre pays n'a accepté autant de réfugiés juifs que la Russie, et de loin.

Les juifs ont fait preuve d'une ingratitude noire en aidant l'Occident à mener sa guerre psychologique contre la Russie. Masha Gessen et Léonide Goozman sont des juifs typiquement pro-occidentaux et anti-russes qui ne seraient pas en vie sans le courage et la générosité russes. Et cela continue, la Russie est bonne pour les juifs. Ils sont partie intégrante des élites modernes russes; les centres juifs occupent les terrains les plus cotés à Moscou et ailleurs. Les relations avec Israël sont également plutôt bonnes, malgré la confrontation discrète en Syrie. Tout en visitant le forum d'Auschwitz à Jérusalem, Poutine va aussi dévoiler un nouveau mémorial en l'honneur des juifs soviétiques qui périrent durant le siège cruel de Léningrad. Netanyahou est particulièrement amical avec Poutine, et c'est cette amitié personnelle qui leur a permis d'éviter une guerre totale pour la Syrie. Les libéraux israéliens, ennemis de Trump et de Netanyahou, sont consternés par cet état de choses. Ils préféreraient que Jérusalem s'entende avec Varsovie, même s'il faut pour cela fermer les yeux sur le nettoyage ethnique de juifs en Pologne, un prix à payer minime. Mais ils ne font pas la loi en Israël, pour le moment, même si leur principal journal, Haaretz, est aussi hostile à Poutine que tous les médias occidentaux.

Les Polonais se sont fait avoir jusqu'à l'os. Ils pensaient que les juifs connectés aux US les soutiendraient contre la Russie, mais les juifs ont leurs propres calculs, en fonction de leurs intérêts. Si les Polonais pensaient que les Russes ne découvriraient jamais leurs point vulnérables, ils se trompaient. C'est vrai, les Russes avaient gardé des tas de sales documents de l'époque, dans leurs archives scellées; mais tout ça, c'était à l'époque où Varsovie était une alliée de Moscou. Maintenant cela n'a plus aucun sens, et les Russes présentent des preuves terribles des violentes attitudes anti-juives des Polonais.

Ils ont corrigé tout le discours narratif sur la guerre. Tandis que les Polonais aiment à faire commencer l'histoire avec le traité Molotov-Ribbentrop, et donc présenter l'URSS comme un allié de l'Allemagne prenant d'assaut l'innocente, la pure Pologne, selon le nouveau récit à la sauce russe (et conforme à la réalité), le traité entre la Pologne et l'Allemagne nazie avait précédé le pacte de Molotov de plusieurs années. La Pologne avait tenté d'attaquer la Russie en tant que partenaire junior d'Hitler. C'est la raison pour laquelle la frontière occidentale de Pologne, avec l'Allemagne, était totalement sans défense ni protection renforcée, au contraire de la frontière orientale avec la Russie lourdement fortifiée. Sans ce mauvais calcul stratégique de la direction polonaise entre les deux guerres, les Allemands ne seraient pas parvenus à battre la Pologne en deux semaines.

Les Russes ont fourni des documents montrant qu'un demi-million de Polonais avaient servi dans la Wehrmacht. Ils prouvent que la classe dirigeante polonaise adorait les nazis allemands, et cela non moins que leurs attitudes anti-juives. Hitler avait participé personnellement aux funérailles du maréchal Jozef Pilsudski à Berlin, en 1935.

Eh oui, ces petits malins de Polaks ont voulu faire jouer l'Ouest contre l'Allemagne,et l'Allemagne contre l'URSS, et ils se sont retrouvés avec un pays en ruines. Au lieu d'en tirer les leçons et de comprendre que les intriguesde ce genre ne sont pas prudentes pour un pays de taille moyenne, ils ont remis ça après la Guerre froide, en cherchant à se placer à la pointe de l'assaut occidental contre la Russie. Le Forum d'Auschwitz à Jérusalem prouve une fois de plus que cette politique mène à une nouvelle catastrophe.

Une résolution spéciale de la Sejm polonaise, la chambre basse du parlement polonais, a condamné à la fois comme "provocatrices" et "fausses" les déclarations du président russe Vladimir Poutine sur le rôle de la Pologne au début de la Deuxième Guerre mondiale. "Deux régimes totalitaires, l'Allemagne nazie et l'URSS communiste, ont déclenché cette guerre", souligne la résolution qui a été adoptée sans passer par le moindre vote le jeudi 9 janvier, alors que la Pologne est innocente.

Le mantra a fonctionné correctement pendant longtemps; aussi longtemps qu'il était nécessaire d'accuser la Russie et de délégitimer les Soviétiques. Mais maintenant les juifs veulent leur part du gâteau, et pourquoi pas sur le dos de la Pologne. Pour la Russie, c'est un excellent virage. Les juifs constituent des alliés précieux. Avec Poutine à Yad va-Shem, au mémorial de l'Holocauste à Jérusalem, et le président polonais Duda ne figurant pas parmi les présents, on n'entendra pas les voix polonaises.

J'ai reçu ces temps-ci une lettre du Dr. Ignacy Nowopolski, un nationaliste polonais; il écrit : nous les Polonais avons besoin de revenir sous la protection du Pacte de Varsovie, faute de quoi les juifs et les Allemands vont nous plumer.

"Ils ont commencé par accuser la Pologne d'avoir précipité la Deuxième Guerre mondiale et l'holocauste juif... Depuis 1989 les firmes occidentales se sont employées à d essiner une stratégie pour dérober effectivement leur richesse aux sociétés post-communistes... L'Occident a apporté une immense misère à une infinité de gens sur toute la terre.... Les médias impériaux ont su convaincre les gens dans les pays post-communistes de rejoindre volontairement le paradis athée nouvellement instauré par l'UE. Aujourd'hui, après plus de trois décennies de fonctionnement dans la sphère d'influence occidentale, les jeunes générations polonaises acceptent d'être des citoyens de deuxième classe en Europe, comme quelque chose d'aussi naturel que la loi de la gravitation universelle.... Les sentiments anti-russes en Pologne et dans d'autres pays d'Europe centrale sont juste une manifestation des tendances imprudentes dans leurs sociétés. Pour survivre, ces nations doivent surmonter leur animosité réciproque, cela même qui permet à leurs ennemis d'utiliser avec succès l'ancienne stratégie du diviser pour régner. La riposte, c'est la création d'une sorte d' "Euroslavie" en coopération ou même au sein d'une confédération avec la Fédération russe", ce qui veut dire revenir au Pacte de Varsovie".

De semblables sentiments dans la bouche d'un nationaliste polonais de la ligne dure est le signe de changements en profondeur. Si des gens comme lui parvenaient à occuper le vieux Palais Zamoyski des Vice-rois, la Pologne ferait la paix avec la Russie, et serait prospère. Les soldats US, les chars et les radars repartiraient en Virginie. Les monuments à la mémoire des militaires russes seraient repeints de frais. Les Russes oublient facilement les vieux griefs; et ils gardent toujours une place dans leur cœur pour les Polonais, ces "Français de l'Est". Alors la Russie pourrait soutenir la Pologne contre les revendications de tiers, comme elle l'a fait pendant de longues années. Mais en attendant, laissons le Forum d'Auschwitz servir de leçon aux Polonais, ne renforçons pas les hostilités à l'Est sur ordre de l'Occident.

Sur la photo en tête d'article, une manifestation des Polonais contre les restitutions sous-titrée "manifestation néo-nazie" dans un journal américain. Seul un néo-nazi patenté préférerait rester propriétaire de son appartement alors qu'il pourrait être donné à une organisation juive américaine....


Israel Shamir : adam@israelshamir.net

Souirce: The Unz Review.

Traduction: Maria Poumier


Mercredi 22 Janvier 2020


Commentaires

1.Posté par saidab le 23/01/2020 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vivement, que la vérité soit étalée au grand jour, partout. Que la terre soit libérée des faussaires toutes catégories confondues, Et que les hommes redeviennent des hommes ; des humains capables de raison donc de bienveillance. Que les charognards se dissipent dans l'air, comme les gros cumulonimbus après un orage ...

2.Posté par jehaislescookies le 24/01/2020 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les polonais avec leur antirussime maladif et leur anticommunisme fanatique, qui les rends accros aux USA vont se retrouver coincés et SEULS sans défense (c'est ce qui leur est arrivé aussi en 39, les cons !).

(soit dit en passant vivement que la France sorte de l'UE, qui est mal partie avec des tels associés !)

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires