RELIGIONS ET CROYANCES

LETTRE A UN ISLAMOPHOBE


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 18 Juin 2018 - 12:02 Maîtres chrétiens esclaves musulmans !



abbas
Vendredi 8 Novembre 2013

LETTRE A UN ISLAMOPHOBE
Cette lettre ne s'adresse pas à toi, mon camarade d'école.
Toi qui partagea avec moi les bancs du primaire, la cour de récré, les parties de foot, les premières inquiétudes. Toi qui partagea les premières punitions au coin, les bonnets d'âne, les petits secrets.
Toi, tu te foutais bien de mon origine et de ma confession !
Cette lettre n'est pas pour toi mon copain de collège.
Toi qui découvrait avec moi les bagarres, les sourires, les heures de colle, les colères d'adolescents. Toi qui découvrit avec moi, les premières dragues, les rendez vous, les filles qui n'en finissaient pas d'être jolies et dont nous ne cessions de parler. Toi qui riaient aux éclats avec moi après chaque connerie, chaque blague lamentable et chaque dérapage en mobylette. Nous, qui du haut de nos quinze ans, nous prenions pour des pilotes de course..
Toi, tu te foutais bien de mon origine et de ma confession !
Cette lettre n'est pas pour toi la jolie blonde qui fit battre mon cœur et chambouler mes sentiments. Je tentais de t'écrire des poèmes que je déchirais systématiquement, je rêvais de t 'écrire une chanson et même de te la chanter. Je nous imaginais amoureux nous tenant par la main éternellement. Je planais comme tous les jeunes de mon age, sans différence. Je passais mon adolescence.. comme tout adolescent..
Toi, tu te foutais bien de mon origine et de ma confession !
Cette lettre n'est pas plus pour toi, mon pote de régiment.
Nous étions des bleus et il a bien fallu que nous nous parlions pour affronter cette année militaire. Je n'avais pas besoin de t'indiquer mon nom, il était écris sur mon treillis. Nous avons fait ensemble l'apprentissage de la guéguerre, nous avons crapahuter, sac au dos et arme à la main. Nous avons fait le mur pour courir en ville, nous évader de la caserne et surtout rire, rire aux éclats.. nous avons compté les jours qui nous séparait de la quille ! La quille bordel !!
Toi, tu te foutais bien de mon origine et de ma confession !
Cette lettre n'est pas pour toi, le français, que j'ai toujours connu et aimé. Le boulanger du coin, l'épicier, le gardien du square qui nous engueulait sans distinction dés que nous avions le malheur de courir sur la pelouse. Le professeur qui nous enseignait avec autorité sans jamais être injuste. L’entraîneur de foot qui accueillait tous les mômes du quartier et se réjouissait de les voir, tous ensemble, disputer des parties acharnées sous l’œil des parents qui au moment du Ramadan venaient rompre le jeûne sans se soucier de votre croyance et uniquement pour le bonheur du partage..
Toi, tu te foutais bien de mon origine et de ma confession !
Cette lettre est pour toi, pourriture qui occupe les écrans de télé, qui manipule les esprits, qui divise pour ton intérêt et qui nous prépare à nous battre, à nous déchirer simplement pour ton plaisir.
Cette lettre est pour toi, saloperie de politicard, minable que nous devrions écraser sous notre semelle et essuyer ensuite. Tu ne représentes personne, tu n'as aucune légitimité, tu devrais vivre sous terre comme un rat.
Mais il faut que tu saches quelque chose. Tu n'aimes pas ma religion mais je ne t'aime pas non plus. Tu as le pouvoir, l'argent, les médias pour le moment ! Pour le moment !
Tu ne m'enlèveras pas ce que j'ai dans le cœur pour y glisser ton poison, tes mensonges. Tu ne me feras jamais douter de Dieu.
Crois tu que j’abandonnerais ma croyance en Dieu et mon prophète pour toi, pour des holande, des fabius, des sarkozy, des mitterrand, des valls, des copé, des bush, des obama, des rothschild, des soros, des le pen, des bhl...
Si tu crois cela, il faut très rapidement te faire soigner !
Tu as déjà échoué, minable !
Il faut que tu saches autre chose. Je ne me battrai pas contre ces braves gens que je connais depuis toujours mais je te promet qu'un jour viendra ou tu paieras le mal que tu fais !
Si nous sommes oppressés, si nous sommes miséreux, c'est à toi que nous le devons !
Le temps t'est compté, n'entends tu pas le peuple qui gronde.
Et ce peuple là se fout de mon origine et de ma confession !

Abbas

http://abbas-b.blogspot.fr/


Vendredi 8 Novembre 2013


Commentaires

1.Posté par mayday le 08/11/2013 17:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Magnifique !
cette lettre trouverait bien sa place dans toutes les boites aux lettres de france, pour informer nos anciens camarades de classes anciens amis devenus adultes, ces francais manipulés par des politicards sans foi ni loi !
cette lettre est un appel au sursaut afin d'éviter à la france l'innommable , la guerre civile dont les medias et les politiques appellent de leur voeux. cette lettre est un appel à la raison.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires