Coup de gueule

LES PATRONS SONT SYMPAS


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!



ROBERT GIL
Samedi 4 Décembre 2010

LES PATRONS SONT SYMPAS
Devant l'apathie de nos concitoyens, les patrons pourraient proposer de
revenir à 10 H par jour, 2 semaines de congés par an et diminuer les salaires
de 30% ; ils n'auraient qu'à dire qu'avec la mondialisation on ne peut pas
faire autrement : « la conjoncture économique nous oblige à prendre des
mesures radicales » ! Ils pourraient aussi repousser l'âge de la retraite à
75 ans, supprimer la sécurité sociale, et nous obliger à faire 8 jours de
travail de solidarité !


L'utopie du patronat n'est pas la même que la notre, c'est sûr, mais la
leur gagne du terrain. Une entreprise qui licencie et qui distribue des supers
bonus à ses cadres, c'est la réalité. Une banque au bord de la faillite,
soutenue par de l'argent public et qui donne des primes exorbitantes à ses
tradeurs, ça existe. Des biens publics qui sont bradés à des copains, c'est
vrai. Un président de la république arrivant au pouvoir en annonçant que les
caisses sont vides et qui en même temps se double son salaire : c'était du
domaine de l'impensable, et pourtant ...


Il y a 20 ans dans un conseil d'administration, un actionnaire a dit : il
nous faut une rentabilité à deux chiffres. Tous ceux qui étaient présent ont
dit, ce n'est pas possible, c'est de l'utopie ! Et bien, les utopistes du
capital ont prouvé à leurs semblables que l'utopie n'était qu'une question
de volonté : recul de l'âge de la retraite pour les salariés, privatisation
des entreprises publiques, démantèlement de l'école et de la santé, gel des
salaires pour les pauvres et allégements fiscaux pour les plus riches, …  


Plus leur utopie avance, et plus nos libertés reculent. Nous sommes capables
d'être violent envers quelqu'un qui nous vole notre voiture, mais nous
acceptons que des gens pleins aux as, qui nous méprisent et nous exploitent
précarisent notre avenir et celui de nos enfants ! Beaucoup acceptent sans
bouger que l'on nous prive de nos droits, de notre système de santé
simplement parce que certain l'ont décidé. Leur explication est simple : on
ne peut pas faire autrement !  


Rappelons à ceux qui nous rebattent les oreilles que la financiarisation est
source de progrès favorisant l’investissement, l’emploi et l’innovation,
rappelons leur qu'avant la dérèglementation financière, sans les tradeurs,
les fonds d'investissement et les rendements à 20%, la croissance était de
5%, le chômage et la dette nulle ou presque. Rappelez-vous, c'était il y a à
peine 30ans !!!


Ce qui était impossible pour eux il y a 30 ans est super facile aujourd'hui.
Grâce aux luttes et aux legs de nos anciens, notre génération a été pour
beaucoup à l'abri du besoin, le monde du travail était soumis à des règles,
la protection sociale développée, les prix encadrés et l'avenir ouvert. Nous
nous sommes donc laissé endormir. Pendant ce temps le capital et le grand
patronat n'a jamais cessé de lutter contre cet état de fait. Nous, nous avons
baissé les bras.


Nous nous sommes contentés de vivre et de consommer. Nous leur avons
abandonné le terrain politique, leur télévision et leur propagande ont fait
le reste. Nous livrons nos enfants à ceux qui aujourd'hui nous exploitent, en
nous contentant de leur dire : « c'est comme ça, on ne peut pas faire
autrement ! »

conscience citoyenne responsable

http://2ccr.unblog.fr/


Samedi 4 Décembre 2010


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires