Billet d'humeur

LES EMASCULES FONT DIVERSION.



Djeha
Samedi 18 Août 2018

LES EMASCULES FONT DIVERSION.
LES EMASCULES FONT DIVERSION.

C’est fou ce que les cadavres tiennent à nous faire croire qu’ils sont toujours de ce monde.

Une dépêche de l’AFP (J. 16/08/2018 à 18:21) nous apprend que les présidents français et égyptien Emmanuel Macron et Abdel Fattah al-Sissi ont ensemble « souligné l'urgence d'une désescalade et d'un soutien humanitaire à Gaza », au cours d'un entretien téléphonique ce jeudi.

Les services de propagande de l’Elysées rapportent que Le président français « a salué les efforts égyptiens pour faire progresser la réconciliation inter-palestinienne, obtenir une trêve à Gaza et améliorer l'accès humanitaire au profit des populations civiles ».
On se paie la tête des Palestiniens (qui en ont l’habitude) et celle des opinions publiques française, égyptienne...

Il serait temps d’en venir aux faits.

1.- Personne, ni les Français, ni les supplétifs égyptiens ne tiennent à la protection, à la prospérité de Ghaza et d’une manière générale à tout ce qui n’est pas sioniste dans le coin. La situation est « urgente » en Palestine depuis 1948. Cela est connu de tous depuis.

Le règne de Abdel-Malik est fondateur à la fin du 7ème siècle. Les sionistes ingrats s’appliquent méthodiquement à en effacer toutes les traces. Il ne reste déjà plus grand chose des Byzantins...

2.- Personne ne veut encourager la « réconciliation inter-palestinienne ». Quelle blague ! Bien au contraire, tout a été fait pour qu’ils s’étripent. C’est une des raisons pour lesquelles Pérès avait initiés -avant de les trahir- les négociations d’Oslo qui ont débouché sur ce que l’on sait.

Hamas a été, à ses débuts, encouragé et soutenu par Israël, comme tous les islamistes qui ont joué contre leur camp. Et qui d’ailleurs continuent à le faire. Heureusement que l’Islam ne dépend pas des islamistes hydrocarburo-dépendants, les adeptes de la génuflexion pavlovienne.

3.- Quand il s’agit du Proche Orient, ni les Français, ni les Egyptiens et encore moins les aérés de la gandoura ne pèsent ni n’ont voix au Chapitre.

Tout cela, les observateurs les plus sérieux l’ont compris, c’est de la com. Et seulement de la com’, du bavardage. Le mode d’action favori des inaptes, des émasculés et des amputés du bulbe. Qui veulent donner l’impression qu’ils agissent, alors qu’au mieux ils sont en mission pour le compte de l’Empire, à titres de larbins et de marionnettes de service.

4.- En ces circonstances le président français en chute de popularité irréversible fait diversion, et balade ceux qui l’ont élu (en réalité l’ont choisi par défaut) et qui prennent conscience peu à peu du marécage dans lequel ils les entraîne. Les communicateurs s’affairent à noyer les « affaires » qui font de l’ombre et à préparer le terrain à la rentrée « réformatrice », c’est-à-dire poursuivre un travail de démantèlement de ce que les Français et les Européens ont édifié laborieusement en deux ou trois siècles et livrer les nations aux oligarques transnationaux.

Monsieur est en vacances privées, mais toutes ses « sorties » physiques et médiatiques sont celles du président. Là aussi une gigantesque escroquerie : comment est-il possible de distinguer - en particulier chez un président formaté par la Constitution de la Vème République - ce qui est de l’ordre du privé et du public.

De Giscard à Macron, en passant par le facétieux Sarkozy (qui a outrepassé toutes les limites), ces rigolos se sont joués de règles qu’ils ont beaucoup critiquées pour plus largement en abuser.

Quand au généralissime nanométrique, abandonnons-le au peuple égyptien qui saura quoi en faire quand il aura surmonté les obstacles qui le divisent.

Djeha,
Vendredi 17 août 2018.


Samedi 18 Août 2018


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires