EUROPE

LE JEU DES 7 ERREURS....DE LA BCE !!


L'économiste René Ducret, qui avait anticipé les précédentes crises monétaires, et conseillé divers Chefs de Gouvernement, est très écouté au FMI Il fustige aujourd'hui la stratégie de la BCE sur les taux d'intérêt.


ducret rené
Lundi 9 Novembre 2015

LE JEU DES 7 ERREURS....DE LA BCE !!

> «Tout d'abord la 1ère erreur de Mr Draghi est de déclarer ''Que le taux de change n'est pas l'objectif de la BCE''. Ses prédécesseurs ont bien entendu toujours affirmé le contraire, comme leur ''attachement à un euro fort''.

> Cette erreur (du jamais vu de la part d'un Président ou Gouverneur de Banque centrale) en occasionne une autre : C'est un blanc-seing à la spéculation internationale, laquelle ne craint plus les interventions surprises, sur les changes ou taux

> Cette spéculation est d'autant plus facilitée que le différentiel de taux voulu par la BCE est en sa faveur : Ce taux (quasi) nul de 0, 05 % est le plus bas de toutes les grandes monnaies.

> Ce taux fait fuir les capitaux de l'Euro et affaiblit de nouveau l'Euro

> Et risque de déclencher un grand mouvement spéculatif, qui sont, ont le sait, de véritables spirales infernales qu'il est très dur de stopper.
L'on se souvient, lors de la même erreur commise par Wim Duisenberg, qu'il avait fallu une intervention concertée de toutes les grandes banques centrales pour sauver l'Euro et casser cette spirale irrationnelle à 0,82 euros pour 1 $

> Jeune monnaie naissante, l'Euro n'a pas la notoriété d'une monnaie refuge pour se permettre de tels taux, qui devraient être au moins égal ou supérieur à celui du Dollar.

> Plutôt que d'affaiblir encore l'Euro avec le Q.E. , il serait plus judicieux d'attirer les capitaux et devises par des taux appropriés.

Par ailleurs, comme les lois juridiques, les lois économiques connaissent leurs effets pervers, pour elles en dessous ou au dessus d'un certain seuil : La célèbre courbe en « cloche » d'Arthur Laffer de 1974 en est l'exemple frappant.

Les périodes fastes d'expansion économique (Les 30 glorieuses, etc...) ont bien eu lieu dans une période de taux élevés, et celles de récession et déflation dans une période de taux bas !!

Autres effets pervers des taux bas : Ils provoquent une flambée et bulle immobilière. Le dernier éclatement de bulle s'étant produit en 93, avec 50 % de perte à Paris, du jour au lendemain.

 


Lundi 9 Novembre 2015


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 10/11/2015 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article nous montre d'une manière incontestable l'absurdité de ce système d'économie de marché où tout est basé sur la spéculation !

On est venu à cet extrême absurdité de spéculer sur les monnaies pour faire de l'argent; le but flagrant de l'économie de marché n'est pas et n'a jamais été la prospérité des peuples, mais uniquement de permettre à une infime quantité de malades mentaux animés d'une cupidité insatiable de s'enrichir de façon exponentielle, qu'elles qu'en soient les conséquences tant pour les populations que pour l'environnement.

En clair, nous entretenons un système aberrant conçu par des malades mentaux pour des malades mentaux, et quand je dis "malades mentaux", il faut comprendre une folie violente, prédatrice, dominatrice de façon hégémonique. Ce n'est pas une "folie douce" !

La question qui mérite d'être posée est de savoir comment se fait-il qu'une telle aberration puisse être non seulement maintenue, mais encouragée et enseignée ? Je dois avouer me poser de sérieuses questions sur ceux qu propagent et enseignent cette folie comme devant être LE modèle à suivre !!!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires