RELIGIONS ET CROYANCES

LA SCIENCE,TEL UN SERPENT QUI SE MORT LA QUEUE?


LES REVERS DE LA SCIENCE


SOUMAILA Ahmed
Mercredi 3 Septembre 2014

LA SCIENCE,TEL UN SERPENT QUI SE MORT LA QUEUE?
ARTICLE VI : LA SCIENCE, TEL UN SERPENT QUI SE MORD LA QUEUE ?

Rappelons de prime abord qu’à la différence de l’animal qui, chez lui, tout a été programmé avant sa naissance, l’homme a été, comme l’a d’ailleurs souligné le philosophe allemand Heidegger : « jeté sur terre », à l’état de nudité, avec comme moyen de survie, sa matière grise. Face à une nature mouvementée et déchaînée, il n’a pas hésité à user ce dont son créateur lui a offert pour survivre. Cueillette et chasse pour se nourrir, se battre contre les rochers pour se loger, constituaient la devise de sa vie. D’où la présence des grottes qui datent dés l’apparition de l’homme sur terre jusqu’à nos jours. La plus part d’entre elles, renferment des tessons qui facilitent la tâche des archéologues cherchant inlassablement à savoir où et quand a eu lieu l’apparition du premier homme sur terre. Dérobé par Prométhée selon la mythologie grecque, l’utilisation du feu par l’homme, se traduit comme étant la naissance de la science.
Certes, l’histoire nous a appris tout un tas de choses si intéressantes. La vie galopante qu’ont menés nos ancêtres, traduit la lenteur de la progression scientifique du jadis, et aussi, l’évolution de l’esprit humain en fonction du temps et de l’espace. Il a fallu attendre notre ère, marqué par l’apogée de la science, pour assister à un épanouissement de la vie humaine dans tous les domaines.
Frustré par la nature et ses abîmes, lassé par les travaux physiques non moins laborieux, le contemporain voyait de cette nouvelle née, un libérateur magique qui pourrait l’ôter de ses craquants.

I. LES MERITES DE LA SCIENCE
Comme nous pouvons le constater, dés sa naissance, la science a projeté ses lumières aux quatre coins du globe, et, a illuminé le chemin de ceux qui marchaient dans les ténèbres. Aimée et appréciée, elle a pu bâtir un monde où elle règne sans partage. Après avoir rendu caduque la religion et ses dogmes jugés irrationnels, la science a humilié la philosophie en le déclarant stérile dans un monde où seul le matériel s’impose. Eu égard à tout cela, elle s’est trouvée tout seule, comme acteur et émetteur en scène de la vie de l’homme. Obnubilée par cette pensée de tout dominer pour mieux diriger, elle s’est donnée l’image d’un « dieu » capable de tout faire.
De la terre au ciel, elle continue à marquer ses jalons avec un pas de vautour. Dans cette perspective, la science a pu obtenir la confiance d’un monde qui se trouvait au bout du gouffre. Sans pour autant essayer de lui jeter des fleurs, faisons une petite balade sur son parcours.
En 1492, Christophe Colomb a découvert l’Amérique; un demi-millénaire plus tard, la conquête de l'espace va bon train : découvrir est devenu la fierté de la science ! Gagarine accomplit le premier vol spatial humain en 1961. Armstrong foule le sol de la Lune en 1969. Incroyable mais vrai, l'ère spatiale est ainsi ouverte.
Du monde inconnu au monde connu, le passage fut singulièrement expéditif. La soif inassouvie aux incitations militaires joua une implication non moins grandiose. Contempler, discerner, transmettre, illuminer sont les conditions sine qua non d'un précepte de défense. Cependant, des agissements de même essence, sinon de même objectif, s’avèrent sans doute jouissants pour l’épanouissement et la prospérité du bien être de l’humanité : amélioration sans précédente des diffusions des programmes de télévision, une aide infaillible à la navigation, etc. ... Quant à la communication, il n’y a point de doute, elle a connu un développement éblouissant. Le 3G, accueilli à bras ouverts, facilite la tâche des chercheurs qui veulent exploiter l’internet pour se mettre à jour à tout instant.
La salubre gestion de notre planète Terre supplique des examens distincts et plausibles. Un nombre de satellites est à la disposition de la science pour la vigilance et, la prévention de phénomènes tels que la désertification qui est à l’origine de la rareté de la liquide noir (eau) ou aux catastrophes naturelles. L'observation de l'atmosphère et des océans à l'aide des satellites a apporté ses fruits non seulement à la météorologie, et une impulsion inestimable sur le chemin de ceux qui exploitent les merveilles des océans, mais aussi, un support aux engins techniques braqués vers les divers objets qui ornent l'Univers. La liste des progrès ainsi réalisés dans la connaissance du cosmos est époustouflante. La découverte d’un trou noir qui aspire tout ce qui passe devant lui, résultat de la mort d’une étoile, et la constatation de l’existence d’un autre système solaire sinon d’un autre univers plus grand que le notre, rend fascinante l'astronomie. Des missions vers le noyau de la Terre nous ont apporté tant de connaissances sur cette planète que nous foulions. A titre d’exemple, par cette recherche purement scientifique, l’homme a pu découvrir que la chaleur qui anime le noyau de la Terre est très impressionnante que celle qu’on pourrait enregistrer au cœur du soleil.
Branchés sur les airs, le savoir faire des scientifiques américains et russes issu des mathématiques, de la physique et de la chimie, a conduit à des résultats inédits sur la conduite de la matière inanimée et des êtres vivants en l'absence de la pesanteur.
Oh ! Vaillants Scientifiques ! Que peut-on attendre de vous au cours de ce troisième millénaire ? Un moyen plus rapide et fiable d’accéder aux autres planètes à un prix moins excessif ? Avez-vous déjà pensé à un successeur d’Ariane qui pourrait, nous l’espérons bien, être plus productif que jamais ? Dans combien d’années comptez- vous éliminer toute trace de famine dans cette « planète mère » ?

II. LES REVERS DE LA SCIENCE
Paradoxalement, une multitude de styles saute aux yeux. Ce soit disant messie, vient de perdre les pédales. L’œuvre de la science n’est plus suave.
Ainsi, des cris d’alarmes se laissent entendre un peu partout dans le monde. Mais diable, qu’est-ce qu’a pris la science pour mettre du piment dans sa jatte de thé ? Qu’est-ce qu’elle a fait de son chef- d’œuvre pour s’avérer patibulaire ?
Pourquoi continue-t-elle à démolir lui-même ce qu’elle a bâti de ses propres mains, au prix de la gazelle ? Qu’elle machiavélisme ?
Répondre à ce questionnaire devrait être l’occupation majeure de tout être qui se soucie de cette vie macabre que mène notre l’espèce humain.
Sans respecter les limites, et, à vouloir s’accaparer de tout, n’est-ce pas un abus pouvant l’entrainer à la perte de son prestige ? Par conséquent, les soit disant défenseurs de la dite science se sont rebellés contre elle. Oui, au jour d’aujourd’hui, l’homme a constaté lui-même le revers de ce dit « sauveur », donnant image à un serpent qui se mord la queue. Dormant avec un oreiller doré, offert par la science, l’homme du troisième millénaire s’est réveillé dans une tracasserie sans nom. Ce qui s’avérait louable paraît maudit. Compte tenu des revers de la science hélas, un sentiment de jouissance et/ou de mépris s’allient. Le Maître d’œuvre constructeur est devenu destructeur et malfaiteur. Au lieu de multiplier les usines de bienfaisance paradoxalement, on mise sur l’armement. Sur-ce, la nature qui, naturellement se vêtit en vert, s’est métamorphosée en rouge, couleur du sang humain. Certes on est en Guerre, contre qui, nous n’en savons pas. Mais si nous faisons semblant de ne pas le savoir c’est juste pour éviter de nous faire tant de mal. Le comble du malheur, c’est de constater que notre adversaire farouche n’est autre que notre savoir faire. Néanmoins, ce qui est à l’origine de ce changement radical, je m’accorde à penser que : notre chère Hôte science, est partie à la conquête du monde sans aucune morale. Elle croyait qu’il suffit d’être fort pour être à la hauteur de tout. Il a fallu attendre qu’un moustique se pose sur ses testicules pour qu’elle réalise elle- même qu’on ne peut pas tout résoudre par la violence. Le cas du Japon avec la fuite de ses gisements nucléaires devrait être un témoignage criant.
Chers scientifiques ! Ne fuiez pas les responsabilités qui vous incombent sur Terre en cherchant refuge au ciel! Sachez qu’avec une bonne gestion de la planète Terre, les progrès pourraient être beaucoup plus profitables.


Mercredi 3 Septembre 2014


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires