RELIGIONS ET CROYANCES

"LA JOIE DE L'EVANGILE", A GEOMETRIE VARIABLE


Dans la même rubrique:
< >


ZEINAB ABDELAZIZ
Mardi 7 Janvier 2014

"LA JOIE DE L'EVANGILE",  A GEOMETRIE VARIABLE
"La Joie de l’Évangile"
à Géométrie Variable…
Zeinab ABDELAZIZ

Le premier Motu Proprio du pape François a été médiatisé, commenté, applaudi, acclamé, glorifié avec une insistance et un délire extrême, comme tous ses actes, ses gestes et ses moindres mouvements. Presque pas un seul site, journal chrétiens ou laïcs qui n’ait fait l’éloge du texte et de l’incontournable courage du pape qui fustige la société, l’ébranle et l’accuse pour qu’elle mette fin à la disparité sociale, à la violence, à une économie d’exclusion, à l’économie du marché, qui finit par faire de l’argent sa déité première ! Bien plus, poursuit le pape, l’Eglise est à reconvertir, à subir une réforme permanente, pour secouer les causes structurelles de la pauvreté. En fait, ce ne sont là que des responsabilités qui incombent en général à tous les dirigeants de la société ou des entreprises et aux politiciens.

Cependant, personne de parmi tous ces empressés à applaudir, à combler le pape d’éloges, n’a osé lui dire, comment ignore-t-il, que c’est Vatican II qui a décidé l’extirpation irrationnelle du socialisme, seul système qui pouvait tenir tête ou réduire à néant l’économie du marché de laquelle se plaint le bon Bergolio ?

C’est à Vatican II, que furent décidé l’arrachement brutal, l’extraction et l’éradication du communisme en tant que système social et politique. Personne n’a osé dire à ce pape archimédiatisé que c’est grâce à Ratzinger et Karol Woytila, anticommunistes jusqu’à la moelle, qui participèrent à l’élaboration du dit concile, et qui s’ingénièrent pour disloquer toute forme de dissidence à l’intérieur de l’Eglise et menèrent à la destruction de tout ce qui est progressiste dans la théologie de la libération. Personne n’a osé dire que c’est grâce au Trio Reagan, Jean-Paul II et Gorbatchev que le communisme fut éradiqué, que même les sommes dépensées ont été dévoilées ! Nul n’ignore qu’ils menèrent une vraie et cruelle croisade anticommuniste ou que ce Vatican II introduisit de nombreux changements structurels, procéduraux et liturgiques, sans rien dire de l’irrationnelle réhabilitation des juifs du meurtre déicide, qui bouleversa en fait, presque deux mille ans d’histoires, de théologies et de matraquages. C’est de l’histoire vécue…

Toutefois, la remarque la plus flagrante concernant ce texte, est que personne de tous ces enthousiastes, de tous ces emportés et fervents passionnés, de tous ces beaux-parleurs chaleureux, n’a osé aborder une toute petite subdivisions de la quatrième partie du chapitre IV de ce Motu proprio, intitulé : Les relations avec le Judaïsme ! Car ce petit texte de trois clauses en dix-sept lignes bafoue foncièrement Eglise et christianisme. Je relève précisément :

(247) : « l’Alliance avec Dieu n’a jamais été révoquée (…), Nous ne pouvons considérer le judaïsme comme une religion étrangère, ni classer les juifs parmi ceux qui sont appelés à laisser les idoles pour se convertir au vrai Dieu »;

(249) : (…) Même si certaines convictions chrétiennes sont inacceptables pour le Judaïsme, et l’Église ne peut pas cesser d’annoncer Jésus comme Seigneur et Messie, il existe une riche complémentarité qui nous permet de lire ensemble les textes de la Bible hébraïque et de nous aider mutuellement à approfondir les richesses de la Parole, de même qu’à partager beaucoup de convictions éthiques ainsi que la commune préoccupation pour la justice et le développement des peuples ».

En ce qui concerne le n° 247 :
1° - Il est plus que stupéfiant de lire sous la plume du pape concernant les juifs : « que l’Alliance avec Dieu n’a jamais été révoquée » ! Car non seulement « l’Éternel » les a maudits pour leurs désobéissances répétées, mais il y a une ligne de partage entre les deux Alliances, une ancienne et une nouvelle, des rites différents, des formes diverses et des prédications spécifiques. L’Ancienne Alliance est fondée sur la loi et les œuvres, la nouvelle s’appuie sur la foi en l’œuvre du Christ. Les deux ne se mélangent point.

La Loi écrite, qui comprend les dix commandements, fut complétée par la loi orale comprenant 603 commandements, promulgués par les anges, dit-on, et les juifs « ne les ont point gardées » (Actes 7 : 53), c’est le Nouveau Testament qui le dit. Même le Talmud, qui contient la Gomorah et la Mishna, a été l’occasion de controverses entre les pharisiens et Jésus. Les Scribes ont ajouté 1500 règles pour codifier le sabbat et presque 1000 autres règles pour codifier les 613 commandements (Divins/angéliques). Les Pharisiens voulaient que Jésus respecte les traditions des anciens (Mc 7), alors que celles-ci ne venaient pas de Dieu !
La nouvelle Loi a été donnée « à causes des transgressions des juifs », dit l’apôtre Jean, et Paul d’ajouter « Nous avons été dégagés de la Loi » ! Ce que l’Église a maintenu jusqu’à Vatican II ...

Le Nouveau Testament établit une nette distinction entre les commandements de la Loi et ceux de Jésus, et dès l’entrée en vigueur de la Nouvelle Alliance, l’Ancienne est devenu obsolète (Hébreux 8 : 13). Avec la mort du Christ, comme disent les textes, l’ancienne loi a disparu, elle n’a plus aucune autorité sur les chrétiens qui sont dorénavant sous la Nouvelle Alliance, la loi du Christ, comme disait l’Église.
Sous la loi de Moïse certains aliments étaient impurs (Lev. 11) ; sous la nouvelle Alliance tous les aliments sont purs. En un mot : la Loi a cessé de s’appliquer à ceux qui croient en Jésus. Si la Loi était toujours en vigueur, il devrait en être de même du sacerdoce lévitique !!

2° – La suite de ce premier paragraphe : « ni classer les juifs parmi ceux qui sont appelés à laisser les idoles pour se convertir au vrai Dieu », mérite à elle seule une réponse qui dépasserait de loin l’espace d’une intervention, car elle sous-entend deux sens bien distincts, elle vise et les juifs, et les musulmans. D’un côté, cela veut nettement dire : que les juifs sont dispensés ou exceptés d’être évangélisés, qu’ils n’ont pas à subir cette infamie de devoir changer leur religion et croyances. Ce qui infirme et réduit à néant l’immense fanfare de l’évangélisation du monde, avec laquelle on essaye d’escamoter, d’occulter et de parodier les immenses et interminables querelles que l’Église a dû affronter le long de son trajectoire, à ne signaler que la toute dernière des grandes querelles : le Modernisme et le Fondamentalisme, qui ébranla pour toujours les arcanes de cette Institution. D’un autre côté, cette phrase vise en même temps les musulmans qui, aux yeux de la sainte Église n’adorent pas le vrai Dieu, et doivent être forcés à subir l’évangélisation coûte que coûte.

3° - Demeure une expression qui attire l’attention dans ce texte : « la Bible Hébraïque », dit le pape. Est-ce une nouvelle concession à l’égard des juifs ? Depuis la formation théologique du mot « Bible », il a toujours signifié l’Ancien et le Nouveau Testament. Les livres sacrés du judaïsme ont leurs appellations précises. Lorsqu’on accole le terme d’Hébraïque à la Bible, cela signifie que le nouveau Testament s’est hébraïsé en silence. Cette nouvelle invention ne doit-elle pas être officiellement signalée par le pape au lieu d’accumuler les surprises ?!

En ce qui concerne le 249 :
Il me peine de commenter ce paragraphe dont les subterfuges et les concessions sautent aux yeux, et que personne de tous ces choristes apologétiques n’a abordé ou commenté. Si le pape ou l’Église ont décidé, on ne sait trop pour quelle raison, de ne point évangéliser les juifs, à quoi bon tous ces slogans de « Jésus est le chemin », « l’unique vrai Dieu », « la seule voie du salut », « la bonne nouvelle », « qu’il est la paix même » etc., etc. ?! Pour quelle raison les juifs sont-ils exempts de l’évangélisation ou de la nouvelle évangélisation et de toute cette fanfare pour laquelle l’Église a enrégimenté tous ses adeptes, ses médias, et tous ses moyens politiques, financiers et sociaux pour évangéliser le monde ?! Là une question s’impose :

En tant qu’êtres humains, est-ce que ces juifs ou ces sionistes valent-ils plus, aux yeux du pape, que les Palestiniens, vrai propriétaires de la Palestine, qui agonisent dans une prison à ciel ouvert, et subissent un génocide obstiné, prémédité, à cause justement de ces usurpateurs de la Palestine, face auxquels l’Église ne cesse de faire des courbettes et des concessions ?

Comment peut-on parler d’éthique, ou même de justice ou de développement pour les peuples, lorsqu’on ne cesse d’user de contrefaçons, de subterfuges et de sabotages ?

Si on passe en revue l’attitude du pape François à l’égard des juifs ou des sionistes, dès le premier jour de sa nomination, en passant par tous ses gestes, expressions ou discours, on ne peut que s’attendre à une vraie Catastrophe, lors de son voyage en Israël, Bethleem et la Jordanie, du 24 au 26 Mai prochain, tel qu’il l’a annoncé lui-même, le 5 janvier 2014, pour un « dialogue entre les trois religions monothéistes ».

Probité et Justice n’exigeaient-elles pas que le pape fasse un petit saut, jusqu’à Gaza, pour voir le résultat des "bienfaits" de ses amis, les sionistes ?!
6 janvier 2014


Mardi 7 Janvier 2014


Commentaires

1.Posté par oscar fortin le 07/01/2014 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve votre réflexion fort pertinente et les questions que vous soulevez ont le mérite d'attirer l'attention sur ce qui n'a pas été relevé au grand jour. Il est évident que l'Église hiérarchique est de mèche avec les puissances occidentales pour consolider leur emprise sur le monde au détriment de bien des droits et de bien des lois.

Il est également évident que le pape François a de solides amitiés dans la communauté juive. Ce point ne devrait toutefois pas lui être reproché, chacun de nous pouvant avoir des amitiés avec qui nous voulons bien. Là où il faut que le pape François fasse son nid, c'est sur le sionisme que je distingue clairement du judaïsme. Moi-même, je ne suis pas contre les juifs, mais férocement contre le sionisme. Il faudra bien, lors de son voyage en Terre sainte, qu'on le confronte au sionisme. De nombreux évêques protestants, orthodoxes et catholiques ont déjà pris des positions fermes contre le sionisme. Ce point est incontournable et vous faites bien de le rappeler.

Je vous invite à lire une lettre que je viens d'écrire au pape François en relation avec son exhortation apostolique et aux suites qui devraient lui être données. Je viens de l'envoyer à Alterinfo qui la mettra certainement en ligne prochainement. Elle est déjà sur mon site internet.
http://humanisme.blogspot.ca/2014/01/lettre-au-pape-francois.html

2.Posté par zeinab abdelaziz le 08/01/2014 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ oscar fortin,

Merci pour votre commentaire, cela me fait plaisir de voir que l’essentiel de l’article est clair et ne choque surtout pas.

Je n’ai absolument rien contre les adeptes de n’importe quelle religion. Ce que je déplore en général c’est le silence de ceux qui peuvent agir honnêtement, et surtout les meneurs du Jeu.

Le pape n’a pas besoin d’aller jusqu’à la Terre sainte pour se poser contre le sionisme. C’est une attitude qu’il peut prendre en restant sur place, en imposant la Justice, s’il peut ou s’il ose. Mais encerclé par des dirigeants, qui sont de mèche avec les puissances occidentales ou de l’Empire, ne sert à rien. Le fait d’accepter l’invitation, c’est déjà une concession, et il n’est pas question que le pape puisse « rompre cette grande alliance non écrite avec les puissances de l’Empire », comme vous le dites justement, puisqu’il est là pour réaliser tout ce qui reste, ou ce qui ne l’a pas été encore, de ce que Vatican II a imposé.

J’ai lu votre article, très bien écrit, mais vous avez été ébloui par la façade du texte papale. Ce que vous dites à propos des nouveaux conseillers du pape prouve mes remarques sur Vatican II. Si vous avez le temps lisez tout ce qui a été décrété par ce concile pour saisir l’autre face de la situation.

Amicalement,
zeinab

3.Posté par oscar fortin le 08/01/2014 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Zeinab: vous savez que si nous nous disons toujours que cela ne changera pas, nous allons rester les deux bras croisés et nous allons laisser passer le train. Je ne suis pas de ceux-là. Il y a des hommes et des femmes qui arrivent à changer le destin de leur peuple, de leur pays au moment où plus personne n'y croyait. Personnellement, je crois que le pape François est un de ceux-là pour changer l'Église, concubine de l'Empire en une Église de retour à Jésus de Nazareth. Je ne sais pas s'il va y parvenir, mais je ne doute pas de sa volonté de vouloir y arriver.

Il a besoin plus de temps, mais aussi d'une présence particulière de l'Esprit pour l'y conduire jusqu'au bout.

Ma lettre est une incitation à aller jusqu'au bout de ses déclarations en rapport aux structures et au système capitaliste qui ravalent la personne humaine à un déchet.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires