insolite, humour, conspiration...

L’ordinateur des anciens Grecs


Dans la même rubrique:
< >


Tatiana Filiatcheva
Vendredi 19 Septembre 2014

L’ordinateur des anciens Grecs

 

Si je vous disais la machine d'Anticythère, est-ce que cela représenterait quelque chose pour vous ? Pourtant il s’agit de l’une des plus grandes trouvailles archéologiques jamais réalisées sur la planète Terre !

Au début du vingtième siècle les pêcheurs grecs ont réussi à mettre la main sur une trouvaille qui représentait un agglomérat de pièces éparses incrustées dans une masse pierreuse avec une vingtaine de roues dentées répertoriées, des axes, des tambours, des aiguilles mobiles et trois cadrans gravés d'inscriptions et de signes astronomiques. Ce drôle d’engin devait servir aux marins du monde Antique à se repérer en haute mer pour calculer leur latitude. En plus le petit bijou de mécanique précise permettait de calculer les cycles lunaires et comportait une telle multitude de détails qu’il fallait attendre plus d’un millénaire pour qu’au dix-neuvième siècle on réussisse à répéter cette prouesse technique. Imaginez un peu qu’il s’agissait du premier siècle avant Jésus-Christ, d’une galère romaine qui progressait à coups d’avirons et d’une société qui, selon nos croyances, barbotait à côté de la ligne côtière e la Grèce Antique par peur de s’éloigner et de se perdre dans le Grand Bleu. De quoi changer notre vision du monde et la chronologie des découvertes.

Il est vrai que le calculateur comme il fut appelé par l’équipe de savants qui l’ont passé aux rayons X, s’est avéré de disposer de 4 cadrans minuscules recouverts de plus de deux mille inscriptions servant à la fois d’un mode d’emploi et d’une brève étude des sphères célestes datant du monde antique.

Ce qui est également frappant, c’est la précision minutieuse de la réalisation de l’appareil qui nous oblige à penser à une production en série avec l’utilisation d’alliages métalliques qui ont résisté à plus de deux millénaires de corrosion en élément aquatique.

Autrement dit les Grecs et les Romains se sont débrouillés à créer un appareil de série qui devait être l’un des instruments de bord type et qui, par son existence même, contredit la thèse officielle traitant les Grecs et les Romains en civilisation peu avancée. Vous allez être tétanisé si je vous apprenais en même temps que les leviers centraux de la machine d’Anticythère étaient actionnés à la façon d’une transmission automobile c’est-à-dire de la vulgaire boîte de vitesses que nous n’avions découvert qu’en première moitié du vingtième siècle !

A force de creuser les scientifiques ont fini par découvrir une citation de Cicéron qui attribuait la création de ce gadget à Archimède. Comme cet appareil qui n’a pas encore livré tous ses secrets savait se rendre utile par le calcul des cycles lunaires, solaires et la définition de la position des étoiles sans parler des calculs arithmétiques élémentaires, on le croit être le bisaïeul de nos ordinateurs de bureau. Certes, il ne fonctionnait pas aux cristaux liquides et n’avait pas de clavier mais il savait travailler avec des logarithmes et avait une précision irréprochable, surtout pour une technique datant de l’an Cent avant notre ère.

Aucun autre objet de ce type n’a été encore retrouvé mais l’existence de la machine complète le paysage antique om non seulement il y avait des calculateurs mais peut-être même des ampoules électriques. Là aussi il s’agit des Egyptiens qui auraient peint les fresques de leurs pyramides avec une source de lumière artificielle ? On aurait retrouvé des dessins montrant les peintres s’actionner sous les projecteurs avec des fils.

Peut-on dire alors que le monde Antique a hérité d’une civilisation autrement plus ancienne qui a péri au fond de l’Atlantique suite à un cataclysme grandiose mais dont certains vestiges des connaissances techniques nous auraient été transmises par l’entremise de la civilisation égyptienne soigneusement copiée par les Anciens Grecs et les Romains ?

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/275331381/277487160/



Vendredi 19 Septembre 2014


Commentaires

1.Posté par Bennoui le 28/09/2014 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette machine n'est pas grecque mais phénicienne, et il n y a eu aucun cataclysme, le cataclysme ce sont les Occidentaux qui falsifient l'histoire, prétendent d'une part que les Grecs sont leurs ancêtres, d'autres part que les Grecs ont réalisé des choses, qui en réalité viennent d'autres peuples.

2.Posté par farouk le 28/09/2014 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bennoui, il est improbable que cette machine ait été de conception phénicienne. Les Phéniciens étaient des commerçants et artisans, pas des scientifiques, philosophes. Ils ont développé un alphabet pour des raisons purement pragmatiques liées au commerce.

Les Occidentaux ne prétendent pas que leurs ancêtres sont les Grecs anciens, ce qu'ils disent et à raison c'est que d'une part l'empire Romain a été profondément influencé par les Grecs et que d'autre part en raison de l'expansion de Rome dans toute l'Europe occidentale et au delà des éléments helléniques ont indirectement influencés toute l'Europe. A cela s'ajoute le rôle des Arabes dans la redécouvertes par l'Occident de l'antiquité grec...tout ceci fait que l'esprit occidental a bien été en partie modelé par les Grecs.
On ne combat pas les falsifications de l'histoire en la falsifiant de nouveau afin de satisfaire des objectifs politiques, idéologiques...

3.Posté par Sakkina le 28/09/2014 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petit détour sur les gens ce la Caverne et du Chiffreur ( Ashab al kahfi wa rakim) à quelle époque ont ils vécu , avant ou après cet anticythere ?

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires