Proche et Moyen-Orient

L’offensive colonialiste contre la syrie se prépare


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 03:20 Un nouveau Moyen-Orient à la sauce iranienne



Sayyed Chinqiti
Lundi 30 Septembre 2013

L’offensive colonialiste contre la syrie se prépare
Les puissances occidentales envisagent désormais des "attaques ciblées" contre la Syrie dont l’objectif déclaré serait de "punir le régime syrien pour l’usage d’armes chimiques contre les populations civiles". Or cela fait maintenant plus de deux ans que le régime tyrannique et sanguinaire nusayrite multiplie les massacres contre les civils. Massacres qui ciblent minutieusement les sunnites, soit plus de 90% de la population. Pour autant, l’Occident n’a pas levé le petit doigt jusqu’ici, assistant à ces horreurs en simple spectateur.

Le régime nusayrite est certes d’obédience américaine de père en fils, mais l’Occident sait que Bashar al-Asad est politiquement fini. Or cet Occident – colonialiste par essence – n’a pas d’autre agent local satisfaisant sous la main pour le remplacer. Il a alors choisi de temporiser dans l’attente de pouvoir fabriquer un nouvel homme de paille le plus vite possible. Pour ce faire, il a essayé tour à tour de mettre en place toutes sortes d’organisations fantoches dans l’espoir de voir émerger du lot son valet tant attendu : Alliance, Conseil national syrien, Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution, etc. En vain : parmi tous les hommes de main présents sur le terrain ou à l’extérieur, aucun ne semble à ce jour suffisamment préparé pour prendre la place de Bashar al-Asad.

Alors, pourquoi ce revirement soudain dans la position des puissances colonialistes ? Parce que la résistance accusée d’islam radical menace désormais sérieusement le régime laïque syrien, pardi ! Or l’Occident, qui ne peut tolérer l’islam, ne veut prendre aucun risque. C’est d’ailleurs pourquoi il refusait naguère d’armer ses « alliés » qui en avaient pourtant grand besoin : il ne fallait pas que les armes tombent entre de mauvaises mains. Si elles se confirmaient, ces "attaques ciblées" ne pourraient donc viser que les groupes islamiques taxés d’extrémisme. Une ultime tentative américaine de prêter main-forte au larbin de Damas. La propagande médiatique fera le reste.

Certains traîtres ou idiots (peut-être les deux à la fois) soutiennent l’ "imminente" offensive colonialiste. C’est par exemple le cas d’Ahmad Assi Jarba (Coalition), présenté par les médias occidentaux comme le "leader de l’opposition syrienne" ou encore Georges Sabra (CNS), qui sillonnent, l’un et l’autre, les capitales occidentales pour recevoir les ordres. C’est également le cas de certains cheiks des pétrodollars arborant fièrement leur accoutrement anachronique pour prêcher la bonne nouvelle : « Dieu bénisse l’Amérique ! Elle va entreprendre le djihad contre le régime syrien ! »

Est-il nécessaire de rappeler qu’une intervention armée colonialiste en Syrie ne fera qu’apporter son nouveau lot de carnage et de destruction ? Que ne tire-t-on les leçons de l’intrusion occidentale en Iraq ou en Afghanistan ? Il faut avoir la mémoire particulièrement courte pour s’attendre à une intervention altruiste de la part des colonialistes.

Fort heureusement, cette offensive armée a tout l’air d’une parodie diplomatique pour justifier le silence complice de ladite "communauté internationale" face au génocide syrien. Du reste, il est peu probable que la Russie et la Chine, alliées de circonstances du régime syrien, n’opposent pas leur fameux droit de véto à une intervention militaire en Syrie. A quelque chose malheur est bon. Mais si la Grande-Bretagne et la France ont d’ores et déjà pris un profil bas, les États-Unis, eux, peuvent toujours agir unilatéralement : la loi du Far West les y autorise, et l’enjeu est de taille.

29/08/2013

Sayyed Chinqiti



Lundi 30 Septembre 2013


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires