Conflits et guerres actuelles

L’obsession iranienne


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 02:04 « ILS » la veulent leur sale guerre

Mardi 18 Septembre 2018 - 11:02 Les revendications occidentales sur la Syrie



Capitaine Martin
Mardi 15 Novembre 2011

L’obsession iranienne
Bien que l’Iran soit depuis longtemps en ligne de mire de Tel-Aviv, les instances décisionnelles israéliennes paraissent divisées sur les mesures à adopter vis-à-vis de Téhéran. On compte d’un côté les « modérés », parmi lesquels le directeur du Mossad, Meir Dagan ; et on trouve de l’autre les « interventionnistes », dont font notamment partie le premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la défense Ehud Barak et le ministre des affaires étrangers Avigdor Lieberman.


Pour ces derniers, qui ont acquis dernièrement un incontestable soutien populaire lors de l’échange de prisonniers palestiniens contre libération du soldat Gilad Shalit, l’attaque de l’Iran a toujours constitué une option possible pour des raisons liées au renforcement de la position israélienne au Proche et au Moyen-Orient.


Malgré les raisons officielles alléguées par Tel-Aviv, ces raisons trouvent leur origine dans la volonté de l’État juif de maintenir sa sécurité que mettraient à mal les ambitions nucléaires de Téhéran. L’attaque de l’Iran représente donc un as dans la manche que Netanyahou et ses plus étroits conseillers pourraient jouer en vue d’atteindre un double objectif : faire pression sur les États-Unis, hésitants jusque-là à s’embarquer dans toute nouvelle aventure, et montrer à la Turquie qu’Israël ne saurait tolérer de quelque façon que ce soit qu’on puisse discuter de ses options stratégiques et de ses choix politiques.


Toutefois, les inconnues qui se cachent derrière cette hypothétique attaque sont nombreuses.


Il ne s’agit pas, en effet, de répéter l’opération Babylone, lancée le 7 juin 1981 sur les implantations nucléaires irakiennes d’Osirak. Non seulement les sites nucléaires iraniens sont distants de 1.500 km des aéroports militaires israéliens, mais ils semblent très nombreux, situés en profondeur et protégés de bunkers qui pourraient faire échec aux incursions des F 16.


D’une part, en ne pouvant pas espérer bénéficier de l’effet de surprise, la chasse israélienne s’exposerait indubitablement à une défense antiaérienne iranienne qui serait sur le qui-vive depuis déjà un bon moment.


D’autre part, d’éventuelles pertes paraîtraient inacceptables à une population pourtant traditionnellement favorable à des actions militaires décidées par ses gouvernements, mais qui, sur le cas spécifique d’une éventuelle attaque contre l’Iran, paraît plus que jamais partagée (41 % de la population y sont favorables contre 39 % d’opposants et 20 % d’incertains).


Enfin, il faudrait, pour mener à bien une telle opération, qu’Israël survole l’espace aérien de quelques pays arabes ; or, ces derniers, au vu du contexte actuel, semblent peu disposés à lui accorder leur autorisation. Mais Il n’est pas dans les habitudes de l’État juif de demander l’avis de ses voisins, et il est fort à parier qu’il passerait de nouveau outre un éventuel refus de leur part.


Le monde arabe dans son intégralité (excepté peut-être le royaume saoudien) s’enflammerait, alimenté par un violent sentiment anti-israélien. 


Le régime des ayatollahs, vitupéré par la presse occidentale qui se plaît à en montrer les lézardes, tirerait immanquablement profit de cette agression et verrait se rassembler autour de ses dirigeants une population iranienne unie.


Les États-Unis, quant à eux, endossent les habits de l’arbitre de la situation, car il est vrai que Washington n’a pas intérêt qu’émerge une quelconque puissance dominante en dehors d’Israël au Proche et au Moyen-Orient ; mais l’Iran n’a pas cette capacité et ne représente une menace que pour les seuls intérêts de Tel-Aviv.


Les discours grandiloquents que débitait George Bush junior – un des présidents les plus philosémites de l’histoire étatsunienne – pour montrer que l’Iran constituait une menace mortelle pour l’État hébreu, sans mentionner les Etats-Unis, représentent un indice plutôt fiable du cadre stratégique de cette région.


Washington n’aurait donc rien à gagner en prenant part à une action militaire tournée contre l’Iran, car elle alimenterait de forts ressentiments à l’encontre des Américains dans tout le Proche et le Moyen-Orient, au moment où le retrait d’Afghanistan sonne le glas de la croisade de leur armée en proie à une résistance décidément insaisissable.


Et puis, l’argent est le nerf de la guerre. Or, à s’en tenir à sa seule ampleur, la dette américaine aurait de quoi affoler 42 fois plus les marchés que la dette grecque : 14.000 milliards de dollars pour les États-Unis (100 % du PIB) contre 330 milliards pour la Grèce (120 % du PIB). L’oncle Sam souffre d’anémie...


Le lobby juif, cependant, est capable d’exercer un poids non négligeable sur les choix politiques des États-Unis, et il a ses entrées au Congrès ou à l’intérieur de l’administration Obama (en premier lieu, Hillary Clinton et Joe Biden).


Les fortes pressions exercées dans cette direction pourraient forcer la main à des instances décisionnelles américaines en les poussant à s’aligner sur les positions jusqu’au-boutistes tenues par Israël.


La formation d’une coalition semblable à celle qui affronta la crise de Suez en 1956 (Grande-Bretagne, France et Israël) entraînerait inévitablement les États-Unis à s’engager dans un nouveau conflit, car ils ne peuvent, sous peine d’être diplomatiquement disqualifiés, voir ses alliés s’engager seuls dans un événement à si haut coefficient stratégique.


Côté européen, si Israël attaquait, la Grande-Bretagne s’alignerait sans l’ombre d’un doute sur la position de l’État juif pendant que la France de Nicolas Sarkozy trouverait l’occasion d’occuper la scène internationale, comme elle l’a fait dernièrement en Libye.


Le mandat élyséen touche à sa fin et toutes les occasions sont bonnes pour notre président de faire de l’esbroufe face au candidat socialiste qui semble avoir été choisi par le capital et les media. En se plaçant une fois de plus dans la file des interventionnistes, N. Sarkozy pourrait ainsi exalter sa capacité persuasive en se vantant d’avoir contraint des pays importants comme les États-Unis à entrer dans un nouveau conflit.


Quoi qu’il en soit, il est peu probable que l’Iran abandonne son programme nucléaire, dont on attend des preuves formelles qu’il ne soit pas utilisé à des fins purement civiles. Car de preuves, pour le moment, il n’y en a pas.


En revanche, Ehud Barak a déclaré le 2 novembre qu’Israël avait testé avec succès un système de propulsion de fusée que les media ont appelé « un missile balistique ». Alors même que l’État juif détient l’arme nucléaire (bien qu’il ne le reconnaisse pas officiellement, ce qui lui évite  d’avoir à signer le traité de non-prolifération nucléaire et donc d’accueillir des inspecteurs internationaux – contrairement à l’Iran), on se demande bien pourquoi cette information n’a pas fait les unes de nos journaux télévisés…


Échaudées par la campagne guerrière de l’OTAN en Libye, ni la Russie, ni la Chine n’approuveront au conseil de sécurité de l’ONU une intervention à leur porte. On apprendra aussi aux gogos qui voyaient en Libye la victoire du monde dit « libre » que l’Iran est le quatrième pays producteur de pétrole au monde (la Libye n’occupe que le dix-septième rang).  Le combat pour des objectifs très prosaïques se pare souvent des oripeaux de la démocratie.


La république islamique d’Iran est bien devenue un centre névralgique dans lequel se concentrent toutes les tensions stratégiques, et ce dans un contexte où la transition entre un monde unipolaire étatsunien et un nouveau, multipolaire, est en train de s’opérer.  De nouveaux acteurs émergent, prêts à prendre la relève de l’oncle Sam qui tire vraisemblablement ses dernières cartouches au moment même où Israël lutte pour sa survie. Je ne pleurerai décidément ni l’un, ni l’autre.

 

Capitaine Martin.
http://www.resistance-politique.fr
 



Mardi 15 Novembre 2011


Commentaires

1.Posté par vasionensis le 15/11/2011 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Le monde arabe dans son intégralité (excepté peut-être le royaume saoudien) s’enflammerait, alimenté par un violent sentiment anti-israélien."
Rien n'est moins sûr, ne serait-ce que parce que les Perses ne sont pas des Arabes, et que de plus ils sont chiites.
Quant au sentiment anti-israëlien des Arabes, on peut voir qu'il est plus fluctuant que le sentiment anti-arabe des sionistes !

"Les États-Unis, quant à eux, endossent les habits de l’arbitre de la situation"
Voire : depuis le temps que les Américains couillonnent le Proche-Orient sous couleur d'arbitrage - quand ils ne le ravagent pas tout simplement - qui croit encore en ces contrées à leurs bons offices ?
Quant à en faire des arbitres au sens où les Israëliens n'attaqueraient pas sans leur assentiment, c'est une hypothèse hardie. Begin n'avait-il pas rappelé en son temps à ses partenaires d'outre-Atlantique qu'Israël n'est pas une "république bananière" ? C'est encore, selon le voeu de M.Dayan, un chien enragé.

"Et puis, l’argent est le nerf de la guerre...etc"
Si vous rencontrez au coin d'un bois un bandit congrûment armé, cela vous rassure-t-il qu'il soit désargenté ?

"ils ne peuvent, sous peine d’être diplomatiquement disqualifiés, voir ses alliés s’engager seuls dans un événement à si haut coefficient stratégique."
Le contraire a plus de chances d'être vrai : laisser faire les Hébreux et verser ensuite des larmes de crocodile pour apparaître comme un modérateur à un PO déstabilisé pourrait redorer - un peu - leur blason diplomatique, et dissuader Russes et Chinois d'entreprendre quoi que ce soit.

"Côté européen, si Israël attaquait ...etc"
... il le ferait seul et soudainement, les Européens étant trop loin pour participer à un effet de surprise. Leur ballet diplomatique ne serait que de la figuration.

"Je ne pleurerai décidément ni l’un, ni l’autre. "
Quoique divergeant de vous sur quelques points, je partage votre deuil !

2.Posté par jesus christ le 15/11/2011 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

allez les usa et Israël, ils ont pas compris encore, venez , venez vers la falaise, le monde vous poursuit, vous êtes a poil, c est la chute ou le viol collectif de vos économies comme vous avez violez tant de souverainetés, tant de lois!!! arrêtez de vociférer!! arrêtez de vous persuader que vous avez raison, personne vous aime, ça sert a rien de bombarder par frustrations, vous ne faites que creuser le tombeau de votre nations !!! de toutes façons bientot vous aurez une guerre a mener contre vos indignés et celle la sera votre dernière car devant le monde on voit votre vrai visage, 2011 a été rude et encore c est rien comparé a ce qui va arriver!!! sauf que la ça va commencer a toucher a votre santé, comme ce que vous faites quand vous imposez des embargos financiers,d e nourritures sur certains peuples qui ne veulent pas de votre ingérence, regardez vous en face, votre passé vous rattrape, les morts sous votre règnes remonte travers l histoire, vos cauchemars commencent, tout finis par se payer, sur terre dans un corps humain ou dans le monde des âmes, personne n échappe a la justesse!!! y a pas de bien ou mal, juste un juste milieu après chacun paie son passé ou joui du bien qu il a fait!!! tout revient a la justesse!! votre plus grand ennemis et votre plus grand amis se trouvent en vous et non a l extérieur!!! chacun doit vivre sa vie en respectant les autres, c est la base!!! l histoire a fiat que ...aujourd hui, la somme de toutes les guerres, de toutes les conspirations, de toute l arrogance amène les usa a s isoler contre le reste du monde pour un lynchage historique, et en terme de lynchage, en général, c est vos propres allies qui seront les plus violent pour sauver leurs apparences par peurs, donc n ayez pas peur de l Iran, ils vous demande juste de rester tranquille chez vous, de laisser la terre sainte en paix chez ses croyants pieux et aux sionistes d aller pratiquer le génocide entre eux en Californie!!! comme ça le monde sera ravis, vous aurez fait plaisir au monde entier, c est ça qui vous importe, non??

de toutes façons le pire reste a venir, y a ceux qui ont rien qui perde peu et ceux qui ont tout et qui perdent tout... allez, continuez a tout perdre inutilement pour sauver votre image de lâches qui ne fait qu empirer au fur et a mesure que vous essayez de paraitre juste!!! vous êtes injuste a la base, le mieux est de rester tranquillement chez vous, prendre des bains d eau bénite et de vous racheter en vous rendant a la justice internationale!! c est la meilleure solution, la pire vous laissera pas en vie!!

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires