RELIGIONS ET CROYANCES

L’islam, Religion de la fitrah



Lundi 22 Septembre 2014

L’islam, Religion de la fitrah
L’islam est la Religion révélée au Prophète Mouhammad (SA‘WS) [[1]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn1 (Coran et Sounna), même si tous les prophètes précédents sont qualifiés de musulmans par la Révélation. Mais pourquoi l’islam est-il appelé Religion de la fitrah, c’est-à-dire la voie à l’état de saine nature ?
 

D’une manière générale, les religions prennent en compte le besoin de la profonde nature de l’homme d’adorer une force surnaturelle qu’il considère comme absolue, réunissant tous les attributs de la perfection. Ce besoin d’adoration relève de l’instinct de religiosité qui est un des éléments constitutifs d’une force vitale qui pousse l’être humain à agir. Force vitale constituée d’un ensemble d’instincts et besoins physiques. L’instinct de religiosité consiste donc dans la reconnaissance par l’être humain de son impuissance et de sa dépendance par rapport à un Ordonnateur de toutes ces choses sensibles ou perceptibles qui l’entourent : l’univers, la vie et l’homme. Car une succession d’interrogations récurrentes s'impose naturellement à nous : qu’étions-nous avant de voir le jour dans cette vie ? D’où vient cet univers dans lequel nous faisons halte ? Qu’est-ce qui en assure la pérennité ? Quel sera notre destin après la mort ? Sera-ce le néant ou une autre vie ? S’il existe une autre vie, comment se présente-t-elle ?

Les réponses de l’islam à ces interrogations sont éloquentes : l’univers est agencé suivant des lois immuables ; l’être humain est voué au bonheur du Paradis ou à la damnation de l’Enfer ; la vie ici-bas est éphémère par rapport à la vie future ; Dieu seul pourvoit aux besoins de Ses créatures ; le terme de la vie dépend uniquement du Créateur ; le croyant doit s’en remettre à Dieu en toutes choses ; il se doit d’adhérer au vrai et désavouer le faux ; le Coran[[2]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn2 , inimitable, est la parole de Dieu, adressée à l’humanité tout entière par l’intermédiaire du Prophète Mouhammad (SA‘WS). En apportant ainsi aux questions existentielles de l’homme des réponses aussi simples, exhaustives et profondes tout à la fois, l’islam suscite certitude et sérénité : « Relève donc la tête pour te vouer au culte pur de l’Un, selon la nature innée dont Dieu a pourvu les hommes en les créant. Ce que Dieu a créé ne saurait être modifié. Telle est la Religion droite. Mais la plupart des hommes n’en savent rien[[3]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn3 . »

Il est vrai que l’histoire de l’humanité ne mentionne point de peuple sans religion, l’homme ayant toujours adoré quelque chose : Dieu (culte de latrie), l’homme (androlâtrie), les anges et les saints (culte de dulie), la Vierge Marie (culte d’hyperdulie), les astres (astrolâtrie), les icônes (iconolâtrie), les animaux (zoolâtrie), les serpents (ophiolâtrie), les idoles (idolâtrie), la nature (naturisme), Satan (satanisme), etc. Preuve, s’il en est besoin, que l’homme est religieux par instinct, voir par essence. Or d’aucuns affirment que la religion est inapte à remplir une quelconque fonction sociétale, ne lui attribuant qu’un rôle secondaire, voire marginal. D’autres pensent, au contraire, qu’elle est à même de répondre à toutes les attentes et aspirations naturelles de l’homme dans sa perpétuelle quête du bonheur. Qu’est-ce donc que la religion et que peut-elle réellement nous apporter ?

            Le Trésor de la langue française définit la religion comme le « rapport de l’homme à l’ordre du divin ou d’une réalité supérieure, tendant à se concrétiser sous la forme de systèmes de dogmes ou de croyances, de pratiques rituelles et morales. » Idem pour le Grand Dictionnaire Hachette encyclopédique, qui la présente comme l’ « ensemble de croyances ou de dogmes et de pratiques cultuelles qui constituent les rapports de l’homme avec la puissance divine (monothéisme) ou les puissances surnaturelles (polythéisme, panthéisme). » Le Nouveau Littré la définit aussi comme l’ « ensemble de doctrines et de pratiques qui constitue le rapport de l’homme avec la puissance divine. » Le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse la présente comme l’ « ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré. » Quant au Grand Robert de la langue française, il la conçoit comme une « attitude particulière (individuelle ou collective) dans les relations avec Dieu, avec le principe suprême, dans le domaine de la religion. »

            Il ressort de toutes ces définitions que, dans la langue française du moins, la religion est considérée comme une relation stricte entre l’humain et le divin – ou ce qui est considéré comme tel – en matière de croyances et de pratiques cultuelles. Et pour cause, « c’est principalement au sein de la culture occidentale que la notion de religion a pris consistance. Ni les sociétés traditionnelles comme celles de l’Afrique noire, ni des systèmes de pensée tels que l’hindouisme, ni même la Rome ancienne […] n’entendent la religion au sens moderne de relation avec un sacré conçu comme séparé du profane[[4]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn4 . » D’ailleurs, aussi bien en pratique qu’en théorie, la religion est généralement conçue en Occident comme une affaire d’ordre privé puisque « la religion est devenue chose individuelle[[5]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn5  », selon l’expression d’un certain philosophe. Dès lors, on comprend aisément que l’on satisfasse cette religiosité inhérente à la nature humaine – et qui « est plutôt de l’ordre de la sensibilité que de la foi[[6]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn6  » – en s’orientant vers n’importe quelle forme de spiritualité, puisque d’aucuns considèrent que toutes les religions se vaudraient. La religion ainsi entendue servirait à remplir un vide dans un cadre d’épanouissement étroitement individuel. Mais cette vision de la religion est-elle universelle ? En d’autres termes, si, pour des raisons historiques, la religion pose problème aux Occidentaux, en est-il de même pour les autres ?

            Pour ce qui est de l’islam, nous savons qu’à son apparition, l’Arabie préislamique vivait dans l’obscurantisme le plus total. D’où la conquête fulgurante de la Religion nouvelle qui, libératrice, ne tarda pas à gagner les esprits et les cœurs, fondant une Nation nouvelle. Or l’islam conçoit indifféremment les rapports de l’homme à Dieu (articles de foi, pratiques cultuelles), à lui-même (nourriture, habillement, morale) et à ses semblables (échanges, transactions, etc.) ; il forme un tout homogène où l’esprit et la matière entrent naturellement en fusion : « Dis : "Ma prière et toutes mes dévotions, ma vie tout entière et mon trépas, je les voue en offrande à Dieu, Maître de l’univers[[7]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn7 ." »

Le principe de reconnaissance de Dieu, de Son Prophète et de la Révélation fonde ainsi l’âme de toute entité islamique. Peut-il d’ailleurs en être autrement dans une Religion qui régit jusqu’aux détails les plus infimes de l’existence humaine ? C’est que, dans la langue arabe, le mot dîn ne désigne pas seulement, contrairement son correspondant français "religion", le culte que l’on rend à la divinité, mais aussi « la loi et le droit[[8]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn8  », c’est-à-dire la voie à suivre en matière de jugement et de comportement à l’échelle individuelle et sociétale : « La vraie Religion, pour Dieu, c’est l’islam […] Quiconque recherche une religion autre que l’islam, celle-ci ne sera point agréée de lui, et il sera dans l’Au-delà au nombre des perdants[[9]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn9 . »

Ainsi l’islam se présente-t-il comme un credo doté d’un mode de vie individuel et d’un modèle de société couvrant l’ensemble de la vie humaine : « […] C’est à toi que fut révélé ce Livre où toute chose se trouve expliquée, et qui est aussi un guide sûr, une miséricorde et une annonce heureuse pour les croyants[[10]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn10 . »

D’ailleurs, les orientalistes honnêtes reconnaissent à l’islam cette globalité puisque « […] le droit religieux occupe en islam une place infiniment plus importante que le droit canonique dans les traditions chrétiennes, occidentales et orientales. Il porte en effet sur les quatre obligations individuelles fondamentales de l’islam (la prière, l’aumône légale[[11]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn11 , le jeûne et le pèlerinage), sur l’obligation communautaire qu’est la guerre sainte (sic), sur le mariage, la répudiation (sic), les héritages, les ventes, les contrats, l’exercice du pouvoir, le droit pénal, le droit de la guerre, le statut des "soumis-protégés" (essentiellement les Juifs, les chrétiens et les zoroastriens), etc., et, plus généralement, sur les relations sociales à l’intérieur de la communauté et avec les non-musulmans[[12]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn12 . »

            La globalité de l’islam doit évidemment être comprise au sens législatif, non au sens technique. En d’autres termes, l’islam est à même d’apporter une solution à tout problème humain. Encore faut-il que les conditions de l’interprétation juridique soient remplies, à savoir la connaissance des textes révélés, de la langue arabe qui les véhicule et la piété requise. En revanche, l’on ne trouvera pas de solution à un problème d’ordre technique car l’islam n’est pas un traité d’agronomie ou de physique, mais un modèle de société. La validité de ce modèle indépendamment de l’espace et du temps est d’autant plus avérée qu’il consiste en un ensemble de normes et de principes généraux embrassant toute les dimensions de la vie humaine. C’est pourquoi l’islam est le seul credo à pouvoir faire le pont entre la vie temporelle et la vie spirituelle d’une manière telle que l’esprit et la matière ne font qu’un. C’est pour cela aussi qu’il est le seul à même de réaliser tout à la fois les quatre valeurs universelles exhaustives auxquelles l’être humain puisse aspirer : spirituelle, matérielle, humaine et morale : « Use des biens que Dieu t'a accordés pour gagner le séjour éternel, sans sacrifier ta part de jouissances de ce monde ! Sois bon envers autrui comme Dieu l'a été envers toi ! Ne souille pas la terre de tes méfaits : Dieu n'aime point les fauteurs de désordre[[13]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn13  ! » Ainsi l’islam est-il le seul véritable capital du croyant. Capital qu’il doit préserver et fructifier : « Je vous laisse sur une voie claire de nuit comme de jour ; ne s'en égare, après moi, que celui qui est voué à la perdition[[14]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftn14 . »

Religion de la fitrah, l’islam l’est assurément et ce, pour trois raisons au moins : 
1°) Il ne laisse pas la croyance en Dieu au niveau de la seule intuition, mais préconise l’usage de la raison pour bien asseoir la foi sur la certitude au moyen de preuves certaines : il n’y a pas d’œuvre sans artisan ;
2°) L’islam est global, couvrant tous les besoins de l’homme, qu’il s’agisse de son mode individuel ou de sa vie en société ;
 3°) Il est compatible avec la nature humaine, c’est-à-dire qu’il n’est pas contre nature, comme d’autres religions ou idéologies. Il répond à tous les besoins de l’homme sans en satisfaire les uns au détriment des autres, n’en frustre pas une partie pour donner libre cours à une autre, ni ne lâche la bride à l’ensemble, mais les harmonise dans leur totalité, les comblant tous au moyen d’une organisation minutieuse ; ce qui procure à l’homme bien-être et confort, et empêche sa chute à l’état animal du fait de l’anarchie des instincts.
 

L’islam répond ainsi aux questions fondamentales qui nous ont incontestablement déjà interpellés plus d’une fois au cours de notre existence, et qui ont même eu une portée beaucoup plus large en englobant le voyage de toute notre vie : d’où venons-nous ? Pourquoi sommes-nous venus ? Où allons-nous ? Ainsi, en considérant l’univers, la vie et l’homme tels que les présente l’islam, la raison découvre que l’existence de Dieu est une réalité concrète, non une conception de l’esprit comme on l’imagine dans d’autres religions, déformées par les hommes. En embrassant la foi, l’homme adapte alors sa conduite à cette vision du monde.

 

Sayyed Chinqiti


[[1]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref1 Salla l-Lâhou ‘alayhi Wa Sallam (que la bénédiction et le salut de Dieu soient avec lui !), formule qu’il est recommandé de prononcer à l’évocation du Prophète Mouhammad. Cf. sourate 33 (al-’Ahzâb/les Factions), verset 56.
[[2]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref2 Pour ce qui est de l’interprétation du Coran en français, nous nous référons globalement à celle du Pr Sadok Mazigh (Le Coran, Organisation de la prédication islamique, Tripoli, s.d.). Elle a en effet, pensons-nous, l’avantage d’être tout à la fois intelligible, élégante et assez fidèle au sens du Message coranique sans prétendre, contrairement à beaucoup d’autres, reproduire le Livre de Dieu en en calquant servilement structures linguistiques et arabismes. Pour autant, certains aménagements s’avéraient nécessaires, car toute interprétation du Coran reste inévitablement sélective et partielle, et est donc bien moins riche que l’original.
[[3]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref3 Voir sourate 30 (ar-Roûm/les Byzantins), verset 30.
[[4]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref4 Encyclopédie Larousse, art. « Religion ».
[[5]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref5 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? » (Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882).
[[6]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref6 Grand Dictionnaire Hachette encyclopédique, art. « Religiosité ».
[[7]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref7 Voir sourate 6 (al-’An‘âm/les Troupeaux), verset 162.
[[8]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref8 al-Mou‘jam al-‘arabî al-’asâsî, art. « DYN ».
[[9]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref9 Voir sourate 3 (’Âl ‘Imrân/la famille ‘Imrân), verset 19 et 85.
[[10]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref10 Voir sourate 16 (an-Nahl/les Abeilles), verset 89.
[[11]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref11 Contrairement à ce qu’écrivent certains orientalistes, la zakat n’est pas une "aumône légale", mais une contribution purificatrice annuelle obligatoire. Elle est perçue uniquement sur des biens déterminés par la Loi islamique : argent, or, produits du commerce, de l’agriculture et de l’élevage dont la valeur doit atteindre le quota légal ou nisâb, c’est-à-dire 85 grammes d’or (soit actuellement environ 2629,05 €). La zakat est à hauteur de 2,5% des biens effectivement possédés, et doit être versée suivant le calendrier islamique.
[[12]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref12 C. Gilliot, « Théologie et littérature en islam », in Dictionnaire universel des littératures, PUF, Paris, 1994, vol. 3, p. 3818.
[[13]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref13 Voir sourate 28 (al-Qasas/le Récit), verset 77.
[[14]]url:https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7258165662254580002#_ftnref14 Hadith rapporté par Ibn Mâjah.


Lundi 22 Septembre 2014


Commentaires

1.Posté par mohamed ayoub le 01/10/2014 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

excellent texte ,tres bonne explication.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires