International

L’interview télévisée du Président Ahmadinejad



Mercredi 2 Décembre 2009

L’interview télévisée du Président Ahmadinejad
Le Président Mahmoud Ahmadinejad a souligné qu’aucun pays ne pourrait isoler l’Iran.  Ahmadinejad, qui parlait en direct, lors d’une interview télévisée diffusée par la première chaîne de télévision iranienne, tout en faisant peu cas des menaces de certains pays, dont les Etats-Unis, concernant l’intensification des sanctions contre l’Iran, en raison des progrès accomplis par l’Iran, dans le domaine de la technologie nucléaire pacifique, a martelé que les relations internationales, ainsi que les particularités uniques en leur genre de l’Iran, au Moyen-Orient, n'autorisaient pas de telles démarches.



Tout en faisant allusion aux attitudes à double standard et politiques de l’Occident contre le programme nucléaire de l’Iran, ainsi qu'à l’approbation de la récente résolution du Conseil des gouverneurs, le président iranien a souligné: "Pour nous, la question nucléaire iranienne est réglée et close et nous n’avons pas à en discuter avec les autres." Ahmadinejad a précisé que, dans une conjoncture où tout le monde s'occupe de mondialisation, parler d'isolement faisait état de leur ignorance ou de leur orgueil.



"Aujourd’hui, l’Iran et beaucoup d’autres pays du monde rejettent l’hégémonie mondiale.", a ajouté le chef de l’exécutif iranien, avant d’indiquer que l’influence des puissances hégémoniques était en déclin. Ahmadinejad a déclaré que la création du régime sioniste, au Moyen-Orient, de même que le droit de veto, étaient des instruments de l’hégémonie mondiale; "c’est la raison pour laquelle, a-t-il poursuivi, les puissances arrogantes soutiennent le régime sioniste plus que tout autre." Le président iranien a considéré l’expansionnisme du régime sioniste et ses agressions comme la plus grande menace pour la région.



Dans une autre partie de son interview, le président iranien a évoqué les acquis de sa tournée africaine, en Gambie et au Sénégal, et latino-américaine, au Brésil, au Venezuela et en Bolivie, avant de mettre l’accent sur le fait qu’une nouvelle fois, les capacités, l'ampleur stratégique et la vaste étendue des relations de l’Iran avec d’autres pays avaient été présentées au monde entier. Parlant des relations en plein essor Téhéran/Caracas, le président iranien a souligné que, lors de la récente visite, au Venezuela, de la délégation politique et économique de l’Iran, des contrats avaient été signés, à hauteur de 5 milliards de dollars, notamment, dans les domaines de la construction automobile, du logement et de l’agriculture, fait sans précédent dans l’histoire de l’Iran.



Faisant allusion aux domaines de coopérations entre l’Iran et le Brésil, le chef du Conseil de la sécurité nationale de l’Iran a indiqué: "Dans le secteur agricole, nous avons eu de bonnes propositions et le secteur privé de l’Iran peut obtenir des terrains et d'importantes facilités." Ahmadinejad a ajouté que, comme le Brésil qui a enregistré de remarquables progrès, dans le secteur agricole et industriel, l’Iran, aussi, a réalisé d'importantes avancées, dans la science aéronautique et énergétique, et en raison de ces capacités, les deux parties envisagent de développer leurs relations.



Evoquant les relations avec le Brésil qui était, auparavant, à un bas niveau, Ahmadinejad a souligné que c’est la première visite d’un chef de gouvernement iranien, depuis 40 ans, au Brésil, et que les deux parties avaient des points de vue très proches. Tout en qualifiant de positive la visite de la délégation iranienne, en Gambie, au Sénégal et en Bolivie, Ahmadinejad a précisé que des dizaines de contrats avaient été signés avec les responsables de ces pays, dans différents domaines.


Mercredi 2 Décembre 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires