ALTER INFO

L’impérialisme est l’ennemi des peuples : le cas de la Libye.


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 14 Août 2018 - 07:54 Une pensée pour Samir Amin



Mohamed Belaali
Dimanche 6 Mars 2011

L’impérialisme est l’ennemi des peuples : le cas de la Libye.
Profitant de la révolte du peuple libyen contre le régime de Kadhafi devenu
despotique et anachronique, l’impérialisme américain et son caniche
européen tentent par tous les moyens d’intervenir en Libye pour installer un
régime qui servira leurs intérêts. Leur volonté de pomper, à l’instar
d’un vampire, le pétrole Libyen est sans limite. Le peuple libyen serait
alors privé de sa révolution, de sa richesse et connaîtrait une situation
aussi tragique que celle que subit actuellement le peuple irakien ou afghan par
exemple. Les crimes et les ravages de l’impérialisme en Irak, pour ne citer
que ce pays, donnent la mesure de la cruauté et de la barbarie dont le
capitalisme est capable. Une intervention américaine en Libye risque de briser
également cet immense espoir soulevé par la révolution tunisienne et
égyptienne dans les masses arabes opprimées pour une société meilleure
débarrassée de la domination impérialiste et de ses serviteurs locaux.
L’histoire nous a toujours enseigné que l’impérialisme est l’ennemi des
peuples.

La Libye est un pays riche en pétrole et en gaz naturel. Selon l’Agence
américaine d’information sur l’énergie(EIA), le pays produit 1,79 million
de barils par jour d’or noir et de gaz naturel et exporte 1 million de
barils/jour. La Libye possède des réserves de brut parmi les plus importantes
du monde (44 milliards de barils). La Libye produit un pétrole d’une rare
qualité (brut léger à faible teneur en soufre)dont le rendement au raffinage
est très élevé donc recherché sur le marché.

Cette précieuse énergie est encore indispensable au fonctionnement de la
civilisation capitaliste et contribue à l’accumulation du capital au niveau
planétaire. L’impérialisme américain se prépare très sérieusement à
intervenir dans un pays aussi stratégique que la Libye qui est au cœur de la
méditerranée et coincé entre la Tunisie en pleine révolution et l’Égypte
dont l’issue de la révolution reste imprévisible. En s’installant en
Libye, les États-Unis pourront plus facilement détourner les objectifs
d’émancipation de la tutelle impérialiste de la révolution tunisienne et
égyptienne.

Hillary Clinton a déclaré publiquement que les États-Unis ont des contacts
directs avec les insurgés libyens et que toutes les options pour éliminer
Kadhafi du pouvoir restent ouvertes. Mais l’administration d’Obama ne se
contente pas seulement de produire des déclarations menaçantes, elle a envoyé
au large des côtes libyennes des forces navales et aériennes. Washington
examine également la possibilité d’établir ce que les militaires appellent
« no-fly zones » (zone d’exclusion aérienne) dans le ciel libyen. Le
prétexte humanitaire est lui aussi invoqué, une fois de plus, pour préparer
une éventuelle intervention militaire. « L’humanitaire et la guerre sont
deux moyens contradictoires mais complémentaires . Il est difficile de
distinguer clairement l’humanitaire du militaire tellement les deux
instruments sont imbriqués l’un dans l’autre. On fait la guerre au nom de
l’humanitaire et on invoque l’humanitaire pour justifier la guerre. Mais
l’humanitaire reste souvent subordonné au militaire »(1). Le 28 février
2011, Hillary Clinton déclarait « Nous croyons qu’il y aura des besoins pour
aider à des interventions humanitaires, nous savons également qu’il va y
avoir probablement malheureusement des besoins pour des missions de sauvetage
».

L’histoire du peuple libyen est riche en luttes glorieuses contre
l’invasion étrangère. Omar Al Mokhtar (1862/1931) ce « lion du désert »,
pendu par les italiens, incarnait cet esprit de résistance à l’occupant
étranger. Le peuple libyen qui mène aujourd’hui un combat contre un régime
qui l’a longtemps effacé, même s’il a accompli de réels progrès dans le
passé, doit s’inspirer de cette grande figure de la résistance et
s’opposer de toutes ses forces à l’impérialisme. C’est au peuple libyen
et à lui seul,qui a déjà donné généreusement des martyrs par centaines,
que revient l’immense tâche de faire triompher la révolution libyenne,
partie intégrante de la révolution arabe en marche.

Révolutionnaires, progressistes et démocrates, il est de notre devoir de
soutenir les masses arabes en lutte et de dénoncer partout l’impérialisme,
ennemi de tous les peuples.

(1)http://www.legrandsoir.info/L-humanitaire-au-service-du-capital.html


Dimanche 6 Mars 2011


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires