Proche et Moyen-Orient

L’honneur des Frères musulmans


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie



Lundi 9 Décembre 2013

L’honneur des Frères musulmans
Des hommes libres dans leurs prisons
Hier élus ou engagés, les voilà devant des juges de pacotille, les quatre doigts levés.

L’homme en blanc au milieu est le Dr Muhammad Baltâji, celui qui avait écrit à sa fille Asma, assassinée par le général le 14 août 2013, cette lettre si émouvant qui a fait le tour du monde.[1]

Observez son sourire et sa détermination. A sa droite, Sawfat al-Hijazi, un homme reconnu mondialement pour son savoir et sa franchise face à la tyrannie.
La légitimité donne des forces et apaise la conscience.
Et quelle bassesse d’âme, dès lors, chez ceux qui défendent le coup d’Etat militaire, contre la volonté populaire refoulée par les armes dans la rue.
Cette armée des ombres est absolument méprisable, avec son cortège de désinformateurs qui conspirent par le silence.
Et nous, dans la lumière, les quatre doigts levés, nous disons :
« Allahu Akbar ! »
La vérité ne peut se mêler à l’hypocrisie !

http://haniramadan.blog.tdg.ch

Lettre à ma fille

Le Dr El Baltaji a perdu sa fille Asma, 17 ans, tuée par l’armée égyptienne alors qu’elle participait au sit-in à Rab'a au Caire.
Le Dr El Baltaji a perdu sa fille Asma, 17 ans, tuée par l’armée égyptienne alors qu’elle participait au sit-in à Rab'a au Caire.




A ma chère fille, celle qui m’a tant appris, la martyre Asma El Baltaji.

Je ne te dis pas adieu… je te dis : demain nous nous retrouverons.

Tu as vécu la tête haute, rebelle contre la tyrannie, refusant toute chaîne et amoureuse sans limite de la liberté. Tu as vécu discrètement en quête de nouveaux horizons pour reconstruire cette nation, afin qu'elle retrouve sa place parmi les grandes civilisations.
Tu ne te souciais pas de ce qui préoccupe habituellement ceux de ton âge. Même si tu as toujours été la première de ta classe, les études traditionnelles n'ont pas su combler tes aspirations et ton intérêt.

Je n’ai pas assez profité de ta précieuse compagnie durant cette courte vie qui a été la tienne, et c’est surtout mes obligations qui m’empêchaient de me réjouir de ta présence. La dernière fois que nous nous sommes assis, ensemble, au parc de Rab‘a Al ‘Adawiya, tu m’as dit sur le ton du reproche : « Même quand tu es avec nous, tu es occupé ! » et je t’ai répondu : « Il semble que cette vie ne sera pas assez longue pour que l’on puisse profiter l’un de l’autre… alors, je prie Dieu de nous réunir au Paradis afin que l’on rattrape le temps perdu ici ».

Deux jours avant ton assassinat, je t’ai vu en rêve … tu portais une robe de mariée blanche et tu étais d’une beauté et d’une splendeur inégalables en ce monde. Quand tu t'es étendue près de moi, je t’ai demandé en silence : « Est-ce ta nuit de noces? » et tu m’as répondu: « Ce sera l’après-midi, pas le soir ».
Mercredi après-midi, quand j’ai appris que tu avais été tuée, j’ai compris ce que tu avais voulu me dire alors… et j'ai su que Dieu avait agréé pour ton âme le statut de martyre. Tu as renforcé ma conviction que nous sommes dans le vrai et que notre ennemi personnifie l’erreur et le mensonge.

Cela m'a causé une douleur extrême de ne pas avoir été à tes côtés quand tu as rendu ton dernier souffle. De ne pas t’avoir vu une dernière fois, de ne pas avoir embrassé ton front, ni avoir eu l’honneur de guider ta prière funéraire. Je jure par Dieu, ma chérie, que je ne suis pas venu, non pas par peur pour ma vie ou par crainte d’une prison injuste, mais je voulais poursuivre ton œuvre, celle pour laquelle tu as sacrifié ton âme, je voulais poursuivre la révolution jusqu’à la victoire et la réalisation de tous ses objectifs.

Ton âme s’est élevée et tu as gardé la tête haute, avançant et non reculant, jusqu’au bout résistant à ces tyrans criminels. Les balles traîtresses t’ont atteinte en pleine poitrine. Quelle âme déterminée et pure fût la tienne ! Je suis certain que tu étais honnête envers Dieu et qu’Il t'a choisie, parmi nous, pour t'honorer du martyre.

Mon adorable fille, celle qui m’a tellement appris.
Je ne te dis pas adieu, mais je te dis à bientôt. Nous allons nous revoir vers le Bassin et nous serons en compagnie de Notre Prophète aimé et de Ses Compagnons, au Paradis dans un séjour de vérité, auprès d’un Souverain au pouvoir absolu, là où nous pourrons réaliser notre souhait de nous délecter pour toujours de la présence de ceux et celles que nous aimons.
 
http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2013/08/22/lettre-emouvante-d-un-pere-a-sa-fille-245874.html#more http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2013/08/22/lettre-emouvante-d-un-pere-a-sa-fille-245874.html#more


Lundi 9 Décembre 2013


Commentaires

1.Posté par TheTruth le 08/01/2014 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La politique... c'est pitoyable!!!!!!!

Cela me fait bien rire de voir ces politiciens croire que tout le monde est comme eux... tout le monde ne vit pas pour sa nation ou pour une cause exterieure.

Allah nous a créé pour vivre pour notre propre cause: le salut de notre ame.

Notre lutte est celle contre nous meme et notre but est d'arriver a reformer notre comportement et à se conformer aux lois d'Allah, celle du Coran.


Qu'est ce qu'il en sait qu'il finira au paradis, qu'il reverra sa fille?????

Parce qu'on est frere musulman, on fait forcement le bien?????

Le nationalisme, la politique, le sectarisme, le communautarisme est vraiment une prison horrible, elle enferme les gens dan sdes mondes horribles et sans humanité....LOIIINNNN de la realité de ce monde.

Sa fille meurt à cause de sa propre perdition.... et il continue de se taper sur l'epaule. N'y voit-il pas un signe d'Allah qu'il faut changer de comportement... sortez de vos sectes et soyez libre, Allah nous a créée libre et sans maitre a part lui meme.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires