Reflexion

L'être musulman européen et le complexe du patrimoine islamique


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 11:56 De la grandeur d'un athéisme pensant

Mercredi 23 Mai 2018 - 22:18 L'Europe s'initie au jeu de Go



El Hamri Jamel
Jeudi 10 Novembre 2011

L'être musulman européen et le complexe du patrimoine islamique
Dans mon article précédent, j'ai tenté de mettre en exergue l'une des conséquences fâcheuses du complexe de l'avenir chez l'être musulman européen, à savoir sa tendance, à tourner son regard vers le passé au point de l'idéaliser. Cette attitude s'est accentuée depuis l'irruption des chaines satellitaires du monde musulman dans le quotidien des musulmans européens véhiculant, entre autre, l'idée d'un retour aux sources.

Cela a crée des clivages d'ordres générationnel, juridique et philosophique ainsi que l'importation d'un islam prêt-à-pratiquer, prétendu, beaucoup plus authentique et "halal" que celui des premières générations de musulmans immigrés. Au final, cette idée salutaire a surtout été mal interprétée par l'être musulman européen.



Confusion entre les sources de l'islam et le patrimoine islamique.

Rappelons que les sources scripturaires de l'islam sont le Coran et la Sunna authentique et non pas le patrimoine islamique qui représente la somme accumulée d'expériences et d'efforts d'interprétation à partir de ces deux sources depuis quatorze siècles. Cette distinction est fondamentale pour l'être musulman européen s'il désire "réellement" opérer un retour aux sources.

Chez lui, on distingue au moins trois types de rapport au patrimoine islamique:

Sacraliser le patrimoine islamique au point de le confondre avec les sources de l'islam.
Nier ou renier le patrimoine considéré comme dépassé et obsolète.
Respecter le patrimoine en l'associant à toute réflexion contemporaine.
Dans ce propos, je m'intéresse à l'être musulman européen qui sacralise le patrimoine islamique d'Abu Hanifa à Ibn Khaldun en passant par Ibn Rushd. Néanmoins, malgré cette distinction, nous faisons le terrible constat que l'être musulman européen, dans ses multiples rapport au patrimoine islamique, est incapable de le dépasser véritablement.



Sacralisation du patrimoine islamique.

Les conséquences de cette attitude sont dramatiques pour cet homme notamment lorsque l'on observe son angoisse récurrente quant à la licéité de ses actions. En particulier, face de nouvelles expériences de vies au sujet desquelles le patrimoine islamique ne dit rien. Nous le voyons faire si peu ou insuffisamment de démarcation entre un verset coranique, un hadith faible, une fatwa de l'imam Malik ou encore une chronique de Tabari qu'il donne le sentiment de tout considérer de la même manière.

Or, l'être musulman européen oublie un point fondamental en islam : on ne sacralise pas une interprétation humaine. D’ailleurs, les plus grands savants de l'islam finissaient leurs propos et leurs discours par une marque de reconnaissance envers le Divin et une marque d'humilité envers les hommes en concluant sur "Dieu Seul sait".

De plus, en glorifiant le patrimoine islamique, on hiérarchise bon gré mal gré les savants. Plus ils sont anciens et morts plus leurs propos sont vivants, et, moins ils sont anciens et parfois vivants plus leurs avis restent quasiment lettre morte. Autrement dit, pour l'être musulman européen, seuls les hommes de savoir déjà morts, qu'il n'a pourtant jamais connu, ont une légitimité avérée.

Ainsi, à force d'entretenir ce complexe envers le patrimoine islamique, l'être musulman européen n'accorde pas beaucoup d'importance aux 'ulama (savants) de son époque et ne donne que peu de raisons objectives à ces derniers pour s’efforcer et se sublimer à trouver des réponses aux angoisses de l'individu musulman européen.

L'exemple le plus frappant, ces dernières années, a été celui de la fatwa ( Conseil Européen de la Fatwa) sur la possibilité pour les musulmans d'Europe, en cas de nécessité, d'avoir recours au crédit bancaire avec intérêt dans le cadre de l'achat d'une maison. L'être musulman européen magnifiant le patrimoine islamique a posé d'emblée la légitimité des savants du conseil européen de la fatwa, les comparant aux 'ulama plus anciens. Il se permet même parfois d'être un brin dédaigneux à l'égard de cet effort de réflexion ijtihadiste censé répondre à un problème qu'il vit.

Dans cette logique, les savants européens d'aujourd'hui, qui ont pour mission spirituelle d'aiguiller l'être musulman européen, n'ont que très peu de prise ou d'influence sur le réel et ne peuvent faire de la révélation coranique "une vérité travaillante". Choix cornélien pour ces héritiers des prophètes entre imiter, consommer le patrimoine et avoir les honneurs ou interpréter d'une part, chercher la vérité et souffrir d'avoir à se justifier sur le bien-fondé de leurs intentions d'autre part.



Incidence du complexe du patrimoine islamique sur les actions et réflexions de l'être musulman européen.

En confondant les sources de l'islam et le patrimoine islamique et sans aucun accès direct aux sources, en sacralisant le patrimoine islamique et en accordant peu d'importance aux hommes de savoir de son époque, l'être musulman européen vit un islam desséché et desséchant.

En effet, il s'interdit d'avoir une proximité avec le Coran lui permettant de retrouver inspiration, créativité, liberté et dynamisme. L'une des explications est que l'être musulman européen complexe et se sous estime dans son rapport aux sources en comparaison aux musulmans historiques.

Une sorte de paralysie l'atteint et l'empêche d'entreprendre toute action ou réflexion originales, novatrices et productrices de bien-être à partir des sources de l'islam. Le savant musulman européen également atteint par ce complexe va réduire sa mission à déposer le label "halal" ou " islamique" sur tout ce que les "autres" ont fait, pensé ou innové.

Or, des 'ulama qui sont sacralisés à notre époque par l'être musulman n'avaient pas du tout la même attitude. Tel Abu Hanifa qui se permettait de dire des successeurs du Prophète Muhammad (pbsl) : " [...]Ce sont des hommes ordinaires , nous sommes des hommes ordinaires [...]" .(1)

Un appel solennel et historique à l'égalité devant Dieu quand déjà on voulait, de son temps, hiérarchiser à partir de critères qui n'ont pas leur place en islam.

Il est temps pour l'être musulman européen d'avoir un regard désacralisé et en même temps respectueux du patrimoine islamique. Ainsi, il pourra avoir un capital confiance, qui aujourd'hui lui fait cruellement défaut , en sa personne, en ses actions et ses réflexions. De même, son regard sur le savant musulman européen contemporain changera.

Ce nouvel état d'esprit favorisera une ambiance fraternelle, intellectuelle et spirituelle permettant un va et vient sain, serein et permanent entre les actions de l'être musulman européen et la réflexion du savant musulman européen. Tout ceci contribuera,in fine, à ce que l'être musulman européen fasse vivre de manière dynamique les attributs divins de justice, d'égalité et d'amour sur terre devant Dieu, pour lui et les siens, et pour le reste de l'humanité.



El Hamri Jamel. Master International Etudes Arabes et Islamique UOC / IIIT France.

(1) Siyar a'lam al-nubala volume 6 page 401, éd. Dar al-fikr beyrouth ou encore

Egalement dans le livre de al-maqâlât de l'imâm Taqy
al-dîn al-sunny / les discours.
Il est mentionné dans i'lâm al-muwaqqi'în d'Ibn Al-Qayyim.
Chez Ibn Khaldûn, Ibn Abd al-Barr etc.


Jeudi 10 Novembre 2011


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires