Sciences et croyances

L'astéroïde Itokawa livre ses secrets


Dans la même rubrique:
< >


Olga Zakoutnaya
Samedi 8 Février 2014

L'astéroïde Itokawa livre ses secrets

 

Il s'est avéré que le fameux astéroïde Itokawa est composé de différentes parties. Les études réalisées par les télescopes de l'Observatoire européen austral ont démontré que ces parties avaient une masse volumique et, par conséquent, une composition différentes. Outre ce fait curieux qui peut renseigner sur l'origine de l'astéroïde, cette étude prouve que le noyau des petits corps du Système solaire peut être étudié depuis la Terre. Ces objets sont beaucoup plus variés qu'on ne le pensait, ce qui signifie que l'histoire du système solaire reconstituée sur la base de leur composition est encore pleine de taches blanches.

L'astéroïde Itokawa connu également sous le numéro 25143 était la cible de l'appareil japonais Hayabusa qui devait acheminer sur Terre des échantillons de matière prélevés par une « trompe » spéciale. Maintenant une équipe de chercheurs internationale dirigée par Stephen Lowry de l'université britannique du Kent tente de jeter un coup d'œil dans les profondeurs de ce corps céleste.

Les chercheurs ont observé la rotation de l'astéroïde en fonction du changement de son rayonnement. Il est notoire que la lumière du Soleil qui tombe sur un petit corps céleste est ensuite rayonnée sous forme de chaleur et crée une légère impulsion réactive. Si le corps a une forme irrégulière, comme l'astéroïde Itokawa, son rayonnement est aussi irrégulier, ce qui change sa vitesse de rotation (effet Yarkovski ou effet YOPR).

Stephen Lowry et ses collègues ont observé une telle accélération. Elle est infiniment petite (0,045 seconde par an) et inattendue. La tentative pour l'expliquer a permis de conclure que l'astéroïde est composé de deux parties dont chacune possède sa masse volumique.

La forme de l'astéroïde rappelle une pomme de terre ou une cacahuète non décortiquée. Les chercheurs estiment que la masse volumique d'une partie de la « pomme de terre » est de 2 850 kg par mètre cube et celle de l'autre, de 1 750 kg. Ils ne parviennent pas à expliquer comment un tel objet s'est formé. Peut-être qu’Itokawa était un astéroïde binaire avant d'entrer en collision et de former un seul corps.

Les résultats de l'étude seront publiés par la revue Astronomy & Astrophysics.

Les astéroïdes et les comètes - objets de petite taille « peuplant » en grand nombre le Système solaire - focalisent toujours plus l’attention des chercheurs et du public. Un récent aperçu rédigé par des chercheurs européens et américains et publié par la revue Nature affirme que la composition et la répartition des astéroïdes dans la ceinture principale (entre Mars et Jupiter) ne sont pas si simples, contrairement à ce que l'on pensait auparavant. Si des modèles précoces supposaient que les petits corps se trouvaient là où ils s'étaient formés, les découvertes récentes témoignent plutôt d'une confusion violente. Cela signifie que l'histoire de la constitution du Système solaire est plus compliquée qu'on ne le croyait. Soit dit en passant, l'astéroïde Itokawa est un corps qui ne s'inscrit pas dans des schémas d'antan. Ainsi les résultats obtenus par l'équipe de Lowry seront d'une importance exceptionnelle pour modéliser le passé de notre maison spatiale.

Il est à noter que la découverte a été faite depuis la Terre. Il va de soi que les études de ce genre exigent une précision extraordinaire, à défaut de quoi les faibles changements de vitesse ne seront pas remarqués. L'équipe de Lowry a utilisé les données du télescope basé sur la technologie NTT de l'Observatoire européen austral installé au Chili et celles de certains autres se trouvant en Europe et aux Etats-Unis. Une autre approche du problème consiste à se poser sur l'astéroïde et à pratiquer des prélèvements à une plus grande profondeur. Les avantages de cette méthode sont évidents : elle permet d'avoir un accès direct à l'astéroïde. Hélas, on ne pourra pas envoyer de station spatiale vers tout objet intéressant. De toute façon dans l'avenir des études astéroïdales il y aura assez de place pour des projets terrestres et spatiaux.

http://french.ruvr.ru



Samedi 8 Février 2014


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires