RELIGIONS ET CROYANCES

L'appel à la foi



albadil.fr
Vendredi 18 Septembre 2015

 L'appel à la foi
Les athées ont tendance à accuser la religion de tous les maux, imitant en cela leur père "spirituel" à la devise célèbre : « La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit des conditions sociales d’où l'esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. » (Marx et Engels, Critique de la philosophie du droit de Hegel, 1844). Comment ces incroyants conçoivent-ils donc la religion ? Leur idée de l’homme sans Dieu résiste-t-elle à l’épreuve des faits ?

La négation de Dieu

« Dieu n’existe pas ! » annoncent les athées à qui veut les entendre. Réfléchissez donc un instant (puisque vous invitez les autres à la réflexion) ! Concevez-vous une œuvre aussi complexe que l'homme, l'univers ou la vie sans artisan ? Même un libre penseur comme Voltaire se montre admiratif devant l'harmonie du monde visible : « L'univers m'embarrasse, et je ne peux songer/Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger. » (Les Cabales). Si Dieu n'existait pas, vous n'existeriez pas vous-même.

La religiosité est-elle irrationnelle ?

Vous déclarez que, « pour ceux qui sont capables de réfléchir, la notion même de dieu comporte en elle même la preuve de son incohérence.» C'est tout le contraire : Dieu est cette force qui possède tous les attributs de perfection, et qui est à l'origine de toutes choses. Si Son essence est inaccessible du fait qu'Il est au-delà de l'espace et du temps, son existence, elle, est tangible et vérifiable par la création qui est en nous-mêmes et qui nous entoure. Or il existe un instinct de religiosité qui est bien enraciné en l’homme, faisant partie de sa constitution, au même titre que les autres instincts naturels. Instinct qui se manifeste chez l'être humain par un sentiment d'impuissance et de besoin d'absolu se traduisant par la sacralisation, summum de la vénération. D'où le culte naturel du sacré. La religiosité est donc un besoin naturel que le bon sens exige de satisfaire.

La religion est-elle une invention de l’homme ?

Vous affirmez que « la religion quelle qu’elle soit est un leurre inventé par l’homme pour soumettre ses semblables. » C’est la position de Diderot se livrant à ses conjectures sur un Dieu imaginé par tel misanthrope pour se venger de ses semblables (Pensées philosophiques, XXVII).

La religion est-elle incompatible avec la raison ?

Vous proclamez qu' « adhérer à une quelconque religion est un signe d’ignorance, de refus de connaissance et d’évolution, un refus d’aller vers le savoir, tout simplement un refus de réfléchir. » De quelle droit généralisez-vous votre jugement en confondant les religions dans le même mépris ? Avez-vous donc étudié toutes les religions pour tirer de telles conclusions ? Ignorez-vous que le concept même de religion varie d'une civilisation à l'autre ? Ne savez-vous pas que l'islam érige la connaissance quelle qu'elle soit, sacrée ou profane, en valeur absolue ? Voici la devise de l'islam à ce sujet : « Ceux qui sont pourvus de connaissance et ceux qui en sont dépourvus sauraient-ils être égaux ? Seuls des êtres sensés sauront y réfléchir. » (Cf. Coran 39.9).

Le progrès scientifique implique-t-il la mort du fait religieux ?

Vous prétendez que « les religions ont fort heureusement toujours reculé avec l’évolution du savoir », mais vous ne faites que répéter la thèse scientiste d'Auguste Comte, sa loi des trois états par lesquels serait passée l'humanité : l’état fictif ou théologique, l’état abstrait ou métaphysique et l’état positif ou scientifique. Or l'histoire comme l'actualité nous montrent que l'homme n'a jamais été aussi religieux qu'en ce siècle où le retour à la religion se fait avec force.

Pourquoi les évolutionnistes persistent-ils dans leur aberration ?

Vous soutenez que « l'homme est un primate, et sa valeur naturelle n’est en rien supérieure à celle des autres animaux. » Vous prenez ainsi à votre compte la théorie de l'évolution énoncée par Darwin. Or il s'agit d'une théorie spéculative qui n'a aucune valeur scientifique. D'ailleurs, elle est aujourd'hui en pleine démolition, n'en déplaise aux laïco-maçonnico-capitalistes, qui tentent de la propager partout, y compris en maternelle, pour réaliser leur objectif de corruption sur terre visant à faire de l'homme un simple consommateur à la recherche effrénée de la seule valeur matérielle, celle du profit.

L’athéisme invite au pessimisme et au désespoir, tandis que la foi convie à l'optimisme et au bonheur éternel. Libre à chacun de choisir sa voie.

La rédaction d'albadil.fr

http://www.albadil.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=318:lalf&catid=38:aquida&Itemid=55


Vendredi 18 Septembre 2015


Commentaires

1.Posté par Antoine Bastien le 18/09/2015 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà un belle plaidoirie au service du Créateur dans un monde où l'athéisme commence même à sévir parmi certains de nos jeunes frères arabes.
Le seul bémol que je mettrais est que je n'oppose pas la Création et l'évolution : pourquoi le Créateur libre et sage ne pourrait-il pas inclure dans son Plan des lois d'évolution qu'Il peut librement changer quand Il le juge nécessaire ? Il y a donc coexistence dans le Plan divin entre une évolution qu'Il observe et des interventions ponctuelles qu'Il décide comme la création d'Adam à son image et ressemblance ou le Déluge anéantissant physiquement un peuple qui s'était déjà noyé dans le mal à l'exception de Noé et certains des siens. Il a même décidé après le Déluge de ne plus recommencer et d'appeler l'homme à pratiquer le Bien par la voix des prophètes. Il patiente par amour pour l'humanité et respect pour sa liberté. C'est aussi un argument qui m'est utile face à celui qui nie Dieu à cause du mal sur terre : c'est un fruit pourri de la liberté de l'homme que Dieu respecte.

Un autre point de difficulté est la question d'un Dieu unique et de multiples religions et j'en reviens à l’étymologie de ce terme, relier : si vous parler de ce qui relie l'homme à son Créateur, il n'y a qu'une religion au sens spirituel où le Coran dit que les enfants naissent dans l'Islam, mais si vous parlez de ce que les hommes appellent "religion", on est dans une grande diversité d'erreurs et d'égarements généralement initiés par des hommes ambitieux suivis par des masses paresseuses. L'Islam humain n'échappe malheureusement pas à ces divisions parfois dramatiques.

Quant aux hommes qui invoquent la science qu'ils idolâtrent, je commence par les calmer en leur disant que comme polytechnicien je la connais probablement mieux qu'eux, puis à ironiser en leur demandant s'ils gèrent scientifiquement l'amour qu'ils portent à leur épouse, leur copine ou leurs enfants. La science fondamentale ne peut que déduire des conclusions logiques des postulats qu'elle pose et les sciences expérimentales proposer des explications logiques à ses expériences, valables jusqu'à ce qu'une autre expérience ou théorie vienne contredire les explications précédentes. Donc que la science reste à sa place, un outil et pas une idole de l'esprit.

Salam à tous

2.Posté par tobor le 18/09/2015 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chers amis, ne vous sentez-vous pas glisser dans un certain totalitarisme?
Le rejet de l'athéisme a tout en commun avec le rejet de telle ou telle religion!
Iriez-vous jusqu'à penser que les natifs amérindiens étaient des mécréants car ignorants le dieu et les textes de l'Islam?

Pour l'exemple concernant le fait de classer l'homme parmi les animaux, il ne s'agit pas forcément de valider Darwin mais éventuellement d'avoir un peu de compassion envers ces frères de chair et d'os génocidés à tour de bras!
Puis, que dire (?) non, la coquille de l'escargot n'a pas pour moi besoin d'un super graphiste malgré sa perfection mathématique et les magnifiques dessin abstraits qu'il laisse derrière son parcours non-plus, ce sont les forces de la physique et de nature terrestre et si vous le désirez, vous pouvez nommer cela "Dieu"

Sinon, comment oser penser que l'ensemble du règne animal et végétal est d'une essence et monsieur-madame d'une autre??? On voit quand-même bien que tout sort de la même grande usine, que cette grande usine n'est pas au ciel mais bien entre nos mains (?).

Pourquoi 'croire qu'une entité pensante aurait tout inventé et organisé' serait supérieur à la croyance en d'autres versions ?

En quoi n'importe quelle croyance prévaudrait sur du ressenti ?!

L'unique solution entre les religions et leur membres aussi multiples sur la planète, est dans l'acceptation des différences et le vivre-ensemble. Un max de "présence et d'attention au monde" réel et un minimum aux mythes & légendes.
Les personnes qui n'adhèrent pas aux religions et que vous nommez "athés" ne représentent en rien un groupe, il se trouve parmi eux/elles des milliers de façon subjectives de voir, de sentir le monde et l'univers qui nous abrite.

3.Posté par zapata le 19/09/2015 00:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@tobor

Certainement, vous n'avez pas écrit ce texte puisque selon vous rien donne quelque chose..

4.Posté par tobor le 19/09/2015 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne pense pas avoir écrit ou avancé que nous sommes issus de "rien",
nous sommes bien des âmes habitants des corps sur une planète dans l'univers, chaque terme de cette proposition étant conceptuellement stable vérifiable et expérimentable (Le concept d'Univers décrit l'espace au sens le plus large et n'a pas besoin d'une causalité précise, pointable du doigt pour être compris) et cela me suffit pour considérer que l'ensemble a une dimension sacrée par-delà de ce qu'on ne peut expliquer ou comprendre et qui ne laisse que "croire" (inverse de la certitude)

J'avance que je n'ai personnellement pas besoin de nommer "dieu" responsable de la vie sur terre et qu'en regard de mon éthique respectueuse envers mes frères et sœur humain/es sur cette planète ainsi qu'envers le monde animal et végétal, malgré certaines maladresses qui m'échappent, on a pas à me traiter d'impure ou de mécréant!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires