Proche et Moyen-Orient

L’alliance du wahhabisme et du sionisme


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie


Les dirigeants d’Israël ne vont pas faire la guerre au nom de Riyad mais sont au contraire heureux de l’attirer dans une série de conflits autodestructeurs.


Abdel Bari Atwan
Mardi 28 Novembre 2017

L’alliance du wahhabisme et du sionisme
L’Arabie saoudite continue de provoquer des surprises et d’attiser les flammes dans les conflits de la région, comme si les guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et (partiellement) en Irak ne suffisaient pas. Après avoir retenu prisonnier le Premier ministre libanais Saad al-Hariri et l’avoir forcé à démissionner, elle a commencé à montrer plus ouvertement que jamais son désir d’une alliance avec Israël.

Le 16 novembre, le journal Internet saoudien Elaph a publié une interview du chef d’état-major israélien, Gadi Eizenkot, dans laquelle celui-ci affirmait la volonté du gouvernement israélien d’échanger des renseignements avec l’Arabie saoudite afin de confronter l’Iran. Ses remarques ont été soigneusement préparées et le moment de leur publication était très significatif. Il a précisé qu’une alliance militaire saoudo-israélienne est en train d’être établie. Les pays n’échangent généralement pas de renseignements militaires à moins qu’ils ne soient confrontés à un ennemi commun en période de conflit.

Affronter l’Iran est avant tout dans l’intérêt d’Israël. L’Iran est en effet le seul pays de la région capable de représenter une menace existentielle pour l’État d’occupation et il a réussi à développer une formidable capacité de missiles dont il a fourni des milliers d’exemplaires à ses proches alliés en Syrie, au Liban, en Irak et au Yémen.

L’Iran ne représente pas une réelle menace pour l’Arabie Saoudite. La récente frappe de missiles près de Riyad lancée par les alliés iraniens des Houthis au Yémen, et les attaques similaires qui ont précédé, étaient des représailles pour la campagne militaire menée par l’Arabie Saoudite qui bombarde et bloque sans pitié le Yémen depuis deux ans. Cela ne justifie certainement pas que les Saoudiens concluent une alliance militaire avec Israël contre l’Iran.

Eizenkot a récemment été l’invité vedette d’une cérémonie organisée par l’administration Trump à Washington, qui comprenait les chefs militaires des États-Unis, de l’Arabie saoudite, des EAU et de l’Égypte. Le chef d’éta-major libanais, le général Joseph Aoun, était également censé y assister mais a décliné l’invitation quand il a appris qu’Eizenkot serait présent.

Les remarques du chef d’état-major israélien indiquent clairement que s’il y a une autre guerre contre le Liban, Israël et l’Arabie saoudite se joindront à d’autres États arabes « modérés », dont les dirigeants ont conclu que leurs intérêts et ceux d’Israël ont fini par converger. Deux jours auparavant, Israël a soutenu une initiative saoudienne à l’ONU pour condamner la Syrie pour ses violations des droits de l’homme. La veille, le ministre israélien des Communications a publiquement invité le chef mufti d’Arabie saoudite, cheikh Abdelaziz Al Ash-Sheikh, à se rendre en Israël. Cela faisait suite à des fatwas du clerc dans lesquelles il déclarait qu’il était inadmissible de prendre les armes contre Israël, où il soutenait l’idée d’une coopération avec Israël contre le Hezbollah et condamnait le Hamas comme groupe « terroriste ».

En forçant Hariri à démissionner, les Saoudiens entendaient créer un vide constitutionnel et provoquer un conflit sectaire au Liban, en prélude à une intervention israélo-saoudienne visant à effacer la présence du Hezbollah et à freiner la croissance d’organisations similaires ailleurs : au Yémen (Houthi Ansarallah), en Irak (les forces de mobilisation populaire) et Gaza (le Hamas).

Ces organisations n’ont émergé et ne se sont développées qu’à cause de l’échec des armées officielles dans leurs pays : à quelques exceptions près, ces armées se sont transformées en « décor de théâtre », ont collaboré aux guerres américaines dans la région, n’ont pas résisté au projet israélien et / ou ont servi principalement à protéger les dirigeants corrompus et leurs régimes pourris.

Les dirigeants d’Israël ne vont pas faire la guerre au nom de Riyad. Mais ils sont très heureux d’attirer l’Arabie Saoudite dans une série de conflits qui seront très destructeurs pour elle comme pour le reste de la région, l’épuisant financièrement, hypothéquant ses ressources pour les décennies à venir, compromettant sa sécurité et sa stabilité, voir conduisant à sa partition.



Mardi 28 Novembre 2017


Commentaires

1.Posté par Vivio le 28/11/2017 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les dirigeants d’Israël ne vont pas faire la guerre au nom de Riyad mais sont au contraire heureux de l’attirer dans une série de conflits autodestructeurs , Le diable personnifier ce netanyahou et combien de dirigeants arabes sont sous sa botte et celui du sionisme !!??

2.Posté par yukof le 28/11/2017 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me rappelle pas que le nouveau prince soit wahhabite ... ni meme qu'Abdel Wahhab pronait l'alliance avec les juifs comme les chiites font aujourd'hui alliance avec les Américains

on en oublierai presque que les premiers alliées des sionistes/Britanniques, c'était avant tout les nationalistes arabes qui ont trahis l'empire Ottoman .... et qu'on retrouve aujourd'hui dans le Baas ...

3.Posté par Zaheer le 29/11/2017 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Yukof

Abdel Wahab n'est pas celui qui c'est allié avec un prince saoud. C'est son fils Mohamed.
Sinon, d'accord avec toi, il faut être sourd et aveugle pour dire que "MBS" (comme d'autres) est un "wahabite". Ce mouvement puritain a toujours une caution morale pour légitimer leur pouvoir.

4.Posté par Zaheer le 29/11/2017 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lire : Ce mouvement a toujours été une caution morale...

5.Posté par Saber le 29/11/2017 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on en oublierai presque que les premiers alliées des sionistes/Britanniques, c'était avant tout les nationalistes arabes qui ont trahis l'empire Ottoman

WAOUH, l'histoire refaite et corrigée par les béni-sion ?

6.Posté par yukof le 30/11/2017 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Saber
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volte_arabe_de_1916-1918
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Megiddo_(1918)

Tu assume pas que tes amis aient été les contributeurs à la création d'Israel :) ?
D'ailleurs la première version du drapeau Palestinien a été créer par et pour combattre sous bannière coloniale Anglaise ...
Allah ne punit sa communauté qu'a juste raison ...

7.Posté par hepitaph le 01/12/2017 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

WAOUH, l'histoire refaite et corrigée par les béni-sion

évidemment .. qui d'autre écrit, ré-écrit l'histoire et ses événements ? l'histoire des arabes et des musulmans n'a pas commencé avec la chute de l'empire ottoman. La lecture de l'histoire par les commentateurs spécialisés passe toujours par cette période et celle de la décolonisation. Ils ne l'expliquent qu'à travers ce prisme - ils oublient toutefois de mentionner la "chute parallèle" ou la "décapitation simultanée" de l'autorité religieuse orthodoxe de russie. tout un plan.

Après avoir saccagé ce qu'il y avait de communautés ou appartenance arabe communautaire, voilà que c'est leur religion et croyance qui est désormais triturée par ces mêmes historiens et spécialistes des interventions.

pourquoi cette fixette sur les nationalismes à en faire un tare, un boulet, une honte presque, .. le péché Suprême ?

Le califat n'aurait jamais du sortir de la main des arabes et le Prophète Mohammed psl, s'est adressé et a fait appel aux arabes et aux communautés arabes, en premier.

8.Posté par yukof le 01/12/2017 23:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ hepitaph
parce que notre prophète (saw) maudit justement le nationalisme ... et qu'il ne s'est jamais adressé aux arabes (qui pour la plupart l'ont combattu) mais à l'humanité .
Et quand on voit que le nationalisme arabe a été seule responsable de la destruction du monde musulman ... a-t-on vu les russes , les chinois, les Américains aussi stupides que les nationalistes arabes pour se diviser en des dizaines de nations faibles et fantoches ?

le nationalisme arabe est une invasion européenne

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires