EUROPE

L’Union européenne, dans l’instant et dans la durée


Les citoyens de l’Union européenne, qui devront élire leur parlement les 25 et 26 mai, s’apprêtent à faire le mauvais choix. En regardant leurs problèmes immédiats, ils hésitent entre diverses priorités. Au contraire, s’ils analysaient leur histoire sur une longue période, ils réaliseraient l’origine de leurs problèmes sociaux, économiques et politiques et, sans aucun doute, décideraient autrement.


Thierry Meyssan
Mercredi 8 Mai 2019

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, en 1947, l’ambassadeur George Kennan conçut la politique de l’endiguement (containment) [1] et le président Harry Truman constitua les institutions de sécurité nationale (CIA, comité joint permanent des chefs d’état-major, conseil national de sécurité) [2].

Washington et Londres se retournèrent alors contre Moscou, leur allié d’hier. Ils envisagèrent de créer une nationalité anglo-saxonne commune et ils décidèrent d’arrimer l’Europe occidentale à leur drapeau en créant des « États-Unis d’Europe » sous leur contrôle.

Il s’agissait pour eux de stabiliser la partie qu’ils occupaient de l’Europe occidentale, face à l’Europe orientale occupée par les Soviétiques. Ils bénéficièrent du soutien des bourgeoisies, particulièrement de celles qui avaient collaboré avec l’Axe nazi, affolées par la nouvelle légitimité des partis communistes, principales forces victorieuses aux côtés de l’Union soviétique.

Ils s’appuyèrent sur le rêve d’un haut fonctionnaire français, Louis Loucheur : joindre la gestion du charbon et de l’acier nécessaires aux industries d’armement de l’Allemagne et de la France de sorte qu’elles ne puissent plus se faire la guerre [3]. Ce fut la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier), ancêtre de l’Union européenne.

Dans le contexte de la guerre entre les deux Corées, Washington décida de réarmer l’Allemagne de l’Ouest face à celle de l’Est. Pour que les États-Unis d’Europe en formation gèrent une armée commune, mais ne s’avisent pas de se transformer en une force indépendante et restent sous contrôle anglo-saxon, l’Union de l’Europe occidentale (UEO) fut créée. Elle était responsable de la politique étrangère et de la défense commune.

Les relations entre Londres et Washington s’envenimèrent lors de la crise de Suez, en 1956. Les États-Unis, qui s’enorgueillissaient de compter parmi les libérateurs du joug nazi, ne pouvaient accepter la manière dont Londres gérait son ancien Empire colonial. Ils se rapprochèrent de Moscou pour sanctionner le Royaume-Uni.

Il n’était plus question de créer de nationalité commune anglo-saxonne et l’influence de Londres dans le monde glissait inexorablement dans les bras de Washington. Le Royaume-Uni décida alors d’adhérer aux États-Unis d’Europe en formation.

Charles De Gaulle s’y opposa. Il était en effet prévisible que la réconciliation entre Londres et Washington se ferait en privant les États-Unis d’Europe en formation de tout pouvoir politique et en les fondant dans une zone de libre-échange transatlantique. L’Europe occidentale serait castrée et deviendrait un vassal de Washington dressé contre « les Russes » [4].

De Gaulle n’étant pas éternel, le Royaume-Uni finit par adhérer à ces États-Unis d’Europe anti-Russes en 1973. Il transforma comme prévu la Communauté européenne en une zone de libre-échange, par l’Acte unique, et ouvrit la voie à des négociations transatlantiques.

C’est l’époque des « quatre libertés » (par analogie avec le discours de Roosevelt en 1941) : la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux. Les douanes intérieures sont progressivement abrogées. Insensiblement, les Anglo-Saxons imposèrent leur modèle de société multi-culturelle que l’on croyait incompatible avec la culture européenne

Ce n’est que lorsque l’URSS fut dissoute, en 1991, que le projet de 1947 se réalisa. Washington décida de transformer l’organisation bruxelloise en une structure supra-nationale et d’y introduire les nations du Pacte de Varsovie. De placer cette « Union européenne » anti-Russe sous la protection de l’Otan et de lui interdire tout rôle politique.

C’est le secrétaire d’État US, James Baker, et non les Européens, qui annonça l’ouverture à l’Est et le traité de Maastricht. La structure bruxelloise se métamorphosa : les 15 nations du bloc occidental post-Guerre mondiale s’élargirent à 13 nations post-Pacte de Varsovie, l’UEO fut dissoute et une Haute-représentante pour la politique étrangère et de défense commune fut nommée —toujours sous contrôle anglo-saxon verrouillé par le Traité de Maastricht—, enfin une nationalité européenne fut créée.

Dès lors, Washington envisagea de faire adhérer Londres à l’Accord de libre-échange nord-américain [5] et que soit créée comme prévu en 1947 une nationalité anglo-saxonne. C’est ce projet qui a conduit le Royaume-Uni à sortir de l’Union européenne et que Theresa May est venue, en vain, défendre outre-Atlantique, dans des États-Unis perturbés qui venaient d’élire Donald Trump.

Le Brexit, s’il devait avoir lieu, ne changerait rien à la dépendance de l’Union fixée dans le marbre par les Traités. Les choses reviendraient simplement à ce qui avait été planifié en 1947 à l’époque où Churchill encourageait des États-Unis d’Europe, sans le Royaume-Uni [6].
Bilan

L’histoire de l’Union européenne montre que cette organisation n’a jamais été conçue dans l’intérêt des peuples européens, mais contre la Russie.

C’est pourquoi, en 2007, Vladimir Poutine vint dans l’Union européenne prononcer son retentissant discours de Munich [7]. Il rappelait aux Européens que leur intérêt économique et politique, ainsi que leurs exigences éthiques, étaient avec Moscou et non pas avec Washington. Tout le monde l’écouta, mais nul ne prit son indépendance.

L’Union européenne est parvenue, durant des décennies, à garantir la prospérité économique, mais pas après la dissolution de l’URSS. Elle est aujourd’hui à la traîne : depuis 2009 (c’est-à-dire postérieurement à la crise financière mondiale de 2008) les États-Unis ont réalisé une croissance de +34%, l’Inde de +96%, la Chine de +139%, tandis que l’Union européenne a décru de -2%.

L’Union européenne n’est par contre jamais parvenue à aider les pauvres à s’émanciper. Tout au plus peut-elle envisager des allocations pour que les nécessiteux ne meurent pas de faim.

Enfin et surtout, l’Union européenne n’a jamais lutté pour la paix, mais uniquement pour ses maîtres anglo-saxons. Elle a soutenu toutes les guerres US [8], y compris la guerre contre l’Iraq que la France et le chancelier Schröder avaient pourtant dénoncée. Elle abandonne lâchement ses membres à leur sort : son propre territoire est occupé, au Nord-Est de Chypre, par l’armée turque, membre de l’Otan, sans jamais soulever la moindre protestation.
Avenir

Les 25 et 26 mai, l’Union européenne anti-Russe élira son Parlement, sans que l’on sache combien de temps les Britanniques y siègeront.

Les peuples sont longs à réagir : si, durant la Guerre froide, il était légitime de préférer un camp plutôt qu’un autre et, pour certains, de choisir de servir des Anglo-Saxons plutôt qu’un Géorgien [9], il est absurde aujourd’hui de continuer à leur obéir pour se prévenir d’un inexistant « danger russe ».

Après trois quarts de siècle de vassalité, les partis politiques opposés aux Traités européens hésitent à définir leur priorité : doivent-ils d’abord recouvrer leur indépendance par rapport aux Anglo-Saxons ou défendre leur culture par rapport à celle des Arabo-Turcs ? Or, le second problème procède du premier et non l’inverse.

Il ne s’agit pas d’imaginer une pseudo-supériorité d’une culture sur une autre, ni même de parler de religion, mais de constater l’impossibilité de coexister dans une même société de deux organisations sociales différentes. Pour faire simple, on ne peut pas chômer à la fois le dimanche et le vendredi.

C’est à cause de leur dépendance que les Européens ont imaginé une société multi-culturelle. Celle-ci ne fonctionne pas chez eux. Et ce n’est qu’indépendants qu’ils parviendront à sauver la culture européenne.





[1] The long telegram, by George Kennan to George Marshall, February 22, 1946.

[2] National Security Act of 1947.

[3] « Histoire secrète de l’Union européenne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 juin 2004.

[4] De Gaulle considérait secondaire l’opposition capitaliste/communiste, par rapport à la géopolitique Anglo-Saxons/Russie. Il évitait de parler d’URSS.

[5] The Impact on the U.S. Economy of Including the United Kingdom in a Free Trade Arrangement With the United States, Canada, and Mexico, United States International Trade Commission, 2000.

[6] « Discours de Winston Churchill sur les États-Unis d’Europe », par Winston Churchill, Réseau Voltaire, 19 septembre 1946.

[7] « La gouvernance unipolaire est illégitime et immorale », par Vladimir Poutine, Réseau Voltaire, 11 février 2007.

[8] « L’Union européenne est contrainte de participer aux guerres US », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 23 avril 2019.

[9] Joseph Staline n’était pas Russe, mais Géorgien. NdlR.


Mercredi 8 Mai 2019


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires