FRANCE

L’OPINION PUBLIQUE MISE SOUS TUTELLE



La France sur le chemin de la pensée unique...


Les nouvelles attaques de Roger Cukierman face à seize ministres piquant du nez dans leur assiette en disent assez long sur ce qu’il est en train d’advenir dans notre pays. Comme nous l’avons suggéré dans un de nos derniers articles... le temps n’est plus loin où il nous faudra rendre des comptes non plus au Président de la République mais au président du Crif.


Mardi 1 Mars 2005

L’OPINION PUBLIQUE MISE SOUS TUTELLE

Non content de trouver que la France n’en fait pas assez pour l’antisémitisme qui est pourtant devenu la principale affaire d’Etat... voilà que désormais Cukierman s’érige en conseiller accusateur quant à notre politique étrangère qui lui semble incompatible « avec la politique intérieure de lutte contre l’antisémitisme ». Et de citer un extrait du fabuleux rapport Ruffin, la nouvelle Thora de l’élite sioniste qui sévit sur notre territoire... avec, cela va de soi, les brûlots racistes d’Oriana Fallaci... « Il n’est pas concevable aujourd’hui de lutter efficacement en France contre l’antisémitisme dans ses formes nouvelles sans tout tenter pour rééquilibrer l’appréciation par l’opinion publique de la situation au Moyen-Orient. » Et de rajouter : « La politique étrangère de la France est souvent ressentie comme identifiant l’Amérique et Israël, le sionisme et l’impérialisme, le mondialisme et l’oppression. Qu’elle soit ou non voulue par nos diplomates, cette confusion est bien réelle dans l’opinion publique, et alimente des amalgames dont les Juifs subissent les effets néfastes. »

Les mots sont lâchés. « L’opinion publique »... puisque c’est d’elle dont il est question et dont nous nous réclamons, n’a pas à se faire « d’opinion » justement sur ce qui se passe en Palestine. « L’opinion publique » française est atteinte de surdité, de cécité et d’imbécillité chronique. Comme si nous attendions le bon vouloir de nos gouvernants et le peu de réelles informations qu’ils nous distillent pour nous faire une idée ? Comme si nous n’avions pas suffisamment d’amis présents sur le terrain capables de nous narrer ce qui s’y trame exactement ? Roger Cukierman croit-il pouvoir s’immiscer dans nos cerveaux et museler nos pensées ? Nous interdire de générer nos propres jugements sur le déroulement des évènements au Proche-Orient ou ailleurs ? Et croit-il surtout qu’il peut nous obliger à aimer tous les êtres vivants sur cette planète y compris ceux qui ne correspondent pas à notre vision pacifique d’un monde miné, hélas, par des individus que nous n’avons pas personnellement porté au pouvoir ? Aimait-il Arafat lui par exemple ?

Ne nous a point échappé que pour lui complaire il faudrait que la France devienne pro-israélienne ou pourquoi pas israélienne tout court. Et que « l’opinion publique », troupeau de moutons soumis, n’ait nulle revendication à formuler et nulle idée à émettre hormis celles qui vont dans son sens. Croit-il vraiment que nous sommes dupes de ses stratagèmes et qu’il peut nous obliger à adhérer à sa vision « universaliste » et géo-stratégique du Moyen-Orient ? Il y a là quelque chose qui nous dépasse et nous fait douter de son entendement...

Quant aux propos qu’il a osé tenir à l’encontre de Alain Minc et de Jean-François Kahn ayant eu l’honnêteté de critiquer son manque de respect total vis à vis de notre gouvernement, qu’en penser ? « Ni l’un ni l’autre ne sont actifs dans la communauté juive ou ne sont même pas Juifs dans l’un des deux cas. » s’est-il permis. Se prendrait-il pour l’Unique ? Se rend-il compte de la dérive de ses propos ? Et ne nous faut-il pas sous-entendre que seules les personnes de confession judaïque et pensant comme lui ont le droit de s’exprimer sur le sujet ?

Nous pensons réalistement que tout comme il critique la politique de la France, « l’opinion publique » peut légalement critiquer les agissements du gouvernement israélien qui durent depuis plus d’un demi-siècle et qui nous semble un préjudice pour certains peuples. Il a un peu trop tendance à assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme comme si nous n’étions pas capables de faire la distinction entre l’un et l’autre. Les français ne sont pas plus stupides que les habitants des autres pays. Il y a des bons et des mauvais partout. Et des racistes en France comme ailleurs.

Le racisme n’est pas quelque chose qui se réforme dans les mentalités en se montrant répressif, oppressif, dictatorial et suffoquant. Ni en dirigeant un combat à sens unique. « L’opinion publique » pense que ceux qui veulent nous donner des leçons sont de bien piètres professeurs et pas forcément de bons exemples. « C’est à vos œuvres que vous serez jugés... ». La xénophobie est malheureusement dans l’air du temps. Que ce soit par idéologie, par religion ou par bêtise et ceux qui possèdent cette tare l’ont bien ancrée en eux. Elle peut aussi s’attraper dès l’enfance. Tout dépend de l’éducation reçue pour la plupart.

Nous prendrons pour exemple notre mère qui était profondément raciste. Lorsque nous étions enfant, interdiction nous était faite de parler à nos voisins arabes, gitans, portugais ou possédant une toute autre nationalité que la sienne. Elle avait ses à priori sur toutes les religions et les israélites n’étaient pas exclus de ses diktats. Dès qu’elle avait le dos tourné, nous courions jouer avec ceux sur qui elle avait posé l’anathème... et cette désobéissance nous valait de sévères corrections à chaque fois. Si nous avions été une enfant malléable et faible... sans doute serions-nous devenue comme elle. Mais il y avait une petite voix au fond de notre coeur nous susurrant de ne pas l’écouter. Et notre plaisir de retrouver nos petits amis était bien plus fort que la peur de la raclée à venir. Mais combien d’enfants n’auront pas ce courage ? Et qui leur en voudrait ? Nous oserons ajouter, pour clore cette parenthèse, que cette pomme de discorde fit que nous nous fâchâmes à mort avec elle dès que nous eûmes l’âge d’exprimer notre désaccord sur la question. Notre seul tort fut simplement d’avoir compris très tôt où se situaient les injustices. Ce qui prouve bien que le racisme n’est pas une maladie contagieuse qui se transmet au contact de celui qui en est contaminé.

La notion de « différence » est malheureusement une plaie très présente dans notre quotidien. Les regards narquois sur une personne de forte constitution... les moqueries stupides envers des êtres disgraciés... les railleries sur des vêtements sortant de l’ordinaire. Sur son site Elizabeth Schemla traite Dieudonné « de comique estropié » ce qui prouve bien le degré d’intelligence...

Nous n’avons pas été sans remarquer que tous les sites pro-israéliens excellent dans ce domaine. Ils traitent les autres de racistes mais déversent leur fiel et leur venin en s’en prenant au physique de ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme eux. De la bêtise mesquine qui ne peut que heurter et amplifier l’aversion que provoque ce type de comportement. Faute de trouver des arguments solides pour s’attaquer à certaines formes d’idées qu’ils ne partagent pas, ils préfèrent planter leur poignard sur ce qu’ils pensent être des « différences » méprisables. Ceci prouve bien à quel point ils sont vils et limités. Il y a longtemps que nous avons passé le cap de juger les gens sur leur apparence. Nous avons grandi. Pas eux.

Le niveau de conscience de l’humanité n’a jamais été aussi bas. C’est là que se situe le vrai problème aujourd’hui. Les valeurs morales se perdent. Les concepts de justice et d’équité se trouvent sacrifiées sur l’autel des partis pris aveugles. Et Roger Cukierman n’échappe pas à la règle. Comme tant d’autres, sous prétexte qu’il est à la tête d’une organisation communautaire, il faudrait que le peuple français s’interdise d’avoir des pensées qui ne vont pas dans son sens. Il s’ingère dans les affaires de l’Etat, se permettant de tancer nos ministres et de leur dicter ses interdits sur la diffusion de tel livre, de tel film... jetant l’anathème sur tel auteur ou tel comique. Remettant en cause les verdicts de notre justice.

En se penchant sur son discours, on sent souffler comme un vent d’inquisition... et comme vous allez pouvoir le constater le verbe « falloir » est presque le frère jumeau du verbe « devoir » ou « ordonner »...

« Les sanctions seules, de toute façon, ne suffisent pas. » « Il faut sortir l’ensemble des dispositions concernant l’antisémitisme et le racisme de cette loi et les soumettre aux règles du droit commun ». La peine de mort est abolie heureusement sinon les tagueurs néo-nazis auraient du soucis à se faire... quant au cinéma, il est aussi sur la sellette... « Il faut aussi que l’Etat veille à ne pas financer des œuvres de propagande filmées, telles « La Porte du Soleil ». La télévision est également fortement menacée... « il faut promouvoir une harmonisation européenne des dispositifs de régulation de l’audiovisuel. » Mais la France ne suffit pas... le Grand Inquisiteur pose aussi son dévolu sur l’espace dans l’espoir de circonscrire le mal insidieux qui sévit dans toute l’Europe... « La haine saute, grâce aux satellites, par dessus tous les gardes fous, et s’est répandue dans toute l’Europe. Dès Septembre 2004 nous avons demandé que soit mise en place au niveau européen, une autorité qui disposerait de pouvoirs comparables à ceux du CSA. Dans cette époque de télévision sans frontières, il faut un régulateur européen pour l’audiovisuel. » Les livres, les films, la télé mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin et ne pas s’en prendre au monde entier ? « Cette même coopération européenne est aussi nécessaire pour Internet ». Vous comprendrez bien qu’à ce stade-là, « l’opinion publique » commence sérieusement à se faire du souci... où veut-on la mener ? Attention danger... Nous avons la sérieuse impression que le temps nous est compté. Profitons vite des derniers moments qu’il nous reste car la Liberté ne sera bientôt plus qu’un vain mot. Sous prétexte d’antisémitisme, le drapeau israélien va obligatoirement flotter sur le toit de nos maisons et nous serons obligés de vivre sous le régime de la pensée unique. Celle de Roger Cukierman.

Suivent ensuite tout un tas de reproches qui nous confortent en ce sens... « Pourquoi avoir fait, en France, des funérailles aussi grandioses à Yasser Arafat, plus grandioses même qu’en Egypte ? Je comprends certes l’aspect humanitaire de son transfert en France et les nécessités du protocole. Mais, discours élogieux, hommage dithyrambique, Marseillaise, Garde Républicaine ont honoré la dépouille d’Arafat. Et aucun propos n’est venu rappeler sur son catafalque l’ambiguïté du personnage. Les espoirs de paix que suscite l’arrivée au pouvoir de son successeur démontrent à l’envi combien le soutien fort, le soutien constant, le soutien isolé de la France à Arafat était lourdement erroné. Qui peut nier aujourd’hui qu’Arafat était un obstacle à la paix ? » Nous passerons sous silence ses appréciations personnelles sur le Raïs mais dire... « qui peut nier aujourd’hui qu’Arafat était un obstacle à la paix ? » nous laisse dubitative... De nombreuses personnes peuvent le nier. L’attentat qui s’est encore produit hier en est la preuve flagrante. Pour que la paix s’installe, encore faut-il qu’en haut lieu, on le désire. « L’opinion publique » pense que depuis un demi-siècle si elle avait du se faire, elle serait déjà là... et que dans très peu de temps, si personne ne bouge vraiment, c’est dans le monde entier que la paix ne sera plus. Et c’est sans doute pour nous masquer cette cruelle vérité que l’on veut museler la France et son peuple...

Mais nous avons gardé la cerise sur le gâteau pour la fin... « J’aurais aimé que la France montrât autant d’amitié envers Israël qu’elle en montre envers les dirigeants des pays arabes. » On sent bien dans cette phrase une pointe d’amertume... elle est revêche notre douce France... elle ne donne pas son coeur facilement.

Notre grand-mère nous disait : « l’Amour se mérite... et si tu es aimable avec les autres, les autres le seront aussi avec toi... ». A cet instant précis, « l’opinion publique » croit que l’Amitié de la France et des français se mérite aussi, tout comme l’Amour. Ces sentiments-là ne s’imposent pas. Ni de gré ni de force. Or, la répression qui s’abat sur le peuple de notre nation depuis plusieurs mois, à cause de notre lucidité sur le conflit israélo-palestinien, nous laisse comme un goût de cendres dans la bouche. Nous sentons bien que nos trois piliers sont en train de vaciller sur leurs bases... Liberté - Egalité - Fraternité... qu’êtes-vous en train de devenir ? Que veut-on faire de vous ? Nos aëieux auraient-ils donc versé leur sang pour rien sur les barricades du sacrifice en 1789 ?

Que ceux qui s’ingèrent dans notre gouvernement, jusqu’à vouloir nous obliger à penser comme eux et y dicter notre façon de vivre, comprennent bien que les dictateurs ne nous inspirent rien de vraiment romantique et que les prisonniers tombent rarement amoureux de leurs geôliers...



Adriana Evangelitz


Mardi 1 Mars 2005


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires